Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Laurence Rossignol

Laurence Rossignol

Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes
Biographie

Laurence Rossignol est née le 22 décembre 1957 à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Fonction ministérielle

  • Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, depuis février 2016
  • Secrétaire d’État chargée de la Famille, de l’Enfance, des Personnes âgées, et de l’Autonomie, auprès de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, d'avril 2014 à février 2016
     

Fonctions électives
 

  • Sénatrice de l’Oise, depuis 2011
  • Conseillère régionale de Picardie, depuis 1998
  • Vice-présidente du Conseil régional de Picardie chargée de l’égalité des chances, de la vie associative et de la jeunesse, depuis avril 2004
  • Conseillère municipale de Compiègne, de 2001 à 2011
     

Fonction politique
 

  • Secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de l’environnement
     

Autres fonctions
 

  • Conseillère technique, chargée de l’enfance et des relations avec le Parlement au cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports, de 1992 à 1993
  • Conseillère technique, chargée de l’enfance et des relations avec le Parlement au cabinet de Frédéric Bredin, ministre de la Jeunesse et des Sports, de 1991 à 1992
  • Conseillère technique au cabinet du président de l’Assemblée nationale, de 1989 à 1991
  • Chef de cabinet de Laurent Fabius, président de l’Assemblée nationale, en 1989
     

Carrière
 

  • Journaliste juridique
     

Cursus
 

  • DEA de Droit Social, Université Panthéon-Sorbonne
Actualités du ministre

Remise du rapport sur le coût économique des discriminations

Ce rapport de France stratégie évalue le coût économique que représentent les discriminations, leur impact sur la croissance et la richesse nationales.

"LE chiffre qui ressort de votre analyse : si l’ensemble des acteurs économiques s’engageaient véritablement dans la lutte contre les discriminations, estimez-vous, ce seraient 150 Mds d’€ que notre économie pourrait récupérer. Si les femmes gagnaient enfin autant que les hommes pour un même travail, si les descendants d’immigrés comme les natifs des DOM bénéficiaient du même accès à l’emploi et aux responsabilités que le reste des actifs, notre économie serait plus juste mais aussi considérablement plus prospère", a notamment souligné Myriam El Khomri en recevant le rapport.

A cette occasion, les ministres (Myriam El Khomri, Laurence Rossignol et Patrick Kanner) ont rappelé l’action déterminée de l’Etat, des partenaires sociaux et des associations pour lutter contre les discriminations à l’embauche et en emploi, en particulier le déploiement des méthodes de recrutement non discriminantes et les campagnes destinées à lutter contre les stéréotypes.

Rapport - Le coût économique des discriminations

Dossier de présentation - Le coût économique des discriminations

 

 

 

"Les marches exploratoires" sont une des réponses pour l'apaisement de notre société"

Les marches exploratoires permettent aux femmes d’une ville ou d’un quartier de mieux s’approprier l’espace public. Répondant à un enjeu politique fort, cette démarche vise à renforcer la participation citoyenne et la place des femmes des quartiers prioritaires de la politique de la ville dans l’espace public.

Dans le cadre du 4e plan de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes, le Gouvernement a lancé, en 2014, une expérimentation nationale de "Marches exploratoires", à laquelle ont répondu 12 villes (Amiens, Avignon, Arcueil, Bastia, Bordeaux, Creil, Lille, Mons-en-Baroeul, Montreuil, Paris 20, Rennes et Saint-Etienne).

Près de 150 femmes ont ainsi participé à ces expérimentations qui se sont déroulées sur l’année 2015. L’association France Médiation, qui fédère 70 structures de médiation sociale en France, a assuré la coordination nationale de l’expérimentation et a remis ses recommandations à Laurence Rossignol, Patrick Kanner et Hélène Geoffroy.

Devant les résultats positifs de cette expérimentation nationale, Patrick Kanner a annoncé que les marches seraient généralisées dans tous les quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Rapport de France Médiation sur les marches exploratoires 2.0_Les femmes changent la ville

Lancement de la plateforme numérique "Sexisme, pas notre genre !"

Du 8 septembre 2016 au 8 mars 2017,  le ministère des Familles lance une grande mobilisation contre le sexisme.

Dans ce cadre, une plateforme dédiée à la campagne pour faire reculer le sexisme a été mise en ligne. 

Espace participatif, le site  permet de :

- déposer des initiatives contre le sexisme soumises à labellisation ;

- retrouver les initiatives labellisées  ;

- s’informer sur les  recours juridiques possibles face à certains actes sexistes ;

- découvrir les parrains et associations qui ont rejoint la mobilisation.

Découvrir la plateforme www.sexismepasnotregenre.gouv.fr

Retrouver des témoignages sur le sexisme déposés sur les réseaux sociaux à travers le hashtag #SexismePasNotreGenre.

Lire aussi l'interview de Laurence Rossignol dans "Le Parisien"

L’allocation de rentrée scolaire versée à 2,8 millions de familles à partir du 18 août

L’allocation de rentrée scolaire (ARS) sera versée à partir du 18 août à plus de 2,8 millions de familles. Elle aide les parents aux revenus modestes qui ont des enfants scolarisés âgés de 6 à 18 ans à assumer le coût de la rentrée.

Revalorisés de 25% en 2012 par le Gouvernement, les montants s’élèvent cette année à : 363 € pour les enfants de 6 à 10 ans ; 383,03 € euros pour les enfants de 11 à 14 ans ; 396,29 € euros pour les enfants de 15 à 18 ans.

Par ailleurs, la simplification du dispositif se poursuit. Les parents d’enfants de 6 à 15 ans notamment n’ont aucune démarche à accomplir : les CAF versent automatiquement l’ARS aux familles déjà allocataires qui remplissent les conditions.

Pour en savoir plus

Education : l'école dès 2 ans, c'est possible

Pour les inciter à scolariser leur enfant dès l'âge de 2 ans, le ministère de l’Éducation nationale et celui des Familles engagent conjointement une campagne d’information à destination des familles. Cette campagne s'appuie sur des mailings adressés aux familles concernées par les caisses d'allocation familiales et celles de la mutualité sociale agricole. Ces messages sont accompagnés de vidéos où témoignent des mères dont les enfants de 2 ans vont à l'école et leur enseignante, visibles sur le site education.gouv et sur celui de l'Onisep.

Le réseau "Parents solos et compagnie" : agir avec et pour les familles monoparentales

En 2012, il y avait 1,7 million de familles monoparentales avec enfant(s) de moins de 18 ans en France, soit plus d’1 famille sur 5 (22 %). L’émergence des familles monoparentales, composées à 85 % de femmes, représente l’évolution majeure des familles ces 30 dernières années. Ces familles rencontrent des difficultés financières liées au fait, pour un parent, de faire face aux charges courantes avec les revenus d’1 seule personne. Dans un contexte où les liens familiaux et sociaux ont tendance à se distendre, les familles monoparentales sont particulièrement vulnérables et peuvent vivre une véritable solitude parentale.

Huit 1res associations ont répondu à l’appel que Laurence Rossignol a lancé en 2015, permettant de mobiliser un réseau de bénévoles - le réseau "Parents solos et compagnie" - autour d’actions concrètes : soutien scolaire au domicile des familles, parrainages de proximité, soutien à la parentalité…

A l’issue de l’expérimentation qui s’est tenue dans 5 départements pendant 6 mois, la journée nationale de restitution a été l’occasion de dresser un 1er bilan en présence de tous les acteurs concernés et intéressés par la démarche et de dessiner les contours du réseau "parents solos et compagnie" à venir.

Consulter le dossier de presse Parents solos et compagnie

Lire le discours de Laurence Rossignol

Violences faites aux femmes : des référents mieux formés dans les services d’urgence

539 référents dédiés ont été nommés dans les services d’urgence. Leurs missions : sensibiliser et former leurs collègues, organiser les conditions de prises en charge des femmes victimes de violence, ou encore identifier les acteurs internes et externes aux établissements pouvant contribuer à une meilleure prise en charge globale.

A l'occasion de la 1re journée de formation de ces référents, Marisol Touraine a évoqué le prochain plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Il permettra d’avancer sur 3 chantiers majeurs : l’élargissement de la formation sur les violences faites aux femmes à d’autres professions de santé, notamment aux chirurgiens-dentistes, aux infirmiers et aux masseurs kinésithérapeutes ;  l’amélioration de la prise en charge psychologique des femmes victimes de violences ;  l’identification d’outils adaptés pour permettre le recueil des preuves de violences, en l’absence de plainte, et leur conservation afin de laisser aux victimes le temps de porter plainte.

Consulter le 4e plan de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes (2014-2016)

Lire le discours de Marisol Touraine

Mieux connaître le rôle et les missions des sages-femmes

Afin de faire connaître la diversité des missions des sages-femmes, une campagne d’information sur leur rôle et leurs compétences, récemment élargies, est lancée.
Des outils de communication pratiques et pédagogiques ont été développés en collaboration avec les syndicats de sages-femmes et le Conseil national de l’ordre des sages-femmes, autour d’un message central, "5 ans pour devenir sage-femme, un engagement pour la santé des femmes", et d’une accroche originale, "6 bonnes raisons de consulter une sage-femme".

L’intervention des sages-femmes ne se limite pas au suivi de la grossesse et à la pratique l’accouchement. Elles font beaucoup plus que cela : elles assurent le suivi de la femme en bonne santé, peuvent lui prescrire une contraception, réaliser certaines vaccinations, intervenir dans la prévention des addictions… Grâce à la loi de modernisation de notre système de santé, elles peuvent même pratiquer l’interruption volontaire de grossesse (IVG) médicamenteuse et vacciner l’entourage de la femme et du nouveau-né.

Plus d’informations sur social-sante.gouv.fr/sages-femmes

Lire le discours de Marisol Touraine

Campagne de prévention de l’achat d’actes sexuels "Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois"

La campagne est relayée dans les territoires (Paris, Marseille, Lyon, Nice, Strasbourg, Lorient, Orléans, Lille, Toulouse et dans l’Essonne), sous forme d’affichage et de diffusion de cartes postales dans les fan-zones et dans les bars retransmettant les matchs, dans les mairies et les maisons des associations.

Elle vise à rappeler "au grand public, et notamment aux supporteurs français ou étrangers, que la prostitution est une violence insupportable pour les femmes qui la subissent. Les clients sont responsables, l’achat d’acte sexuel est aujourd’hui clairement interdit en France".

La loi visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et accompagner les personnes prostituées a été promulguée le 13 avril dernier. Désormais, les personnes prostituées sont reconnues comme des victimes et non plus comme des délinquantes grâce à l’abrogation du délit de racolage. Les clients sont passibles d’une contravention de 1500 €. La lutte contre les réseaux et le proxénétisme est renforcée.

Les crèches VIP, pour accompagner les parents en recherche d'emploi

La garde d’enfants, en particulier pour les mères élevant seules leurs enfants, constitue un frein majeur de retour à l’emploi.

Le dispositif des crèches à vocation d’insertion professionnelle (VIP) a une double mission :  accueillir en crèche les jeunes enfants (0-3 ans) de parents sans emploi ; accompagner vers l’emploi ou la formation professionnelle les parents bénéficiaires.

Le ministère des Affaires sociales, celui du Travail et celui des Familles, la CNAF et Pôle emploi ont décidé de s’unir pour proposer cet accompagnement aux parents qui ont besoin de temps pour conduire leurs démarches de recherche d’emploi.

Objectif : plus de 100 crèches VIP d’ici à fin 2016. L’accompagnement vers l’emploi sera mis en œuvre par Pôle emploi et les conseils départementaux dans le cadre de l’accompagnement global, ou par les Missions locales

Ce mode d’accompagnement intensif et global a jusqu’à présent permis d’aboutir à un taux de retour à l’emploi de près de 90 % des parents accompagnés dans un délai de 6 mois.

Consulter l’accord et la charte relatifs aux crèches à vocation d’insertion professionnelle

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes
Adresse :
40 rue du bac 75007 Paris
Adresse postale :
75700 PARIS - Tél. 01 40 56 60 00
Cabinet
M. Rémi BOURDU
Directeur du cabinet
JO du 26/02/16
Mme Dominique BOUISSOU
Conseillère spéciale
JO du 10/03/16
Mme Céline THIEBAULT
Directrice adjointe du cabinet chargée des droits des femmes
JO du 21/09/16
Mme Frédérique LEPRINCE
Directrice adjointe du cabinet chargée des familles et de l'enfance
JO du 21/09/16
Mme Claire ROBILLARD
Cheffe de cabinet
JO du 26/02/16
Mme Stéphanie LOZANO
Cheffe de cabinet adjointe, chargée des relations avec les collectivités locales
JO du 10/03/16
Mme Nina SAVOYE
Conseillère parlementaire
JO du 10/03/16
Mme Léonor SAUVAGE
Conseillère protection de l'enfance
JO du 16/04/16
Mme Catherine DUMONT
Conseillère laïcité, prévention de la radicalisation et accompagnement des familles
JO du 16/04/16
Mme Cécile GROSJEAN
Conseillère petite enfance et parentalité
JO du 18/03/16
Mme Marie DERAIN
Conseillère droits de l'enfant
JO du 18/03/16
M. Thomas DUBOIS
Conseiller diplomatique et droits des femmes
JO du 18/03/16
Mme Claire GUIRAUD
Conseillère droits des femmes
JO du 18/03/16
M. Jean-François MEIRA
Conseiller accueil du jeune enfant
JO du 23/07/16