Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Marisol Touraine

Marisol Touraine

Ministre des Affaires sociales et de la Santé
Biographie

Marisol Touraine est née le 7 mars 1959, à Paris.

Fonctions ministérielles

  • Ministre des Affaires sociales et de la Santé, depuis février 2016
  • Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, d'août 2014 à février 2016
Voir le décret n° 2014-1030 du 11 septembre 2014 relatif aux attributions du ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes
 
  • Ministre des Affaires sociales et de la Santé, d'avril à août 2014
  • Ministre des Affaires sociales et de la Santé, de mai 2012 à mars 2014
 

Fonctions électives
 

  • Réélue députée d'Indre-et-Loire, le 17 juin 2012
  • Présidente du Conseil général d'Indre-et-Loire, d'avril 2011 à juin 2012
  • Vice-présidente du Conseil général d'Indre-et-Loire, de 2008 à 2011
  • Conseillère générale d'Indre-et-Loire, depuis 1998
  • Députée d'Indre-et-Loire, de 1997 à 2002 et de 2007 à 2012
     

Fonctions politiques
 

  • Membre du conseil national du Parti socialiste, depuis 1997
  • Membre du bureau national du Parti socialiste, de 1997 à 2005, et depuis 2008
  • Secrétaire nationale du Parti socialiste, chargée de la sécurité, de 2008 à 2009
  • Secrétaire nationale du Parti socialiste, chargée de la solidarité et de la protection sociale, de 1997 à 2005 et depuis 2008
     

Autres fonctions
 

  • Membre titulaire du Conseil national des parcs et jardins, 2012
     

Carrière
 

  • Conseillère d’Etat, depuis 2005
  • Professeur à l'Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (Essec) et à l'Institut d'études politiques de Paris, de 1985 à 2012
  • Maître de requêtes au Conseil d'Etat, de 1991 à 2005
  • Conseiller technique au cabinet de Michel Rocard, Premier ministre, de 1990 à 1991
  • Chargée de mission au cabinet de Michel Rocard, Premier ministre, de 1988 à 1990
  • Chargée de mission auprès du conseiller pour les affaires stratégiques au Secrétariat général de la défense nationale (SGDSN), de 1984 à 1988
     

Cursus
 

  • Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure de Sèvres
  • Agrégée de sciences économiques et sociales
  • Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris
     

Ouvrage
 

  • Le Bouleversement du Monde - Géopolitique du XXIe siècle (1995)
Actualités du ministre

Dossier de presse : démarche de clarification du bulletin de paie

Jean-Christophe Sciberras a remis son rapport sur les "enseignements de l’expérimentation sur la clarification des bulletins de paie".

La clarification du bulletin de paie répond à un double objectif de lisibilité pour les 17 millions de salariés qui le reçoivent chaque mois, et de simplification de la vie des entreprises, notamment en matière de gestion de paie.

Au cours de l’année 2016, des entreprises pilotes ont volontairement expérimenté le bulletin de paie simplifié.

Jean-Christophe Sciberras a évalué la perception de cette expérimentation et établi un point d’étape à l’issue de la 1re année de sa mise en œuvre. Le nouveau modèle de bulletin de paie est étendu depuis le 1er janvier 2017 aux entreprises de plus de 300 salariés. Il sera généralisé aux entreprises de moins de 300 salariés à compter du 1er janvier 2018.

Consulter le rapport

"La fin de vie, et si on en parlait ?"

Le ministère de la Santé lance aujourd’hui avec le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie une campagne nationale d’information sur la fin de vie, pour inviter les Français au dialogue avec leurs proches et les professionnels de santé, et pour les informer sur les droits des personnes malades et des personnes en fin de vie.

Jusqu’au 20 mars, la campagne d’information sera relayée sur plusieurs médias, autour d’une signature : "La fin de vie, et si on en parlait ?", avec notamment un site internet dédié : parlons-fin-de-vie.fr et des événements organisés partout en France par le CNSPFV dès le mois de mars.

 

 

"Droit à l'oubli" : accès au crédit facilité pour les personnes ayant eu une maladie grave

La loi de modernisation de notre système de santé a consacré le "droit à l’oubli" : le droit pour une personne souscrivant un contrat d’assurance emprunteur, de ne pas déclarer une ancienne pathologie cancéreuse à l’issue d’un délai de 10 ans après la fin du protocole thérapeutique, ce délai étant réduit à 5 ans lorsqu’il s’agit de cancers de mineurs.

Elle a également consacré la "grille de référence" de pathologies établie par les parties (assureurs, associations) à la convention Aeras, qui fixe notamment des délais, pathologie par pathologie et inférieur à 10 ans en ce qui concerne les pathologies cancéreuses, au terme desquels d’anciens malades pourront souscrire un contrat d’assurance sans surprime ni exclusion de garantie

Concrètement, désormais, les assureurs transmettront aux candidats à "l’assurance emprunteur", c’est-à-dire l’assurance souscrite à l’occasion de la mise en place d’un crédit relevant de la convention Aeras, une information simple et claire concernant le dispositif de "droit à l’oubli" et la grille de référence. L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) sera par ailleurs chargée du contrôle du respect de ce droit.

Lire le décret formalisant l’information des personnes concernées

Lire le décret mettant en place un dispositif de contrôle

"Hôtel hospitalier" : un appel à projets auprès des établissements de santé

Un appel à projets est lancé auprès des établissements de santé qui souhaitent proposer à leurs patients une prestation d’hébergement non médicalisé, en amont ou en aval de leur prise en charge. Cette expérimentation, d’une durée de 3 ans, vise à améliorer la qualité de la prise en charge et le confort des patients. Elle s’inscrit dans le cadre du "virage ambulatoire", engagé par le Gouvernement. 

La loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 et son décret d’application du 12 décembre 2016 ont ouvert la possibilité pour les établissements de santé de proposer une prestation non médicalisée d’hébergement de patients, sur la base des recommandations de la Haute autorité de santé.

Cette prestation est assurée par l’établissement, qui peut la réaliser dans ses propres locaux, mais distincts des locaux d’hospitalisation, ou la faire réaliser par un tiers, notamment un prestataire hôtelier ou un partenaire associatif, par exemple.

Le Fond d’intervention régional financera cette expérimentation. Une évaluation sera réalisée un an avant son échéance de façon à apprécier de façon exhaustive tout l’intérêt de ce dispositif, pour le patient et au niveau médico-économique.

Les établissements peuvent déposer leur dossier de candidature jusqu’au 12 mars 2017.

Handicap : "Une réponse accompagnée pour tous"

Afin de permettre à tous les enfants et adultes handicapés de bénéficier d’un accompagnement adapté, le Gouvernement et les départements travaillent ensemble pour améliorer la coordination des acteurs publics et privés impliqués. Il s’agit de la démarche "Une réponse accompagnée pour tous", dans laquelle 90 territoires départementaux se sont déjà engagés, et qui sera généralisée au 1er janvier 2018.

Ces départements s’appuieront désormais sur un nouveau cadre réglementaire qui renforce la coordination des pouvoirs publics impliqués dans la recherche d’un accompagnement adapté à chaque personne.

Le décret publié au JO du 8 février définit les informations qui doivent être transmises aux Maisons départementales des personnes handicapées par les Agences régionales de santé, les services de l’Etat et les collectivités territoriales, pour l’élaboration de plans d’accompagnement globaux. Le dispositif prévoit en effet que chaque personne en difficulté, du fait de l’absence d’un accompagnement médico-social adapté, puisse bénéficier d’un plan d’accompagnement global, qui détermine les mesures à mettre en œuvre pour proposer une réponse immédiate, construite en fonction de l’offre locale, sur laquelle toutes les parties prenantes s’engagent.

Lire le décret

Minima sociaux : de nouvelles mesures pour faciliter l'accès aux dispositifs de solidarité

De nouvelles mesures ont été mises en place pour faciliter l’accès des Français modestes, fragiles ou précaires aux dispositifs de solidarité : développement des démarches en ligne, meilleure prise en compte des changements de situation, accompagnement plus adapté du handicap, renforcement des démarches d’insertion professionnelle.

Les décrets d’application publiés au JO du 2 février concernent les modes d’ouverture et de calcul des prestations (allocation aux adultes handicapés, revenu de solidarité active, prime d’activité).

Décret n° 2017-122 relatif à la réforme des minima sociaux

Décret n° 2017-123 relatif à la réforme des minima sociaux

Personnes âgées : un secteur qui recrute

Avec les effets conjoints du vieillissement de la population (la France comptera près de 20 millions de personnes âgées en 2030 contre 15 millions aujourd’hui) et des nombreux départs à la retraite de professionnels exerçant ce métier aujourd’hui, le secteur de l’aide à domicile pour les personnes âgées est un secteur d’avenir. Le ministère de la Santé lance une campagne visant à promouvoir et à valoriser les métiers de l’aide à domicile auprès des personnes âgées : 300000 emplois nouveaux à pourvoir d’ici à 2030.

Les métiers de l’aide à domicile sont des métiers de proximité et 80% des postes à pourvoir sont des CDI.
Quels sont les recruteurs ? Les associations, les entreprises, les communes et les personnes âgées elles-mêmes sont les principaux employeurs d’aides à domicile.

Aucun diplôme n’est exigé, mais la professionnalisation est en cours. Des formations qualifiantes existent. L’entrée dans la formation d’Accompagnant éducatif et social est soumise à 2 épreuves, écrites et orales : une épreuve écrite composée d’un questionnaire de 10 questions sur l’actualité sociale et une épreuve orale qui permettra de mesurer les motivations des candidats. Ces épreuves sont organisées par les établissements de formation.

Pour en savoir plus, lire le dossier de presse

Fiche métier : Accompagnant éducatif et social (AES)

Un guide pour améliorer l’organisation de l'accueil social dans les territoires

Le Plan d'action interministériel en faveur du travail social et du développement social  prévoit l’organisation d’un 1er accueil social inconditionnel de proximité dans les départements.

Le 1er accueil a pour objectif de garantir à toute personne rencontrant des difficultés ou souhaitant exprimer une demande d’ordre social, une écoute attentionnée de la globalité de ses besoins et préoccupations afin de lui proposer le plus tôt possible des conseils et une orientation adaptée.

Pour accompagner la mise en œuvre de cette mesure, un guide d’appui à la structuration du 1er accueil social inconditionnel de proximité a été réalisé. Elaboré à partir des initiatives de terrain, il a autant pour vocation de soutenir les acteurs qui souhaitent aller plus loin et améliorer l’organisation de leur accueil social en s’appuyant sur l’expérience d’autres territoires que d’accompagner les travaux conduits par les départements dans le cadre des schémas d’amélioration de l’accessibilité des services au public.

Consulter le guide

En savoir plus sur le plan d’action interministériel en faveur du travail social et du développement social

 

Venez découvrir l’innovation en santé les 27, 28 et 29 janvier

Rétine artificielle, prothèse connectée, robot chirurgical, nouvelles thérapies géniques, simulateur de vieillissement : quelques exemples d’innovations en santé à découvrir les 27, 28 et 29 janvier 2017 à la Cité des sciences dans le cadre de la 2e Journée de l’Innovation en santé, co-organisée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé et Universciences.

Consulter le programme sur le site de la Cité des sciences

Généralisation des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens dans le secteur médico-social

L’ensemble des textes d’application de la réforme de la contractualisation et de la tarification des établissements et services médico-sociaux a été publié. Ces textes :

- généralisent les contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (Cpom) dans le secteur médico-social ;

- mettent en place un nouveau cadre de présentation budgétaire : l’état des prévisions de recettes et de dépenses (EPRD) ;

- rénovent les règles d’allocation de ressources pour tous les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Consulter la liste des établissements et services concernés par la généralisation du Cpom et les textes publiés

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions au sein des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère des Affaires sociales et de la Santé
Adresse :
14, avenue Duquesne 75007 - Paris
Adresse postale :
75700 Paris - Tel 01 40 56 60 00
Cabinet
M. Etienne CHAMPION
Directeur du cabinet
JO du 10/12/16
M. Grégory GUILLAUME
Chef de cabinet
JO du 10/12/16
M. Nicolas PEJU
Directeur adjoint du cabinet
JO du 16/12/16
M. Benjamin FERRAS
Directeur adjoint du cabinet
JO du 16/12/16
M. Julien TIPHINE
Directeur adjoint du cabinet en charge des personnes âgées et de l'autonomie
JO du 16/12/16
M. Olivier VEBER
Directeur adjoint en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion
JO du 16/12/16
M. Djillali ANNANE
Conseiller auprès de la ministre en charge de l'innovation, de la recherche et de l'enseignement supérieur
JO du 16/12/16
M. Gabriel ATTAL
Conseiller politique, parlement, discours
JO du 16/12/16
M. Bertrand DUBOIS
Chef adjoint de cabinet
JO du 16/12/16
Mme Alexandra TZATCHEV
Conseillère parlementaire :
JO du 16/12/16
Mme Florence ALLOT
Conseillère en charge de la sécurité sanitaire
JO du 16/12/16
M. Thomas DEROCHE
Conseiller en charge des établissements sanitaires et médico-sociaux
JO du 16/12/16
Mme Paule KUJAS
Conseillère en charge des produits de santé
JO du 16/12/16
M. Emmanuel BAGOURD
Conseiller en charge des professionnels libéraux de santé et des soins de premier secours
JO du 16/12/16
M. Malik LAHOUCINE
Conseiller en charge des personnes âgées, des personnes handicapées et de la cohésion sociale
JO du 16/12/16
M. Aurélien MOLLARD
Conseiller en charge des établissements sanitaires et médico-sociaux
JO du 16/12/16
Mme Agathe LOBET
conseillère en charge de la communication et de la presse
JO du 11/01/17
Mme Shéraz GASRI
Conseillère diplomatique
JO du 16/12/16
Mme Juliette ROGER
Conseillère financière et budgétaire
JO du 16/12/16
M. Nicolas PRISSE
Conseiller en charge de la santé publique
JO du 16/12/16
Mme Magali GUEGAN
Conseillère en charge des questions de société, des droits des usagers et des populations vulnérables
JO du 16/12/16
M. Antoine SCHWOERER
Conseiller santé environnement
JO du 21/01/17