20 juin 2014 - Vidéo

"Il faut respecter le dialogue social et les accords majoritaires"

Invité de la matinale de France Inter, le 20 juin 2014, à quelques de jours de la Grande conférence sociale, le Premier ministre a rappelé que le dialogue social était au cœur de l’action du Gouvernement.
Il a plaidé pour "l'apaisement et le dialogue", aussi bien dans le domaine social que politique, se déclarant persuadé que les Français acceptaient "aujourd'hui l'idée de se réformer".

Au sujet des intermittents, le Premier ministre a rappelé  qu’il était "inenvisageable de mettre en cause ce dialogue social" et c’est pourquoi "un accord majoritaire a été signé avec des syndicats et le patronat". "Il faut respecter le dialogue social, il faut respecter les accords majoritaires et en même temps il fallait donner un signe pour discuter de l’avenir pour une refondation du régime des intermittents d’ici à la fin de l’année", a-t-il poursuivi. Et de préciser : "c’est la première fois qu’un Gouvernement propose de sortir de la difficulté que connaît le régime des intermittents par une discussion tripartite entre l’Etat, les partenaires sociaux et les hommes et femmes de culture".  A la demande du chef du Gouvernement, une mission rassemblant diverses personnalités sera en charge de faire des propositions.

Concernant la grève des cheminots, le Premier ministre est revenu sur les grands points de la réforme rappelant que le statut de la SNCF sera renforcé et notamment sa capacité de décision entre les trois structures qui feront demain la nouvelle SNCF.  

"Depuis le début, je n’ai pas compris le sens de ces grèves et je suis convaincu que nos concitoyens (…) ne comprennent pas le sens de cette grève et il est temps encore une fois que cette grève s’arrête". "La grève doit avoir un sens, ces motivations profondes doivent être comprises", a-t-il expliqué.

"Ce que je retiens au fond de ces conflits, c'est que la réforme est indispensable et nous devons faire accepter par nos concitoyens l'idée même de la réforme. Et je suis convaincu que les Français acceptent aujourd'hui l'idée de se réformer à condition de savoir où on les mène et pourquoi la réforme est nécessaire", a-t-il encore ajouté.

Interrogé sur la Grande conférence sociale, il expliqué que "tout moment de dialogue social est un moment privilégié".  "Le fil conducteur sera l’emploi des jeunes et notamment la formation et l’apprentissage",  précisant que l’objectif à atteindre d'ici à la fin du quinquennat sera de 500 000 apprentis.

Sur le sujet d’Alstom, le Premier ministre a constaté que les offres des deux groupes ne cessent de s’améliorer. Il a également salué le travail du ministre de l’Economie qui "préserve les intérêts stratégiques du pays". Et de conclure : "nous avons tous les deux cette même idée de l’indépendance et du patriotisme économique".
 

Liens secondaires