3 juin 2014 - Vidéo

Manuel Valls : "rendre nos régions plus fortes et plus compétitives"

Cette réforme propose de passer à 14 régions au lieu de 22. Elle fera l'objet de deux projets de loi présentés en Conseil des ministres le 18 juin ; le premier texte reconfigurera la carte des régions et l'autre portera sur "les compétences des régions et la montée en puissance de l'intercommunalité", a précisé le Premier ministre.

"Le débat s'ouvre, c'est difficile de réformer le pays, on parle de réduction du nombre de régions depuis des années mais ça ne se faisait jamais", fait observer Manuel Valls qui ajoute : "si ça gronde, je me dis que ça va plutôt dans le bon sens!"

C'est une réforme qui peut de toute façon "évoluer à partir du moment où elle va être débattue en juillet, d'abord au Sénat, puis à l'Assemblée nationale, il y aura débat et je suis attaché comme le président au rôle du Parlement".

L'essentiel pour le Premier ministre est de rendre nos régions plus fortes et plus compétitives. "Elles vont avoir beaucoup plus de compétences, notamment en matière d'économie et d'emploi." L'addition de plusieurs régions, dans certains cas trois ou deux, aboutira aussi à ce qu'il y ait moins d'élus. Il a exclu le recours au référendum car "on verrait l'addition de tous les contraires."

Concernant la suppression des conseils généraux prévue pour 2020, Manuel Valls a expliqué qu'il faut en effet au moins trois ans pour transférer les compétences et les 270 000 fonctionnaires territoriaux des départements. Vous aurez des départements, c’est déjà le cas, qui vont se fondre dans des métropoles, une grande partie du département du Rhône va se fondre très vite dans la métropole de Lyon, ça peut être le cas aussi en Ile-de-France, dans d’autres régions, c’est un mouvement qui est enclenché. Le plus important dans cette histoire, c’était d’enclencher le mouvement, que rien ne reste figé, comme nous le vivons depuis des années."
 

Liens secondaires