Intervention de Manuel Valls devant les salariés de Staübli à Faverges
12 mai 2014 - Actualité

Nouvelle France industrielle : 4 nouvelles feuilles de route validées

A l'occasion du deuxième comité de pilotage des 34 plans de la nouvelle France industrielle, quatre nouvelles feuilles de route ont été validées, s'ajoutant aux cinq premières déjà mises en œuvre en mars dernier. Parmi les projets, celui de l'usine du futur.
 
Nouvelle étape pour le plan de la nouvelle France industrielle. Le 7 mai s'est tenu le deuxième comité de pilotage à l'occasion duquel ont été validées quatre nouvelles feuilles de route qui déclinent, dans un calendrier précis, les actions concrètes publiques et privées.
 

L'usine du futur


Le plan "Usine du futur", c’est-à-dire l’usine numérique, robotisée, sobre en énergie et en matières premières et respectueuse de ses travailleurs, bénéficie d'un plan massif d’investissements pour aider notamment les PME et les industries françaises à adopter ces nouveaux modes de production.

Objectifs
 
  • Permettre à la France d’être au rendez-vous de la troisième révolution industrielle, au carrefour des transitions énergétique et numérique de notre société.
  • Afin de mettre en place cette usine d’excellence, le plan a identifié les facteurs clés de succès pour nos filières industrielles dans l’avenir et veut faire émerger une offre française de technologies et d’accompagnement du changement.
  • Il se donne pour objectif de coordonner les briques technologiques existantes et de développer celles qui manquent encore à notre écosystème grâce à des projets de R&D financés par l’État.

Le plan prévoit également la mise en place de lignes de production pilotes dans des entreprises emblématiques qui seront les vitrines du savoir-faire français.

Pour le déploiement national des technologies et méthodes d’excellence de ces lignes pilotes, le cœur du plan consiste en un programme d’accompagnement méthodologique et financier des PME et des ETI sous le co-pilotage des régions qui financeront des diagnostics industriels pour 2 000 à 3 000 d’entre elles.

Le financement des projets de modernisation de ces entreprises et des autres pourra se faire dans des délais très courts par une gamme de prêts de Bpifrance labellisés "Usine du futur" cumulables jusqu’à 12 millions d'euros par entreprise et par le biais d’un amortissement accéléré.
   

Les réseaux électriques intelligents


L'électricité au coeur de nos villesNos manières de consommer l'électricité se transforment. Nos modes de production d'électricité évoluent, à la faveur du développement des énergies renouvelables et de notre volonté de réduire l'empreinte environnementale de nos activités.

L'intégration des technologies de l'information et de la communication dans les réseaux peut contribuer à maintenir une fourniture fiable d'électricité à faible émission de CO2 et à prix modéré, en créant des réseaux encore plus intelligents.

Ce plan permettra :
 
  • pour les producteurs d'électricité et les opérateurs de réseaux d'adapter au plus juste les besoins d'investissement ;
  • pour les consommateurs d'adapter leur consommation, grâce notamment aux compteurs électriques intelligents, et d'être acteurs du fonctionnement optimal du système électrique.

Les objectifs
 
  • Pour la filière française des réseaux électriques intelligents de représenter d'ici à 2020 plus de 25 000 emplois direct en France pour un chiffre d'affaires d'au moins 6 milliards d'euros.
  • De consolider les filières électriques et informatiques et d'en faire les chefs de file d'un secteur stratégique à forte croissance pour un marché mondial annuel de l'ordre de 30 milliards d'euros.

3 axes majeurs dans le temps
 
  • A court terme : réunir les acteurs de la filière autour d'un label et d'une structure opérationnelle pour créer "une équipe de France des réseaux intelligents", un leader mondial capable d'exporter le savoir-faire français.
  • A moyen terme : passer des démonstrateurs à un déploiement industriel ciblé sur une zone géographique en France, pour concentrer les efforts, créer un véritable bassin d’emploi et rendre visibles les atouts de la filière.
  • A long terme, le plan préparera la compétitivité de la filière à l’horizon 2020, en peaufinant la stratégie R&D et en favorisant l’émergence de solutions innovantes imaginées par les PME et les start-up, notamment grâce à un concours d’idées.


Les logiciels et systèmes embarqués


Time code itLe marché mondial du logiciel embarqué atteint aujourd’hui 130 milliards d’euros, avec une croissance annuelle de l’ordre de 5%. La France y occupe une part significative, avec un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards d’euros.

L’industrie française de "l’embarqué" emploie plus de 220 000 personnes et affecte des activités industrielles représentant près de 1 500 000 emplois, c’est-à-dire plus de la moitié des emplois industriels existants. Cette industrie représente un puissant vecteur d’innovation et joue un rôle central dans les transitions énergétique et numérique de notre société.

L’élaboration du plan a associé à la fois des fournisseurs de technologies – essentiellement des PME et des ETI – et de grands groupes utilisateurs.

Les objectifs
 
  • La maîtrise de technologies critiques pour la conception de systèmes embarqués.
  • Le soutien aux actions de R&D dans un cadre favorisant la coopération entre fournisseurs de technologies et donneurs d’ordre.
  • La structuration d’un écosystème propice au développement des entreprises du secteur.
 

Les supercalculateurs


Supercalculateurs, BullLe calcul intensif ou "haute performance" fait partie des technologies génériques critiques jouant un rôle moteur pour l’innovation dans l’ensemble des secteurs de l’industrie et des services. Le recours croissant à la modélisation et à la simulation numérique serait inconcevable sans les performances offertes par ces technologies matérielles et logicielles.

L’augmentation exponentielle des puissances de calcul et la disponibilité des nouvelles générations de logiciels applicatifs permettent une multiplication de nouveaux débouchés en particulier dans la santé, l’énergie, le multimédia, le végétal ou les systèmes urbains.

Ce que le plan permettra

L’usage de la simulation par calcul intensif constitue une opportunité majeure d’amélioration de la compétitivité des entreprises, en leur permettant de diminuer les coûts et les durées de leurs processus, et d’augmenter la qualité globale de leurs produits et leur capacité d’innovation.

L’usage de ces technologies, qui a longtemps été l’apanage de quelques grands acteurs industriels, devient désormais accessible aux ETI et PME, grâce notamment à des offres en mode "SaaS" (Software as a Service).

La France dispose d’atouts industriels majeurs dans le domaine du calcul intensif et de la simulation numérique. Elle est notamment l’un des rares pays dans le monde à disposer d’acteurs nationaux qui couvrent toute la chaîne de valeur de la simulation numérique.

Le plan a vocation à positionner la France comme un des acteurs mondiaux principaux dans ce domaine. Il a été élaboré à la fois avec les principaux fournisseurs français de technologies et des industriels représentatifs de secteurs utilisateurs.

Les actions proposées visent à la fois à stimuler l’offre technologique française, à mettre en place les outils logiciels dans de nombreuses filières industrielles et à favoriser la diffusion de la simulation auprès des entreprises utilisatrices, notamment dans des secteurs industriels dans lesquels elle n’est actuellement que peu utilisée. Le plan vise notamment une large diffusion de la simulation vers les PME et ETI et comporte un volet essentiel de formation. Sa mise en œuvre s’appuiera sur une déclinaison forte au niveau régional.

Au total, neuf feuilles de route sont d’ores et déjà validées, et toutes le seront avant l’été. Pour les 27 plans dont les feuilles de route sont les plus avancées, l’investissement total pourrait s’élever à 18 milliards d'euros d’ici à 2020.
 
Les 34 plans de reconquête industrielle
Hisser au meilleur niveau de la compétition mondiale les filières industrielles les plus prometteuses, tel est l'objectif des 34 plans.
La France lance 34 plans de "reconquête industrielle" - voir en plus grand