Nouveau bulletin de paie : plus clair et plus simple pour les salariés et les entreprises

Généralisé à toutes les entreprises au 1er janvier 2018, le bulletin de paye simplifié rend plus compréhensible les informations qu'il comporte pour chaque salarié, et facilite la vie de l’entreprise, en particulier en matière de gestion de la paye. Le 1er janvier 2018, tous les employeurs ont mis en place le nouveau modèle de bulletin de paie simplifié.
 
Le bulletin de paie simplifié est entré en vigueur en 2017, mais n'était obligatoire que pour les entreprises d'au moins 300 salariés. Depuis le 1er janvier 2018, il est généralisé à toutes les entreprises.

Ce qui change

La nouvelle fiche de paie voit son nombre de lignes divisé par deux. Les libellés sont plus clairs, avec une structuration par postes de charges. Ainsi, le nouveau bulletin rend lisibles les montants de cotisations dus par les salariés et les employeurs : les cotisations salariales et patronales sont regroupées par risque couvert avec des libellés spécifiques :
  • régime de base (maladie, vieillesse, famille, accident du travail, assurance chômage…)
  • régimes complémentaires (régime agricole, régime social des indépendants, divers régimes spéciaux).
Pour les employeurs, il tient compte des exonérations dont ces derniers peuvent bénéficier : montant total des allégements de cotisations ou l'exonération totale des cotisations versées à l'Urssaf (hors cotisations chômage) pour les salaires.
 


Le bulletin de paie avant/après : cliquez ici pour voir l'animation



Les mentions du nouveau bulletin de paie

Le nouveau modèle de bulletin de paie présentera les éléments suivants :
  • L'identité de l'employeur : nom, adresse, numéro Siret, code APE ou NAF ;
  • L'identité du salarié : nom, emploi, niveau ou coefficient hiérarchique ;
  • L'intitulé de la convention collective applicable (ou la référence au code du travail concernant les congés payés et les délais de préavis en cas de cessation de la relation de travail) ;
  • La période et le nombre d'heures de travail : avec une distinction entre heures au taux normal et heures supplémentaires, ainsi que les taux concernés, avec la mention de la nature et du volume du forfait pour les salariés au forfait ;
  • Les dates de congés et le montant de l'indemnité de congés payés (s'ils interviennent sur la période concernée par le bulletin de paie) ;
  • La rémunération brute ;
  • La nature et le montant des « accessoires de salaire » (primes, avantages en nature, frais professionnels...) soumis aux cotisations salariales et patronales ;
  • Le montant, l'assiette et le taux des cotisations et contributions sociales ;
  • La nature et le montant des autres versements et retenues ;
  • La rémunération nette ;
  • La date de paiement ;
  • Le montant total versé par l'employeur (rémunération, cotisations et contributions à la charge de l'employeur) ;
  • Le montant des exonérations et exemptions de cotisations et contributions sociales ;
  • La mention de la rubrique dédiée au bulletin de paie sur le site Service-Public.fr ;
  • La mention indiquant que le bulletin de paie doit être conservé sans limitation de durée.
  • À noter que les libellés exacts et leur ordre différent selon le statut du salarié : cadre ou non cadre.
>> En savoir plus sur service-public.fr