28 mai 2015 - Communiqué
Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 10 Février 2016

Maroc - XIIe rencontre franco-marocaine de haut niveau - Déclaration finale

La XIIe rencontre franco-marocaine des chefs de gouvernement s'est tenue à Paris le 28 mai 2015 sous la coprésidence de MM. Manuel Valls et Abdel-Ilah Benkiran.
Le président de la République française, François Hollande, a accordé une audience au chef du gouvernement du Royaume du Maroc à cette occasion.
Le chef de gouvernement marocain était accompagné d'une importante délégation ministérielle. Ont participé à cette rencontre,

- Du côté marocain :
M. Mohamed Hassad, ministre de l'intérieur ;
M. Mustafa Ramid, ministre de la justice et des libertés ;
M. Rachid Benmokhtar Benabdallah, ministre de l'éducation nationale et de la formation professionnelle ;
M. Lahcen Daoudi, ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres ;
M. Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’industrie, du commerce de l’investissement et de l’économie numérique ;
M. Mohand Laenser, ministre de la jeunesse et des sports ;
Mme Bassima Hakkaoui, ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social ;
M. Mohamed Nabil Benabdellah, ministre de l’habitat et de la politique de la ville ;
M. Mohamed Amine Sbihi, ministre de la culture ;
Mme Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des affaires étrangères et de la coopération ;
M. Mohamed Moubdii, ministre délégué auprès du chef du gouvernement, chargé de la fonction publique et de la modernisation de l'administration ;
Mme Hakima El Haite, ministre déléguée en charge de l’environnement auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement.

- Du côté français :
M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international ;
Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche ;
Mme Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la justice ;
M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur ;
Mme Fleur Pellerin, ministre de la culture et de la communication ;
Mme Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation, de la fonction publique ;
M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports ;
Mme Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée la Francophonie et du développement ;
Mme Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie.

Les deux chefs de gouvernement ont ainsi coprésidé un séminaire intergouvernemental qui a été l'occasion d'échanges approfondis sur le renouveau et le renforcement du partenariat d’exception entre la France et le Maroc depuis la dernière rencontre de haut niveau en 2012.

En faisant le constat de la solidité du socle de la relation bilatérale, manifestée lors de la rencontre des deux chefs d’État le 9 février 2015, ils ont réaffirmé leur attachement à la richesse des liens et à la force de l’amitié entre les deux pays. Ils ont salué la vitalité de la coopération entre les gouvernements, les parlements, les collectivités locales, les universités et les acteurs associatifs.

Le ministre français des affaires étrangères et du développement international et le ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique ont ouvert, le même jour, un forum économique organisé à l’initiative du Club des chefs d’entreprises France-Maroc, sur le thème : "France-Maroc : nouvelles réalités, nouvelles coopérations, nouvelles frontières", en présence de plusieurs centaines d’hommes d’affaires français et marocains, forum clôturé par Monsieur le Chef du gouvernement du Royaume du Maroc.
 

Organisation du partenariat

1. Face aux enjeux régionaux et internationaux, la France et le Maroc doivent relever ensemble les défis du XXIe siècle. Forts d’une histoire partagée et d’une communauté de destin, portés par l’ambition de renouveau exprimée par leurs chefs d’État, la France et le Maroc ont décidé de doter leur partenariat d’un nouveau modèle d’organisation.

2. Soucieux de faire de la réunion de haut niveau un instrument du pilotage stratégique et de la relation bilatérale, les deux pays sont convenus d’y aborder systématiquement leurs objectifs de long terme, au-delà des enjeux d’actualité immédiate.

3. Dans le même esprit, le Maroc et la France ont décidé de renforcer le volet opérationnel du dispositif de coopération autour de cinq pôles thématiques : le dialogue diplomatique et stratégique ; la sécurité ; la compétitivité économique ; le dialogue des sociétés et le développement durable.

4. Les acteurs de ces cinq pôles se réuniront de manière régulière pour assurer le suivi des actions de coopération engagées dans ce cadre. Sous l’autorité des secrétaires généraux des MAE des deux pays qui se réuniront avant chaque RHN, un état des lieux en sera établi, assorti de recommandations opérationnelles.

5. Le Maroc et la France réaffirment par ce biais leur commune volonté de relancer et renforcer leur partenariat d’exception.

6. Dialogue sécuritaire : les deux parties ont décidé de renforcer les mécanismes de leur coopération sécuritaire, notamment en matière de retour d’informations dans le cas des enquêtes conjointes, de multiplier les rencontres entre les responsables en charge de sécurité dans les deux pays, de mieux coordonner le travail entre leurs services de sécurité respectifs pour faire face aux défis liés au terrorisme, à la criminalité organisée, et de préserver un échange confiant et intense de renseignement et d’expérience.

7. Coopération judiciaire : les deux parties ont appelé à la tenue de la 17ème réunion de la commission consultative mixte maroco-française (statut des personnes, la famille, la coopération judiciaire) et la 3ème réunion du groupe de travail maroco-français, et à la validation du programme de coopération administrative 2015-2016.
 

Enjeux diplomatiques


8. Le rythme soutenu des visites confirme la pleine vigueur du partenariat d’exception entre la France et le Maroc : depuis le début de l’année 2015, se sont succédées les visites en France des ministres marocains de la Justice et des libertés, de la communication, des finances, de l’éducation nationale et de la formation professionnelle et de l’environnement ; tandis que les ministres français, de l’intérieur, des affaires étrangères ainsi que des finances et des comptes publics se sont rendus au Maroc. En outre, la visite au Maroc du Premier ministre français, le 9 avril, a permis de préparer cette XIIème rencontre de haut niveau franco-marocaine.

9. Cette rencontre définit une feuille de route commune pour les deux années à venir, lance une série de nouveaux projets et marque la volonté commune d’approfondir toujours plus qu’avant le partenariat d’exception noué de longue date entre les deux pays.

10. S’agissant de la Méditerranée, la France et le Maroc appuient tous les cadres de coopération favorisant l’intégration régionale dans l’espace euro-méditerranéen. Ils considèrent que l’Union pour la Méditerranée peut constituer un véritable moteur de cette intégration dans le cadre d’une "Méditerranée des projets", via la promotion d’initiatives concrètes et ciblées, comme en témoigne le lancement effectif de l’université euro-méditerranéenne de Fès, qui place les thématiques de la jeunesse, de la mobilité et du dialogue interculturel au centre de ses intérêts. Concernant ces mêmes thèmes, la France et le Maroc saluent le travail mené par la Fondation Anna Lindh avec les réseaux nationaux de la société civile.

11. Par ailleurs, la France et le Maroc notent avec satisfaction la pertinence et la vitalité du dialogue en Méditerranée occidentale "5+5".Les deux parties se félicitent de la prochaine organisation au Maroc de la 12ème réunion des ministres des affaires étrangères de ce dialogue et entendent mettre à profit leur coprésidence commune de ce cadre de coopération pour contribuer à l’enrichissement de cette plateforme et le renforcement des dynamiques de coopération dans les domaines de la connaissance, de la santé, du tourisme, de l’énergie, de la sécurité, et dans les domaines économiques et financiers.

12. La France et le Maroc confirment l’importance de renforcer davantage le partenariat qui lie le Maroc et l’Union européenne, selon une approche globale et équilibrée conformément à l’esprit du statut avancé. À cet égard, la France réitère son appui à la mise en œuvre optimale des objectifs fixés dans le cadre du Plan d’action conjoint Maroc-UE 2013-2017, couvrant les domaines politique, économique et humain. Les deux ministres se félicitent du lancement du processus inclusif de consultation pour la révision de la politique européenne de voisinage (PEV), et considèrent nécessaire de renforcer cette politique selon une vision commune qui tienne compte des mutations et des défis émergents dans la région ainsi que les attentes légitimes des pays partenaires engagés dans la PEV.

13. Les deux pays, qui se sont déclarés très préoccupés par le caractère récurrent des incidents tragiques survenus récemment en Méditerranée, appellent l’Union européenne et ses partenaires du Sud à la promotion d’une politique migratoire fondée sur les valeurs de solidarité et de responsabilité, pour relever ensemble le défi migratoire, devenu un enjeu prioritaire dans l’espace méditerranéen. À ce propos, la France a salué l’initiative lancée par le Maroc en matière de gestion humaine des flux migratoires, notamment à travers l’opération exceptionnelle de régularisation de migrants en situation de séjour irrégulier et leur intégration dans le tissu socio-économique. Les deux pays ont convenu de renforcer davantage la coopération dans les domaines de la lutte contre la criminalité organisée, notamment à travers le renforcement de la coopération opérationnelle, la formation et l’échange d’expérience.

14. La France et le Maroc ont exprimé leur préoccupation concernant les menaces sécuritaires dans la région sahélo-saharienne comme au Levant, et ont vivement condamné les attaques menées par des groupes terroristes. La France et le Maroc sont convenus d’intensifier leur action en matière de déradicalisation, de démantèlement des filières terroristes et de lutte contre le phénomène des combattants terroristes étrangers. La France a exprimé son soutien à la stratégie du Maroc dans la lutte contre le terrorisme, laquelle articule renforcement de la sécurité, développement économique inclusif et promotion de la tolérance religieuse.

15. La France et le Maroc ont réitéré leur engagement constant à combattre toutes les formes de radicalisation et lutter contre les amalgames de toutes sortes. À cet égard les deux parties étudient les moyens de mettre en place une coopération renforcée en matière de formation d’imams en vue de la signature d’un accord en la matière.

16. S’agissant de la Libye, la France et le Maroc ont souligné la nécessité urgente de trouver une solution politique dans le cadre de la médiation conduite par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies. La France s’est félicitée de l'initiative prise par le Maroc d'abriter, depuis le 5 mars 2015, le dialogue inter-libyen.

17. Concernant la question du Sahara occidental, la France a réitéré son soutien aux efforts déployés dans le cadre des Nations unies pour parvenir à un règlement politique. Dans ce contexte, la France appuie le plan d’autonomie marocain comme base sérieuse et crédible en vue d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. Les deux parties ont reconnu que le règlement politique de la question du Sahara occidental et le renforcement de la coopération entre les États membres de l’UMA contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région.

18. La France et le Maroc ont marqué leur commune ambition en faveur du développement et de la stabilité du continent africain. Ils ont réitéré leur volonté d’encourager de nouveaux partenariats dans les domaines des investissements économiques, de l’enseignement supérieur et de la sécurité alimentaire. Ils sont convenus de renforcer les mécanismes de coopération triangulaire au profit de l’Afrique. Ils ont également réitéré leur vision partagée de la francophonie comme un espace de solidarité et d’opportunités.

19. S’agissant du climat, la France, en tant que présidence de la COP21, et le Maroc, en tant que future présidence de la COP22 en 2016, sont convenus de coordonner étroitement leurs efforts, notamment pour appuyer la préparation des INDCs des pays africains avec le concours d’Expertise France et de l’AFD. Le Maroc apportera son plein appui à la France pour aboutir à un accord universel de lutte contre le dérèglement climatique, lors de la conférence "Paris 2015". Le Maroc sera étroitement associé à la préparation et au déroulement de cette dernière. L’AFD soutient les politiques de lutte contre le dérèglement climatique du Royaume du Maroc, aussi bien dans leurs dimensions d’adaptation que d’atténuation.

20. Les deux parties ont noté avec satisfaction le dynamisme du partenariat économique bilatéral et ont convenu de continuer à favoriser le rapprochement entre les opérateurs des deux pays : la France est le premier partenaire économique du Maroc.

21. Les deux parties saluent la signature lors de la présente RHN des accords suivants :
  • Convention portant sur une ligne de crédit de 25 M€ dédiée aux PME marocaines pour l'acquisition de biens et services français;
  • Partenariat sur les réseaux électriques entre RTE et l’ONEE ;
  • Convention de prêt souverain de 10 M€ entre l’AFD et le ministère de l’économie et des finances pour la création d’un réseau d’instituts de formation professionnelle aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE) ;
  • Avenant au protocole de 2009 relatif à l’extension du réseau de tramway de Casablanca pour un montant de 65 M € ;
  • Accord-cadre de coopération dans la lutte anti-contrefaçon ;
  • Convention de prêt non souverain de 20 M€ entre l’AFD et la Société d’aménagement et de promotion de la station de Taghazout (SAPST) pour le financement d’une station de tourisme durable dans la région d’Agadir ;
  • Convention de prêt non souverain de 20M€ entre l’AFD et la Société de financement pour le développement agricole «Tamwil el fellah», filiale du Crédit agricole du Maroc CAM. Ce prêt est accompagné d’une subvention de 200 000€ en faveur du CAM ;
  • Protocole d’accord entre le groupe Vinci et la société Autoroutes du Maroc ;
  • Contrat de 10,2M€ entre la société AMG-FECHOZ et l’agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg pour le lot «équipements scéniques, éclairage, sonorisation, vidéo et communication» du Grand Théâtre de Rabat.22. Elles ont souligné leur volonté de renforcer les partenariats : dans le domaine agricole via l’accompagnement par la France du plan Maroc Vert ; dans le domaine des transports, notamment au service d’une montée en gamme technologique dans le domaine ferroviaire ; dans la création de villes durables ; dans le domaine de l’eau, et dans le domaine de la transition énergétique, en particulier dans le cadre du plan gazier marocain et à travers le développement des énergies renouvelables.
23. À ce titre, les deux parties ont renouvelé leur engagement en faveur du soutien aux PME et des coopérations industrielles, en mettant notamment en place une ligne de crédit en faveur des PME marocaines  pour l'acquisition de biens et de services français à hauteur de 25 millions d’euros qui vient compléter la convention de transfert du Fonds de garantie de la restructuration financière au «Fonds de garantie PME», signée par les ministres des finances le 13 avril 2015.

24. Elles se sont, par ailleurs, réjouies du succès des deux Forums de partenariat à destination des PME en 2014 et 2015et se sont engagées à renforcer l’ordre du jour du Groupe de travail commerce et Investissements qui s’est réuni à deux reprises en 2013 et 2014, et à poursuivre un dialogue constant entre les administrations ;

25. Les deux parties ont décidé  d’inciter les opérateurs économiques, dans le cadre du pôle «compétitivité économique», à poursuivre leur coopération. Business France et Maroc export d’une part et Business France et l’Agence marocaine pour le développement des investissements d’autre part, examineront ensemble les modalités de poursuite et de développement de leur coopération visant réciproquement à la promotion des relations commerciales franco-marocaines et au développement des investissements entre le Maroc et la France.

26. Elles ont marqué leur souhait pour que les partenariats économiques bilatéraux aient également une portée régionale ambitieuse en Afrique et en Europe.

27. Les deux parties ont souligné l’importance de développer leur partenariat dans le domaine de l’économie numérique, notamment en matière de développement numérique des territoires, de développement de la recherche, de l’innovation et des compétences dans ce domaine, de l’administration en ligne, de la sécurité des systèmes d’information, et de la cybercriminalité.

28. De même, elles ont encouragé la réflexion en faveur d’une alliance numérique entre "startups" françaises et marocaines.

29. Les deux parties ont convenu de s’accorder mutuellement appui et assistance dans l’accomplissement de leurs programmes respectifs en matière de propriété industrielle et de lutte contre la contrefaçon, Elles ont salué, la signature à la RHN de la convention de coopération entre le Comité national pour la propriété industrielle et anti-contrefaçon (CONPIAC, Maroc) et le Comité national anti-contrefaçon (CNAC, France).

30. Les deux parties se sont ainsi félicitées de l’engagement important des opérateurs financiers, comme l’AFD et Proparco, au service du développement de projets de partenariats novateurs en Afrique sub-saharienne, fondés sur la complémentarité des deux économies. Les deux pays se réjouissent également de la création, au sein de la Fondation Africa-France, d’un cluster financier dédié au financement des besoins du continent.

31. Les deux parties se sont engagées à la mise en œuvre optimale de la convention de coopération passée entre Expertise France (ex-Adetef) et le ministère marocain de l’économie et des finances, la partie marocaine oeuvrant à étudier la possibilité juridique pour "l’Alliance pour le partage de l’échange dans les domaines de gestion des finances publiques" qu’elle a mise en place de de mobiliser les compétences et les experts.

32. Les deux gouvernements ont salué le dynamisme du Club des chefs d’entreprises France-Maroc, sous l’égide du MEDEF et de la CGEM. En marge de la présente RHN, le ministre marocain en charge de l’industrie et le ministre français des Affaires étrangères ont ouvert, le 28 mai, le Forum économique, organisé par le Club des chefs d’entreprises France-Maroc, sur le thème "France-Maroc : nouvelles réalités, nouvelles coopérations, nouvelles frontières" qui a présenté de nouvelles perspectives de coopération.
 

Coopération au développement


33. Les deux parties se sont félicitées de la coopération financière exemplaire entre la République française et le Royaume du Maroc, et la satisfaction de la partie marocaine de la pérennité et de la qualité de la coopération au développement, démarrée en 1992.

34. Les deux parties ont, à cet égard, relevé la place occupée par le Maroc en tant que premier bénéficiaire au monde des concours financiers de l’AFD en terme d’exposition.

35. Les deux parties ont également réitéré leur satisfaction à l’égard des financements en faveur des chantiers structurants de grande envergure et emblématiques, à l’instar de la LGV entre Tanger et Casablanca. Les deux parties se félicitent de la signature d’un avenant de la convention de financement d’une partie du matériel roulant du tramway de Casablanca et souhaitent une conclusion rapide des discussions en cours pour l'extension du tramway de Rabat.

36. En matière de tourisme, les deux parties sont convenues de donner un nouvel élan à leur coopération touristique en explorant  de nouveaux espaces de partenariat (investissements touristiques, promotion des destinations, distribution, compétitivité des entreprises et durabilité).
 

éducation


37. Les deux chefs de gouvernements se félicitent de la signature d’une Déclaration d’intention entre les ministres français et marocain chargés de l’éducation, qui fixe les priorités de la coopération éducative franco-marocaine pour les deux années à venir : développement du baccalauréat marocain international–option français dans les lycées du Maroc, renforcement de la formation initiale et continue des enseignants marocains de français, développement de l’enseignement artistique au Maroc à travers les «centres d’épanouissement» dans les académies du Royaume, renforcement des classes préparatoires et des agrégations au Maroc, développement de l’évaluation des politiques d’éducation, relance des partenariats inter-académiques, mobilisation de moyens numériques pour asseoir l’enseignement du français et en français au Maroc.

38. Ils ont souligné l’engagement de l’AFD avec la signature d’une lettre d’entente par laquelle le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) confirme sa volonté de voir l’AFD lui apporter un soutien financier en accompagnement de cette stratégie.

39. Ils sont convenus de travailler ensemble à l’amélioration de l’enseignement de la langue et de la culture arabes en France et dans les établissements français du Maroc, en particulier par la dynamisation des sections internationales. Ils ont décidé la création d’un groupe de travail conjoint chargé de faire des propositions sur ce sujet avant le 31 octobre prochain, en vue de la signature de nouveaux accords avant la fin de l’année 2015.

40. Ils saluent la signature prochaine d’une convention relative à la création d’un lycée privé marocain d’enseignement bilingue au sein de l’Université internationale de Rabat associant l’Académie de Paris, et la Mission laïque française.

41. Les parties ont également salué l’octroi par l’AFD d’une subvention de 500 000 € pour accompagner le projet d’extension de l’Institut des Métiers de l’Aéronautique (IMA) de Casablanca.
 

Enseignement supérieur et recherche


42. Les internationaux Elles décident de renforcer leur soutien à ces projets et de les promouvoir auprès des publics africains.

43. Les deux parties saluent le développement au Maroc des co-localisations universitaires, illustré par l’ouverture à la rentrée 2015 de l’école centrale de Casablanca et de l’INSA international au sein de l’Université euro-méditerranéenne de Fès. Elles marquent leur satisfaction concernant la signature prochaine d’une convention entre l’Université internationale de Rabat et les facultés de médecine dentaire des universités de Nantes et de Lorraine.

44. La France et le Maroc conviennent de s’associer pour développer ensemble en Afrique des projets universitaires et scientifiques. Ils soutiendront notamment l’initiative de l’école des mines d’Alès, de l’école Mohammedia d’Ingénieurs (EMI) et de l’école nationale supérieure des mines de Rabat (ENSMR), qui sont engagées dans une coopération avec la Mauritanie pour la création et le développement de l’école des Mines d’Akjoujt et de l’école des travaux publics d’Aleg.

45. Les deux parties souhaitent faire du numérique une priorité de la coopération universitaire franco-marocaine. Ils conviennent d’engager une réflexion en vue de coopérer en matière de création de contenus pédagogiques et de la création de plateformes numériques d’apprentissage du français et, en partenariat avec France Université Numérique, d’un portail de MOOCs marocains.

46. En matière de recherche, les deux parties conviennent de soutenir la formation des chercheurs, le développement de laboratoires internationaux associés, le rapprochement entre recherche académique et industrielle, la valorisation de la recherche et de l’enseignement en sciences sociales et humaines, et la création au Maroc d’une agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

47. Les deux chefs de gouvernement saluent la signature d’un accord-cadre en matière de télédétection spatiale, d’un protocole d’accord en vue de la mise en place au Maroc d’un dispositif de type Cifre permettant aux entreprises de bénéficier d'une aide financière pour recruter des jeunes doctorants, ainsi que la conclusion, par Atos-Bull et le ministre marocain de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la Formation des cadres, d’un mémorandum d’entente en vue de la création au Maroc d’un Centre national de la simulation numérique et du calcul scientifique.
 

Modernisation de l’administration, État de droit, démocratie


48. La France a réitéré son soutien à la dynamique de réforme, d’ouverture et de progrès impulsée au Maroc, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

49. Les deux parties sont convenues de renforcer leur partenariat pour la démocratie par un appui de la France au développement des institutions de bonne gouvernance, à la régionalisation avancée, à la réforme et la modernisation de l’administration.

50. La France continuera d’apporter son concours au développement des institutions de référence de l’État de droit, mises en place au Maroc dans le cadre de la nouvelle constitution du Royaume. Elle apportera son appui, en particulier, au CNDH, à la HACA, au CESE, au Médiateur, à l’APALD, par un échange d’expertises avec les institutions françaises correspondantes.

51. Les deux parties conviennent de soutenir les coopérations entre leurs collectivités locales. À cet égard, elles mettront en place un nouveau "dispositif conjoint" et organiseront des assises de la coopération décentralisée franco-marocaine lors du premier semestre 2016. Dans cette perspective, et afin d’accompagner la régionalisation avancée qui sera mise en œuvre par le Maroc, les deux parties encouragent toutes les actions et initiatives du partenariat menées conjointement entre les 12 régions du Maroc et les 13 régions deFrance.

52. Elles saluent la signature d’un mémorandum d’entente entre le ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration et le ministère de la décentralisation et de la fonction publique. Elles se félicitent de la signature d’un accord entre l’ENA et l’Académie diplomatique du Royaume du Maroc.

53. Les deux chefs de gouvernement se félicitent du haut niveau d’échanges entre les sociétés civiles française et marocaine. Ils souhaitent encourager, en particulier, les échanges relatifs à la question des femmes et tous les contacts impliquant les jeunes Français et Marocains actifs dans le débat public. Ils saluent, à cet égard, l’organisation prochaine du Forum des Jeunes Leaders à Essaouira, en octobre 2015, en partenariat avec la Fondation Anna Lindh qui sera notamment consacré à la question de la lutte contre la radicalisation.
 

Politique de la Ville et Développement du Territoire


54. Les deux parties ont évoqué la possibilité de travailler ensemble à la rénovation urbaine et à la réhabilitation de certains quartiers à Casablanca, à la reconversion de la ville de Jerada, ainsi qu’à l’élaboration et au lancement d’un programme de cohésion sociale et d’intégration urbaine au Maroc.

55. La partie française apportera son appui pour la mise en place de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine et au plan de relance des villes nouvelles marocaines.

56. Les deux parties ont procédé à la présente RHN, à la signature d’une convention-cadre visant la mise en place de coopérations bilatérales en matière d’habitat et de politique de la ville.

57. Les deux parties continueront, par ailleurs, de développer leur coopération dans le domaine de l’aménagement et du développement du territoire notamment à signature d’une convention de coopération entre le ministère de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire (Maroc) et le commissariat général à l’égalité des territoires (France).
 

Questions sociales


Santé

58. Les deux Parties se félicitent de l'excellence des relations et des acquis de la coopération dans le domaine de la santé.

59. Elles souhaitent coopérer davantage en matière de gouvernance du système de santé en application des obligations de mise en œuvre des exigences du Règlement sanitaire International, en vue d’assurer une meilleure sécurité sanitaire, de la coopération hospitalière, et la formation des professionnels de santé.

Famille, Solidarité & Égalité

60. Les deux parties conviennent de renforcer leur coopération dans les domaines des droits des femmes, de la famille, de l’enfance, du développement social, de l’intégration sociale des personnes en situation de handicap et de la Formation, de la nécessité de consolider et élargir ces échanges et conviennent d’entreprendre des actions communes d’échanges d’expérience, d’expertise et de bonnes pratiques.

61. Les deux parties se réjouissent de la signature à cette RHN d’une déclaration d’intention couvrant ces différents domaines.

62. La partie française étudiera la proposition marocaine de création d’un groupe de travail relatif à la portabilité des droits sociaux des retraités marocains souhaitant s’installer durablement au Maroc.

Emploi et travail

63. Les deux parties se sont engagées à intensifier leurs échanges d’expertise, notamment en matière d’amélioration de la gouvernance du marché de travail ; du développement des relations professionnelles, du dialogue social.

Culture et communication

64. Se félicitant des liens culturels anciens et étroits qui unissent les deux pays, la France et le Maroc réaffirment leur attachement aux valeurs humanistes portées par la liberté d’expression et de création. Les deux parties soulignent que les échanges culturels participent d’un enrichissement réciproque, d’une meilleure connaissance de l’autre et de l’appropriation de valeurs communes.

65. Elles affirment leur volonté de renouveler le partenariat franco-marocain pour une lutte commune contre les intégrismes, pour le renforcement du "vivre ensemble" et pour le développement d’une créativité partagée en particulier en direction de la jeunesse.

66. La France et le Maroc se sont engagés à intensifier leurs échanges d’expertises sur les politiques culturelles à l’ère du numérique, en particulier, le droit d’auteur le développement des industries culturelles.

67. Les deux parties encouragent la circulation des artistes et des chercheurs, en particulier pour le soutien à la création émergente. Elles saluent la mise en place à Marrakech du programme de Résidences Denise Masson, consacré à la recherche et à la création sur le fait religieux.

68. Déterminé à renforcer leur coopération muséale, les deux parties saluent la signature d’un accord entre l’Institut du monde Arabe et la Fondation nationale des Musées du Royaume du Maroc qui devrait permettre la co-production d’une grande exposition au Musée Mohammed VI de Rabat en 2016.

69. Elles continueront de soutenir le développement de la coopération entre institutions culturelles et en particulier, le partenariat entre la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc et la Bibliothèque nationale de France, ainsi qu’entre les archives des deux pays.

70. Dans la continuité des grandes opérations culturelles que la France a consacrées au Maroc en 2014-2015, les deux parties se félicitent de la perspective au Maroc de manifestations majeures consacrées à la culture française, et de la qualité de l’action de l’Institut français du Maroc, désormais présent dans douze villes du Royaume, qui joue un rôle de plateforme pour le dialogue culturel entre les deux pays. Les deux parties se félicitent également de la qualité des grandes expositions "les splendeurs de Volubilis", "le Maroc médiéval, un empire de l’Afrique à l’Espagne" et "le Maroc contemporain", co-organisées en 2014 par la Fondation nationale des Musées du Maroc et des institutions culturelles françaises de renom. Ces temps forts de la coopération bilatérale ont participé au rayonnement culturel du Maroc en France.

71. Les deux parties conviennent d’accroître la coopération en matière de communication et des médias à travers l’échange d’expertises entre administrations et autorités indépendantes. La France apportera son appui à la formation initiale et continue des journalistes. Les deux parties s’engagent à favoriser la réception des chaînes de télévision de l’autre pays sur son propre territoire.

Jeunesse et Sport

72. Les deux chefs de gouvernement conviennent de soutenir le développement des coopérations bilatérales dans le domaine de la jeunesse et des sports. Ils se félicitent, à cet égard, de la signature d’un programme d’échanges relatif à l’accord de coopération dans le domaine du Sport et des Activités de la Jeunesse 2015-2016, entre le ministre de la Jeunesse et des Sports et le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.
Communiqué du 28 mai 2015 Maroc - XIIe rencontre franco-marocaine de haut niveau - Déclaration finale