SÉCHERESSE

Les périodes de sécheresse peuvent résulter d’un manque de pluie, mais aussi d’une utilisation trop intensive ou inadaptée de l’eau disponible. Quand la sécheresse survient, des restrictions d’usage de l’eau peuvent être décidées par les préfets de département. Chacun, par ses gestes quotidiens ou ses pratiques professionnelles, peut contribuer à préserver les ressources en eau potable.

QUELLES SONT LES CAUSES DE LA SÉCHERESSE ?

 
82% des eaux consommées en France, soit environ 26 milliards de m3, proviennent des fleuves, des rivières et des lacs.

Le manque de pluie
La France reçoit chaque année environ 400 milliards de m3 d’eau de pluie, dont les deux tiers s’évaporent : les 175 milliards de m3 restant alimentent les eaux de surface et souterraines. Le débit des rivières de France est resté stable au cours des dernières décennies, tandis que la quantité des eaux souterraines varie en fonction du niveau de prélèvement et du taux de renouvellement de ces eaux.
La sécheresse peut résulter d’un manque de pluie. Elle survient lorsque la quantité de pluie est nettement inférieure aux normales saisonnières sur une certaine période. Lorsque le manque de pluie survient en hiver ou au printemps, il empêche le bon remplissage des nappes phréatiques (« réserves » d’eau) qui s’effectue habituellement à cette époque de l’année.
Après le mois d’avril, l’eau de pluie est essentiellement absorbée par les plantes, alors en pleine croissance, ou s’évapore à cause de la chaleur. La sécheresse peut être accentuée par des températures élevées, notamment en été.

Des prélèvements excessifs
Les prélèvements en eau douce en France représentent environ 32 milliards de m3 par an.
L’industrie rejette une grande partie de l’eau qu’elle prélève. Ses prélèvements représentent près de 70 % de l’eau prélevée, mais elle compte pour 25 % des consommations seulement.
A l’inverse, l’agriculture consomme presque toute l’eau qu’elle prélève. Elle représente ainsi 50 % des consommations pour seulement un peu plus de 10 % des prélèvements, soit environ 4 milliards de m3. Les impacts sont importants, car ils sont concentrés sur une seule période de l’année – les 3 mois d’été –, où l’agriculture peut représenter jusqu’à 80 % de l’eau consommée et certaines zones géographiques où les ressources sont les moins importantes.
L’eau potable représente 25 % des consommations, soit environ 6 milliards de m3 par an. Ce chiffre est globalement stable, l’augmentation de la population étant compensée par une diminution de la consommation de chacun.
 
 

QUELLES SONT LES MESURES DE RESTRICTION DES PRÉFETS EN CAS DE SÉCHERESSE ?

 

Pour faire face à une insuffisance de la ressource en eau en période d’étiage, les préfets sont amenés à prendre des mesures exceptionnelles de limitation ou de suspension des usages de l’eau en application de l’article L.211-3 II-1° du code de l’environnement. Les seuils entraînant des mesures de restriction sont définis au niveau local par les préfets. Cela facilite la réaction en situation de crise et permet la transparence et la concertation entre les différents usagers d’un même bassin.
 
Les arrêtés « Sécheresse » ne peuvent être prescrits que pour une durée limitée, sur un périmètre déterminé. Ils doivent assurer l’exercice des usages prioritaires, plus particulièrement pour la santé, la sécurité civile, l’approvisionnement en eau potable et la préservation des écosystèmes aquatiques. Ils doivent également respecter l’égalité entre usagers des différents départements et la nécessaire solidarité amont-aval des bassins versants. Lorsqu’un arrêté de restriction est général et collectif, il doit être affiché dans chaque mairie concernée et faire l’objet d’une publication dans les journaux régionaux ou locaux.
 
Quatre niveaux de limitation ont été définis : vigilance, alerte, crise et crise renforcée.
Les mesures de limitation des prélèvements sont progressives et adaptées aux différents usagers :
 
  • Usages domestiques : sensibilisation, puis limitation de plus en plus forte des prélèvements pour l’arrosage des pelouses, des espaces verts, le lavage des voitures, le remplissage des piscines jusqu’à l’interdiction totale de ce type d’utilisation (hors usage eau potable) ;
  • Agriculture (80% des prélèvements entre juin et août) : interdiction d’irriguer 1 jour par semaine, plusieurs jours par semaine ou à certaines heures jusqu’à l’interdiction totale de l’irrigation ;
  • Industrie : mesures spécifiques sur les unités les plus consommatrices pour imposer une réduction progressive d’activité, le recyclage de certaines eaux de nettoyage, la modification de certains modes opératoires.
 

LES BONS GESTES POUR ECONOMISER L’EAU

 
25% de la consommation d’eau en France relève de la sphère domestique. En période de sécheresse, que l’on soit soumis ou non à des mesures de restriction, chacun d’entre nous doit, plus que jamais, maîtriser sa consommation d’eau quotidienne grâce à des gestes simples : privilégier les douches, installer des équipements sanitaires économes en eau, faire fonctionner les appareils de lavage à plein, réutiliser l’eau de pluie…
Agriculteurs (50% de la consommation d’eau) et industriels (25% de la consommation d’eau) sont également encouragés à réduire leurs prélèvements et leur consommation d’eau, par de nouvelles pratiques et modes opératoires (exemple : recyclage des eaux de nettoyage).
 
Prévenir la sécheresse

- Par les usages domestiques :
  • réparez toute fuite d’eau sans tarder ;
  • privilégiez les douches aux bains ;
  • installez des équipements sanitaires économes en eau... 
- En consommant responsable :
Limitez votre consommation de produits dont la fabrication nécessite l’utilisation de grandes quantités d’eau. Par exemple, il faut 11 000 litres pour fabriquer un jean en coton.

- Par une agriculture économe en eau:
  • changement des pratiques d’irrigation ;
  • choix de cultures moins consommatrices d’eau.
- Par une industrie moins consommatrice :
  • amélioration des modes opératoires, plus économes en eau.
- Par les collectivités  éco-responsables:
  • entretien des réseaux et réparation des fuites ;
  • collecte des eaux pluviales pour l’arrosage des espaces verts et terrains de sport.
Que faire en cas de sécheresse ?

Respectez l’arrêté préfectoral de restriction de l’usage de l'eau en vigueur dans votre département. Publié au recueil des actes administratifs cet acte est affiché en mairie et mis en ligne sur leur site par les préfectures. Un résumé est également publié dans la presse du territoire concerné et les communes en font la publicité via les panneaux d'information.

 

Pour en savoir plus :
Propluvia : le site dédié aux arrêtés de restriction d’eau
Le site Propluvia présente les mesures de suspension ou de limitation prises par les préfets sur le territoire de la France métropolitaine et de la Corse à partir des données, fournies à titre indicatif, par les services départementaux de l’État.

SITES DE RÉFÉRENCE