Manuel Valls à la rencontre des commerçants et clients du beau marché des Camélias de Saint-Denis de La Réunion
15 juin 2015 - Actualité

"Nous devons mettre en place une action adaptée pour encourager l’emploi local dans les Outre-mer"

En déplacement à La Réunion les 11 et 12 juin, Manuel Valls a rappelé la nécessité de développer une action adaptée pour encourager l’emploi local dans les Outre-mer. Il a ainsi annoncé que près de 4 400 contrats aidés supplémentaires bénéficieront à La Réunion.
 
4 400
contrats aidés supplémentaires bénéficieront à La Réunion
sur les 100 000 annoncés au niveau national le 1er juin.

Le chômage de masse est un fléau qui frappe La Réunion et, notamment, sa jeunesse. Manuel Valls l'a rappelé, jeudi 11 juin, au premier jour de son déplacement sur l'île. "Nous sommes tous ici décidés, pas dans les mots mais dans les actes, par les mesures, par les engagements à prendre des mesures exceptionnelles pour combattre le chômage et créer à La Réunion des emplois et des emplois d’abord pour les Réunionnais", a-t-il affirmé.

Les Outre-mer, a rappelé le Premier ministre, bénéficient de la politique menée à l’échelle nationale pour créer de l’emploi, en donnant les moyens aux entreprises, parfois plus encore qu’en métropole. "Il y a ici à faire encore plus et à nous adapter à la réalité des Outre-mer".

10 mesures en faveur de la croissance et de l'emploi dans les #OutreMer

Éloignés de la métropole, les Outre-mer rencontrent des difficultés spécifiques qui ont des répercussions négatives sur la croissa... [Lire la suite]
jeudi 11 juin 2015


Au-delà de l'action nationale, le Gouvernement met en oeuvre une action adaptée pour encourager l’emploi local dans les Outre-mer. La Réunion bénéficiera ainsi de près de 4 400 contrats aidés supplémentaires, sur les 100 000 annoncés la semaine dernière pour toute la France. Elle se verra ainsi attribuer plus de 10 000 contrats pour le second semestre 2015, ce qui portera à 50 le type de contrats aidés pour La Réunion. Manuel Valls a également signé, avec 9 chefs d’entreprises, une charte pour l’emploi local. Enfin, une ordonnance permettra  bientôt aux acheteurs publics dans les départements d’Outre-mer – et donc particulièrement aux communes qui s’engagent dans les marchés – de privilégier les prestataires qui font des efforts en termes d’emploi des jeunes.


La Réunion, un laboratoire à grande échelle
 

Entre 32 et 38%
C'est la part d'énergies renouvelables dans le mix électrique de La Réunion.
L'objectif : 45% d'ici 2023.
La croissance verte est créatrice d'emplois. Inaugurant la centrale photovoltaïque Bardzour d'Akuo Energy, installée dans l'enceinte du centre pénitentiaire du Port, Manuel Valls a affirmé que les Outre-mer "sont à l’avant-garde de la transition énergétique". Cette centrale, qui compte 27 000 panneaux et couvre les besoins énergétiques d’un tiers des habitants de la ville du Port, est "une chance pour la Réunion", une île qui inclut déjà entre 32 et 38% d’énergies renouvelables dans son mix électrique. "C’est une preuve du dynamisme des acteurs locaux. Il faut continuer, poursuivre, accentuer les efforts". L'objectif, a expliqué le Premier ministre, est d’atteindre les 45% en 2023.



En outre, la loi sur la transition énergétique, qui sera définitivement adoptée en juillet, fixe de grands objectifs, dont l’autonomie énergétique des îles d’ici 2020. A terme, cela permettra de "répondre à une demande électrique en hausse et de s’assurer de l’accès de chacun à une électricité fiable".

Le Premier ministre a également rappelé la nécessité de changer "nos manières de consommer, nos modes de vie, notre manière de nous déplacer", sans quoi les températures mondiales augmenteront de 4 à 5°C, causant des dommages irréversibles sur notre milieu. "Ces perturbations réduisent la biodiversité et donc la richesse même de notre planète. Les milieux et les populations insulaires en sont les premières victimes". Réduire à un maximum de 2°C le réchauffement climatique, c’est l’objectif de la COP21, qui se déroulera à Paris en fin d’année. Les Outre-mer en général, et la Réunion en particulier, prennent toute leur part dans ce défi. "La diminution de la part du charbon dans le mix électrique de La Réunion s’inscrit pleinement dans cette perspective mondiale", a expliqué le Premier ministre. "Nous réussirons, collectivement, à bâtir la croissance verte de demain", a-t-il conclu.
 

renforcer l’action publique et les moyens là où les territoires et les habitants en ont le plus besoin


Au deuxième jour de son déplacement dans l’Océan indien, Manuel Valls a signé, le 12 juin, le contrat de ville pour la commune de Saint-Denis (2015-2020). Ce contrat de ville "nouvelle génération" s’inscrit dans une approche transversale afin de renforcer l’action publique et les moyens là où les territoires et les habitants en ont le plus besoin. Il s’appuie sur trois piliers : la cohésion sociale, l’accès à l'emploi et le développement économique, le cadre de vie et le parcours citoyen. Enfin, le principe de co-construction de la politique de la ville, posé par la loi du 21 février 2014, a permis "de prendre en compte vos réalités, chacune de vos réalités", a souligné Manuel Valls. 

Concernant le renouvellement urbain, Manuel Valls a rappelé que 10% des subventions (contre 3,5% précédemment) du Nouveau programme national de rénovation urbaine sont fléchés vers les Outre-mer, soit près de 450 millions d’euros. Autre mesure : le comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté du 6 mars dernier a augmenté de 12% les crédits d’intervention en faveur notamment des associations et de réussite éducative  dans les quartiers ultramarins. Pour la Réunion cela représente 500 000 euros supplémentaires, soit une augmentation de 25% par rapport en 2014.

Par ailleurs, le Premier ministre a annoncé un plan logement pour faire face aux besoins de la population qui devrait atteindre le million d’habitants entre 2025 et 2030. Ce plan s’attache à "la question foncière, à la réduction des coûts de construction en raison de l'isolement géographique, à la réhabilitation du parc social et à la professionnalisation des filières", a expliqué le Premier ministre.