2 juillet 2016 - Communiqué

Disparition de Michel Rocard

C’est avec une immense tristesse que j’apprends aujourd’hui la disparition de Michel Rocard. 

Je me suis engagé en politique par et pour Michel Rocard. Parce qu’il avait dit en 1978 qu’il n’y avait pas de fatalité à l’échec de la gauche. Parce qu’il disait avant les autres que le changement passe par la réforme et non par la rupture.

J’ai eu la chance d’être son collaborateur à Matignon. Premier ministre, j’ai eu l’honneur de l’y recevoir plusieurs fois. Je suivais son combat contre la maladie.

Michel Rocard était tout à la fois un militant, un visionnaire et un homme d’Etat.

Militant pour la décolonisation, pour la décentralisation, citoyen du monde, il était aussi devenu un pionnier de la lutte contre le réchauffement climatique.

Il aimait la bataille des idées mais il a aussi été un réformateur efficace. C’est l’homme de la paix en Nouvelle-Calédonie, c’est l’inventeur du RMI pour les plus pauvres et de la CSG pour élargir et pérenniser le financement de la protection sociale.

Il a incarné la modernisation de la gauche et l’exigence de dire la vérité. Il était l’homme du "parler vrai". Il restera un exemple de droiture, d’intelligence et d’ardeur. Il savait en même temps rêver le monde et tout faire pour le changer.

A sa famille, à ses proches je veux dire ma peine et mon affection.
Communiqué de presse du 2 juillet 2016 - Disparition de Michel ROCARD