Le Premier ministre, Manuel Valls, serrant la main du président de la Métropole Rouen-Normandie, Frédéric Sanchez, après la signature du Pacte métropolitain d'innovation,  le 25 novembre 2016.
25 novembre 2016 - Actualité
Contenu publié sous le Gouvernement Valls III du 11 Février 2016 au 06 Décembre 2016

Pacte entre l'État et la métropole Rouen-Normandie : "c'est l'État qui se tient aux côtés de votre métropole et la soutient dans ses projets"

Le Premier ministre s'est rendu à Rouen, le 25 novembre 2016, pour signer le premier Pacte métropolitain d’innovation conclu entre l’État et la métropole Rouen-Normandie. Manuel Valls poursuit son action pour une nouvelle France des territoires en signant ce jour un partenariat économique pour le développement de la métropole et des territoires limitrophes.
 
C'est en compagnie d'Estelle Grelier, secrétaire d’État chargée des Collectivités territoriales, que le Premier ministre, Manuel Valls, est venu signer le premier Pacte métropolitain d'innovation. Celui-ci s'inscrit dans la continuité du pacte global unissant l’État et les 15 métropoles, signé à Lyon le 6 juillet dernier, afin de soutenir et conforter les métropoles dans leur développement durable, leurs démarches innovantes et leur rôle dans l’alliance des territoires. "Il y a cinq mois, à Lyon, l’Etat s’est engagé, avec 15 métropoles réunies au sein de France Urbaine, à donner aux métropoles les moyens de se développer, à en faire des forces d’entraînement pour toute leur région", a rappelé Manuel Valls.
 
L'État et la métropole Rouen-Normandie signent le premier Pacte métropolitain

Le Premier ministre a rappelé la dynamique de la nouvelle France des territoires mise en place par les lois NOTRe et Maptam : "[elles] ont  fixé le cadre, marqué une nouvelle étape de la décentralisation. Elles ont donné l'impulsion, permis que de nouvelles méthodes de travail se mettent en place avec les collectivités, les élus locaux".

Premier pacte métropolitain d'innovation

La métropole Rouen-Normandie est une métropole française située en Normandie. Le 1ᵉʳ janvier 2015, elle a pris la suite de la communauté d'agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (Carea).

La Carea fut créée le 1ᵉʳ janvier 2010 par le regroupement de quatre structures intercommunales : la communauté de l'agglomération rouennaise, l'agglo d'Elbeuf, la communauté de communes Seine-Austreberthe et la communauté de communes du Trait-Yainville.

Le pacte d'innovation initie des démarches d’expérimentation et d’innovation afin de faire de la métropole Rouen-Normandie, premier bassin de vie et d’emploi de Normandie avec près de 750 000 habitants, un des laboratoires de l’innovation française. Le pacte engage plusieurs partenariats et projets opérationnels. "Retisser les liens entre la métropole et la Seine, c’est enfin faire de cette métropole une fabrique de la ville de demain", a déclaré le Premier ministre.

7,4 millions d'euros  de soutien de l'État

Manuel Valls a annoncé que l’État apporterait à la métropole 7,4 millions d'euros d’aide en 2017 au titre du fonds de soutien à l’investissement public local. Le pacte renforce la mobilisation puissante des investissements publics dans le prolongement des partenariats déjà noués par la métropole avec l’État, la région Normandie et le département de Seine-Maritime, le Grand Port maritime de Rouen ou la Caisse des dépôt et consignations.
 
"Ce pacte doit orienter nos décisions d’investissements en commun", a indiqué le Premier ministre. "Il va permettre à tous les acteurs de tirer dans le même sens : services de l'État, Grand Port maritime de Rouen, Caisse des dépôts et consignation, dont la métropole est un partenaire de longue date. La métropole pourra également compter sur l'appui de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et de l'Agence de l'eau Seine-Normandie."
 

"Retisser les liens entre la Métropole et la Seine"

Le projet de la métropole, "Réinventer la Seine" est au cœur du Pacte d'innovation. En effet, ce pacte a pour grand dessein de réinventer la Seine tout en satisfaisant à l’impératif d’excellence environnementale. Il soutient, opérationnellement et financièrement, 8 projets de la métropole qui contribuent aux priorités nationales que sont la transition énergétique et l’environnement, la ville intelligente et les mobilités et l’excellence économique.  Le pacte repose sur trois thématiques principales :
  1. reconvertir les friches pour développer des projets économiques et urbains ambitieux ;
  2. porter une ambition nouvelle pour la qualité du cadre de vie ;
  3. répondre aux enjeux de la mobilité du XXIe siècle.
 A partir de 2017, la métropole et l’État ont la volonté de présenter, dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA3), dédiée aux territoires d’innovation, un projet de développement de véhicule autonome via un partenariat avec Transdev et le pôle de compétitivité Moveo ainsi que la mise en place d’une action commune associant les pouvoirs publics, les entreprises et l’université ("cluster") dédié à la dépollution des terres et à la reconquête des friches.
 
"Le pacte que nous signons va permettre à la métropole de Rouen d’acquérir une expertise reconnue dans ce domaine de la reconversion des terrains pollués, grâce à un rapprochement entre entreprises, universités, centres de recherche, qui pourront tirer tous les enseignements de cette métamorphose du territoire, faire connaître les bonnes pratiques", s'est félicité le Premier ministre.
 

Réconcilier attractivité et égalité des territoires

Véritable levier de développement pour l’ensemble de son aire urbaine, la métropole renforce son travail en réseau et a la volonté de s’engager, avec l’appui de l’État, dans des contrats de coopération avec les territoires voisins, tant en matière de partage d’ingénierie que de réalisation de projets concrets au service de l’ensemble des habitants, notamment en matière de développement économique et de mobilité.
 
"Comment enfin parler de la métropole sans parler des territoires ruraux limitrophes. C’est un tout ! Une métropole, ce n’est pas une réalité hors sol. Elle est au cœur d’un territoire. Elle a une responsabilité vis-à-vis de ce territoire. Un devoir de solidarité. Le développement économique, les infrastructures, les équipements, les transports, doivent profiter à tous", a déclaré le Premier ministre, pour qui il faut "agir pour la qualité de vie de tous les habitants, au cœur de la métropole comme dans les territoires périurbains."
 
"C’est le sens des contrats de coopération métropolitaine, qui permettront de réunir la métropole et ses voisins autour de projets communs. L'agence d'urbanisme que la métropole et l'État financent en sera un acteur clé", a déclaré le Premier ministre.