Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Stéphane Le Foll

Stéphane Le Foll

Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement
Biographie

Stéphane Le Foll est né le 3 février 1960 au Mans (Sarthe).


Fonctions ministérielles
 

  • Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement, depuis avril 2014
  • Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, de juin 2012 à mars 2014
  • Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, de mai à juin 2012


Fonctions électives
 

  • Elu député de la Sarthe le 17 juin 2012
  • Député européen, de 2004 à 2012
  • Vice-président de la Communauté urbaine du Mans (Sarthe), depuis 2001
  • Conseiller municipal du Mans (Sarthe), depuis mars 2001
  • Conseiller municipal de Longnes (Sarthe), de 1983 à 1995


Fonctions politiques
 

  • Membre du conseil national puis du bureau national du Parti socialiste, de 2000 à 2005
  • Secrétaire national à la coordination du Parti socialiste, de 2003 à 2005
  • Premier secrétaire du Parti socialiste de la Sarthe, depuis 2008
  • Vice-président du groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, de 2009 à 2012
 


Autres fonctions
 

  • Cofondateur du groupe Saint-Germain, groupe de réflexion sur les questions alimentaires et agricoles, 2006
  • Membre de la Commission de l'environnement de la santé publique et de la sécurité alimentaire
  • Membre de la Délégation pour les relations avec le Conseil législatif palestinien


Carrière
 

  • Enseignant au lycée agricole de Rouillon
  • Enseignant en économie au lycée de la Ferté-Bernard
  • Chargé de cours à l’université de Nantes, de 1998 à 1999
  • Conseiller technique auprès de Louis Le Pensec, ministre de l’Agriculture, de 1997 à 1998


Cursus
 

  • DEA d’économie
  • Diplôme professionnel spécialisé du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)
  • BTS agricole
Actualités du ministre

Étiquetage de l'origine du lait et de la viande : le dispositif est applicable dès le 1er janvier

L’arrêté permettant la mise en place de l’étiquetage de l'origine du lait et de la viande dans les produits transformés dès le 1er janvier 2017 est publié. Cette disposition est mise en place pour 2 ans dans le cadre d’une expérimentation, après un examen préalable par la Commission européenne et le Conseil d’Etat.

Ce dispositif permettra d’assurer aux consommateurs une plus grande transparence sur l’origine des ingrédients des produits qu’ils consomment, et permettra aux producteurs et aux industriels de valoriser l’origine de leurs ingrédients.

NB : Il convient de rappeler que l’étiquetage de l’origine était déjà obligatoire pour l’ensemble des viandes fraîches depuis le 1er avril 2015.

Lire l'arrêté

Aides de la PAC 2015 pour les bovins viande : versement d’un complément

Le solde des aides couplées de la PAC 2015 en faveur des élevages bovins viande a été versé sur le compte des agriculteurs fin mai 2016. Cette aide bénéficie à environ 80 000 éleveurs.
Il restait toutefois à finaliser le traitement des dossiers de quelques centaines d’éleveurs de montagne qui pouvaient bénéficier d’une aide adaptée à une situation particulière de transhumance. Pour ces éleveurs, le taux de productivité permettant de bénéficier de l’aide est de 0,6 veau par vache sur une période de 15 mois au lieu de 0,8. L’aide versée en mai avait été calculée avec un taux de 0,8. Cette aide a désormais été recalculée avec le taux de 0,6 et un complément d’aide va être versé dans les prochains jours.

Lire l'intégralité du communiqué

Programme national pour l'alimentation : lancement de l'appel à projets 2016-2017

Mieux manger et faire de notre modèle alimentaire une force pour l'avenir, telles sont les ambitions du Programme national pour l’alimentation (PNA). L’essence de ce programme est de s'appuyer sur un partenariat avec les collectivités territoriales, le monde associatif, les organismes institutionnels et les acteurs privés pour encourager les initiatives relatives aux enjeux sanitaires, socio-économiques et environnementaux de l'alimentation. Pour répondre à ces enjeux,  l'enveloppe de l'appel à projets du PNA de 715 000 € en 2015 à 2 M€ en 2016 (dont 500 000 € de l'Ademe).

Les projets viseront à améliorer les impacts économiques, sociaux, environnementaux et nutritionnels de l'alimentation. Notamment dans le cadre de l’enveloppe de financement apportée par l'Adema, cet appel à projets permettra également de soutenir des projets comportant une composante environnementale importante.

Pour en savoir plus sur le cahier des charges et les pièces de l'appel à projets

Le budget de l'agriculture en hausse de 700 millions d'euros pour 2017

Le projet de loi de finances pour l’année 2017 prévoit de doter le ministère de l’agriculture de plus de 5,12 Mds € en crédits de paiement.

Ce budget, en hausse de 700 M€ par rapport au précédent, conforte les politiques portées par le ministère au service de la compétitivité et du développement durable de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, de l'installation des jeunes agriculteurs, de la sécurité et de la qualité sanitaires de l’alimentation et de l'enseignement agricole.

Télécharger le dossier de presse complet sur le budget 2017

Mise en œuvre du plan français de réduction de la production laitière

Le Conseil des ministres de l’agriculture de l’UE du 18 juillet 2016 a permis d’acter la mise en place d’une aide de 150 M€ pour inciter à la réduction de la production de lait de vache. Cela correspond à une indemnisation de 14 cts par kilo non produit. Afin de conforter ce dispositif, la France a annoncé fin août sa décision d’abonder de 10 cts d’euros l’aide européenne pour les 5 premiers pourcents de baisse de production, portant ainsi l’indemnisation à 24 cts par kilo non produit.

13 000 producteurs ont déposé des demandes de réduction de production pour les 3 prochains mois. Cela correspond à plus de 180 000 tonnes.

Au niveau européen, la baisse de la production de lait est estimée à un peu plus de 1,071 million de tonnes, ce qui traduit la prise de conscience de collective et la pertinence du dispositif souhaité par la France depuis des mois. L’intégralité de ces volumes sera indemnisée sans stabilisateur.

De nouvelles formations pour les apiculteurs

Stéphane Le Foll a annoncé lors de son déplacement au lycée d’enseignement général et technique agricole de la Côte Saint André :

- la création d’un Certificat de Spécialisation "apiculture" : une formation spécialisée et diplômante d’environ 600 heures. Orientée vers le volet  technique de l’élevage, cette formation facilitera l’installation des nouveaux apiculteurs, en particulier celle des jeunes ;

- le développement d’un MOOC (module de formation ouvert en ligne) sur l’apiculture, en partenariat avec les instituts de recherche, l’enseignement supérieur et l’enseignement technique. Ce nouveau mode d’apprentissage, accessible à tous les professionnels ou porteurs de projet "installation en apiculture", a fait ses preuves comme l’a déjà démontré le succès du MOOC développé sur l’agro‐écologie.

La mise en place de ces formations s’inscrit pleinement dans les objectifs du Plan de développement durable de l’apiculture initié par Stéphane Le Foll en 2013

Des moyens financiers renforcés pour la filière forêt-bois

Après avoir créé au sein du budget du ministère en 2014 un fonds stratégique de la forêt et du bois pour mener une politique ambitieuse d’investissements et d’innovation, Stéphane Le Foll a annoncé que le budget 2017 de ce fonds serait quasiment triplé en étant porté à plus de 28 M€. Ces moyens supplémentaires sur le budget du ministère doivent servir d’effet levier pour atteindre, avec les autres co-financeurs (Europe, régions, fonds privés, BPI, BEI…) la cible de 100 M€, objectif qui avait été fixé en janvier par le ministre lors d’une audition au Sénat sur la politique forestière. Le ministre a également annoncé qu’il présiderait cet automne une "Conférence des financeurs" afin de décliner les priorités d’intervention du Fonds stratégique Forêt-bois pour 2017 et de préparer un appel à projets "investissement et innovation" qui sera lancé d’ici à la fin de l’année.

Les cuisines populaires à l'honneur pour la Fête de la gastronomie 

Ateliers, dîners, pique-niques, marchés et rencontres avec des producteurs… la Fête de la gastronomie propose, du 23 au 25 septembre, un week-end plein de saveurs pour petits et grands, dans toute la France et à l'étranger. Cette 6e édition a pour thème Les cuisines populaires.

Les nouveautés de cette année ?

- Un village international de la gastronomie est monté à Paris, avec une quarantaine d'ambassades - Espagne, Burkina Faso, Sri Lanka, Birmanie, Ouzbékistan - qui viendront présenter leur cuisine.

- A noter également, la journée "Toqués de canard", dans les jardins du Palais Royal, destinée à soutenir une filière durement éprouvée ces derniers mois par l'influenza aviaire. Sous le parrainage du chef Michel Guérard et à l'initiative du département des Landes, plusieurs grands noms de la gastronomie, comme Yannick Alléno et Hélène Darroze, viendront cuisiner le canard, tandis que le public sera invité à réaliser une terrine de foie gras ou des conserves maison.

 

Des mesures en faveur des agriculteurs pluriactifs de haute montagne

A l’occasion d’une réunion avec les acteurs du secteur, Stéphane Le Foll a annoncé que des dérogations pour travail extérieur à l’exploitation agricole pour des activités saisonnières hivernales en haute-montagne pourront désormais être accordées aux associés de GAEC dans la limite de 700 heures par an, contre 536 heures par an actuellement. Dans les autres zones et pour toute autre activité, le plafond de 536 heures demeurera. Un décret, dont le projet a été présenté en réunion, sera pris dans les prochains jours pour une mise en œuvre rapide.

Ce texte, ciblé sur les activités saisonnières hivernales en zone de haute-montagne, permet la reconnaissance d’une forme de pluriactivité spécifique des femmes et des hommes dont l’activité principale est l’agriculture et qui ont une activité complémentaire pendant la saison d’hiver, leur permettant de sécuriser leurs revenus et de pérenniser leur activité dans les zones de montagne.

Belle progression de l’agriculture biologique en France

Le programme Ambition bio 2017  avait pour objectif de donner un nouvel élan au développement équilibré de toutes les filières de l’agriculture biologique en France en doublant les surfaces cultivées en agriculture biologique tout en mettant l’accent sur l’accroissement de la consommation pour préserver la compétitivité de la filière.

Les derniers chiffres dévoilés par l’Agence BIO confirment que le bio connaît une croissance et un développement historiques et est en bonne voie pour réussir ce pari.

En effet, le marché enregistre une croissance historique de l’ordre de 20 % par rapport au 1er semestre 2015 et le rythme de conversion des exploitations agricoles et surfaces n’a jamais été aussi fort (21 fermes par jour) avec 31880 fermes engagées au 30 juin 2016 (+ 10 % par rapport à 2015). Aujourd’hui, en France, 1,6 million d’hectares sont engagés en agriculture biologique. Ceci représente une surface agricole en agriculture biologique de 5,8% au 30 juin 2016 (contre 3,8% fin 2012, soit une augmentation de plus de 50%).

Lire également L'agriculture biologique à l'école : quelle place dans l'enseignement et la formation ?

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
Adresse :
Hôtel de Villeroy - 78, rue de Varenne 75007 - Paris
Adresse postale :
75700 - Paris - TEL 01 49 55 49 55
Cabinet
Mme Christine AVELIN
Directrice du cabinet
JO du 27/07/16
M. Patrice de LAURENS de LACENNE
Directeur adjoint du cabinet
JO du 27/07/16
M. Rémi BRANCO
Chef de cabinet
JO du 02/09/14
Mme Diane VEY
Chef de cabinet adjointe
JO du 19/11/15
M. Guillaume ADRA
Conseiller chargé des relations avec la presse
JO du 05/09/14
Mme Annick BAILLE
Conseillère pour l'enseignement agricole, la recherche et les relations sociales
JO du 05/09/14
M. Arnaud MILLEMANN
Conseiller chargé de l'agroalimentaire et de l'alimentation
JO du 30/10/15
M. Brice HUET
Conseiller chargé du développement durable et des outre-mer
JO du 25/02/16
Mme Elodie LEMATTE
Conseillère chargée des affaires financières, sociales et de la filière forêt-bois
JO du 23/09/15
M. Luc MAURER
Conseiller "politique agricole commune, développement rural, foncier, l'installation des nouveaux agriculteurs et de l'agricultu
JO du 06/11/14
Mme Sandrine SEBAN
Conseillère pour la communication et la presse
JO du 05/09/14
Mme Claire BRENNETOT
Conseillère chargée des relations avec le Parlement et les élus
JO du 05/09/14
M. Sébastien COUDERC
Conseiller chargé des filières végétales et des biocarburants
JO du 06/11/14
M. Julien BARRÉ
Conseiller chargé des productions animales
JO du 27/10/15
M. Pierre MARIE
Conseiller chargé des affaires européennes et internationales et du cheval
JO du 20/07/16
Mme Karen BUCHER
Conseillère chargée de la sécurité sanitaire
JO du 20/07/16
M. Romain PRUDENT
Directeur de cabinet du Porte-parole du Gouvernement
JO du 27/07/16
M. Thibaud BROUARD
Conseiller au cabinet du porte-parole du Gouvernement
JO du 29/07/16
Mme Charlotte PERSANT
Conseillère au cabinet du porte-parole du Gouvernement
JO du 29/07/16
M. Florian LAFARGE
Conseiller au cabinet du porte-parole du Gouvernement
JO du 29/07/16