Ministre suivantMinistre précédent

Barbara Pompili

Secrétaire d’État auprès de la ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, chargée de la Biodiversité
Biographie

Barbara Pompili est née le 13 Juin 1975 à Bois-Bernard (Pas-de-Calais).

Fonctions ministérielles

  • Secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, depuis 2016 

Fonctions électives

  • Elue députée de la deuxième circonscription de la Somme, en 2012.
  • Co-présidente du Groupe écologiste à l’Assemblée nationale 

Fonctions politiques

  • Secrétaire générale adjointe du groupe de la gauche démocrate et républicaine (GDR) à l’Assemblée nationale), de 2007 à 2012  

Autres fonctions

  • Lance le Mouvement "Nouvelle Ere", en 2016 

Carrière

  • Collaboratrice parlementaire d’Yves Cochet, de 2002 à 2007 
  • Campagne présidentielle de Noël Mamère, chargée des relations avec la presse, en 2002

Cursus

  • Etudes de sciences politiques à l’IEP de Lille, de 1994 à 1997
Actualités du ministre

Sept nouvelles mesures pour renforcer le plan "France Terre de pollinisateurs"

Abeilles et pollinisateurs : Ségolène Royal et Barbara Pompili prennent de nouvelles mesures pour accélérer leur reconquête :

- renforcer l’ambition accordée aux communes "Terre saine", communes sans pesticides, en proposant un financement de 10 000 € pour financer des actions bénéfiques pour les pollinisateurs et la biodiversité ;
- valoriser et encourager les communes qui s’engagent pour les abeilles et les pollinisateurs  ;
- accélérer le développement des pratiques agricoles favorables aux abeilles et aux pollinisateurs sauvages ;
- développer un réseau national de "stations de mesure" ;
- accélérer la recherche de solutions pour lutter efficacement contre le frelon asiatique ;
- développer la formation des agriculteurs ;
- optimiser la gestion des dépendances vertes routières.

France, terre de polinisateurs. Plan national d’actions pour la préservation des abeilles et insectes pollinisateurs sauvages

L’économie maritime un pilier de la croissance française

Un Comité interministériel de la mer (Cimer) s'est tenu à Marseille sous l'égide de Manuel Valls. Les travaux du Cimer contribuent à faire de l’économie maritime un pilier de la croissance française. Plusieurs mesures ont été décidées :
- pour augmenter la compétitivité des ports français : augmentation de la participation financière de l’Etat aux dépenses de dragage ; harmonisation des systèmes d’informations de la chaîne logistique, douanière et sanitaire pour plus de simplicité et de rapidité ; pérennisation du modèle fiscal des ports ;
- pour consolider la flotte française : favoriser le renouvellement de la flotte de commerce, de pêche, de recherche scientifique et de plaisance ;
- pour parvenir à un juste équilibre entre exploitation économique et protection du milieu marin et de ses richesses avec une gestion durable et responsable ;
- pour renforcer la sûreté et la sécurité maritimes avec, notamment, le déploiement de pelotons de sûreté maritime et portuaire, l’accroissement des contrôles des passagers, la mise en place d’un PNR (Passenger Name Record) maritime sur le modèle aérien.
Les moyens opérationnels seront renouvelés avec 8 nouveaux bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers dès 2018, et le soutien de l’Etat à la Société nationale de sauvetage en mer sera augmenté en 2017. Le sauvetage en mer sera également déclaré Grande Cause nationale de 2017.
Enfin, le Cimer a fait le point sur les enjeux maritimes européens, notamment la participation française à la création de l’agence européenne de "garde-côtes", la lutte contre le dumping social dans le secteur maritime et les conséquences du Brexit.

Signature d’un accord-cadre pour l’éducation à l’environnement et au développement durable

L’accord-cadre, signé entre le ministère de l’Environnement, les Réserves naturelles de France et le ministère de l’Education nationale pour une période de 3 ans, vise à faciliter la mise en œuvre de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages et de la Stratégie nationale pour la biodiversité, en invitant les signataires à mettre en œuvre ses actions à son échelle.

A l’échelle nationale, les signataires s’engagent à travailler conjointement sur : l’enrichissement de la pédagogie de l’éducation à l’environnement et au développement durable ; le soutien par l’expertise à l’intégration des problématiques liées à la biodiversité, dans les formations professionnelles initiales et continues ; la production de ressources, de documents de références et leur diffusion ; la mise en commun des expertises.

Dans les territoires, l’accord permettra aux services des 3 structures signataires de développer une culture commune selon 3 axes de travail : mise en synergie de leurs expertises propres, dans le cadre de l’élaboration d’offres de formations continue ; mise en œuvre de projets académiques et développement de "démarches globales de développement durable des écoles et des établissements" ; développement et mise en œuvre de projets d’éducation à l’environnement et au développement durable.

Agence française pour la biodiversité

Ségolène Royal et Barbara Pompili ont réuni le conseil d’administration transitoire de l’Agence française pour la biodiversité, créé par la loi Biodiversité, promulguée le 8 août dernier.

L'Agence disposera de moyens humains et financiers supplémentaires, notamment 50 agents nouveaux pour mener à bien les missions de l’agence telles que le développement de la croissance verte et du génie écologique, la restauration de continuités écologiques, la lutte contre les espèces envahissantes... Elle sera opérationnelle avant la fin de l’année et l’ensemble des décrets d’application de la loi sont finalisés (accès aux ressources génétiques et au partage des avantages, zones de conservation halieutique, renforcement de la protection des cétacés, espèces envahissantes...).

Les 1res actions de l’agence mises en place dès cet automne ont été présentées : conception, pose et entretien de mouillages écologiques dans les Parcs naturels marins de Mayotte et d’Iroise ; enlèvement des milliers de pneus au large de Saint Raphaël ; partenariat avec les Parcs nationaux "laboratoires de terrain" pour le suivi des effets et de l'adaptation au changement climatique ; 3e vague de labellisation des communes "Terre saine"  sans pesticides ;  appui au déploiement de 500 atlas de la biodiversité communale.

 

 

 

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages est publiée au journal officiel

Après la loi sur la nature de 1976 et la loi sur la reconquête des paysages de 1993, une nouvelle étape est franchie avec la promulgation de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages. Elle place la France à l’avant-garde avec de grandes avancées, vers une nouvelle harmonie entre la nature et les humains.

La loi permet de consolider des principes juridiques pour la biodiversité, la nature et les paysages ainsi que la création d’un opérateur innovant dédié à la biodiversité : l’Agence française pour la biodiversité. Cette loi apporte des réponses concrètes aux enjeux de la biodiversité et notamment la protection des espèces en danger, des espaces sensibles et de la qualité de notre environnement. Enfin, la loi fait de la biodiversité un levier de développement économique.

 

En savoir plus sur la loi pour la reconquête de la biodiversité

Biodiversité : le projet de loi est définitivement adopté

A l'issue de la lecture définitive à l'Assemblée nationale, débutée le 20 juillet 2016, le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été adopté.

Télécharger le dossier de presse

Le projet de loi biodiversité adopté à l'Assemblée nationale

Adopté en première lecture à l’Assemblée, le 24 mars 2015, le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages à été adopté par l’Assemblée le 23 juin 2016. Il passera en 3e lecture au Sénat mi-juillet.

Ce projet de loi vise à rétablir avec la nature des relations non seulement harmonieuses mais fructueuses, bonnes pour la santé, bonnes pour l’innovation et bonnes pour l’emploi.

Projet de loi Biodiversité : 2e lecture au Sénat

Le projet de loi Biodiversité est examiné en 2e lecture en séance publique au Sénat du 10 au 12 mai. Adopté en 1re lecture à l’Assemblée le 24 mars 2015, le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a été examiné au Sénat en janvier 2016. Le 26 janvier, le texte modifié a été voté lors d’un vote solennel (263 votes "pour" sur 295 suffrages exprimés). Son adoption définitive est prévue avant l’été.

Un BarCamp dédié à l’ouverture des données sur la biodiversité

Le ministère organise un barcamp en lançant une démarche d’intelligence collective sur le thème de la biodiversité. Objectif : faciliter l’émergence de nouveaux usages et développer des outils collaboratifs autour de l’inventaire national du patrimoine naturel.

Cette démarche, qui s’inscrit dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, vise à faciliter l’émergence de nouveaux usages et développer des outils collaboratifs autour de l’inventaire national du patrimoine naturel (INPN), plate-forme nationale du système d’information sur la nature et les paysages (SINP).

Les pistes identifiées à l’issue de ce BarCamp seront concrétisées par un hackathon organisé début juin 2016 par le ministère, avec l’appui d’Etalab.

Consulter le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages

Décloisonner les politiques de l’eau et de la biodiversité

Barbara Pompili a rencontré les personnels du siège de l’Officie national de l’eau et des milieux aquatiques, à Vincennes. Elle entame ainsi un programme de visites de l’ensemble des structures appelées à rejoindre l’Agence française pour la biodiversité.

"L’objectif, c’est de donner une meilleure lisibilité à la stratégie française, de décloisonner les politiques de l’eau et de la biodiversité, afin de mettre au service de tous les acteurs un instrument unique et intégré en appui de leur action, précise Barbara Pompili. La clef de la réussite de ce grand projet, c’est la mobilisation et l’adhésion des professionnels qui le porteront."

Ce programme de visites se poursuivra avec celle du centre de formation de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques du Paraclet (Somme). La secrétaire d'Etat se rendra également, dans les prochaines semaines, à l’Atelier technique des espaces naturels, dans l’établissement Parcs nationaux de France et à l’Agence des aires marines protégées.

 

 

 
Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer
Adresse :
Hôtel de Roquelaure - 244, bd Saint-Germain 75007 PARIS
Adresse postale :
75700 PARIS - Tél. 01 40 81 21 22
Cabinet
Mme Cécile BIGOT-DEKEYSER
Directrice du cabinet
JO du 11/03/16
M. Jean-Patrick LE DUC
Directeur adjoint du cabinet
JO du 11/03/16
Mme Carine LALMANT
Cheffe de cabinet
JO du 11/03/16
M. Eric FALLOURD
Conseiller spécial
JO du 11/03/16
M. Léo COHEN
Conseiller en charge des relations avec le Parlement et les élus
JO du 11/03/16
M. Loïc AGNÈS
Conseiller gestion des espèces animales et végétales, recherche et connaissance de la biodiversité
JO du 11/03/16
M. Vincent HULIN
Conseiller économie et stratégies de la biodiversité, nature en ville
JO du 11/03/16
M. Bertrand GALTIER
Conseiller espaces protégés et éducation à la nature
JO du 24/03/16
Mme Anne BALLEREAU
Conseillère technique relations avec le territoire
JO du 11/11/16
M. Olivier MASTAIN
Conseiller technique eau, risques naturels, agriculture verte
JO du 11/11/16