Qui sommes-nous

 

ÉDITO

« Un dialogue public-privé rénové »

Fédérer les efforts de l’État, des collectivités territoriales, de l’industrie, de la recherche et des grands opérateurs publics et privés, pour développer des solutions de sécurité efficaces et mondialement reconnues, telle est l’ambition du comité de la filière industrielle de sécurité (CoFIS) mis en place par le Premier ministre en octobre 2013.
La filière industrielle de sécurité pèse trente milliards d’euros au plan national dont 50 % sont réalisés à l’export. Cela représente 300 000 emplois marchands et près de 600 000 emplois publics.
La filière agit au sein d’un marché international très porteur qui couvre des sujets aussi divers que la protection des grandes infrastructures publiques et privées, la sécurité des transports, la gestion des frontières, le secours aux personnes, la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, la gestion de crise ou la cyber-sécurité.
Comme tous les comités de filière soutenus par le gouvernement, le CoFIS vise à développer la compétitivité de nos grands groupes et PME, qui occupent sur le marché de la sécurité une place de premier plan avec cependant une concurrence qui s’affermit.
À ce titre, le CoFIS s’inscrit en parfaite cohérence avec le programme des investissements d’avenir et les travaux de la Nouvelle France industrielle.
Pour autant, le CoFIS a ceci de particulier qu’il porte sur un secteur sensible, avec des enjeux forts, sur le plan stratégique (garantir notre autonomie dans les secteurs les plus critiques), mais également sociétal (proposer des solutions conciliant harmonieusement sécurité et respect de nos libertés individuelles et collectives).
C’est pour garantir cet équilibre que le Premier ministre a souhaité coordonner lui-même cette nouvelle filière.
Pour relever ce défi et conformément aux objectifs énoncés dans sa charte d’installation, le comité de la filière industrielle de sécurité a mobilisé l’ensemble des compétences publiques et privées nécessaires et articulé ses travaux selon une feuille de route précise.
Depuis deux ans beaucoup a été fait, une cartographie nationale de référence de ce marché et des  acteurs a été établie, des actions coordonnées et concrètes en matière de promotion de la filière au plan européen et international ont été conduites, une première expression de besoin mutualisée a été réalisée, des démonstrateurs et plateformes technologiques associant les centres de recherche et l’industrie ont été lancés.
Il s’agit dorénavant de consolider ces acquis et pour la filière de construire collectivement les bases solides d’une politique industrielle de sécurité au service de tous ses acteurs et cela au moyen d’un dialogue public-privé rénové. Le CoFIS est l’incarnation de ce dialogue.

présidents du CoFIS
Co-présidents du groupe de pilotage du CoFIS


Charte du COFIS

Notre charte approuvée et signée lors de la mise en place du comité de filière par le premier ministre le 23 octobre 2013.

signature charte du CoFIS

Les champs de la sécurité

champs de la sécuritéRépondre à des missions aussi diverses que la protection des grandes infrastructures publiques ou privées, la sécurité du transport, le secours aux personnes, la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, la gestion de crise ou encore la cybersécurité, telle est l’ambition du comité de la filière industrielle de sécurité (CoFIS).



Segmentation de la filière industrielle de sécurité - Produits et solutions (PDF)
 

La filière en mots et en chiffres

La filière de sécurité c'est :
Chiffres filière de sécurité

Témoignages

Collège des opérateurs et utilisateurs non-étatiques

 

Patrick Espagnol
La sécurité est une exigence forte de nos sociétés modernes ; elle doit accompagner le développement des technologies. Objet de nombreuses convoitises, le patrimoine des opérateurs publics et privés doit aujourd’hui être protégé contre de nouvelles menaces de plus en plus polymorphes et sophistiquées. Pour ce faire, il importe que les besoins sécuritaires soient clairement définis et exprimés par ceux qui sont tenus de les satisfaire, afin que les développeurs de solutions en soient pleinement informés. Il importe aussi que ces opérateurs puissent échanger avec l’État prescripteur sur leurs attentes et leurs difficultés afin que des dispositions pertinentes soient prises. Cette expression des besoins est essentielle et nécessite une attention particulière. Le CoFIS, par la diversité de ses membres et la mise en réseau de leurs compétences peut, sans nul doute, assurer les conditions optimales de ce dialogue.
Patrick Espagnol
Préfet, Directeur de la sécurité d’EDF, Président du groupe de travail du CoFIS sur l’expression des besoins


Conseil des industries de confiance et de sécurité
 
Marc Darmon
Alors que les travaux de la filière de sécurité sont désormais lancés, trois priorités animent les industriels regroupés au sein du Conseil des industries de la confiance et de la sécurité (CICS) : Se doter d’une connaissance de l’évolution des besoins capacitaires à moyen terme. Consolider une vision partagée de la politique industrielle à mettre en oeuvre, en France et en Europe, pour développer le contenu technologique de la filière, conquérir les marchés export et protéger les domaines de souveraineté. Concentrer les moyens financiers, publics et privés, nationaux et européens, sur des actions de R&D et surtout sur des démonstrateurs qui constituent une étape indispensable pour proposer aux opérateurs de nouvelles solutions innovantes. Autour du CoFIS, les industriels s’engagent aux côtés de l’État à transformer l’exigence de sécurité nationale en une ambition économique partagée, avec le souci constant d’équilibrer les ressources humaines, l’emploi des moyens technologiques et le respect de la vie privée.
Marc Darmon
Président du CICS