20 janvier 2015 - Discours

Vœux à la presse du Premier ministre

Monsieur le ministre,
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs,
 
Merci pour ces mots, cher Benjamin SPORTOUCH. C’est – vous teniez à le souligner – la deuxième fois que vous présentez des vœux à un Premier ministre et je vois déjà que vous maîtrisez avec une grande agilité d’esprit tous les codes de cette belle tradition ! Une tradition qui dit l’attachement de la République à votre profession.

Elle était plus que jamais nécessaire cette année car la presse, dans son ensemble, dans ses fondements, vient d’être brutalement et lâchement attaquée.

Dans le pays de la satire, du pamphlet, de la caricature, le pays de VOLTAIRE et de BEAUMARCHAIS, le pays de la loi de 1881, on s’en est pris à des journalistes et à des caricaturistes de talent. Huit de vos confrères, de vos amis, ont été assassinés simplement parce qu’ils ne voulaient pas se taire, simplement parce qu’ils exerçaient librement leur métier – et ils avaient raison. Car déposer leur plume ou leur crayon, ils le savaient, c’était renoncer à vivre libre.

Il y aura un avant et un après le 7 janvier. Nous tous n’oublierons jamais la sidération, l’effroi qui nous a saisis. C’était d'ailleurs, pour ce qui me concerne, et pour beaucoup d’entre vous, quelques secondes, quelques minutes après la présentation que j’avais faite des propositions du gouvernement avec Fleur PELLERIN sur le dossier épineux des intermittents du spectacle.

Nous n’oublierons pas, bien sûr, la douleur et la tristesse qui nous ont saisis. Tristesse infinie, car l’horreur ne s’est pas arrêtée là. En trois jours, dix-sept personnes ont été tuées par les terroristes. On a ciblé des policiers, des Français juifs parce qu’ils étaient juifs, on a visé la France dans ce qui fait son identité, sa diversité, sa richesse. Ces mots, vous les avez entendus, nous les avons prononcés depuis dix jours. Mais il ne faudra jamais sombrer dans l’habitude et il faudra à chaque fois les rappeler.

La France a répondu de la plus grande et de la plus belle des manières. D’abord, par le courage, le très grand professionnalisme, l’abnégation de ses forces de l’ordre qui ont agi rapidement et qui ont mis ces terroristes hors d’état de nuire. La France ne peut pas, elle ne doit pas, elle ne cède pas aux ultimatums de la haine. Elle est mobilisée pour assurer la protection des Français en agissant sur des théâtres extérieurs – je pense au Sahel, à l’Irak – comme sur notre sol.

Je sais qu’il y a des débats sémantiques, mais il faut toujours dire ce qu’il en est. Il ne faut pas tromper nos concitoyens. Nous menons cette guerre non pas contre une civilisation, non pas contre une religion mais, comme je l’ai dit à la tribune de l’Assemblée nationale, contre le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical.

La menace terroriste globale, je veux le redire devant vous tous, dans sa diversité, n’a jamais été aussi élevée. Face à des individus présents sur notre sol, à des réseaux structurés, à des donneurs d’ordre du terrorisme international, il ne peut pas y avoir de risque zéro. Cette menace est une donnée structurante du monde actuel. Elle ne concerne pas que la France, nous l’avons vu encore il y a quelques jours en Belgique. Et c’est donc un combat de longue haleine, sans doute de plusieurs années – là aussi, il faut parler clairement – que nous avons devant nous.

La réponse est aussi venue de ces millions de Français que l’on disait parfois résignés, indifférents. Ils se sont levés massivement, avec force, unité et dignité pour dire non à la barbarie, pour dire non au terrorisme. Et nous devons toujours éviter ce piège des amalgames, des identités irréconciliables, ce piège que nous tendent les terroristes.

“Je suis Charlieˮ, ce message qui a réuni tous les Français, beaucoup de Français, qui étaient dans la rue, était un cri prononcé spontanément : celui de la liberté. Il n’a pas d'ailleurs été seulement celui des Français, on l’a aperçu un peu partout dans le monde : le lendemain du 7 janvier, partout, la presse – presse nationale bien sûr, presse internationale bouleversée elle aussi, frappée par ces événements – s’est emparée de ce cri de ralliement.

Mais “Je suis Charlieˮ, ce n’est pas le seul message de la France au monde. Il ne faut pas réduire le monde, la France, ce que nous sommes, à un seul message. La France porte la liberté d’expression partout et elle défend également d’autres valeurs qui nous sont chères : la paix, le respect des convictions, le respect de l’expression des cultes. C’est aussi cela, la laïcité et le dialogue entre les religions.

Le maire d’Evry que j’ai été pendant onze ans le sait peut-être mieux que quiconque : nous devons connaître l’autre pour mieux se comprendre et pour éviter les amalgames qui – dans ces périodes difficiles, troubles, où beaucoup de nos concitoyens connaissent la peur – peuvent l’emporter.

En se levant, les Français ont rappelé aussi une vérité oubliée – peut-être, d'ailleurs, que c’est une des leçons de ce qui vient de se passer – : il n’y a pas de démocratie sans liberté d’opinion, d’expression, sans la presse, sans les journalistes. Une presse libre de rechercher, d’interroger, d’informer, libre de critiquer – nous avons l’occasion de le constater … avant on pouvait le lire chaque matin, maintenant c’est plusieurs fois par jour ! –, libre de moquer les puissants. Et la question n’est pas de savoir si la moquerie est justifiée ou non, la question c’est l’existence même de cette possibilité de se moquer. Remettre en cause cette possibilité, c’est remettre en cause les fondements de la démocratie.

Mais, là aussi, il nous faut expliquer, faire comprendre que la caricature, la moquerie, l’esprit libre, la critique, l’analyse n’ont rien à voir avec les délits que sont l’antisémitisme, le racisme, l’apologie du terrorisme, le négationnisme. C’est un débat que nous devons mener, que vous devez mener, que nous devons mener ensemble, notamment vis-à-vis de ceux qui doutent et des jeunes qui vont chercher leur information ailleurs qu’à l’école ou dans la presse.

Cette liberté de la presse, nous devons aussi la promouvoir partout où elle est contestée. En 2014, à travers le monde, soixante-six journalistes ont été tués. Parmi eux se trouvait votre consœur, la jeune reporter Camille LEPAGE, tuée en Centrafrique. Je veux ici à nouveau rendre hommage à son courage, qui honore votre profession.

L’année 2014 a aussi vu, vous le disiez, d’heureuses libérations. Après dix mois de captivité en Syrie, les quatre journalistes français Edouard ELIAS, Didier FRANCOIS, Nicolas HENIN et Pierre TORRES ont été libérés.

La liberté de la presse, c’est bien sûr la question fondamentale de la protection des sources des journalistes. Le président de la République a apporté hier soir, à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de l’AFP, une réponse claire, je crois, à vos interrogations. Il s’est engagé à ce qu’un projet de loi, Madame la ministre, améliorant l’état du droit existant soit discuté au Parlement cette année. Nous devons avancer ensemble pour établir ce nécessaire équilibre entre protection des sources et protection des intérêts fondamentaux de la Nation.

Je veux dissiper d’ailleurs votre interrogation concernant les amendements de la loi croissance et activité sur le secret des affaires. Il s’agit seulement de mieux protéger nos entreprises en protégeant leur capital stratégique et en luttant contre l’espionnage industriel.  Emmanuel MACRON comme Fleur PELLERIN sont à votre disposition, bien sûr, pour poursuivre cette discussion.

Avec le temps et à la place qui est la mienne – d’autant plus que j’ai déjà organisé ces rendez-vous entre le Premier ministre et la presse ! – j’ai pu voir l’évolution profonde de votre métier. Un métier, comment dire, total, mais surtout une identité. Etre journaliste, c’est – au-delà d’une fonction, d’un métier, d’une profession – un mode de vie, des valeurs, un état d’esprit, j’oserai même dire une fraternité.

On peut ici ou là avoir ponctuellement des désaccords, parfois je les exprime, chacun d’entre nous réagit avec son tempérament. Mais j’ai un profond respect pour ce métier. Si je dis « j’aime la presse », j’en vois certains qui souriront. Mais, oui, il faut être fier du métier de journaliste. Il faut être attentif au fait que les professions qui aujourd’hui sont contestées,  qui ne reçoivent pas la confiance de nos concitoyens sont les responsables politiques mais aussi les journalistes.

Vous êtes journalistes, vous êtes les témoins, vous êtes les yeux et les oreilles de la société et de notre monde. C’est une belle et c’est une immense charge, car c’est à vous que revient la responsabilité de sélectionner ce qui – dans l’immensité du réel, démultiplié aujourd’hui par Internet – est digne, ou non, d’être porté à la connaissance du public. Voilà le cœur du métier du journaliste, sa difficulté et bien-sûr aussi sa noblesse.

Et cette tâche, avec la révolution technique, la généralisation du traitement continu, la concurrence accrue, est devenue, vous le savez mieux que quiconque, encore plus lourde, presque physiquement parfois. Et toujours plus exigeante.

Mécaniquement, les questions de déontologie se sont multipliées. Elles sont plus que jamais au centre de vos préoccupations. Je tiens à saluer l’esprit de responsabilité avec lequel l’immense majorité des journalistes ont traité ces derniers moments tragiques. Certains comportements ont toutefois posé question aux Français, aux forces de l’ordre. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel doit en tirer les enseignements, avec vous, car c’est à vous évidemment de porter ces enseignements.

Je sais que l’on a souvent l’image du journaliste enquêtant en solitaire, mais le journalisme c’est aussi un monde de solidarité, et j’ai pu la ressentir une fois de plus dans ces moments, et en me rendant tout particulièrement le lendemain du 7 à la matinale de France Inter ou vendredi dans les locaux du journal LIBERATION, qui accueillait, une nouvelle fois, la rédaction de Charlie Hebdo.

Je sais combien les acteurs de la presse dans leur ensemble, éditeurs, imprimeurs, distributeurs, diffuseurs, les chaînes de télévision et les radios se sont mobilisés pour permettre la sortie mercredi dernier de Charlie Hebdo. Je tiens à les en remercier.

Le gouvernement, par la voix de Fleur PELLERIN, a offert également son soutien – une aide exceptionnelle d’un million d’euros. La ministre va poursuivre ce travail, elle rencontre aujourd’hui même d’ailleurs l’équipe de Charlie Hebdo. Et il faut que Charlie Hebdo ait enfin les moyens d’assurer sa pérennité.

Comme d’autres titres, hebdomadaires ou mensuels, il n’est pas éligible à certaines aides publiques destinées à soutenir et renforcer le pluralisme de la presse. Cette situation est paradoxale lorsqu’on sait la liberté et la singularité du ton de ce journal. Fleur PELLERIN a donc engagé un travail pour que l’attribution de ces aides ne soit plus tributaire de la périodicité d’un titre.

La presse est un secteur d’activité spécifique, qui n’échappe pas à des mutations profondes et parfois douloureuses. Les aides de l’État doivent mieux accompagner cette transition économique et numérique. Elles doivent être plus ciblées sur la presse dite d’information politique et générale, quitte à ouvrir la définition de cette notion. Et il faudra améliorer l’efficacité du système de distribution et de diffusion des journaux.

Vous tous, journalistes, êtes confrontés à un monde de l’information qui change, mais vous êtes d’abord aussi confrontés aux interrogations brûlantes de notre société.

Et au fond, tous les évènements qui se sont succédé ces derniers jours révèlent quelque chose de la France. Ils nous disent que la lutte contre la haine, l’antisémitisme sous toutes ses formes, le racisme, sont des urgences absolues. Et elles réclament d’agir avec une très grande lucidité et une très grande fermeté.

Il y a aussi ces enfants de la République – comment fermer les yeux – qui ont refusé la minute de silence, interrogeant notre capacité à transmettre nos valeurs. Ce ne sont pas tous les jeunes, bien-sûr, mais ce sont des symptômes de quelque chose qui ne va pas bien.

Nous devons reprendre le combat de la laïcité – un combat que, par faiblesse ou inconséquence, nous avons trop longtemps délaissé. Les principes de laïcité sont trop souvent bafoués, et nous savons bien que ce sont alors les tentations communautaristes qui gagnent du terrain. Il faut expliquer ce que la laïcité signifie.

Oui, ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays, ou des défis que nous avons à relever.

Et à cela il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle – uniquement par intermittence, après on oublie. C’est ainsi. Les émeutes de 2005, qui aujourd’hui s’en rappelle ? Et pourtant, les stigmates sont toujours présents : la relégation périurbaine, les ghettos, ce que j’évoquais en 2005 déjà, un apartheid territorial, social, ethnique qui s’est imposé à notre pays, la misère sociale à laquelle s’additionnent les discriminations quotidiennes parce que l’on a n’a pas le bon nom de famille, la bonne couleur de peau, ou bien parce que l’on est une femme.

Il ne s’agit en aucun cas, vous me connaissez, de chercher la moindre excuse. Il faut regarder la réalité de notre pays.

Et puis il y a aussi cette peur collective face au chômage de masse, au chômage de longue durée, au chômage des jeunes ; face à la vie trop chère ; au risque de déclin ; à l’angoisse du déclassement individuel, qui pousse au repli sur soi ; à l’angoisse des parents pour l’avenir de leurs enfants. Je pourrais continuer, mais ce diagnostic sur l’état de la France, je l’ai fait de nombreuses fois devant vous et surtout vous le faites – encore ces derniers jours – avec je crois une très grande qualité d’analyse.

En tout cas, ce diagnostic s’impose à nous plus que jamais. C’est un défi lancé, aux responsables politiques bien-sûr, mais aussi à l’ensemble des institutions ou à l’ensemble de ce qu’on appelle improprement les élites. C’est un défi aussi lancé à chaque citoyen, car si les évènements des derniers jours ont révélé les failles ou les fractures de la France, ils ont aussi montré le potentiel extraordinaire de notre pays.

Je sais bien qu’on voudrait presque déjà passer à autre chose, évoquer d’abord ceux qui n’y étaient pas, ou ceux qui n’auraient jamais pu aller manifester, mais il y a d’abord ceux qui ont manifesté et ceux qui auraient voulu manifester. Ou ceux qui ont manifesté en achetant des millions d’exemplaires de Charlie Hebdo.

Le peuple français nous a rappelé à quel point il pouvait être grand, fier, généreux. C’est ce qui a d’ailleurs été constaté partout dans le monde. Un peuple qui sait encore s’indigner – on avait le sentiment qu’il ne pouvait plus le faire –, défier la peur, crier son amour de la liberté, sa passion de l’égalité, sa soif de justice, fort de cet optimisme, de cette générosité, de cette confiance.

Tout cela est fragile. Et les responsables politiques, le président de la République, le chef du gouvernement, les membres du gouvernement gardent la tête froide, les pieds sur terre. Mais nous savons que forts de ces éléments, c’est à nous, responsables publics, d’abord, d’être à la hauteur des défis qui sont devant nous. C’est là où il y a un avant et un après, et il faut entendre le message, le mandat, certains d’entre vous d’ailleurs ont parlé d’ultimatum des Français.

Il nous faut être capables de prendre les décisions immédiates. Nous en avons déjà prises pour assurer la sécurité des Français : j’annoncerai demain, après le Conseil des ministres, de nouvelles mesures avec Bernard CAZENEUVE, Christiane TAUBIRA, Laurent FABIUS et Jean-Yves LE DRIAN. Le président de la République présidera aussi un Conseil de Défense, avec des décisions concernant les forces armées.

Je réunirai le gouvernement, jeudi matin, pour évoquer principalement les questions de société : École – j’y reviendrai –, jeunesse, quartiers, mais en intégrant le temps long. Car nous ne pouvons faire croire aux Français qu’en quelques jours, nous aurions déjà les solutions pour régler des problèmes lourds de notre société. Nous devons poser le diagnostic, poser les mots sur les difficultés, les défis à relever, et montrer aux Français que nous avons compris leur message. Si dans quelques semaines, dans quelques mois, nous revenons à nos débats, en oubliant ce message, alors la réponse du peuple français, vous la connaissez, elle sera implacable. C’est là où, comme le disait le chef de l’État ce matin, nous devons nous hisser à la hauteur de l’exigence.

Je vous ai présenté, il y a quelques semaines, les grandes priorités du gouvernement, avec l’agenda des réformes, fixant les grands axes de l’action gouvernementale – Monsieur le président – jusqu’en 2017. Je sais – et je vous en remercie – que vous êtes, c’est cette fraternité que j’évoquais, préoccupé par mon avenir, plus qu’il ne m’occupe moi-même. Mais je vous répondrai que c’est l’avenir de la France qui, sous l’autorité du président de la République, m’occupe chaque jour. Je crois que nous avons éprouvé, les uns et les autres, avec peut-être encore plus de gravité, le poids qui est celui de gouverner un si grand pays que la France dans cette période ; et face à ses défis, cette gravité ne doit plus nous quitter. Jamais.

Un mouvement, je le crois, sans précédent de réformes s’est mis en place, et la majorité déterminée, a su, je crois, prendre les bonnes décisions, notamment en termes de maîtrise de nos comptes publics. Il faut évidemment faire encore mieux ; ce mouvement doit se poursuivre, s’amplifier. Car dans un monde qui change si vite, la France doit aller de l’avant pour conserver son rang. Elle est là, la bataille principale : faire en sorte que notre pays soit au niveau des évolutions du monde, reste une grande puissance économique et industrielle. Elle est une grande puissance diplomatique, elle est une puissance militaire ; sa voix, sa langue, sa culture rayonnent dans le monde – et avec quelle force, ces derniers jours. Mais nous savons que nous devons nous réformer, changer, tout en maîtrisant notre destin et en gardant notre modèle social – auquel les Français sont attachés : mais ils sont prêts, eux aussi, à des efforts et à des changements.

Réformer, c’est d’abord tout faire pour retrouver la croissance, améliorer la compétitivité de nos entreprises, et donc tout faire pour l’emploi, qui reste, bien sûr, le grand défi. Qui peut penser un seul instant que l’on va oublier les prochains chiffres du chômage ! Et la réalité de l’emploi dans notre pays, c’est le sens du Pacte de responsabilité et de solidarité, qui est engagé désormais dans les faits. Et c’est aux acteurs économiques de prendre leurs responsabilités pour accélérer la négociation dans les branches et aboutir concernant les contreparties.

Agir pour la croissance, ce sont aussi les mesures de simplification, cette révolution silencieuse, et le projet de loi pour la croissance et l’activité, porté par le ministre de l’Économie, Emmanuel MACRON – pragmatiques et efficaces, je parle et du ministre et du projet ! Actuellement examiné par le Parlement, je suis convaincu que ce texte permettra de lever certains blocages et de libérer les gisements d’emplois dont la France a besoin. Certains considèrent qu’il va trop loin, d’autres qu’il est trop timide, quand je vous lis. Donc, ça doit aller plutôt dans le bon sens.

Il n’enlève aucun droit à quiconque. Il redonne des chances, ouvre des opportunités pour ceux qui en ont trop peu. C’est un texte de liberté, c’est un texte qui soutient la croissance, et c’est – comme l’a dit le président de la République – un coup de jeune aussi pour le pays.

Nous agissons aussi, bien évidemment, à l’échelle de l’Europe, et toutes les thèses françaises, celles défendues par le président HOLLANDE depuis 2012, s’avèrent justes sur l’impact de politiques uniquement tournées vers l’austérité, s’avèrent justes sur la question de l’inflation, s’avèrent justes – et je l’ai rappelé à la tribune de l’Assemblée en avril dernier – sur le niveau de l’euro.

Au cours des derniers mois, des résultats importants ont été obtenu avec la baisse de l’euro, qui se rajoute à une conjoncture que vous connaissez parfaitement, et que vous détaillez, c’est-à-dire le prix du baril de pétrole, et le niveau des taux d’intérêt. Je veux saluer les décisions de la BCE, qui devrait encore, en toute indépendance, cette semaine, prendre de nouvelles initiatives. Elles sont annoncées, elles sont importantes pour l’économie, alors que les instituts de conjoncture montrent un ralentissement de la croissance au niveau mondial, lié notamment au ralentissement de la croissance en Chine ou à la récession au Brésil.

Il faut saluer aussi cette grande initiative pour la croissance qu’est le plan d’investissement présenté par Jean-Claude JUNCKER, qu’il faut à présent traduire dans les faits. 315 milliards d’euros, tout cela est très important pour la croissance en France.

Mais rien ne pourra se faire de manière durable sans l’amélioration de la qualité de notre dialogue social. Le dialogue social, c’est la marque de ce quinquennat – même s’il prend du temps, et que vous ne manquez jamais de nous rappeler que cela ne va pas assez vite. Le dialogue social doit être la marque du fait que la société française se modernise.

Réformer, c’est aussi préparer l’avenir, vous m’avez souvent entendu insister – je l’ai dit encore il y a un instant – sur le temps long, sur l’importance de voir loin, de ne pas toujours céder aux urgences du moment. C’est nécessaire et j’imagine que vous aussi, vous avez ce débat. L’avenir, nous n’avons cessé d’y travailler depuis l’élection de François HOLLANDE. Je prendrai simplement trois exemples.

D’abord, je l’ai évoquée, la réforme territoriale. On la disait impossible, nous l’avons menée à son terme, et sans perdre un instant : en six mois, nous sommes passés de 22 régions à 13. Cette réforme permet de créer des régions avec une taille suffisante pour peser, pour mener à bien de grands projets, et développer nos territoires. Elle permet aussi d’alléger le millefeuille de compétences, de responsabilités, que vous avez tant de fois dénoncé dans vos analyses. Bien sûr, certains voudraient aller encore plus loin, mais enfin, ces régions, les nouvelles métropoles, les changements dans l’intercommunalité, les compétences aujourd’hui en débat au Parlement, ce sont des changements qui redessinent notre pays. Demain, vous connaissez bien le sujet, le numérique aura une importance encore plus grande dans nos vies, et dans l’économie. Nous devons donc redoubler d’efforts, car le tournant numérique n’est pas seulement l’affaire des entreprises ; c’est aussi un pilier de la modernisation de l’État, des services publics. C’est un enjeu de société, car l’accès au haut débit deviendra de plus en plus important à l’avenir.

Comment parler d’avenir sans parler d’environnement ? La France sera cette année – le président de la République le rappelait encore ce matin – en première ligne pour la protection de la planète et pour la lutte contre le réchauffement climatique. L’organisation de la COP21 est une immense responsabilité, et la France doit être et devra être exemplaire et audacieuse pour inciter les autres pays du monde à conclure un accord ambitieux. Il y a urgence. Exemplaire, audacieuse, ce sont des qualificatifs qui s’appliquent bien à la loi de transition énergétique votée à l’automne ; une loi qui engage une transformation profonde de nos modes de vie, de production, de consommation. Produire et consommer autrement pour vivre mieux, c’est aussi une belle promesse pour notre avenir, et c’est là où les responsables publics et politiques jouent pleinement leur rôle.

Préparer l’avenir, réformer, c’est enfin lutter avec acharnement contre les inégalités. Cette question, et je veux conclure avec ce point, est au cœur de cet enjeu fondamental qu’est la citoyenneté, c'est-à-dire, pour le dire autrement, ce sentiment d’appartenance à une même Nation, d’avoir un destin commun, d’avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs. Cette citoyenneté – ne parlons pas d’intégration, oublions les mots qui ne veulent plus rien dire –,  nous le sentons bien, et peut-être plus encore depuis le 11 janvier, a besoin d’être refondée, renforcée, re-légitimée. Nous devons combattre ce sentiment terrible qu’il y aurait des citoyens de seconde zone, des voix qui compteraient plus que d’autres ou des voix qui compteraient moins que d’autres. Je l’ai déjà dit, il nous faut renouveler nos méthodes pour mieux attaquer les inégalités à la racine et donner à chaque citoyen les clés pour réussir, s’exprimer, créer, construire sa vie.

Lutter contre les inégalités, contre les injustices, se battre pour l’égalité, ce beau mot français – thème que j’ai évoqué à l’occasion d’une conférence organisée par la Fondation Jean JAURES – ce thème-là doit être le fil rouge de notre travail gouvernemental, de notre action, plus que jamais aujourd’hui.

Mieux distribuer les chances dès le départ, c’est le rôle essentiel de l’École de la République – le président de la République y reviendra à l’occasion de ses vœux au monde de l’Education nationale demain. La ministre Najat VALLAUD-BELKACEM fera des propositions immédiates, mais elle proposera aussi une méthode pour s’inscrire dans la durée. L’école, nous lui donnons tous les moyens pour mettre chaque enfant sur un pied d’égalité – beaucoup a été fait depuis deux ans et demi.

L’École est la priorité de ce gouvernement, la jeunesse est la priorité du quinquennat. Ne faisons pas comme s’il ne s’était rien passé, comme si nous n’avions pas déjà mis en place des outils – qui évidemment mettent du temps à produire des résultats : on ne forme pas 300 000 enseignants comme ça, à travers seulement une loi, un discours, un propos – mais aussi des moyens. Car il faut des moyens : priorité à l’école primaire, formation des enseignants – on parle beaucoup actuellement de la formation des enseignants, notamment pour transmettre les valeurs –, socle commun de connaissances, de compétences et de culture, lutte contre le décrochage scolaire …150 000 jeunes, tous les ans, qui décrochent ! Tout est fait pour offrir un enseignement adapté aux difficultés de chaque élève, donner plus de moyens aux établissements qui en ont le plus besoin, prévenir ces décrochages et ouvrir à chacun les portes d’établissements prestigieux. C’est cela, la promesse républicaine ; car la réponse aux défis de la société, c’est bien la République. Nous devons améliorer le fonctionnement de notre système éducatif, le changer quand c’est nécessaire, le transformer quand cela s’impose, afin qu’il soit plus à même de lutter contre les déterminismes sociaux qui n’ont cessé de croître.

Et, dans de nombreux quartiers, et chez de nombreux de nos compatriotes, il y a ce sentiment, qui s’est imposé, qu’il n’y a plus d’espérance. La République doit renouer avec l’espérance ! L’École, c’est le creuset de la République. L’école n’est pas à part, elle est au cœur de la société. Donc l’élève doit être capable d’apporter à l’extérieur liberté, fraternité, laïcité, égalité entre les hommes et les femmes – dans de nombreux quartiers, le conservatisme, le machisme, la violence contre les femmes sont redevenus quelque chose, malheureusement, de commun –, le respect de l’autorité et de la règle, dont une société a besoin.

Mieux distribuer les chances, c’est aussi redonner les opportunités tout au long de la vie, permettre de rebondir, de se reconstruire quand il le faut. Je pense en particulier aux politiques de logement ambitieuses que nous déployons, mais dont les résultats sont trop longs à se mettre en œuvre : elles sont indispensables pour notre croissance. Je pense à la création d’un compte personnel de formation pour chaque salarié, ou au compte de prévention de la pénibilité. Je vois bien qu’on dénonce parfois sa difficulté de mise en œuvre, et nous mettons en place des dispositifs pour le simplifier au maximum, pour qu’il soit le plus efficace possible, notamment dans les petites et moyennes entreprises. Mais c’est aussi un droit, car s’il y a une inégalité supplémentaire, c’est celle face à la mort : comment accepter qu’un ouvrier vive une dizaine d’années de moins qu’un cadre ? Je pense aussi aux mesures de prévention contenues dans la loi santé, qui sera prochainement présentée au Parlement.

Vous voyez, en quelques mots, la détermination de ce gouvernement à mener les réformes, à les poursuivre, à les approfondir, ne faiblira pas. Mais avec cet état d’esprit : celui de la gravité, celui de se hausser au niveau d’exigences voulu par les Français, en privilégiant le dialogue, l’unité – ce n’est pas faire taire le débat, la démocratie ; ce sont des différences qui s’expriment, des alternatives qui sont proposées, mais tout va être une question de ton, tout va être dans la recherche de l’intérêt général. Et la mission du gouvernement, avec bien sûr le chef de l’État, je le rappellerai jeudi matin, c’est d’être à ce niveau de gravité, de privilégier l’intérêt général, de privilégier le dialogue, avec l’opposition, avec les partenaires sociaux, et d’une manière générale avec la société, pour agir, et parfois pour agir vite, en profondeur, bousculer quand c’est nécessaire. C’est cela, le mandat : mesures immédiates, mesures pour ce quinquennat, chantiers pour le temps long – qui peut croire un seul instant qu’il ne faudra pas une génération pour réformer en profondeur l’école et pour réduire les inégalités de nos quartiers populaires.

Monsieur le président de l’Association de la presse ministérielle, vous m’interpellez, non sans malice, en me disant que vous continuerez à m’interroger avec constance, je l’espère, sur l’avenir de la gauche. C’est à elle, en grande partie, sans sectarisme, et dans le dialogue républicain que j’évoquais, de porter et d’incarner ces grands défis. Car la gauche n’est forte et grande que quand elle s’adresse à tous, quand son destin se confond pleinement avec le destin de la Nation, de la République, de la France. Vous m’interrogerez sur le changement de gouvernement que nous avons connu – c’est déjà du passé –, la majorité à l’Assemblée, ma politique économique, la menace de l’extrême droite : vous avez bien raison.

Eh bien, je continuerai, moi aussi, à faire mienne cette constance, et, je crois pouvoir le dire, ma cohérence. Constance pour être fidèle à l’esprit du 11 janvier, constance face à la haute exigence des Français, constance dans l’esprit de réformes, constance – c’est tout mon engagement – dans la lutte contre les inégalités. Cette constance, je le souhaite, sera la meilleure réponse, la plus précise possible, à vos questions.

Joseph PULITZER a eu raison d’affirmer que la République et sa presse graviront ensemble les sommets ou bien elles iront ensemble à leur perte. Leurs destins sont en effet, je le crois, c’est le sens d’une démocratie, liés de manière irrévocable. Tous ceux qui se battent contre une dictature, contre un totalitarisme, se battent d’abord pour des élections libres, pour la liberté de la presse. Nos destins sont liés.

En vous adressant aujourd’hui, à tous, des vœux de cohésion, de réussite, je forme donc également des vœux pour la France, pour que notre pays sache se rassembler, faire preuve d’unité, il l’a fait, de fierté aussi, pour aller plus encore de l’avant. Soyons fiers de la France ; je l’ai rappelé mardi dernier une nouvelle fois à l’Assemblée, ce message de fierté pour nos valeurs, notre belle histoire, notre culture, notre langue, mais aussi notre innovation, notre création, notre audace. Fierté que j’ai voulu d’ailleurs transmettre dans ma carte de vœux, certains d’entre vous me l’ont fait remarquer en me répondant avec malice. Fierté d’être français et de conduire aussi, aujourd’hui, le gouvernement de la France sous l’autorité du chef de l’Etat. Fierté, donc, de pouvoir vous adresser, à vous, journalistes, des vœux, que je renouvelle ici : très bonne année 2015 à vous toutes et à vous tous.
Vœux à la presse du Premier ministre