22 juillet 2015 - Actualité

Première convention de partenariat dans le cadre du plan national d'action contre le racisme et l'antisémitisme DILCRA - Fondation du Camp des Milles

La secrétaire d’État auprès du ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, chargée de la politique de la Ville, Myriam EL KHOMRI, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, Gilles CLAVREUL, ainsi que le Préfet délégué à l’Égalité des Chances du département des Bouches-du-Rhône auprès du préfet de la région Provence-Alpes-Côte-D’azur, Yves ROUSSER, se sont rendus vendredi 24 juillet au Site-Mémorial du Camp des Milles.
 
Cette visite a été l’occasion, pour la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA)  de signer, sous l’égide de Myriam EL KHOMRI, sa première convention avec la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Education. Dans le prolongement du plan d’action de la délégation présentée par le Premier ministre à Créteil le 17 avril dernier, ce partenariat vise à la  création d’une labellisation citoyenne destinée à renforcer la mobilisation, la vigilance, et la responsabilité des acteurs de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.






Seul grand camp français d'internement et de déportation encore intact et accessible au public, le Camp des Milles abrite aujourd'hui un important musée historique, et axe ses actions autour de l'Éducation et la Culture.

La qualité pédagogique de l’exposition et la mise en perspective de l’histoire du camp des Milles permettent d’interroger le présent, bien au-delà de la seule émotion provoquée par le souvenir et l’appréhension physique des lieux et des conditions de détention. Grâce au « volet réflexif » les visiteurs sont en mesure de saisir – sans rien renier de la spécificité de la Shoah – les mécanismes à l’œuvre dans les processus génocidaires et les massacres de masse, mais aussi, et c’est essentiel, les mécanismes qui permettent d’y résister. Le Site-mémorial du Camp des Milles fournit donc, sur un lieu de mémoire, des repères pluridisciplinaires et des clés de compréhension qui peuvent aider à être vigilant et à réagir à temps face aux crispations identitaires et aux extrémismes.







La cérémonie de signature s’est déroulée en présence des partenaires du mémorial, de nombreuses structures de l’éducation formelle et informelle et d’une vingtaine de jeunes du service civique issus du Centre Social La Martine et du Centre Social Frais Vallon.

Émue par les lieux et impressionnée par l’efficacité pédagogique exceptionnelle de ce Mémorial, Myriam EL KHOMRI, a déclaré que le Camp des Milles constitue « un lieu de mémoire important pour éclairer le présent et l’avenir sur le risque des dérives racistes, antisémites et discriminatoires ».    

Alain CHOURAQUI, Président de la Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation a indiqué être « convaincu par l’analyse scientifique et le témoignage des anciens résistants et déportés que les engrenages qui peuvent mener au pire sont déjà enclenchés aujourd’hui ». Assurant qu’ils sont « résistibles » et que « c’est dans les commencements qu’il faut réagir fermement parce que la réaction est alors plus facile et plus efficace contre les extrémismes ».      
 
Rappelant les objectifs et la détermination de l’État, Gilles CLAVREUL a souligné « le travail pédagogique remarquable » du Site-mémorial du Camp des Milles en qui il a la plus « grande confiance ». « Le pari réussi du Site mémorial est de montrer que la mémoire et les enseignements du passé peuvent être des leçons efficaces pour le présent et pour l’avenir »




Le site internet du Camp des Milles.