Bruno Le Roux

Ministre de l'Intérieur
Biographie

Bruno Le Roux est né le 2 mai 1965 à Gennevilliers (Hauts-de-Seine)

Fonctions ministérielles
 

  • Ministre de l'Intérieur, depuis le 6 décembre 2016
 

Fonctions électives
 

  • Député de la 1re circonscription de Seine-Saint-Denis depuis 1997, membre de la commission de la défense nationale et des forces armées
  • Maire d'Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), de juin 1995 à mars 2001
  • Adjoint au maire d'Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), chargé de la culture, de mars 1989 à juin 1995
     

Fonctions politiques

  • Président du groupe Socialiste, écologiste et républicain à l'Assemblée nationale (depuis 2012)
 

Carrière

  • Consultant en gestion et management
 

Cursus

  • Titulaire d'une maîtrise de sciences économiques, d'une maîtrise de gestion et d'un DEA en stratégie et management

 

 

 


 

Actualités du ministre

Publication du rapport d'audit de sécurité du système des titres électroniques sécurisés

Conformément aux engagements de transparence pris en novembre par le Gouvernement et compte tenu de l’intérêt manifesté par le public et la société civile à ce sujet, le ministre de l'Intérieur a souhaité rendre public le rapport d’audit de sécurité du système des titres électroniques sécurisés "TES".

Retrouvez ce rapport, la déclaration du ministre de l'Intérieur et les courriers adressés par M. Bruno Le Roux aux présidents des commissions des lois de l’Assemblée nationale et du Sénat au sein de la rubrique dédiée au système des titres électroniques sécurisés.

Un service central des armes pour mieux lutter contre les trafics

Rattaché au secrétaire général du ministère de l’Intérieur, le service central des armes a pour vocation d’assurer la gouvernance unique de la politique publique de contrôles des armes en France, ainsi que celle des explosifs civils. Inscrivant son action dans un cadre interministériel, il assure un lien permanent avec les ministères en charge de la défense, des finances (dont dépendent les douanes), de l’environnement (chasse) et des sports (tir sportifs).

A terme, une quarantaine d’agents d’un haut niveau de technicité seront chargés d’assurer la cohérence des politiques publiques de contrôle des armes. Le service assure un lien permanent avec les autres administrations, les préfectures et les professionnels des armes tout en assurant la cohérence des réglementations en vigueur dans le domaine.

Le service central des armes assure également 2 missions complémentaires. D’une part il est chargé de se prononcer sur le classement dans les différentes catégories des armes avant leur mise en circulation et d’autre part, une partie des agents a vocation à être en permanence sur le terrain pour entretenir un dialogue régulier avec les professionnels du secteur.

Lire le discours de Bruno Le Roux, prononcé à l'occasion de l'inauguration du service central des armes

Rétablissement de l'autorisation de sortie du territoire pour les mineurs

Depuis le 15 janvier, un mineur non accompagné d'une personne détentrice de l'autorité parentale ne pourra plus quitter le pays sans autorisation.

Depuis le début de 2013, un mineur se déplaçant seul pouvait voyager dans l’Union européenne avec un titre d’identité en cours de validité et n’avait plus besoin d’une autorisation signée des titulaires de l’autorité parentale, dispositif supprimé à l’automne 2012. Ce ne sera plus le cas à partir du 15 janvier de cette année.

L'enfant qui voyagera à l'étranger sans être accompagné de l'un de ses parents devra présenter les 3 documents suivants :

- sa pièce d’identité : carte d'identité ou passeport ;

- le formulaire signé par l'un des parents titulaire de l'autorité parentale ;

- la photocopie du titre d'identité du parent signataire du formulaire.

Un panneau pour mieux informer de la vitesse limite avant un radar

À partir du 1er mars 2017, ce nouveau panneau sera progressivement déployé en dehors des agglomérations pour mieux informer les usagers de la vitesse limite autorisée avant un radar. Ce visuel permet de répondre à la demande des usagers qui souhaitent être mieux informés de la vitesse à respecter.

A vélo, le casque obligatoire pour les moins de 12 ans

Dès le 22 mars 2017, les enfants de moins de 12 ans devront porter un casque à vélo, qu'ils soient conducteurs ou passagers.

Le décret n° 2016-1800 relatif à cette obligation paru au Journal officiel a prévu un délai de 3 mois pour que chaque famille puisse avoir le temps de s'équiper correctement. L'entrée en vigueur de cette obligation sera donc effective à compter du 22 mars 2017.

Lire le décret

De nouvelles catégories d'infractions routières verbalisables sans interception du conducteur

Jusqu'à présent 4 catégories d'infractions routières étaient constatables sans interception du conducteur en bord de route : le non-respect des signalisations imposant l'arrêt des véhicules (feu rouge, stop...) ; le non-respect des vitesses maximales autorisées ; le non-respect des distances de sécurité entre les véhicules ; l'usage de voies et chaussées réservées à certaines catégories de véhicules comme les bus ou les taxis.

À partir du 31 décembre 2016, 7 catégories d'infractions supplémentaires pourront être constatées : le défaut du port de la ceinture de sécurité ; l'usage du téléphone portable tenu en main ; la circulation, l'arrêt, et le stationnement sur les bandes d'arrêt d'urgence ; le chevauchement et le franchissement des lignes continues ; le non-respect des règles de dépassement ; le non-respect des "sas-vélos" ; le défaut de port du casque à deux-roues motorisé.

S'ajoutera à cette liste, d'ici au 31 décembre 2018, le délit de défaut d'assurance.

Davantage de sécurité pour les professionnels de santé

Bruno Le Roux a reçu, à leur demande, des représentants de médecins afin d’évoquer avec eux la sécurisation des professionnels de santé.

Au terme de cet entretien, plusieurs mesures, applicables dans les plus brefs délais, ont été arrêtées, notamment :

- mise en place d’une mission d’inspection ad hoc destinée à évaluer l’efficience des mesures prises dans le cadre des protocoles en cours. Les mesures jugées les plus pertinentes seront généralisées selon un ordre prioritaire, en fonction des retours d’expérience colligés, en collaboration avec le Conseil national de l’ordre des médecins ;

- un plan de communication appelant l’attention sur le respect dû aux professionnels de santé dans l’intérêt de la population, sera élaboré ;

- un travail de sécurisation des caducées pour automobiles est initié par l’Ordre des médecins. Il sera rappelé aux forces de l’ordre la portée de cet insigne ;

- l’Observatoire national de la sécurité des médecins sera réuni dans les semaines à venir en présence des représentants du ministre.

Adaptation du plan Vigipirate à la menace terroriste

Le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN), à la suite du Conseil de défense et de sécurité présidé par le président de la République, a présenté  une nouvelle version du plan Vigipirate de lutte contre le terrorisme, comprenant un niveau d’alerte supplémentaire.

Le plan Vigipirate comprend 300 mesures s’appliquant à 13 grands domaines d’action tels que les transports, la santé et les réseaux… Ces mesures sont réparties entre un socle de mesures permanentes et un ensemble de mesures additionnelles. Ces mesures pouvant être activées en fonction de l’évolution de la menace et des vulnérabilités.

Trois niveaux de ce plan sont désormais possibles :

- Vigilance. Ce niveau correspond à la posture permanente de sécurité, valable sur l’ensemble du territoire au quotidien. Il implique la mise en oeuvre de la totalité des mesures permanentes ;

Sécurité renforcée - Risque attentat. Il prévoit le renforcement des mesures permanentes et l’activation de mesures additionnelles, comme des patrouilles supplémentaires, des filtrages ou encore des fouilles ;

- Urgence attentat. En cas de menace d’attaque terroriste documentée et imminente, soit à la suite immédiate d’un attentat, un état de vigilance et de protection maximal est déclenché sur l’ensemble du territoire national ou sur une zone géographique délimitée. Ce niveau permet de prendre des mesures additionnelles contraignantes comme la fermeture de certaines routes et de transports publics, ou encore d'arrêter le ramassage scolaire.

L’ensemble du plan présenté par le SGDSN

PGO : priorité aux actions innovantes ayant un impact concret sur la vie des citoyens

Du 7 au 9 décembre, la France accueille le sommet du partenariat pour un Gouvernement ouvert. Plus de 200 événements organisés pour promouvoir la transparence de l'action publique et l'engagement citoyen. Le sommet rassemblera plus de 4 000 participants venus du monde entier : des représentants des 70 pays membres, dont une quinzaine de chefs d'Etat et de gouvernement, des organisations non gouvernementales (ONG), des parlementaires et élus locaux, des entrepreneurs, des journalistes et de simples citoyens.

Près de 700 contributions, françaises et internationales, ont nourri le programme. L'ensemble du Gouvernement s'est mobilisé dans sa préparation à travers les journées "ministères ouverts", et 12 ministres et secrétaires d'état participeront à des tables rondes pendant le sommet.

La France souhaite que le sommet débouche sur des résultats concrets, des engagements sur des actions innovantes ayant un impact concret sur la vie des citoyens sont attendus.

Le sommet sera aussi l'occasion d'accueillir de nouveaux partenaires, comme l'Allemagne et le Burkina Faso.

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions au sein des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère de l'Intérieur
Adresse :
Place Beauvau 75008 - Paris
Adresse postale :
75800 Paris - TEL 01 49 27 49 27
Cabinet
M. Jean-Luc NEVACHE, préfet
Directeur du cabinet
JO du 08/12/16
M. Jean-Paul BONNETAIN
Directeur-adjoint du cabinet
JO du 08/12/16
M. Damien MARTINELLI
Directeur-adjoint du cabinet
JO du 08/12/16
Mme Héloïse PASTINELLI
Conseillère spéciale
JO du 08/12/16
Mme Frédérique CAMILLERI
Chef de cabinet
JO du 08/12/16
Mme Magali DEBATTE
Conseillère budgétaire et modernisation
JO du 08/12/16
Mme Violaine DEMARET
Conseillère administration territoriale de l'Etat
JO du 08/12/16
M. Armando de OLIVEIRA
Conseiller gendarmerie
JO du 08/12/16
M. François MAINSARD
Conseiller police
JO du 08/12/16
Mme Pauline CARMONA
Conseillère diplomatique
JO du 22/12/16
M. Emmanuel CAYRON
Conseiller immigration et asile
JO du 22/12/16
M. Lucas DEMURGER
Conseiller chargé des discours
JO du 22/12/16
M. Samuel GESRET
Conseiller sécurité civile
JO du 22/12/16
Mme Christine GRANIER-HEURTEVIN
Conseillère chargée de la communication
JO du 22/12/16
M. Philippe NAVARRO
Conseiller politique et discours
JO du 22/12/16
Mme Ingrid ONZON-KEM
Conseillère presse et communication
JO du 22/12/16
Mme Claire RANCHON
Conseillère parlementaire
JO du 22/12/16