Portrait de Thierry Mandon
Ministre suivantMinistre précédent

Thierry Mandon

Secrétaire d’État auprès de la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Biographie

Thierry Mandon est né le 30 décembre 1957 à Lausanne (Suisse).

Fonctions ministérielles
 

  • Secrétaire d’ État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, auprès de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, depuis juin 2015
  • Secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la Simplification, auprès du Premier ministre, de juin 2014 à juin 2015
     

Fonctions électives
 

  • Député de la 9e circonscription de l'Essonne, de 2012 à 2014
  • Maire de Ris-Orangis, de 1995 à 2012
  • Premier vice-président du Conseil général de l'Essonne, de 1997 à 2010
  • Conseiller général de l’Essonne, de 1994 à 2012
  • Député de la 9e circonscription de l'Essonne, de 1988 à 1993


Autres fonctions
 

  • Président Fondateur du Génopole d'Évry, de 1998 à 2014
Mandats antérieurs :
 
  • Membre du conseil d’administration de l’Université Paris XI
  • Membre du conseil d’administration de l’INT d’Évry


Carrière
 

  • Consultant en stratégie d’entreprise et gestion des ressources humaines, de 1986 à 1995
     

Cursus
 

  • Diplômé de l’Institut d'Études politiques de Paris
Actualités du ministre

L'Arpe, une nouvelle aide financière pour la recherche du 1er emploi

L’Arpe est destinée à accompagner financièrement la période d’insertion professionnelle, qui sépare la sortie des études et l’accès au 1er emploi, pour les jeunes diplômés de moins de 28 ans disposant de faibles ressources.

A compter de la rentrée 2016, elle sera versée pendant 4 mois aux jeunes diplômés de CAP, baccalauréat professionnel et technologique, brevet des métiers d’art, brevet professionnel ou brevet professionnel agricole (apprentissage), BTS, DUT, licence et licence professionnelle, Master et diplôme d’ingénieur, qui bénéficiaient d’une bourse au cours de la dernière année de préparation du diplôme (et sous conditions de ressources équivalentes aux jeunes qui ont obtenu ces mêmes diplômes par la voie de l’apprentissage) et qui entrent sur le marché du travail en situation d’inactivité à l’issue de leur formation.

126 000 jeunes diplômés d’origine modeste sont éligibles à la rentrée 2016.

Pour les jeunes diplômés de l’enseignement secondaire, par la voie scolaire ou la voie de l’apprentissage, le montant de l’Arpe sera de 200€/ mois, versés pendant 4 mois. Pour ceux de l’enseignement supérieur, le montant de l’Arpe sera équivalent à celui de la bourse sur critères sociaux perçue au cours de la dernière année de préparation du diplôme (de 100€ à 550€/ mois), ou de 300€/ mois pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur par la voie de l’apprentissage.

Pour en savoir plus sur l'Aide financière à la recherche du 1er emploi (Arpe)

 

 

Les mathématiques françaises à l'honneur

Trois mathématiciens français, Vincent Calvez, Hugo Duminil-Copin et Patrice Hauret, ont été récompensés pour leurs travaux prometteurs lors du congrès européen de mathématiques qui se tient en ce moment à Berlin. Cette reconnaissance est le signe de la vitalité de l’école mathématique française qui sait exceller dans les aspects les plus fondamentaux comme dans les applications les plus variées.

Admission post Bac : près de 3/4 des bacheliers ont déjà décidé de leur lieu d'étude

Avec 761 659 candidats la procédure APB, qui s'est déroulée du 20 janvier au 14 juillet, a répondu cette année à un nombre croissant de demandes (+3% par rapport à 2015) néanmoins cette tension plus forte s'est accompagnée :

- d'une augmentation des propositions d'admission faites aux candidats ;

- d'une augmentation des acceptations de ces propositions

d'un taux de satisfaction immédiate (mesurée comme le taux de candidat ayant obtenu leur vœu numéro 1) de 56,4% ;

- d'une baisse des filières en tension qui ont été divisées par 3, passant de 189 en 2015 à 78 en 2016.

L'innovation en France, indicateurs de positionnement international

Le rapport "L'innovation en France - Indicateurs de positionnement international" publié par la C.2.I.T. (instance de gouvernance des politiques d'innovation mise en place dans le cadre du plan gouvernemental "Une nouvelle donne pour l'innovation" présenté en novembre 2013) permet de comparer, à partir d'une trentaine d'indicateurs, les résultats de la France en matière d'innovation par rapport à un référentiel de 9 pays.

L'étude, véritable outil de benchmarking international de l'innovation, ne propose pas un classement fondé sur un indicateur composite, mais permet de comprendre les points forts et les points faibles des différents pays.

Elle vise à renforcer l'information du public et à contribuer à l'élaboration des politiques publiques en faveur de l'innovation.

Rapport l'innovation en France - édition 2016

Création d'un examen national d’entrée aux écoles d’avocats

L’examen d’accès aux centres régionaux de formation à la profession d’avocats (CRFPA) est réformé. Jusqu’à présent, il était organisé par les universités qui déterminaient les sujets et en assuraient la correction de façon autonome. Il en résultait d’importantes disparités des taux de réussite, allant de 13 à 57% selon le lieu d’examen.

Pour assurer l’égalité des candidats partout en France, à compter de la rentrée 2017, l’examen d’accès aux centres de formation restera organisé par les universités, mais il sera unifié : les sujets et les directives de correction des épreuves écrites seront les mêmes pour tous ; les épreuves orales d’admission seront uniquement constituées de l’exposé discussion (le "grand oral") et d’une épreuve de langue étrangère ; la formation, elle-même sera réformée. 

Pour en savoir plus, lire le communiqué

Budget 2017 : des moyens supplémentaires pour l'éducation nationale, l'enseignement supérieur et la recherche

Priorité du Gouvernement, le budget du ministère l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche augmente en 2017 de 3 Mds d’, soit la moitié des augmentations annoncées au titre du budget 2017.

L’Éducation nationale verra son budget s’accroître de 2,15 Mds d’, à périmètre constant. Cela permettra de conforter la refondation de l’École à travers les créations de postes pour la rentrée 2017 (11 662 postes pour atteindre les 54 000 postes dans l’Éducation nationale), d’augmenter la rémunération des personnels de l’Éducation nationale (ISAE à 1 200 dans le 1er degré, dégel du point d’indice, revalorisation globale de l’ensemble des personnels dans le cadre du PPCR), de pérenniser les contrats aidés pour les élèves en situation de handicap, de déployer le plan numérique ou encore de financer notamment l’augmentation des bourses lycéennes, les fonds sociaux, l’aide à la recherche du premier emploi.

Pour l'enseignement supérieur et la recherche, 850 M viendront abonder les budgets des universités et des organismes de recherche. Ils permettront de financer toutes les mesures décidées par le Gouvernement au titre de la masse salariale dont le dégel du point d'indice des fonctionnaires.  En plus de ces financements, 100 M sont destinés à faire face à l’augmentation du nombre d’étudiants.


Recherche : lancement de l'application scanR

Développée par les équipes du ministère et C-Radar, scanR est une application qui vise à mieux faire connaitre et donner à comprendre les orientations scientifiques, les partenariats, l’activité des structures publiques et des entreprises en matière de R&D et d’innovation.
En combinant des données issues uniquement de sources ouvertes et des informations extraites des sites web des entités, scanR propose, pour près de 15 000 acteurs de la recherche implantés en France, un vaste ensemble d’informations permettant de les décrire et de les caractériser : localisation ; responsables et dirigeants ; thématiques ; relations institutionnelles et participations aux réseaux de recherche ; publications et thèses ; projets de recherche engagés via des Appels à projets ; brevets publiés ; entreprises essaimées.

Découvrir scanR

Le pouvoir d'achat des étudiants préservé à la prochaine rentrée

Alors que les étudiants débutent cette semaine leurs démarches d’inscription dans l’enseignement supérieur, le Gouvernement a pris la décision de geler les dépenses étudiantes pour la rentrée universitaire 2016-2017.

184 € pour la licence, 256 € pour le master, 391 € pour le doctorat et 610 € pour les diplômes d'ingénieur des écoles relevant de l’Education nationale. C’est la 2nde année que les montants des droits d’inscription sont gelés d’une année universitaire sur l’autre. La part de ces droits d’inscription consacrée aux dépenses de la médecine préventive, dont s’acquittent les étudiants boursiers et non-boursiers, restera stable, elle aussi, à 5,10 €. Le prix du ticket de restauration universitaire est maintenu à 3,25 €. Le montant de la cotisation d’assurance maladie des étudiants pour l’année universitaire 2016/2017 restera stable lui aussi à 215 €.

De plus, le nouvel échelon de bourse "0 bis" mis en place à la rentrée 2013 sera étendu à la rentrée 2016 à 25 000 nouveaux étudiants issus des classes moyennes. Ces 25 000 étudiants, aujourd’hui bénéficiaires de l’échelon 0 (permettant une exonération des droits d’inscription et de cotisation de sécurité sociale, mais sans percevoir de bourse) se verront donc verser une aide annuelle de 1 009 € dès septembre 2016.

Lire l'intégralité du communiqué

Lire aussi dans Le Parisien - "Najat Vallaud-Belkacem : "25000 boursiers supplémentaires à l’université"

Les sciences humaines et sociales, un investissement pour l'avenir

Le rapport de l’Alliance nationale des sciences humaines et sociales (SHS), remis en mars 2016, a démontré l’importance de l’échange de connaissances entre le monde de la recherche et celui des décideurs publics.

La réunion de travail du 4 juillet a permis de  réfléchir au développement prospectif des sujets sur lesquels la recherche en SHS peut appuyer et informer l’action publique, au-delà de l’urgence des questions soulevées par l’actualité.

A l'issue des restitutions, Thierry Mandon a présenté les 10 premières mesures en faveur des SHS : accompagner l’évolution de la production des savoirs et leur diffusion ; favoriser l’interdisciplinarité dans la recherche et l'enseignement ; faciliter l'accès aux financements par appels d’offres des SHS ; améliorer l’insertion professionnelle des docteurs et des diplômés de masters SHS ; promouvoir l’intégrité scientifique et garantir les données d'enquête ; mieux intégrer les enjeux du numérique dans les formations et la recherche ; développer l’internationalisation des SHS ; diffuser plus largement les informations sur la recherche en SHS ; valoriser la recherche sur l'enseignement supérieur ; mettre les SHS au cœur de la société.

Consulter le dossier de presse

Pour une nouvelle politique spatiale, plus numérique et plus compétitive

La réunion du 5e comité de concertation entre l'Etat et l'industrie dans le domaine spatial (Cospace) a été consacré à la préparation de la conférence ministérielle de l'agence spatiale européenne qui se tiendra à Lucerne en décembre 2016.

Guidé par la nécessité de mener une équipe France soudée, le Cospace a constaté toute la pertinence du soutien institutionnel de ces dernières années, qui place l'industrie spatiale française au meilleur niveau mondial, et a présenté les grands défis auxquels sera confronté le spatial dans les années à venir :

- la mutation accélérée et une vague d'innovation sans précédent dans les télécommunications par satellite sur 7 domaines technologiques prioritaires comme les nouvelles plateformes ou les charges utiles très haute capacité ;

- le déploiement de nouvelles solutions satellitaires pour le très haut débit ;

- la concurrence de plus en plus forte sur l'observation de la Terre par des gains en compétitivité ;

- le développement du secteur des applications avec un marché mondial estimé à plus de 150 Mds de dollars en 2013.

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Secrétariat d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Adresse :
21, rue Descartes 75005 - Paris Tél. : 01 55 55 10 10
Cabinet
M. Christophe STRASSEL
Directeur du cabinet
JO du 03/07/15
M. Grégoire POTTON
Chef de cabinet
JO du 03/07/15
Mme Isabelle GRAVIÈRE-TROADEC
Directrice adjointe du cabinet, conseillère politique de sites et programme d'investissements d'avenir
JO du 08/04/16
M. Paul INDELICATO
Directeur adjoint du cabinet, en charge de la recherche.
JO du 08/04/16
M. Gilles RABIN
Conseiller auprès du secrétaire d'Etat, en charge de l'innovation et de la politique spatiale
JO du 19/09/15
M. François LEMOINE
Conseiller santé
JO du 11/07/15
M. Thomas LARDEAU
Conseiller en charge des relations avec les établissements d'enseignement supérieur
JO du 11/05/16
M. Anthony ALY
Conseiller en charge des relations avec le Parlement
JO du 24/12/15
M. Jean-Michel JOLION
Conseiller formations du supérieur et orientation
JO du 11/07/15
M. Jean-Baptiste PRÉVOST
Conseiller social et vie étudiante
JO du 11/07/15
M. Emmanuel SKOULIOS
Conseiller affaires budgétaires et modernisation de l'action publique
JO du 11/07/15
M. Ollivier LENOT
Conseiller numérique
JO du 05/09/15