Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Laurence Rossignol

Laurence Rossignol

Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes
Biographie

Laurence Rossignol est née le 22 décembre 1957 à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine)

Fonction ministérielle

  • Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, depuis février 2016
  • Secrétaire d’État chargée de la Famille, de l’Enfance, des Personnes âgées, et de l’Autonomie, auprès de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, d'avril 2014 à février 2016
     

Fonctions électives
 

  • Sénatrice de l’Oise, depuis 2011
  • Conseillère régionale de Picardie, depuis 1998
  • Vice-présidente du Conseil régional de Picardie chargée de l’égalité des chances, de la vie associative et de la jeunesse, depuis avril 2004
  • Conseillère municipale de Compiègne, de 2001 à 2011
     

Fonction politique
 

  • Secrétaire nationale du Parti socialiste chargée de l’environnement
     

Autres fonctions
 

  • Conseillère technique, chargée de l’enfance et des relations avec le Parlement au cabinet du ministre de la Jeunesse et des Sports, de 1992 à 1993
  • Conseillère technique, chargée de l’enfance et des relations avec le Parlement au cabinet de Frédéric Bredin, ministre de la Jeunesse et des Sports, de 1991 à 1992
  • Conseillère technique au cabinet du président de l’Assemblée nationale, de 1989 à 1991
  • Chef de cabinet de Laurent Fabius, président de l’Assemblée nationale, en 1989
     

Carrière
 

  • Journaliste juridique
     

Cursus
 

  • DEA de Droit Social, Université Panthéon-Sorbonne
Actualités du ministre

Présentation du plan d’action "Bien-être et santé des jeunes"

Ce plan s’inscrit dans la continuité des politiques poursuivies par le Gouvernement depuis 2012 en matière, notamment, de réussite éducative pour tous, d’égalité d’accès aux soins et de précocité des prises en charge. Il poursuit 4 grands objectifs :

- permettre aux professionnels de mieux identifier les signes de mal-être ou de souffrance des adolescents ou des jeunes adultes, et aider ces personnels à faire face à ces situations ;

- faire en sorte que les jeunes se sentent davantage soutenus et écoutés ;

- mieux orienter les jeunes vers les professionnels compétents, faciliter des interventions précoces, diversifier et améliorer les prises en charge, tout en réduisant les inégalités dans ce domaine ;

- construire une veille partagée sur ces problématiques et sur les symptômes émergents de l’adolescence contemporaine.

Plan interministériel "Bien-être et santé des jeunes"

Mobilisation contre toutes les violences faites aux femmes

Le 5e plan de mobilisation et de lutte contre les violences (2017-2019) traduit l’engagement sans relâche de l’État pour permettre aux femmes victimes de violences d’accéder à leur droit d’être protégées et accompagnées, pour sortir des violences et se reconstruire. Il vise à :

- sécuriser et renforcer les dispositifs qui ont fait leurs preuves pour améliorer le parcours des femmes victimes de violences et assurer l’accès à leurs droits ;

- renforcer l’action publique là où les besoins sont les plus importants ;

- déraciner les violences par la lutte contre le sexisme, qui banalise la culture des violences et du viol.

La Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre est l’occasion de sensibiliser l’ensemble des professionnels et du grand public à ces violences et de présenter la mobilisation avec 3 objectifs clés : faire connaître le 3919, numéro d’écoute et d’orientation de référence ; déconstruire les stéréotypes associés aux violences faites aux femmes ; informer et sensibiliser sur le territoire.

Consulter le dossier de presse 5e plan de lutte contre toutes les violences faites aux femmes

Tout savoir sur les actions de communication autour de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Lire aussi : 1ers résultats de l'enquête Virage - Des données pour agir contre les violences faites aux femmes

Lancement du plan d’action pour la petite enfance

 L’accueil des jeunes enfants (moins de 3 ans) constitue un pilier de la politique familiale menée par le Gouvernement : son développement est essentiel pour permettre la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale, l’éveil et la socialisation des enfants, et la réduction des inégalités.

Ce Plan d’action poursuit l’adaptation des modes d’accueil aux évolutions de notre société avec, pour fil conducteur, la prise en compte du meilleur intérêt de l’enfant. Il reprend la plupart des préconisations qui sont faites dans le rapport de mission de Sylviane Giampino, et les articule autour de 16 axes directeurs qui s’inscrivent dans 3 grands objectifs :

- définir un cadre commun à l’accueil des jeunes enfants ;

- promouvoir le développement d’un accueil de qualité, ouvert pluridisciplinaire et sans stéréotype ;

- permettre une formation des professionnels mieux adaptée aux enjeux de notre société.

Les premiers résultats de ce Plan sont attendus dès janvier 2017.

Communication non sexiste : atelier de créativité avec les professionnels du secteur

Cette initiative a vocation à sensibiliser les professionnels de la communication à la lutte contre les stéréotypes sexistes et les représentations dégradantes des femmes dans les contenus, notamment publicitaires, qu’ils produisent et diffusent.
Sur la base d’un brief, les participants, accompagnés par les ambassadrices et ambassadeurs de la communication non-sexiste, ont été invités à concevoir en groupe une note d’intention, présentant un concept, une idée créative et un dispositif de communication non sexistes.
Les membres du jury ont élu 2 groupes lauréats qui pourront concrétiser leur dispositif de communication qui donnera valeur d’exemple. Il s’agit d’une 1re étape avant le lancement, au début de l’année prochaine, d’un outil d’auto-évaluation pour une communication non sexiste qui pourra être diffusé à l’ensemble du secteur.

Pour une communication sans stéréotype de sexe

La convention d’engagement pour une communication sans stéréotype de sexe reconnaît "l’importance de prévenir et faire reculer les stéréotypes de sexe dans la communication publique, en interne comme en externe" et engage les ministres à diffuser le guide aux administrations sur lesquelles elles ont autorité et à en promouvoir les recommandations.

Ainsi, Marisol Touraine, Myriam El Khomri et Laurence Rossignol entendent diffuser les bonnes pratiques et favoriser l’acquisition de réflexes qui feront de la communication un nouveau levier pour faire progresser l’égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Par ailleurs, le guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes sera largement disponible en librairie.

Installation du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge

Le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge a été installé par Marisol Touraine, Laurence Rossignol et Pascale Boistard.
Cette instance, placée auprès du Premier ministre, sera mise en place le 13 décembre. Son objectif principal est de renforcer la continuité et la complémentarité des politiques menées en faveur des familles, de l’enfance et de l’adolescence, des retraités et des personnes âgées. Elle émettra des avis et formulera des recommandations sur des questions liées, par exemple, à l’avancée en âge des personnes âgées et des personnes retraitées et à l’adaptation de la société au vieillissement.
La formation spécialisée dans le champ de l’enfance et de l’adolescence associera par ailleurs à ses travaux un collège de douze enfants et adolescents, contribuant ainsi au suivi des observations du comité des droits de l’enfant de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Mieux faire remonter les données chiffrées essentielles au pilotage de la protection de l'enfance

Le rapport annuel de l’Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE) remis à Laurence Rossignol permet de disposer de données fiables sur le sujet de la protection de l’enfance. Il se fonde notamment sur les données remontées par les départements. Malgré des avancées en la matière, encore trop peu de départements se prêtent à cet exercice. La ministre a donc annoncé le lancement d’un plan d’accompagnement des départements à la remontée des données qui sera piloté par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) en partenariat avec l’ONPE. Ce plan permettra, dans un premier temps, de faire un état des lieux des pratiques en cours et des besoins des départements. A la suite de ce constat, des mesures d’accompagnement des départements seront prises.

Consulter le rapport

Acheter un acte sexuel est désormais interdit  : dissuader les clients pour dissuader les réseaux

A l’occasion de la journée européenne de la lutte contre la traite des êtres humains, une campagne est lancée par le Gouvernement pour rappeler qu’acheter un acte sexuel est désormais interdit et passible d’une amende de 1 500 euros. 250 clients ont ainsi été pénalisés depuis avril.

En France, 85% des personnes prostituées sont des femmes. 93% d’entre elles sont étrangères et victimes de la traite des êtres humains. Aussi, renoncer à acheter un acte sexuel, c’est renoncer à nourrir les réseaux de traite qui exploitent et tirent profit des plus vulnérables. La dissuasion des clients, c’est la dissuasion des réseaux.

Lutter contre la traite des êtres humains passe également par la protection des victimes. C’est pourquoi la loi a renforcé leurs droits, que ce soit en termes d’accès au séjour, au logement ou à la protection.

"L'action extérieure de la France sur les enjeux de population, de droits et santé sexuels et reproductifs 2016- 2020"

André Vallini a présenté, en présence de Laurence Rossignol et du directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour la population, le rapport de stratégie sur l'action extérieure de la France sur les enjeux de population, de droits et santé sexuels et reproductifs 2016- 2020.

Il a exposé les priorités françaises en ce domaine : améliorer les cadres normatifs, développer l’accès aux méthodes modernes de contraception, et faciliter l’accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive.

Droit à l’avortement : enquêtes de "testing" pour évaluer l’accès à l’IVG en France

A l’occasion de la Journée mondiale du droit à l’avortement, Marisol Touraine a annoncé que dès le mois de décembre 2016, des opérations de "testing" seront réalisées afin d’identifier d’éventuelles difficultés d’accès à l’IVG : délais de recours, niveau d’information délivré aux femmes au moment de la prise de rendez-vous, accueil réservé. Des questionnaires anonymes viendront compléter cette enquête. Ces dispositifs permettront d’évaluer la réalité de l’accès à l’IVG en France et de mesurer l’efficacité des actions engagées dans le cadre du Programme national d’action lancé en janvier 2015 (numéro national d’information qui a recensé 20 000 appels en 1 an ; campagne d’information ; site ivg.gouv.fr qui compte 65 000 visites/mois ; prise en charge des actes de l’IVG à 100 % ; délai minimal de réflexion supprimé ; offre de proximité renforcée). 

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions au sein des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes
Adresse :
40 rue du bac 75007 Paris
Adresse postale :
75700 PARIS - Tél. 01 40 56 60 00
Cabinet
M. Rémi BOURDU
Directeur du cabinet
JO du 26/02/16
Mme Dominique BOUISSOU
Conseillère spéciale
JO du 10/03/16
Mme Céline THIEBAULT
Directrice adjointe du cabinet chargée des droits des femmes
JO du 21/09/16
Mme Frédérique LEPRINCE
Directrice adjointe du cabinet chargée des familles et de l'enfance
JO du 21/09/16
Mme Claire ROBILLARD
Cheffe de cabinet
JO du 26/02/16
Mme Stéphanie LOZANO
Cheffe de cabinet adjointe, chargée des relations avec les collectivités locales
JO du 10/03/16
Mme Nina SAVOYE
Conseillère parlementaire
JO du 10/03/16
Mme Léonor SAUVAGE
Conseillère protection de l'enfance
JO du 16/04/16
Mme Catherine DUMONT
Conseillère laïcité, prévention de la radicalisation et accompagnement des familles
JO du 16/04/16
Mme Cécile GROSJEAN
Conseillère petite enfance et parentalité
JO du 18/03/16
Mme Marie DERAIN
Conseillère droits de l'enfant
JO du 18/03/16
M. Thomas DUBOIS
Conseiller diplomatique et droits des femmes
JO du 18/03/16
M. Jean-François MEIRA
Conseiller accueil du jeune enfant
JO du 23/07/16
Mme Eléna SUZAT
Conseillère droits des femmes
JO du 19/11/16