Christophe Sirugue

Christophe Sirugue

Secrétaire d’État chargé de l’Industrie auprès du ministre de l’Économie et des Finances
Biographie

Christophe Sirugue est né le 14 août 1966 à Autun (Saône-et-Loire)

Fonctions ministérielles

  • Secrétaire d’État chargé de l’Industrie auprès du ministre de l’Économie et des Finances, depuis le 1er septembre 2016

Fonctions électives

  • Député de la 5e circonscription de Saône-et-Loire, depuis 2007
Actualités du ministre

L’économie maritime un pilier de la croissance française

Un Comité interministériel de la mer (Cimer) s'est tenu à Marseille sous l'égide de Manuel Valls. Les travaux du Cimer contribuent à faire de l’économie maritime un pilier de la croissance française. Plusieurs mesures ont été décidées :
- pour augmenter la compétitivité des ports français : augmentation de la participation financière de l’Etat aux dépenses de dragage ; harmonisation des systèmes d’informations de la chaîne logistique, douanière et sanitaire pour plus de simplicité et de rapidité ; pérennisation du modèle fiscal des ports ;
- pour consolider la flotte française : favoriser le renouvellement de la flotte de commerce, de pêche, de recherche scientifique et de plaisance ;
- pour parvenir à un juste équilibre entre exploitation économique et protection du milieu marin et de ses richesses avec une gestion durable et responsable ;
- pour renforcer la sûreté et la sécurité maritimes avec, notamment, le déploiement de pelotons de sûreté maritime et portuaire, l’accroissement des contrôles des passagers, la mise en place d’un PNR (Passenger Name Record) maritime sur le modèle aérien.
Les moyens opérationnels seront renouvelés avec 8 nouveaux bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers dès 2018, et le soutien de l’Etat à la Société nationale de sauvetage en mer sera augmenté en 2017. Le sauvetage en mer sera également déclaré Grande Cause nationale de 2017.
Enfin, le Cimer a fait le point sur les enjeux maritimes européens, notamment la participation française à la création de l’agence européenne de "garde-côtes", la lutte contre le dumping social dans le secteur maritime et les conséquences du Brexit.

De nouveaux engagements pour développer la médecine de demain

Le Comité stratégique de filière (CSF) des industries et technologies de santé du Conseil national de l’industrie a été réuni sous la présidence de Marisol Touraine, Matthias Fekl, Thierry Mandon et Christophe Sirugue.

Cette réunion a notamment été l’occasion de signer un nouvel avenant au contrat et de lancer une seconde phase autour de 13 mesures déjà engagées et l’ajout de 5 nouvelles mesures, en cohérence avec les stratégies nationales de santé et d’e-santé 2020, la loi de modernisation de notre système de santé et les mesures annoncées le 11 avril dernier à l’occasion de la réunion du Conseil Stratégique des Industries de Santé.

Ces nouvelles mesures comprennent notamment la création d’un outil européen visant à renforcer la position française en "santé-environnement" ; la structuration de la filière d’analyse des données de santé ; l’intégration de la télémédecine dans l’offre de soins globale ; le financement des start-up de la filière santé et la réalisation d’une étude comparative européenne des politiques industrielles de santé.

L’agence des participations de l’État publie son rapport d'activité

L’agence des participations de l’État (APE) publie son rapport d'activité 2015-2016. Parmi les faits marquants : la restructuration de la filière nucléaire, la consolidation du secteur de la défense en Europe et la poursuite des plans d’adaptation de grandes entreprises comme La Poste, Orange, Air France ou Engie. Les participations dans les entreprises représentent environ 90 Mds €.


Le choc de simplification se poursuit

Les 48 dernières mesures de simplification pour les entreprises ont été présentées par Jean-Vincent Placé et Christophe Sirugue, le 24 octobre. Elles visent notamment à développer l'innovation entrepreneuriale, l'aménagement et la construction, les énergies renouvelables, l'allégement des obligations fiscales et la création d'entreprise. Pour aller plus loin, le Conseil de simplification, qui devait arrêter ses travaux en janvier 2017, a été prolongé de 6 mois.

Désormais, ce sont 415 mesures de simplification qui ont été mises en oeuvre à destination des entreprises. Elles doivent permettre à ces dernières de gagner plus de 5 Md € par an (DSN, Marché public simplifié…).

En Conseil des ministres du 26 octobre,  Jean-Vincent Placé a annoncé plus de 30 mesures dédiées aux particuliers.

Lire la communication en Conseil des ministres

 

Rencontres d’affaires : un nouvel élan pour un secteur clé du tourisme français

Christophe Sirugue et Matthias Fekl ont signé le contrat de filière "rencontres d’affaires". L’industrie des rencontres et évènements professionnels représente un secteur majeur pour l’économie française : les retombées économiques correspondantes s’élèvent en effet à 7,5 milliards d’euros, 120 000 emplois en dépendent (foires, salons, congrès et réunions d’entreprises), et le secteur contribue à la valorisation de l’offre française à l’export. Le contexte actuel du secteur touristique en France exige une mobilisation forte et collective des acteurs de la filière pour permettre à la France de maintenir et renforcer sa place parmi les pays leaders dans ce domaine à l’échelle internationale.
Fruit de cette démarche, le contrat de filière recense 21 actions, dont 5 d’application immédiate. Les mesures adoptées concernent spécifiquement : la promotion à l’international de l’offre française et l’amélioration de l’accueil des touristes ; la modernisation des infrastructures, notamment celles relevant du numérique ; le renforcement de la performance des activités connexes (sécurité, culture, accueil dans les aéroports et gares).

 Signature du contrat de filière pour les rencontres d'affaires et l'événementiel : un nouvel élan pour un secteur clé de l'attractivité touristique française

Agriculture : faire de la France un leader mondial des protéines

A l'occasion de l'inauguration du Salon international de l'alimentation, Stéphane Le Foll, Christophe Sirugue et le consortium Protéines France ont signé un engagement commun pour le développement de la filière française des protéines.

L’objectif est de saisir les opportunités de croissance et de création d’emplois offertes par l’augmentation de la demande de protéines végétales et animales dans le monde (+40% d’ici à 2030 soit +7% par an).
Pour ce faire, les ministres et les acteurs industriels se sont engagés, dans le cadre de la solution industrielle "Alimentation intelligente" de la Nouvelle France industrielle, à mettre en oeuvre un programme stratégique de structuration et de développement du secteur en termes de recherche, d’innovation et d’investissements. Ce programme vient ainsi compléter le "Plan protéines végétales pour la France 2014-2020".

Engagement conjoint entre le consortium "Protéines France" et l'Etat

Le dispositif des commissaires au redressement productif sera pérennisé

A l'occasion du séminaire de travail qui a réuni les commissaires au redressement productif autour de Christophe Sirugue, ce dernier a annoncé sa volonté de pérenniser un dispositif qui a démontré sa pertinence et son efficacité depuis sa mise en place : en 2015, 2 769 entreprises en difficulté (employant 257 963 salariés), en priorité des PME, ont été accompagnées dans tous les secteurs et sur tous les territoires.

Le secrétaire d'Etat a insisté sur la nécessité pour les différents services de l’Etat concernés de travailler de façon coordonnée et collective pour préserver la production industrielle, les compétences techniques et humaines et les emplois. Il a clôturé son intervention en rappelant l’importance des entreprises de petite taille qui devront faire partie des priorités des commissaires.

Pour en savoir plus

Renforcer le programme de modernisation du tissu productif français

Christophe Sirugue a réuni le comité de pilotage du programme Industrie du futur. Il a annoncé sa volonté de renforcer ce programme de modernisation du tissu productif français porté par l'Alliance industrie du futur.
Trois priorités ont été fixées pour les prochains mois :

- ancrer cette dynamique sur le terrain par le biais des PMI et des ETI. L’ambition du programme sera portée de 2 000 à 3 400 entreprises bénéficiaires à fin 2016 puis à 4 300 fin 2017. 13 ambassadeurs ont été nommés par l’Alliance Industrie du futur : ils iront à la rencontre des chefs d’entreprise dans les régions pour les sensibiliser aux enjeux de l’industrie du futur. Les régions poursuivent le pilotage du déploiement de ce Plan sur leurs territoires notamment dans le cadre des futurs Schémas régionaux de développement économique, d’innovation et d’internationalisation des entreprises.

- faire connaître et valoriser les solutions technologiques françaises en France et à l’étranger ;

- adapter la formation initiale et continue pour préparer les évolutions des métiers et des compétences.

Pour en savoir plus sur l'Alliance Industrie du futur

Pour en savoir plus sur le Conseil national de l’industrie

STX France

Le placement du groupe coréen STX O&S en redressement judiciaire prévoit la cession de sa participation dans les Chantiers de Saint-Nazaire. Dans ce cadre, le Gouvernement a initié des discussions avec plusieurs repreneurs intéressés, dans le but d’anticiper les décisions qui seront prises par le tribunal de commerce de Séoul et le groupe STX. L’objectif du Gouvernement n’est pas de devenir actionnaire majoritaire de la société STX France, mais il est de peser dans le choix du repreneur pour que les Chantiers de Saint-Nazaire puissent disposer d’un actionnariat industriel solide, capable d’accompagner leur développement sur le long terme. Pour ce faire, il dispose de sa minorité de blocage, des droits conférés par le pacte d’actionnaire, et de la réglementation sur les investissements étrangers. Il reste très mobilisé.

Alstom : un plan de maintien des activités ferroviaires et industrielles à Belfort

Christophe Sirugue et le Pdg d’Alstom ont présenté à Belfort un plan pour le maintien des activités ferroviaires et industrielles sur le site de Belfort. Trois axes ont été identifiés, qui constituent un plan alternatif à celui envisagé initialement : des annonces de commandes, un développement des activités de services et des investissements significatifs pour une diversification du site.

Les annonces de commandes concernent 21 TGV Euroduplex et 20 locomotives de manœuvre qui viennent s’ajouter à la confirmation de la commande de 30 Trains d’Equilibre du Territoire.

Différentes mesures permettront de développer les activités de maintenance et de service sur le site de Belfort. Alstom s’engage à moderniser l’outil industriel, avec un objectif d’employer 150 personnes d’ici à 2019 pour ces activités.

Par ailleurs, Alstom investira avec des partenaires industriels ou financiers pour assurer la nécessaire diversification du site de Belfort à travers la production d’autres types de véhicules ferroviaires et routiers.

 Déclaration conjointe - Le Gouvernement et Alstom présentent le plan de maintien des activités ferroviaires et industrielles sur le site de Belfort

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Secrétariat d’État à l’Industrie
Adresse :
139, RUE DE BERCY 75012 - PARIS
Adresse postale :
75572 PARIS - TEL 01 40 04 04 04
Cabinet
M. Thomas CAZENAVE
Directeur du cabinet
JO du 08/09/16
M. Franck LIRZIN
Directeur adjoint du cabinet
JO du 14/09/16
Mme Florence ANDRÉ
Chef de cabinet
JO du 06/09/16
M. Romain RAQUILLET
Conseiller en charge du pôle restructuration et des relations avec les partenaires sociaux
JO du 14/09/16
Mme Julie MOREL
Conseillère en charge de l'attractivité et de la santé
JO du 14/09/16
M. Pierre GARROT
Conseiller en charge de l'intelligence économique et des transports
JO du 14/09/16
M. Julien MENDEZ
Conseiller en charge des participations publiques
JO du 14/09/16
Mme Sandra BEAU
Conseillère presse et communication
JO du 20/09/16
M. Julien MARCHAL
Conseiller auprès du secrétaire d'Etat, en charge de l'environnement, de l'énergie, du logement, des industries extractives et de première transformation
JO du 24/09/16
M. Bruno ROMOLI
Conseiller en charge des territoires, de l'environnement, des mines, de l'agroalimentaire et des petites et moyennes entreprises
JO du 24/09/16
Mme Clara KALAYDJIAN
Conseillère participations publiques
JO du 06/10/16
M. Florian GUYOT
Conseiller concurrence et politiques publiques
JO du 06/10/16