25 septembre 2015 - Dossier de presse

Conseil national de la montagne

Manuel Valls a présidé le 25 septembre le Conseil national de la montagne (CNM), à Chamonix-Mont-Blanc en Haute-Savoie, en présence de Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, et de membres du Gouvernement.

La montagne est un lieu d’exception pour tous les Français. Mais c’est avant tout, pour les montagnards, un lieu de vie. En montagne, les actes de la vie courante peuvent parfois s’avérer plus compliqués qu’ailleurs : faire ses courses, déposer les enfants à l’école, aller chez le médecin, téléphoner et utiliser internet, etc. Ces tâches peuvent devenir quasiment impossibles l’hiver ou lors d’accidents naturels coupant les voies d’accès.

Face aux changements climatiques, aux évolutions de la société, les habitants de la montagne doivent être rassurés sur la pérennité de leur mode de vie.

Pour faire vivre la promesse d’égalité entre les territoires en montagne, le premier enjeu concret pour chacun c’est l’accès. L’accès physique aux massifs et aux hautes vallées. L’accès aussi aux services, aux savoirs et informations, aux connaissances et aux compétences, aux marchés, aux réseaux d’appui aux projets...
Ce désenclavement, physique et numérique, doit se faire pour ceux qui résident, travaillent ou veulent faire grandir leurs projets en montagne. Cette exigence doit aussi être comprise de tous ceux qui pratiquent la montagne et qui doivent renouveler leurs représentations et leurs usages de celle-ci.

Cette promesse d’égalité d’accès aux services essentiels concerne prioritairement quelques domaines pour lesquels des réponses efficaces, adaptées et rapides doivent être trouvées :
• l’accès aux soins, aux services de santé, quelle que soit la saison, et en particulier dans les situations d’urgence ;
• l’accès à la téléphonie et à Internet, essentiels pour lutter contre l’isolement et prévenir les dangers, mais aussi pour travailler, produire et répondre aux formalités administratives dématérialisées.
Elle implique une mobilisation particulière pour les territoires qui demeurent enclavés ou sont confrontés à des circonstances exceptionnelles.

Ce Conseil national de la montagne marque ainsi une étape supplémentaire dans la construction de la "nouvelle France des territoires". Il montre que, dans notre République, chacun, où qu’il vive, est accompagné.
Conseil national de la montagne