Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Pascale Boistard

Pascale Boistard

Secrétaire d'État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie
Biographie

Pascale Boistard est née le 4 janvier 1971 à Mont-de-Marsan (Landes)

Fonctions ministérielles

  • Secrétaire d’État auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes âgées et de l’autonomie, depuis février 2016
  • Secrétaire d'État chargée des Droits des femmes, auprès de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, d'août 2014 à février 2016
Voir le décret n° 2014-1108 du 1er octobre 2014 relatif aux attributions déléguées à la secrétaire d'Etat chargée des Droits des femmes
 

Fonctions électives
 

  • Députée de la Somme depuis 2012
  • Secrétaire de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale depuis 2012
  • Adjointe au maire de Paris chargée de l'intégration et des étrangers non communautaires, de mars 2008 à juillet 2012
  • Conseillère de Paris du 11ème arrondissement, de mars 2008 à septembre 2012
     

Fonctions politiques
 

  • Membre du conseil national du PS, depuis 2005
  • Première secrétaire de la fédération PS de la Somme, depuis 2012
     

Carrière
 

  • Chargée de mission au cabinet du ministre délégué à l'Enseignement professionnel, 2001
  • Conseillère parlementaire au cabinet du ministre délégué à l'Enseignement professionnel, 2001-2002
     

Cursus
 

  • DEA en sciences politiques, spécialisé sur les institutions européennes (Université Paris-VIII)
Actualités du ministre

Poursuivre la mise en œuvre de la loi "adaptation de la société au vieillissement"

Deux rapports parlementaires ont été remis à Pascale Boistard pour poursuivre la mise en œuvre de la loi d'adaptation de la société au vieillissement :

-  le 1er rapport (de Joëlle Huillier) a trait au "relayage". Nouvelle formule de répit des aidants, le relayage est expérimenté par un certain nombre de structures en France. Il consiste en une intervention d’au moins 2 jours et 1 nuit d’un professionnel au domicile de la personne âgée. L’ensemble des acteurs et organisations rencontrés soutient ce dispositif et met en avant son intérêt tant pour la personne âgée, que le proche aidant et le relayeur. Le rapport préconise notamment un modèle d’organisation du relayage en France.

- la 2e mission (de Georges Labazée) porte sur la tarification et les perspectives d’évolution des services d’aide et d’accompagnement à domicile. Le rapport permet de disposer d’un état des lieux circonstancié des différentes pratiques tarifaires menées dans les départements et de repérer des solutions reproductibles.

Consulter le rapport de Joëlle Huillier

Consulter le rapport de Georges Labazée

Un contrat de filière pour les "services à la personne"

Le secteur des services à la personne représente en France 1,4 million de salariés, répartis au sein de 35 000 organismes et bénéficiant à 2,7 millions de personnes. Structurer  ce secteur d’avenir, présentant de nombreuses opportunités de créations d’emplois, c’est l’objectif de ce contrat de filière qui se décline en 3 grands axes issus de travaux menés avec l’ensemble des acteurs du secteur :

-  simplifier et harmoniser les dispositifs de soutien afin de permettre à la filière des services à la personne de réaliser son potentiel de développement ;

- développer l’attractivité et l’emploi ;

- mettre en place une stratégie qualité pour accompagner une demande croissante.

Perte d’autonomie : développer une offre de logements adaptés

La convention d’une durée de 3 ans, signée par l'Etat et l’Union sociale pour l’habitat, vise à mobiliser les bailleurs sociaux autour des besoins liés à la prise en compte de la perte d’autonomie liés à l’âge ou au handicap dans tous les registres de la gestion patrimoniale, locative, sociale et de proximité. Sa signature engage le mouvement HLM sur 3 axes vis-à-vis de l’État :

- développer une offre de logements adaptés ;
- améliorer l’articulation avec les politiques locales ;
- encourager l’innovation et capitaliser les bonnes pratiques.

Un comité de pilotage suivra la mise en œuvre des engagements prévus dans la convention.

Consulter la convention

Personnes âgées : un secteur qui recrute

Avec les effets conjoints du vieillissement de la population (la France comptera près de 20 millions de personnes âgées en 2030 contre 15 millions aujourd’hui) et des nombreux départs à la retraite de professionnels exerçant ce métier aujourd’hui, le secteur de l’aide à domicile pour les personnes âgées est un secteur d’avenir. Le ministère de la Santé lance une campagne visant à promouvoir et à valoriser les métiers de l’aide à domicile auprès des personnes âgées : 300000 emplois nouveaux à pourvoir d’ici à 2030.

Les métiers de l’aide à domicile sont des métiers de proximité et 80% des postes à pourvoir sont des CDI.
Quels sont les recruteurs ? Les associations, les entreprises, les communes et les personnes âgées elles-mêmes sont les principaux employeurs d’aides à domicile.

Aucun diplôme n’est exigé, mais la professionnalisation est en cours. Des formations qualifiantes existent. L’entrée dans la formation d’Accompagnant éducatif et social est soumise à 2 épreuves, écrites et orales : une épreuve écrite composée d’un questionnaire de 10 questions sur l’actualité sociale et une épreuve orale qui permettra de mesurer les motivations des candidats. Ces épreuves sont organisées par les établissements de formation.

Pour en savoir plus, lire le dossier de presse

Fiche métier : Accompagnant éducatif et social (AES)

La protection juridique des majeurs vulnérables est renforcée

Deux décrets publiés au Journal officiel renforcent et simplifient les procédures relatives à la protection des personnes âgées et des personnes en situation de handicap qui bénéficient d’un régime de protection juridique.

Les dispositions inscrites dans ces textes prendront effet au 1er janvier 2017, à l’exception des dispositions relatives à l’encadrement du cumul de modes d’exercice de la fonction de mandataire qui entreront en vigueur le 1er juillet 2017. Un délai est en effet accordé aux opérateurs concernés pour se conformer aux nouvelles exigences prévues par les textes.

Lire le décret n° 2016-1896 du 27 décembre 2016

Lire le décret n° 2016-1898 du 27 décembre 2016

Améliorer les droits des personnes accueillies, la qualité et la sécurité des accueils

Réglementé par le code de l’action sociale et des familles et placé sous le contrôle du président du conseil départemental, l’accueil familial s’adresse à des personnes âgées ou handicapées n’appartenant pas à la famille proche de l’accueillant.

Pour accueillir des personnes à son domicile, la personne accueillante doit disposer d’un agrément délivré par le président du conseil départemental correspondant.

Le décret publié au JO du 21 décembre crée un référentiel d’agrément. Celui-ci permettra aux départements de décider si une personne ou un couple peut être agréé ou voir son agrément renouvelé ou modifié et de motiver explicitement un éventuel refus de la demande d’agrément. Objectif : améliorer les droits des personnes accueillies, la qualité et la sécurité des accueils. Ce référentiel favorisera également le développement de ce dispositif encore peu connu : 1/3 des places d’accueil sont encore à pourvoir.

Consulter le décret

Aide à domicile : le fonds d’appui aux bonnes pratiques est lancé

Le fonds d’appui aux bonnes pratiques et d’aide à la restructuration des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD), doté de 50 millions d’euros, a été voté dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2017. Ce fonds conforte la dynamique d’amélioration des pratiques des conseils départementaux et des SAAD au niveau local, et donne un nouvel élan pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées et des personnes en situation de handicap. L’appel à candidatures s’adresse aux conseils départementaux et aux SAAD qui s’engagent à respecter le "guide des bonnes pratiques de l’aide à domicile".  Il est ouvert jusqu’au 20 janvier 2017.

A l’issue de cet appel, une convention sera signée entre les départements retenus et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie. Le montant des crédits alloués sera déterminé en fonction des engagements pris par le département et s’appuiera sur le nombre d’heures d’activité des services ciblés par le département.

Télécharger l'appel à candidatures

Santé : création du congé de proche aidant

Le décret publié au JO du 19 novembre met en œuvre les mesures inscrites dans la loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement et dans la loi relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels.

Tout en maintenant l’insertion professionnelle du salarié aidant, ce congé permet aux proches de consacrer du temps à l’aide d’une personne en perte d’autonomie. En transformant le congé de soutien familial en congé de proche aidant, cette mesure élargit les bénéficiaires de ce type de congé aux aidants sans lien de parenté avec la personne qu’ils aident et aux aidants de personnes accueillies en établissement. Il instaure également la possibilité, pour le salarié, de transformer ce congé en période d’activité à temps partiel et assouplit ses modalités d’utilisation en permettant son fractionnement.

En France, 8,3 millions de personnes (membre de la famille, ami, conjoint,…) soutiennent et accompagnent au quotidien un proche en perte d’autonomie.

Installation du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge

Le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge a été installé par Marisol Touraine, Laurence Rossignol et Pascale Boistard.
Cette instance, placée auprès du Premier ministre, sera mise en place le 13 décembre. Son objectif principal est de renforcer la continuité et la complémentarité des politiques menées en faveur des familles, de l’enfance et de l’adolescence, des retraités et des personnes âgées. Elle émettra des avis et formulera des recommandations sur des questions liées, par exemple, à l’avancée en âge des personnes âgées et des personnes retraitées et à l’adaptation de la société au vieillissement.
La formation spécialisée dans le champ de l’enfance et de l’adolescence associera par ailleurs à ses travaux un collège de douze enfants et adolescents, contribuant ainsi au suivi des observations du comité des droits de l’enfant de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Santé : Journée nationale des aidants

En France, 8,3 millions de personnes (membre de la famille, ami, conjoint…) soutiennent et accompagnent au quotidien un proche en situation de perte d’autonomie. La journée nationale des aidants est l’occasion de rappeler les nouveaux droits mis en place par le Gouvernement pour les proches aidants :

- aide "droit au répit" pouvant aller jusqu’à 500 €/an, pour financer l’accueil de la personne aidée dans une structure adaptée. Entrée en vigueur le 1er mars 2016 ;

- l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) de la personne aidée peut être ponctuellement revalorisée en cas d’hospitalisation du proche aidant pour financer un hébergement temporaire de la personne aidée, ou un relais à domicile. Son montant peut atteindre 992 € au-delà des plafonds de l’Apa. Entrée en vigueur le 1er mars 2016 ;

- les proches aidants bénéficieront, au 1er janvier 2017, d’un congé de 3 mois renouvelable pour s’occuper de leur proche.

En outre, les personnes âgées et les personnes handicapées non imposables bénéficieront, dès 2017, d’un crédit d’impôt pour financer des services d’aide à domicile. Cette mesure profitera à 1,3 million de ménages et permettra une baisse du reste à charge sur les dépenses de services à la personne de l’ordre de 20 % en moyenne.

Tout savoir sur les événements organisés en France à l’occasion de cette journée

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions au sein des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Secrétariat d'État chargé des Personnes âgées et de l’Autonomie
Adresse :
14, avenue Duquesne 75007 Paris
Adresse postale :
75700 Paris Tél. : 01 40 56 60 00
Cabinet
M. Julien TIPHINE
Directeur du cabinet
JO du 16/12/16
M. Stéphane EXPOSITO-CARVOUNAS
Chef de cabinet
JO du 16/12/16
M. Aurélien DOVERGNE
Chef adjoint de cabinet
JO du 16/12/16
M. Renaud CHENU
Conseiller chargé de la communication et des relations avec la presse
JO du 16/12/16
M. Joseph MAGNAVACCA
Conseiller en charge des établissements
JO du 16/12/16
Mme Pauline SASSARD
Conseillère chargée du domicile et des aidants
JO du 16/12/16
Mme Claire SCHMITT
Conseillère parlementaire, en charge des relations avec le monde associatif
JO du 16/12/16