18 septembre 2015 - Vidéo

E17 - Pour trouver le chemin

Francesco pensait consacrer sa journée à la réalisation de démarches administratives. C’est cependant de bonne heure qu’il arrive au bar du Mistral. Il raconte à Roland que les nouveaux aménagements - et notamment l’installation de panneaux signalétiques - facilitent vraiment la vie des gens en favorisant une circulation plus intuitive et un accès direct aux différents services.

L’accessibilité des services publics est un droit pour tous les citoyens puisqu’elle tend au plein exercice de leur citoyenneté. Sachant que près de 35% de la population française est en situation de handicap (durable ou temporaire), les établissements recevant du public, doivent favoriser une accessibilité égale et non discriminante pour tous. Cela nécessite parfois d’importants travaux, mais il existe aussi des petits aménagements simples qui peuvent contribuer à la vie de tous : avoir une bonne signalétique, claire et compréhensible de tous, peut rendre service à plus d’une personne.  

Voix off : Une meilleure compréhension de l’accessibilité avec Plus belle la vie « ensemble ».
Audiodescription : Un jeune homme brun et barbu entre au bar du « Mistral ». Roland est derrière le comptoir. Un client boit un café en face de lui.
Roland : Vous avez l’air bien guilleret ce matin !
Jeune homme : J’avais des démarches administratives à faire et je pensais y passer la journée ! Entre l’accueil, les différents services, attendre les documents, la validation, se perdre dans les couloirs, retourner à l’accueil ! D’habitude c’est un labyrinthe ! Dans les labyrinthes, on s’y perd.
Client : Eh bien moi j’ai un ami, il y est rentré… il n’en est jamais sorti !
Roland : Jamais ?!
Client : On ne sait pas.
Jeune homme : Là, ils ont mis des panneaux pour faciliter la vie des gens. Ils ont dit qu’à la base, c’était pour les personnes handicapées, mais ça change tout ! Moi, handicap ou pas handicap, ça m’a vraiment facilité la vie !
Roland (au client) : Votre ami, il va peut-être finir par en sortir !
Client : Ben… on ne sait pas !
Fin