30 octobre 2017 - Vidéo

Édouard Philippe à la 22e édition du World Electronic Forum à Angers

En visite à Angers où s'est tenu, le 27 octobre, le 22ème World Electronics Forum, le Premier ministre a salué le dynamisme de la région dans le domaine de l'électronique et des objets connectés, tout en rappelant les actions que le Gouvernement entend mener pour aider les entreprises du secteur à se développer.
Édouard Philippe a rappelé que l'État avait la volonté de "se glisser dans la peau d’un investisseur ou d'un porteur de projet" afin de permettre à la France de "devenir une nation qui valorise l’agilité, l’innovation, l’audace." Il a ensuite détaillé la stratégie, développée avec Mounir Mahjoubi, pour y parvenir :

1. Structurer et donner de la visibilité aux acteurs et aux savoir-faire français avec
  • La French Tech et la French Fab (lancée le 2 octobre dernier) dont l’objectif est notamment de créer des synergies entre des petites entreprises très innovantes et des grands groupes, entre des technologies de pointe et des métiers traditionnels, associer les partenaires publics, labelliser, parler d’une seule voix à l’extérieur des frontières. La Station F, plus grand incubateur au monde. 
  • Le French Tech visa, qui permet aux entrepreneurs étrangers de s’installer très facilement et très rapidement en France pour développer leur projet. 
  • Des stratégies cohérentes autour de quelques priorités industrielles, comme les objets connectés, le Big Data, l’intelligence artificielle : le Gouvernement a chargé le 8 septembre dernier le député et mathématicien Cédric Villani de conduire une mission de réflexion à ce sujet. 

2. Encourager l’investissement avec : 
  • Un fonds public de 10 milliards d’euros, dont les revenus financeront l’innovation. Les orientations du grand plan d’investissement qui mobilisera près de 57 milliards d’euros, dont 13 milliards seront directement consacrés à la compétitivité et à l’innovation, ont été présentées en septembre dernier. 
  • La relance de l'investissement privé : suppression de l’ISF, baisse progressive de l’impôt sur les sociétés pour atteindre 25% d’ici à la fin du quinquennat, création d’une "flat tax" sur les revenus de l’épargne financière. 
  • Une revue sectorielle des start-ups, entreprise par le Secrétaire d’État au Numérique, afin d'identifier, secteur par secteur, les freins à leur développement que peuvent encore rencontrer les start-ups. 
Enfin, le Premier ministre a rappelé que d'autres actions majeures du Gouvernement doivent permettre le développement de l'écosystème : la modernisation du marché du travail, la transition numérique (accès à toute la population au haut-débit dès 2020, dématérialisation de 100% des démarches administratives d’ici à la fin du quinquennat…) ou encore la transition écologique (la France s’est fixé comme objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, notamment grâce à une industrie électronique de pointe et des filières d’excellence dans tous les domaines du développement durable).