21 octobre 2015 - Communiqué
Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 10 Février 2016

Communiqué de presse conjoint des Premiers ministres de la France et du Koweït

Visite en République française de Son Excellence le Premier ministre de l’Etat du Koweït, Cheikh Jaber Al Moubarak Al Hamad Al Sabah, 19 au 21 octobre 2015

 
Sur la base des relations historiques qui unissent l’État du Koweït et la République française depuis plus de 51 ans, Son Altesse Cheikh Jaber Al Moubarak Al Hamad Al Sabah, le Premier Ministre de l’Etat du Koweït a effectué une visite en République française du 19 au 21 octobre 2015, à l’invitation de son homologue français, Monsieur Manuel Valls.
 
Au cours de sa visite, il a rencontré Son Excellence M. François Hollande, Président de la République française, à qui il a remis une lettre de l’Émir de l’État du Koweït, Son Altesse Cheikh Sabah Al Ahmad Al Jaber Al Sabah l’invitant à effectuer dès que possible une visite au Koweït. Il a également rencontré son homologue français, Monsieur Manuel Valls.
 
Une séance de discussions officielles a été co-présidée, pour la partie koweïtienne, par Son Altesse Cheikh Jaber Al Moubarak Al Hamad Al Sabah, et pour la partie française, par Monsieur Manuel Valls. Ces discussions bilatérales se sont déroulées dans une atmosphère d’entente réciproque reflétant l’étroitesse des relations bilatérales entre les deux pays.

 

1. Les deux parties se sont félicitées de la signature de conventions et de déclarations d’intention dans différents domaines 

 

2. Les deux parties sont également convenues de ce qui suit : 


a.  Coopération politique

Les deux parties sont convenues de renforcer leur coopération mutuelle dans le cadre des consultations politiques bilatérales et d’intensifier les relations entre les responsables des deux pays à tous les niveaux.
 
L’État du Koweït a remercié la République française d’avoir soutenu sa demande en vue d’intégrer la liste des États dont les ressortissants sont exemptés du visa Schengen et formé le vœu que la République française continue à soutenir le Koweït à cette fin. La partie française a accepté de se concerter activement avec ses partenaires européens pour faire aboutir cette demande au plus vite.
 
Les deux parties ont évoqué la nécessité de poursuivre la coordination et la coopération dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies et d’autres organisations internationales. Elles ont indiqué qu’elles accorderaient une attention toute particulière à leurs demandes de soutien respectives pour des candidatures dans les instances internationales.
 
b.  Coopération sur les questions régionales et internationales

Lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent : les deux parties ont réaffirmé le danger que représentent actuellement Daech ou d’autres organisations terroristes, ainsi que les menaces que ces organisations font peser sur la paix et la sécurité. Elles ont exprimé leur volonté de poursuivre leur engagement aux côtés de la communauté internationale dans la lutte contre toutes les formes et toutes les manifestations du terrorisme et contre l’extrémisme violent, et afin d’assécher et de tarir leurs sources de financement.
 
Situation en Syrie : les deux parties ont réaffirmé l’urgence de mettre en œuvre une solution politique qui seule permettra de mettre un terme au conflit en Syrie. Elles ont rappelé leur appui à toute initiative visant à relancer un processus de transition crédible, fondé sur les principes du Communiqué de Genève 1, en procurant de l’aide au peuple syrien pour faire face à la violence qu’exercent le régime de Bachar Al Assad et Daech, et en concrétisant les aspirations du peuple syrien à une Syrie unie, démocratique, indépendante et respectueuse des droits de l’Homme et des diverses communautés.
 
À cet égard, elles ont renouvelé leur soutien aux efforts déployés en ce sens par l’Envoyé spécial des Nations Unies. Elles ont souligné combien il est important d’apaiser les souffrances des Syriens et d’accroître l’aide humanitaire qui leur est fournie à l’intérieur de la Syrie et dans les pays voisins. La France a salué le rôle éminent joué par l’État du Koweït pour les efforts qu’il a déployés dans le domaine humanitaire en Syrie en accueillant trois conférences des bailleurs de fonds et en portant sa contribution à 1,3 milliard de dollars. Elle a également souligné le rôle moteur que joue Son Altesse Cheikh Sabah Al Ahmad Al Jaber Al Sabah, qui a reçu en septembre 2014 le prix de leader humanitaire mondial des mains du Secrétaire général des Nations Unies pour son soutien à l’action humanitaire. L’État du Koweït a, quant à lui, salué les efforts déployés par le gouvernement français pour mettre fin à cette crise humanitaire.
 
Les deux parties ont également discuté de la crise des réfugiés et réaffirmé qu’il est important d’unir les efforts au niveau international pour répondre aux conséquences humanitaires dramatiques de ce conflit. Les deux parties ont salué les efforts des pays voisins de la Syrie qui ont accueilli des millions de Syriens et elles ont appelé la communauté internationale à se mobiliser davantage pour soutenir ces pays.
 
Situation en Irak : les deux parties ont souligné la nécessité de soutenir les efforts du Premier ministre iraquien Haïder Al Abadi visant à rétablir la sécurité et la stabilité en Irak pour assurer le succès du processus de réconciliation nationale, garantir la participation de toutes les composantes du peuple irakien au processus politique et faire face au terrorisme de Daech. La partie française s’est félicitée de l’évolution des relations entre le Koweït et l’Irak, ainsi que de l’initiative prise par l’État du Koweït pour répondre à la demande du gouvernement irakien de reporter pour la deuxième fois, et jusqu’en 2017, la perception des indemnités dues par l’Irak.
 
Situation au Yémen : les deux parties ont réaffirmé la nécessité de mettre en œuvre la résolution 2216 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, afin de rétablir et de relancer un dialogue inclusif entre toutes les parties yéménites, et de reprendre un processus politique sur la base de l’Initiative du Golfe et du mécanisme exécutif prévu par celle-ci et des résultats de la Conférence du dialogue national.
 
Dossier nucléaire iranien : la partie koweïtienne s’est félicitée des efforts déployés par la France dans le cadre du groupe E3/UE+3 qui ont permis la conclusion d’un accord de long terme, à Vienne, en juillet dernier. Les deux parties ont réaffirmé qu’il était essentiel que l’Iran respecte ses engagements dans le cadre de cet accord et que tous les États veillent à en garantir l’exécution afin de clore ce dossier définitivement. Elles ont réaffirmé à cet égard qu’il est important de renforcer les relations entre les pays du Golfe et l’Iran et la nécessité d’insister sur les principes de bon voisinage, de non-ingérence dans les affaires intérieures et de respect de la souveraineté des États.
 
Situation en Libye : les deux parties ont exprimé leur soutien total aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et aux efforts déployés par l’Envoyé spécial des Nations Unies en Libye, M. Bernardino León. Elles ont appelé les parties libyennes concernées à adopter au plus vite l’accord et la proposition de Conseil présidentiel faite par l’Envoyé spécial des Nations Unies, afin de former rapidement un gouvernement d’unité nationale capable de rétablir la paix et la sécurité en Libye.
 
Processus de paix au Proche-Orient : les deux parties ont réaffirmé leur engagement de parvenir à une paix juste, durable et globale au Proche-Orient sur la base des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies, des principes de Madrid, de la Feuille de route, des conventions précédemment conclues entre les parties et de l’initiative arabe de paix. Elles ont également souligné l’importance que la communauté internationale poursuive ses efforts en vue d’une reprise d’un processus de paix crédible. L’État du Koweït a salué l’initiative française visant à mettre en place un Groupe international de soutien au processus de paix et ayant permis une réunion du Quartet élargi aux principaux partenaires arabes et européens. Les deux parties ont appelé à ce que tout soit mis en œuvre pour mettre fin au cycle de violences qui avait déjà fait de trop nombreuses victimes.
 
c.  Coopération militaire

Les deux parties ont réaffirmé combien il importait de renforcer la coopération mutuelle dans le cadre de l’Accord de coopération en matière de défense signé entre les deux pays et d’œuvrer au renforcement des perspectives de coopération militaire grâce à la consolidation du partenariat existant.
 
d.  Coopération économique et commerciale

Les deux parties se sont félicitées de la signature d’une déclaration d’intention concernant la coopération entre les institutions financières koweïtiennes et Bpifrance, qui prendra la forme d’investissements conjoints dans des entreprises technologiques françaises pouvant s’élever à 450 millions d’euros.
 
Elles ont par ailleurs salué l’ouverture de négociations visant à établir un mécanisme de co-investissement entre l’Autorité publique d’investissement et la Caisse des dépôts et consignations (les investissements koweïtiens s’élèveront à un milliard d’euros).
 
Les deux parties sont convenues de renforcer leurs relations économiques et commerciales, ainsi que les investissements entre les deux pays, grâce à des investissements croisés. Elles se sont déclarées vivement satisfaites du volume des investissements détenus par l’Autorité publique d’investissement en France, qui a dépassé les dix milliards d’euros, tout en exprimant leur souhait commun de voir ce chiffre augmenter encore.
 
Les deux parties ont réaffirmé qu’il importe de renforcer la présence des entreprises françaises au Koweït dans l’espoir d’accroître leur participation au marché koweïtien.
Les deux parties ont discuté de la possibilité pour l’État du Koweït et la France de coopérer sur le continent africain en finançant des projets de développement communs entre le Fonds koweïtien de développement économique arabe et l’Agence française de développement.
 
e.  Coopération en matière de culture et de communication

Les deux parties sont convenues d’intensifier leur coopération en organisant des expositions internationales et en travaillant ensemble pour soutenir l’enseignement de la langue française au Koweït. L’État du Koweït a en effet commencé à enseigner le français durant les années de collège à titre expérimental durant l’année 2015-2016.
 
Les deux parties se sont engagées à favoriser la reconnaissance des diplômes français au Koweït afin d’augmenter le nombre d’étudiants koweïtiens en France.
 
f.  Coopération dans le domaine de la santé

Les deux parties ont réaffirmé leur intention de renforcer la coopération bilatérale, notamment en matière de formation médicale et dans le domaine de l’oncologie. Elles se félicitent de la signature, en marge de la visite officielle du Premier ministre, d’une déclaration d’intention entre l’Institut Gustave Roussy et le secteur privé koweïtien, facilitant l’établissement d’un centre d’onclologie franco-koweïtien.
 
L’État du Koweït a apprécié les efforts déployés par la République française pour accueillir des patients koweïtiens dans des hôpitaux français, tout en soulignant qu’il est important de continuer à faciliter cet accueil.
 
g.  Coopération dans le domaine de l’environnement, de l’agriculture et du développement durable

Les deux parties sont convenues de renforcer leur coopération dans le domaine de l’atténuation et de l’adaptation au changement climatique, du développement durable, de l’environnement, de l’agriculture, de l’énergie, des technologies de l’information et dans d’autres domaines d’intérêt commun.
 
Les deux parties sont convenues que la conférence de Paris sur le Climat (21ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) en décembre 2015 est le moment de réaffirmer l’objectif de long terme de lutte contre le changement climatique, qui passe par un modèle de développement neutre en émissions de gaz à effet de serre avant la fin du siècle, permettant du lutter contre les effets du changement climatique.
 
Les deux parties ont réaffirmé qu’elles étaient attachées au succès de la Conférence et que l’accord de Paris dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, devra permettre de maintenir la hausse moyenne des températures mondiales en dessous de 2° C par rapport aux niveaux pré-industriels, viser à soutenir la transition à long terme de l’ensemble des pays vers un modèle de développement faiblement émetteur de gaz à effet de serre d’ici 2020, qui soit diversifié, et avoir un objectif à terme de 100 % d’énergie propre.
 
La partie française a présenté à la partie koweïtienne un projet d’arrangement administratif entre le ministère français de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et l’Autorité koweïtienne de l’Agriculture et de la Richesse piscicole afin de mettre en place un mécanisme exécutif de coopération dans le domaine de l’agriculture, ainsi que les bases permettant de renforcer le secteur laitier au Koweït. La partie koweïtienne a exprimé son vœu de renforcer cette coopération et la partie française répondra dès que possible à ce souhait.
 
À l’issue des échanges, Son Altesse le Premier Ministre a exprimé ses vifs remerciements et sa gratitude à son homologue français pour l’excellence de son hospitalité, et il l’a invité à se rendre en visite dans l’État du Koweït pour assurer le suivi des excellentes relations entre les deux pays. Le Premier Ministre français a remercié Son Altesse pour son invitation et affirmé qu’il souhaitait y répondre favorablement dès que possible.
 
 
ANNEXE - Liste des conventions
 
 
1.  Accord entre le Gouvernement de l’État du Koweït et le Gouvernement de la République française relatif au Centre français d'Archéologie et de Sciences Sociales au Koweït (CEFAS)
 
2.  Lettre d’intention entre le Gouvernement de l’État du Koweït et le Gouvernement de la République française relative à la coopération dans le domaine de la diffusion des programmes d’information de Radio France Internationale
 
3.  Déclaration d’intention entre le Gouvernement de l’État du Koweït et le Gouvernement de la République française concernant la coopération entre les institutions financières koweïtiennes et BPIfrance
 
4.  Arrangement technique relatif à la coopération dans le cadre de l’acquisition d’hélicoptères CARACAL par le Koweït
 
5.  Deux déclarations d’intention relatives à l’acquisition de matériel et à la maintenance de patrouilleurs
 
6.  Protocole de coopération entre la Garde nationale koweïtienne et la Gendarmerie nationale française
 
7.  Accord dans le domaine de la formation professionnelle entre la PAEET (Autorité publique pour l’Éducation professionnelle et la Formation) et l’Académie de Paris
 
8.  Accord relatif à la coopération scientifique autour d’un procédé de dessalement de l’eau de mer par l’énergie solaire entre l’Université de Perpignan et KISR
 
 
 
 
 
Communiqué du 21 octobre 2015, Communiqué conjoint des Premiers ministres de la France et du Koweït