"On sent bien que les choses sont en train de bouger en matière d'innovation"

A 22 ans seulement, Anaïs Barut est la plus jeune lauréate du prix MIT under 35 - France. Elle est récompensée pour sa technologie innovante de biopsies optiques qui permettent en dermatologie de réaliser des diagnostics beaucoup plus rapides et plus fiables de mélanomes.
 
Un dermatologue qui craint une anomalie cutanée, voire un mélanome, est obligé de procéder à une biopsie, invasive pour le patient qui en garde une cicatrice. Cette méthode nécessite surtout un traitement en laboratoire d'analyses, long et couteux. Grâce à la technologie d'imagerie optique développée par Damae Medical, les dermatologues seront bientôt capables, au sein même de leur cabinet, de diagnostiquer un cancer de la peau sans procédure invasive, de manière quasi instantanée.

Cette technologie utilise de la lumière blanche et permet de visualiser en profondeur les tissus de la peau, jusqu'à 1 millimètre, avec une résolution cellulaire. Et c'est grâce à la vidéo projetée en temps réel que le clinicien pourra poser un diagnostic fiable et immédiat. "L'objectif est bien de détecter les cancers de la peau de manière plus précoce. Faire gagner quelques mois à un diagnostic peut se révéler très impactant pour le taux de survie du patient", explique Anaïs Barut, qui a mis au point cette technologie, à seulement 22 ans. Ce qui sera commercialisé, c'est en fait la machine, qui s'apparente à un scanner d'échographie, avec une sonde manuelle qui vient à la surface de la peau.

 
"L'objectif est bien de détecter les cancers de la peau de manière plus précoce. Faire gagner quelques mois à un diagnostic peut se révéler très impactant pour le taux de survie du patient."
Après une classe préparatoire scientifique, Anaïs Barut a intégré l'école d'ingénieur de l'Institut d'optique graduate school à Palaiseau. C'est là-bas qu'elle rencontre ses deux futurs associés : David Siret, étudiant aussi, et Arnaud Dubois, enseignant-chercheur et professeur au CNRS, avec lesquels elle commence à développer début 2013 le concept de Damae Médical. "Au départ, l'invention principale d'Arnaud Dubois était une technologie d'optique permettant de sonder tout ce qui est semi-transparent, et donc notamment la peau. Nous avons choisi la dermatologie comme application car c'est un marché avec très peu d'acteurs malgré un besoin de plus en plus important."

En juillet 2014, le projet d'entreprise est lauréat de la première phase du concours mondial d'Innovation 2030. Entre-temps, la jeune femme, qui a "toujours été attirée par l'entrepreneuriat," a intégré HEC. "Le concours nous a permis d'avoir une forte visibilité et une belle dotation financière de 200 000 euros." Avec cette dotation, la société est créée en septembre, et l'équipe se forme : "nous avons pu recruter 2 ingénieurs, un doctorant et une responsable de recherches cliniques." Damae Medical a aussi été lauréat en 2014 du concours national d'aide à la création d'entreprise et de la fondation Altran.

"Nous avons désormais un prototype de laboratoire, sur le plateau de Saclay, qui nous permet de réaliser des tests précliniques, c'est-à-dire de réaliser des biopsies d'abord sur des animaux, puis sur des patients d'ici à fin 2015", explique Anaïs. D'ici à la fin 2015, la société prévoit également sa première levée de fonds via un fonds d'amorçage, pour aboutir à la commercialisation du premier dispositif en 2017. "La distinction du MIT est une reconnaissance personnelle mais aussi pour l'ensemble de l'équipe qui nous encourage pour tous ces challenges qui nous attendent !"
"Nous sommes ravis d'avoir choisi d'implanter notre société en France car nous avons réussi à créer un véritable écosystème d'innovation."

 



"La France peut parfois pâtir de certaines faiblesses comme le manque d'investissements privés, pour autant, pour nous c'est très positif ! Et nous sommes ravis d'avoir choisi d'implanter notre société ici car nous avons réussi à créer un véritable écosystème d'innovation, avec des partenaires public (le CNRS, l'université Paris-Sud, l'Institut d'optique...), des partenaires financiers, notamment la BPI qui nous aide beaucoup, et aussi des grands groupes comme Altran qui nous apportent des mentorats. Donc on sent bien que les choses sont en train de bouger !"

Suivre Damae Medical
Twitter