Manuel Valls lors de la visite de l'entreprise INESA, à Verdun
21 mars 2016 - Actualité

"Nous avons un objectif : faire que l’industrie française soit toujours à la pointe"

Manuels Valls s’est rendu à Verdun, le 21 mars 2016, pour inaugurer le partenariat sino-français de fabrication d’éclairages LED, puis à Commercy pour visiter l’usine Safran-Albany. Le Premier ministre a salué l’action déterminée et efficace des acteurs de la Meuse pour la reconquête industrielle dans un bassin d’emploi fragile.
 
C’est Verdun, dans la Meuse, que le groupe chinois Inesa a choisi pour implanter son usine de fabrication d’ampoules LED (diode électroluminescente). L’accord économique a été scellé lors du déplacement en Chine de Manuel Valls, le 29 janvier 2015, et le choix du site d'implantation a été fait en décembre 2015. Le Premier ministre a assisté au lancement du chantier, ce 21 mars 2016, et en a posé symboliquement la première pierre. La mise en service est prévue pour 2018.
 
Le groupe chinois INESA a investi 100 millions d’euros dans ce projet qui générera quelque 200 emplois en France. "Cet évènement est un signe de confiance de la Chine à l’égard de la France : confiance dans nos talents et nos compétences, confiance dans notre sens de l’innovation, dans notre capacité à aller de l’avant", a déclaré Manuel Valls. "Cette implantation n’est pas le fait du hasard. C’est le résultat d’une mobilisation de longue haleine : celle, notamment, des élus de ce territoire", a-t-il souligné. Les investisseurs savent que la France, au carrefour de l’Europe, bénéficie d’une main-d’œuvre qualifiée, d’infrastructures de transports de qualité, de prix de l’énergie compétitifs. "Nous voulons faire venir des investisseurs internationaux, attirer les initiatives et les talents, dans la Meuse et partout en France", a expliqué le Premier ministre.

Convaincu du potentiel de la technologie LED, le groupe INESA a, de plus, annoncé un fonds de 3 milliards d’euros pour développer l’équipement en LED des éclairages publics des collectivités locales. Un investissement qui sera remboursé par les économies d’énergie escomptées.
 
La Chine et la France sont la deuxième et la cinquième puissance économique au monde. Notre relation économique est porteuse de fruits pour nos deux nations, dont les industries sont complémentaires ; et ce sont des projets comme celui-ci qui lui permettent de prospérer.
Manuel Valls
Le 21 mars 2016

La France est attractive

A l'occasion de ce déplacement dans la Meuse, le Premier ministre s’est également rendu à l’usine Safran-Albany à Commercy.  Dans ce site de production, opérationnel depuis 2014 et commun aux deux industriels français et américain, sont fabriquées des pièces de moteur d’avion de haute technologie. Ce projet devrait générer 400 emplois directs en 2018.

L’attractivité la France pour les investisseurs étrangers est en progression. En effet, selon une étude récente de Business France, sept décideurs internationaux sur dix jugent positif de s’implanter en France. En Europe, la France est au premier rang pour les investissements étrangers de production, créateurs d’emplois. Elle a accueilli en 2013 16% des investissements étrangers créateurs d’emplois en Europe (Ernst & Young 2014). Ainsi, un quart de salariés travaillant dans l’industrie sont employés par l’une des 20 000 entreprises étrangères implantées en France.  
 
Les investisseurs – comme le groupe INESA – savent que la France, au carrefour de l’Europe, bénéficie d’une main-d’œuvre qualifiée, d’infrastructures de transports de qualité, de prix de l’énergie compétitifs, d’un système de santé performant", a expliqué Manuel Valls. "Mais soyons aussi lucides : la France souffre encore d’un déficit d’image. On voit souvent la France comme un pays qui serait plombé par une fiscalité trop lourde, par un coût du travail trop élevé, par trop de lourdeurs, trop de rigidités." C'est pourquoi le Gouvernement a engagé des réformes ambitieuses sur chacun de ces points :
   
Les dernières prévisions de l’Insee l’ont montré : la reprise de la croissance est là, portée par une accélération des investissements des entreprises, par la progression de la consommation des ménages.
Manuel Valls
Le 21 mars 2016