Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Stéphane Le Foll

Stéphane Le Foll

Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement
Biographie

Stéphane Le Foll est né le 3 février 1960 au Mans (Sarthe).


Fonctions ministérielles
 

  • Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, Porte-parole du Gouvernement, depuis avril 2014
  • Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, de juin 2012 à mars 2014
  • Ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, de mai à juin 2012


Fonctions électives
 

  • Elu député de la Sarthe le 17 juin 2012
  • Député européen, de 2004 à 2012
  • Vice-président de la Communauté urbaine du Mans (Sarthe), depuis 2001
  • Conseiller municipal du Mans (Sarthe), depuis mars 2001
  • Conseiller municipal de Longnes (Sarthe), de 1983 à 1995


Fonctions politiques
 

  • Membre du conseil national puis du bureau national du Parti socialiste, de 2000 à 2005
  • Secrétaire national à la coordination du Parti socialiste, de 2003 à 2005
  • Secrétaire national du Parti socialiste à la coordination, de 2000 à 2005
  • Premier secrétaire du Parti socialiste de la Sarthe, depuis 2008
  • Vice-président du groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen, de 2009 à 2012


Autres fonctions
 

  • Cofondateur du groupe Saint-Germain, groupe de réflexion sur les questions alimentaires et agricoles, 2006
  • Membre de la Commission de l'environnement de la santé publique et de la sécurité alimentaire
  • Membre de la Délégation pour les relations avec le Conseil législatif palestinien


Carrière
 

  • Enseignant au lycée agricole de Rouillon
  • Enseignant en économie au lycée de la Ferté-Bernard
  • Chargé de cours à l’université de Nantes, de 1998 à 1999
  • Conseiller technique auprès de Louis Le Pensec, ministre de l’Agriculture, de 1997 à 1998


Cursus
 

  • DEA d’économie
  • Diplôme professionnel spécialisé du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)
  • BTS agricole
Actualités du ministre

La réglementation sur le travail des jeunes en agriculture est simplifiée

Le cadre réglementaire de mise en situation professionnelle des jeunes, apprentis, élèves, stagiaires a été simplifié tout en garantissant un niveau de protection inchangé pour les mineurs. Cet assouplissement permet de réaffirmer un engagement fort du gouvernement afin de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.

Deux décrets du 17 avril entreront en vigueur le 2 mai :

- le 1er décret introduit une simplification administrative importante pour l’accueil des jeunes en formation dans l’entreprise et en établissement d’enseignement : la procédure de demande d’autorisation à déroger auprès de l’inspecteur du travail pour les travaux interdits aux jeunes âgés de moins de 18 ans est remplacée par un régime déclaratif ;

- le 2nd décret porte sur les travaux temporaires en hauteur des jeunes âgés de moins de 18 ans et permet l’utilisation des échelles, escabeaux et marchepieds lorsque les équipements de travail munis d’une protection collective ne peuvent pas être utilisés. Cela concerne notamment la cueillette et la récolte des fruits dans certaines configurations.

Voir Travail des mineurs en agriculture : un cadre rénové et simplifié

Pôles de compétitivité : 62 nouveaux projets voient le jour

Les ministres en charge de la politique des pôles de compétitivité se félicitent, avec les présidents des conseils régionaux et l’association des régions de France, de l’émergence de 62 nouveaux projets collaboratifs de R&D, suite au 19e appel à projets des pôles de compétitivité.

Les projets impliquent 50 pôles de compétitivité, 280 entreprises et 120 laboratoires publics de recherche. Ils seront soutenus à hauteur de 88,5 millions d’euros, dont 47,4 millions d’euros de la part de l’Etat et de 41,1 millions d’euros de la part des collectivités territoriales et des fonds communautaires (Feder).

Sélectionnés parmi les 137 dossiers présentés au 19e appel à projets du Fonds unique interministériel, ces projets d’excellence s’inscrivent dans les priorités de la politique industrielle, que le Gouvernement a placée au cœur du Pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi.

Signature de l’accord sur le Pacte de responsabilité dans la branche agricole

Pacte de responsabilité : accord signé pour la branche agricole ! Objectif : création nette de 15 000 CDI d'ici 2017 http://agriculture.gouv.fr/accord-pacte-responsabilite-agricole


Stéphane Le Foll et François Rebsamen saluent la signature officielle de l’Accord national sur un Pacte de responsabilité en matière d’emploi pour la branche agricole.

Les 2 ministres se félicitent des engagements précis pris au service de l’emploi tant sur le plan quantitatif, avec notamment l’objectif d’une création nette de 15 000 emplois en CDI à horizon 2017 (soit une

augmentation de 5%) et du maintien du nombre d’alternants (avec la conclusion de 41 300 contrats d’apprentissage par an sur la période 2015-2017, ainsi que 2 000 contrats de professionnalisation par an sur la période 2015-2017), que sur le plan qualitatif concernant l’insertion des jeunes, le développement des compétences et qualifications, etc.

Entre 2012 et 2017, les mesures du Pacte de responsabilité représentent un allègement de charges supplémentaire de près de 700 M€, portant le total des allègements de charges de 1 Md à 1,7 Md pour le secteur agricole.

Stop au gaspillage alimentaire : les propositions du rapport Garot

400 euros par an pour une famille de 4 personnes : c’est le coût moyen du gaspillage alimentaire en France. Pour remédier à cela, Guillaume Garot avait pour mission d’identifier les freins qui persistent tout au long de la chaîne alimentaire et de proposer des adaptations du cadre législatif et réglementaire. Ses principales propositions sont les suivantes :

- rendre obligatoire le don des invendus alimentaires consommables à toute association caritative habilitée qui en fait la demande. Cette obligation pourrait faire l’objet d’un amendement dans la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte ;

- interdire la destruction systématique par les industriels de l’agroalimentaire des produits consommables des marques de la grande distribution et en permettre le don à des associations ;

- promouvoir l’utilisation du doggy bag, par une campagne nationale ;

- organiser des assises territoriales de la lutte contre le gaspillage alimentaire ;

- introduire le principe de hiérarchie de la prévention du gaspillage alimentaire dans la loi sur la transition énergétique.

Lire le rapport

Un plan d'action national de l’enseignement agricole "100% citoyen"

A la suite des attentats de janvier 2015, Stéphane Le Foll a rassemblé la communauté éducative de l’enseignement agricole, à l’occasion de plusieurs débats dans le cadre du Dialogue national autour des valeurs de la République. En clôturant ce cycle de rencontres, le ministre a annoncé un Plan d’action national de l’enseignement agricole "100 % citoyen". Ce plan a trois grands objectifs :

- défendre la laïcité et lutter contre les discriminations ;
- favoriser la citoyenneté et l’engagement personnel ;
- lutter contre les inégalités et promouvoir la mixité sociale.

La réponse éducative de l’enseignement agricole aux attentats de janvier 2015 s’inscrit dans une démarche de long terme, mais qui doit être engagée avec volontarisme et sans délai.

Le ministère finalisera d’ici à fin mai 2015 l’ensemble des mesures du plan d’action national. Il sera soumis à concertation et débattu au Conseil national de l’enseignement agricole (CNEA) et constituera la contribution de l’enseignement agricole au travail plus général piloté par la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Lier performance économique et performance environnementale : les agriculteurs s'engagent

La Commission nationale de la certification environnementale (CNCE) a donné un avis favorable pour la reconnaissance au niveau 2 de la certification environnementale de produits cultivés dans le cadre de sept différentes démarches.

A la suite de ce nouvel avis, la France compte désormais 29 démarches environnementales reconnues à ce niveau. Mises en place sur l’ensemble du territoire, ces initiatives représentent près de 7 000 agriculteurs et des productions aussi variées que les grandes cultures, la viticulture, l’arboriculture, le maraîchage ou l’horticulture.

La certification environnementale des exploitations agricoles contribue ainsi pleinement à la mise en oeuvre du projet agro-écologique engagé en décembre 2012 par le Gouvernement.

Mesures de protection contre la bactérie Xylella fastidiosa dangereuse pour les végétaux

La bactérie Xylella fastidiosa, qui est transmise et dispersée par des insectes, s’attaque à différentes espèces végétales (vigne, agrumes, prunus, café, avocat, luzerne, laurier rose, chêne, érable, etc.). Elle conduit à des dépérissements massifs de certaines espèces d’intérêt économique. Il n’existe pas de méthode de lutte directe contre la bactérie. Une fois contaminés, seul l’arrachage total des végétaux permet d’éradiquer la maladie.

Le pathogène est présent notamment dans le Sud de l’Italie. Dans l’attente de la mise en place d’un dispositif européen actuellement en cours de construction, le ministre a décidé de prendre des mesures nationales. Un arrêté est publié afin d’interdire l’importation en France de végétaux sensibles à Xyllela fastidiosa et provenant de zones touchées par la bactérie.

En outre, une communication spécifique à destination des acteurs concernés (professionnels, collectivités) et du grand public sera mise en oeuvre pour accompagner la surveillance renforcée.

Un Institut agronomique, vétérinaire et forestier pour un enseignement et une recherche d’excellence

La "loi d’Avenir pour l’agriculture" a réaffirmé l’importance de l’enseignement technique et supérieur et de la recherche agricole pour la réussite de nos secteurs agricole, agroalimentaire vétérinaire et forestier. Pour disposer d’un enseignement à la pointe de la recherche, Stéphane Le Fol ainsi que le Parlement ont souhaité créer une structure permettant une synergie étroite entre l’enseignement supérieur et la recherche agronomique, vétérinaire, forestière et de paysage.

L’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France fédère les 12 établissements publics d’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et de paysage relevant du ministère, ainsi que l’Inra et l’Irstea, en préservant leur autonomie de gestion et leurs implantations territoriales. D’autres établissements ont d’ores et déjà fait part de leur souhait de se joindre à cette dynamique.


Campagne PAC 2015 : le dépôt des demandes sera ouvert le 27 avril

Pour télédéclarer, rendez-vous sur www.telepac.agriculture.gouv.fr


Telepac, adapté pour la campagne 2015, permettra aux agriculteurs d’être guidés pas à pas dans leur déclaration. La télédéclaration est donc vivement recommandée.

Le dépôt des demandes sera ouvert le 27 avril et sera possible jusqu’au 9 juin inclus.

Les principaux points à connaître pour remplir sa demande d’aide PAC en 2015 ont été présentés le 10 mars 2015 => Voir la présentation complète

Assurer l'avenir de la filière porcine

[#photos] Table-ronde avec les acteurs de la #filière #porcine au @Min_Agriculture avec @SLeFoll pic.twitter.com/wfjVHmWoPQ


Stéphane Le Foll a réuni les acteurs de la filière porcine afin d’envisager les mesures nécessaires pour assurer son avenir dans un contexte de prix à la production fortement dégradé depuis plusieurs mois, notamment du fait de l’embargo russe. A l’occasion de cette table ronde, le ministre a redit sa constante mobilisation pour cette filière en rappelant que dès son arrivée il avait souhaité qu’un audit de ses points forts et de ses points faibles puisse être conduit.

Lire le communiqué du ministère de l'Agriculture

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
Adresse :
Hôtel de Villeroy - 78, rue de Varenne 75007 - Paris
Adresse postale :
75700 - Paris - TEL 01 49 55 49 55
M. Philippe MAUGUIN
Directeur du cabinet
JO du 02/09/14
M. Stéphane LE MOING
Directeur adjoint du cabinet
JO du 02/09/14
M. Rémi BRANCO
Chef de cabinet
JO du 02/09/14
M. Guillaume ADRA
Conseiller chargé des relations avec la presse
JO du 05/09/14
Mme Annick BAILLE
Conseillère pour l'enseignement agricole, la recherche et les relations sociales
JO du 05/09/14
M. Jean-Guillaume BRETENOUX
Conseiller chargé de l'agroalimentaire et de l'alimentation
JO du 11/10/14
M. Patrick FALCONE
Conseiller chargé du développement durable et de la forêt
JO du 06/11/14
Mme Anne-Laure FONDEUR
Conseillère chargée de la sécurité sanitaire et du cheval
JO du 06/11/14
Mme Elodie LEMATTE
Conseillère chargée des finances, de l'emploi et de la protection sociale agricole
JO du 05/09/14
M. Luc MAURER
Conseiller "politique agricole commune, développement rural, foncier, l'installation des nouveaux agriculteurs et de l'agricultu
JO du 06/11/14
M. Jean-Christophe ROUBIN
Conseiller diplomatique et chargé des outre-mer
JO du 05/09/14
Mme Sandrine SEBAN
Conseillère pour la communication et la presse
JO du 05/09/14
Mme Claire BRENNETOT
Conseillère chargée des relations avec le Parlement et les élus
JO du 05/09/14
M. Bruno FERREIRA
Conseiller chargé des productions animales
JO du 11/10/14
M. Philippe MAUGUIN
Directeur de cabinet du Porte-parolat du Gouvernement
JO du 05/09/14
M. Romain PRUDENT
Chef du pôle du Porte-parolat du Gouvernement
JO du 05/09/14
M. Thibaud BROUARD
Conseiller technique du Porte-parolat du Gouvernement
JO du 05/09/14
M. Aymeric CHASSAING
Conseiller technique du Porte-parolat du Gouvernement
JO du 05/09/14
Mme Charlotte PERSANT
Conseillère technique du Porte-parolat du Gouvernement
JO du 05/09/14
M. Sébastien COUDERC
Conseiller chargé des filières végétales et des biocarburants
JO du 06/11/14

Liens secondaires