Ville foule en mouvement
20 décembre 2016 - Actualité

Revalorisation du Smic : un des leviers pour renforcer le pouvoir d’achat

Les modalités de revalorisation du Smic pour l’année 2017 ont été présentées par Myriam El Khomri, le 19 décembre, aux représentants des organisations syndicales et professionnelles. Le Premier ministre a expliqué que la décision du Gouvernement doit permettre de "poursuivre le redressement économique", afin de créer les "conditions ultérieures pour un partage des fruits de la croissance plus ambitieux encore".
 
La règle de revalorisation du Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance)  a été modernisée en 2013, conformément aux engagements pris lors de la conférence sociale de juillet 2012.
 
La revalorisation du Smic au 1er janvier 2017
 
Le taux horaire du Smic brut sera revalorisé de 0,93% pour atteindre 9,76 euros de l’heure à partir du 1er janvier 2017. Sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires, le montant mensuel du Smic sera ainsi porté à 1 480 euros brut par mois pour un temps plein, soit 1 153 euros net par mois (environ 11 euros de plus par mois qu’en 2016). Cette revalorisation sera arrêtée par décret en Conseil des ministres mercredi 21 décembre.
 
La revalorisation annuelle du Smic est conditionnée par deux paramètres :
  • l’évolution annuelle de l’indice des prix (hors tabac) des 20% de ménages les plus modestes ;
  • la moitié de l’évolution annuelle du pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE). 
 
 
Le pouvoir d’achat des salariés reste une priorité forte du Gouvernement et sera soutenu par d’autres leviers, plus efficaces. Il sera notamment renforcé par :
 
  • la baisse supplémentaire de 1 milliard d’euros de l’impôt sur le revenu qui profitera à plus de 5 millions de foyers fiscaux en 2017. Dès janvier, cette baisse prendra la forme d’une réduction allant jusqu’à 20% du montant des mensualités à payer. Elle concernera tous les célibataires ayant un salaire inférieur à 1 700 euros net par mois, ce seuil étant doublé pour les couples et majoré en fonction des charges de famille (4 800 euros pour un couple avec trois enfants) ; 
     
  • la prime d’activité, déployée depuis près d’un an, valorise et accompagne la reprise d’emploi en soutenant le pouvoir d’achat de tous les travailleurs qui gagnent moins de 1 500 euros par mois (pour un célibataire). Près de 3,7 millions de foyers en ont déjà bénéficié en 2016. Cette prime représente un gain de pouvoir d’achat substantiel pour nos concitoyens les plus modestes : le montant moyen versé s’élève à 165 euros par mois, soit plus de 15% du revenu d’activité mensuel moyen des bénéficiaires. Pour un célibataire au Smic, la prime d’activité représente plus de 130 euros par mois ; et pour un parent isolé au Smic, le gain est de 300 euros mensuels.
A noter : la part des salariés concernés par la progression du Smic a diminué de près de 2 points depuis fin 2012 (de 12,3 % à 10,5 %). Eurostat a publié, le 8 décembre 2016, une étude qui montre que la France connaît une proportion de bas salaires, deux fois inférieure à la moyenne européenne et de 2 à 3 fois moindre que la proportion de bas salaires observée en Allemagne et en Angleterre. En outre, en 2015, le pouvoir d’achat a connu sa plus forte progression depuis 2009 (+1,6 %) et cette hausse devrait se poursuivre en 2016 (+1,8 % selon la dernière note de conjoncture de l’Insee) et 2017.