Ministre suivantMinistre précédent
Portrait de Bernard Cazeneuve. Photo : MI-Dicom-Jérome Groisard

Bernard Cazeneuve

Ministre de l'Intérieur
Biographie

Bernard Cazeneuve est né le 2 juin 1963 à Senlis (Oise)

Fonctions ministérielles
 

  • Ministre de l'Intérieur, depuis avril 2014
  • Ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des Finances, chargé du Budget, de mars 2013 à mars 2014
  • Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, de mai 2012 à mars 2013
     

Fonctions électives
 

  • Conseiller municipal de Cherbourg-Octeville, depuis 2014
  • Réélu député de la Manche, le 10 juin 2012
  • Député de la Manche, de 1997 à 2002 et de 2007 à 2012
  • Président de la Communauté urbaine de Cherbourg, de 2008 à 2012
  • Maire de Cherbourg-Octeville (Manche), de 2001 à 2012
  • Vice-président du conseil régional de Basse-Normandie, de 2004 à 2007
  • Vice-président de la Communauté urbaine de Cherbourg, de 2004 à 2008
  • Adjoint au maire de Cherbourg (Manche), de 2000 à 2001
  • Maire d'Octeville (Manche), de 1995 à 2000
  • Conseiller général de la Manche, de 1994 à 1998
     

Carrière
 

  • Avocat en droit des affaires, de 2006 à 2008
  • Avocat au Barreau de Cherbourg-Octeville, en 2003
  • Juge titulaire à la Cour de justice de la République, de 1997 à 2002
  • Juge titulaire à la Haute Cour de Justice, de 1997 à 2002
  • Chef de cabinet de Charles Josselin, (secrétaire d'Etat chargé de la Mer), en 1993
  • Chef de cabinet d'Alain Vivien (secrétaire d'Etat chargé des Affaires étrangères), en 1992
  • Conseiller technique au cabinet de Thierry de Beaucé (secrétaire d'Etat chargé des Relations culturelles internationales), en 1991

Autres fonctions
 

  • Secrétaire général du Conseil supérieur de la navigation de plaisance et des sports nautiques, en 1993
     

Cursus
 

  • Diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux

Ouvrages
 

  • Karachi, l'enquête impossible (2011)
  • La Responsabilité du fait des produits en France et en Europe (2005)
  • La Politique retrouvée (1994)
  • Première manche (1993)
Actualités du ministre

Alcool au volant : mise en place d'un nouveau dispositif

L’arrêté publié le 22 novembre élargit au cadre médico-administratif la possibilité de recourir à un éthylotest anti-démarrage (EAD) pour les usagers de la route qui ont des difficultés à dissocier alcool et conduite.

À partir du 1er décembre 2016, un nouveau dispositif est créé dans la Drôme, le Nord  et la Marne : les médecins agréés de la commission médicale de la préfecture auront la possibilité de donner un avis favorable au préfet à la restitution d’un permis de conduire sous 2 conditions : l’usager devra faire installer volontairement, à ses frais, un dispositif homologué d’anti-démarrage électronique dans le véhicule qu’il conduit ; il devra accepter un suivi médico-psychologique dans un établissement spécialisé en addictologie.

Sur le fondement de cet avis médical, le préfet du département délivrera à la personne concernée un permis de conduire d’une durée temporaire. Une mention spécifique indiquant l’obligation d’EAD apparaîtra sur le permis, afin de permettre le contrôle par les forces de l’ordre.

Cette préfiguration sera évaluée en vue de son extension à l’ensemble du territoire national à partir du 1er janvier 2019.

Lire l'arrêté

 

France/Afrique de l'Ouest : coopération renforcée dans la lutte contre le terrorisme

Bernard Cazeneuve a invité onze de ses homologues africains au séminaire "Face aux nouveaux enjeux de lutte contre le terrorisme en Afrique, pour une stratégie de coopération renforcée". Ces échanges constituent une base de travail pour les échanges du sommet franco-africain des chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra à Bamako (Mali) en janvier prochain.

La menace terroriste qui sévit en France, en Europe mais aussi en Afrique de l’Ouest impose une lutte conjointe permanente entre les 2 continents. Trois initiatives en matière de formation des services de police et de renseignement vont être mises en oeuvre :

- échanges de personnels et exercices pratiques grâce au Programme de mobilisation et d’action anti-terroriste (MAAT) ;

- multiplication des exercices de terrain ;

- élaboration d’un guide pratique de tous les policiers et les gendarmes pour la détection des processus de radicalisation, en particulier chez les jeunes.

Votre inscription sur les listes électorales pour voter en 2017

Pour ne pas manquer les rendez-vous électoraux de 2017 ou d’éventuelles élections partielles qui seraient organisées dans votre commune ou votre département en 2017, vous devez être inscrit sur la liste électorale de votre commune. L’inscription sur les listes électorales est d’ailleurs obligatoire.

Cette inscription vous permettra également de recevoir votre carte d’électeur, sur laquelle figure l’adresse de votre bureau de vote.

Les prochains scrutins sont l’élection présidentielle des dimanches 23 avril et 7 mai 2017 et les élections législatives des dimanches 11 et 18 juin 2017.

Attention : pour être inscrit sur les listes électorales en 2017, votre demande d’inscription en ligne doit être faite le 31 décembre 2016 avant 23h59.

Dossier de presse - Inscription sur les listes électorales pour voter en 2017

 

Nouvelles mesures contre les grands excès de vitesse et la conduite avec faux permis

Deux des 11 mesures sécurité routière de la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle issues des décisions du Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015 sont entrées en vigueur :

- immobilisation et mise en fourrière immédiates des véhicules contrôlés en grand excès de vitesse. Limitée jusqu’alors aux cas de récidive de grand excès de vitesse, soit un délit puni de 3 mois d’emprisonnement et 3 750 d’amende, cette faculté d’immobilisation est maintenant possible dès la constatation d’une 1re infraction de dépassement de 50 km/h ou plus. Au-delà de cette mise en fourrière immédiate, ces mêmes conducteurs risquent toujours d'être condamnés au paiement d'une amende de 1 500 , à la perte de 6 points sur leur permis de conduire, à la suspension de leur permis pendant 3 ans et à la confiscation de leur véhicule ;

- création d'un délit spécifique pour l’usage d’un permis faux ou falsifié qui sera désormais puni de 5 ans d’emprisonnement, de 75 000 d’amende et de plusieurs peines complémentaires, dont celle de confiscation obligatoire du véhicule. 

Pour relancer la destination France, un plan de 42,7 millions d'euros

A l’occasion du comité interministériel du 7 novembre, un plan d’action immédiat de 15,5 M€ a été annoncé pour garantir la sécurité des touristes. Au-delà, des actions de promotion seront renforcées auprès des touristes français et étrangers (10,5 M€), un soutien sera apporté aux professionnels et aux salariés du secteur touristique (11M€), et le départ en vacances des Français les plus modestes sera encouragé (5,7 M€).
 La 2e conférence annuelle du tourisme, organisée par Jean-Marc Ayrault, se tiendra le 17 novembre.
Pour rappel : la France est la 1re destination touristique mondiale. Le tourisme représente 7,5% du PIB, plus de 2 millions d’emplois, 41,4 Md € de recettes en 2015.

Nouvelles mesures pour la sécurité en Nouvelle-Calédonie

Bernard Cazeneuve, Jean-Jacques Urvoas et Ericka Bareigts ont reçu les délégations du 15e Comité des Signataires de l’Accord de Nouméa, pour une réunion consacrée à la sécurité en Nouvelle-Calédonie.
Les inspections générales de la gendarmerie et de la police nationales ont présenté un rapport portant sur le dispositif de sécurité et l’évolution de la délinquance dans l’île.
 Au terme d’un échange approfondi et en application des préconisations du rapport, les ministres ont annoncé les mesures suivantes :
► dès février 2017, 53 policiers et gendarmes viendront renforcer la direction de la sécurité publique et le commandement de la gendarmerie de Nouvelle-Calédonie, et cet effort sera poursuivi ;
► une brigade de prévention de la délinquance juvénile est créée au sein de la gendarmerie, pour soutenir les actions locales de prévention et de lutte contre les addictions et accompagner la jeunesse calédonienne ;
► le directeur de la sécurité publique sera dorénavant chargé de la coordination de l’ensemble des services de police nationale de l’île, pour plus d’efficacité ;
►pour rehausser le niveau de protection des forces de l’ordre, les gendarmes et les policiers seront équipés d’un matériel de protection renforcé, et les prochains véhicules livrés seront équipés de dispositifs spécifiques.

Jeux vidéo : protéger les enfants des contenus inappropriés

Alors que se tient le plus grand rendez-vous en France du jeu vidéo, "Paris Games Week", il est utile de rappeler que certains jeux vidéo ne conviennent pas à tous les publics et qu'il existe des système de classification en fonction de l’âge conseillé pour les joueurs.

Le ministère de l’Intérieur homologue ces systèmes et notamment Pegi (Pan European Game Information). Le but de l'opération est de faire en sorte que les parents puissent disposer d'une information clairement mise en évidence sur l'emballage du jeu et décider ou non si le jeu qu'ils achètent convient bien à leurs enfants. Le système Pegi est actuellement le seul homologué pour les jeux vidéo et les classe en 5 catégories d'age : à partir de 3, 7, 12, 16 et 18 ans.

Pour protéger vos enfants, vous trouverez également d'autres informations sur la page qui présente les dispositifs de protection des mineurs .

Présentation des mesures du plan pour la sécurité publique

A l’issue d’une rencontre entre le président de la République et les organisations représentatives de la police nationale et de la gendarmerie, Bernard Cazeneuve a annoncé un plan pour répondre aux inquiétudes de la police et de la gendarmerie.

Ce plan représente une enveloppe globale de 250 M€ pour répondre aux besoins concrets (nouveaux équipements tels que casques balistiques, des gilets pare-balles porte-plaques et des fusils d'assaut HK G36…). Il va aussi permettre 3 avancées majeures.

1/ Un nouvel examen des conditions d’évolution de la légitime défense.

2/ Un alignement des peines pour outrage à agent sur celles pour outrage à magistrat.

3/ Un renforcement des mesures pour protéger l'anonymat des policiers.

Toutes ces mesures seront présentées devant le Parlement à la fin du mois de novembre.

Suite du démantèlement du campement de la Lande de Calais

Le 25 octobre, 1636 nouvelles personnes ont été mises à l’abri. 1264 majeurs ont quitté le campement de la Lande de Calais à bord de 33 bus pour rejoindre 55 centres d’accueil et d’orientation (CAO) répartis dans 9 régions, et 372 mineurs ont été orientés vers le centre d’accueil provisoire (CAP) dans l’attente de l’instruction de leur dossier.
Au total depuis le début du démantèlement, ce sont 4014 personnes qui ont d’ores et déjà été mises à l’abri.

3242 majeurs ont été accueillis en CAO et 772 mineurs ont rejoint le CAP. Près de 1 000 mineurs isolés sont désormais en sécurité. Par ailleurs, 217 mineurs présents à Calais, et dont les liens familiaux en Grande-Bretagne ont pu être établis, ont rejoint le Royaume-Uni depuis le 17 octobre dernier. Depuis les accords d’Amiens signés en mars 2016, ce sont donc 300 mineurs isolés qui ont été pris en charge Outre-Manche. La coopération se poursuit pour qu’une réponse adaptée à chaque cas soit trouvée.

Calais : début de l’opération de mise à l’abri

Le démantèlement complet et définitif du camp de la Lande a commencé le 23 octobre 2016. Cette opération suppose une mobilisation inédite de nombreux services de l’État mais également des collectivités territoriales, sans compter les partenaires associatifs.

La préfète du Pas-de-Calais a pris le 21 octobre un arrêté d’expulsion de tous les occupants du camp de la Lande, donnant 72 heures aux occupants sans droit ni titre du camp pour quitter les lieux. Seule exception, les mineurs étrangers isolés seront pris en charge temporairement au centre Jules Ferry et au Centre d’accueil provisoire, 2 structures en dur, à proximité du camp.

L’État va conduire sur le campement de la Lande à Calais, une opération humanitaire de mise à l’abri, visant à proposer à chacun des migrants présents sur le site, une prise en charge adaptée à leur situation.

Retrouvez les informations relatives à ce démantèlement sur le site dédié à l'action de l'Etat à Calais

Lire le discours de Bernard Cazeneuve au soir du 1er jour du démantèlement du campement de la lande à Calais

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère de l'Intérieur
Adresse :
Place Beauvau 75008 - Paris
Adresse postale :
75800 Paris - TEL 01 49 27 49 27
Cabinet
M. Patrick STRZODA, préfet
Directeur du cabinet
JO du 27/04/16
M. Jean-Paul BONNETAIN
Directeur adjoint du cabinet
JO du 24/09/16
Mme Julie BURGUBURU, maître des requêtes au Conseil d'Etat
Directrice adjointe du cabinet
JO du 23/02/16
Mme Marie-Emmanuelle ASSIDON
Conseillère spéciale
JO du 03/09/14
M. Gabriel KUNDE
Chef de cabinet
JO du 03/09/14
M. Laurent BURIN DES ROZIERS
Conseiller chargé de la prospective et des cultes
JO du 03/09/14
M. Gautier LEKENS
Conseiller diplomatique
JO du 01/04/15
Mme Violaine DEMARET
Conseillère administration territoriale de l'Etat
JO du 24/10/15
M. François MAINSARD
Conseiller police
(JO du 09/09/14)
M. Christian RODRIGUEZ
Conseiller gendarmerie
JO du 03/09/14
M. Benjamin MENARD
Conseiller pour la communication et les relations avec la presse
JO du 03/09/14
M. Antoine GOBELET
Conseiller budgétaire et modernisation
JO du 03/09/14
Mme Frédérique CAMILLERI
Conseillère sécurité civile
JO du 25/03/16
Mme Magali CHARBONNEAU
Conseillère immigration et asile
JO du 14/01/16
M. Jérôme NARBONNE
Conseiller parlementaire
JO du 13/02/16
M. Damien MARTINELLI
Conseiller juridique
JO du 13/06/16
Mme Magali DEBATTE
Conseillère budgétaire et modernisation
JO du 28/09/16
Mme Claire RANCHON
Conseillère parlementaire
JO du 11/10/16