Ministre suivantMinistre précédent
Portrait d'Axelle Lemaire

Axelle Lemaire

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, chargée du Numérique et de l’Innovation
Biographie

Axelle Lemaire est née le 18 octobre 1974 à Ottawa (Canada).

Fonctions ministérielles

  • Secrétaire d'Etat chargée chargée du Numérique et de l’Innovation, auprès du ministre de l'Économie et des Finances, depuis le 1er septembre 2016

  • Secrétaire d'Etat chargée du Numérique, auprès du ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, d'avril 2014 à septembre 2016
     

Fonctions électives
 

  • Députée de la 3e circonscription des Français établis hors de France (Londres), depuis 2012
     

Autres fonctions
 

  • Présidente du groupe d'amitié parlementaire France/Grande-Bretagne et Irlande du Nord
     

Carrière
 

  • Juriste en droit international
  • Collaboratrice parlementaire à la Chambre des Communes
     

Cursus
 

  • Institut d'Études politiques de Paris
  • DEA et études doctorales de droit international - Université Panthéon-Assas
  • Master - King's College de Londres
Actualités du ministre

Le ministère du Logement ouvre ses portes aux start-up innovantes

A l’occasion de la 14e édition du Jeudigital, rendez-vous mensuel initié par Axelle Lemaire, Emmanuelle Cosse a reçu, le 8 septembre, 6 start-up qui innovent dans le domaine du logement et de l’habitat pour une présentation de leurs concepts. Ces initiatives s’inscrivent dans la droite ligne de la transition numérique soutenue par le Gouvernement au travers du Plan transition numérique dans le bâtiment (PTNB).

50% de la population couverte par une connexion au très haut débit à la fin de l’année

La moitié de la population française "sera couverte par une connexion" internet à "très haut débit à la fin de l’année" annonce Jean-Michel Baylet. Cet objectif, prévu initialement pour fin 2017 dans le plan très haut débit lancé en 2013, sera donc atteint avec un an d'avance. "Alors que seulement 27 % des locaux étaient raccordables, fin 2012, les chiffres du 2nd trimestre 2016 montrent que nous avons atteint un taux de 47,4 %, soit un doublement […] de la population couverte en 3 ans", précise le ministre. "L'aménagement numérique de tous les territoires" constitue une priorité de ce gouvernement. Pour rappel, 20 Md€ doivent être investis pour couvrir l'ensemble de la France en très haut débit d'ici à 2022, un investissement "partagé entre les opérateurs privés, les collectivités et l’État", sans oublier le fonds de soutien à l’investissement local doté d’1 Md€ cette année, qui passera à 1,2 Md€ en 2017.

Recensement des derniers centres-bourgs encore dépourvus de couverture mobile

Ce recensement s’inscrit dans le programme de résorption des zones blanches qui vise à assurer une couverture en téléphonie et en internet mobiles de la totalité des centres-bourgs d’ici à mi-2017.

Dans ce cadre, une liste de 268 communes avait été publiée en février dernier après une campagne de mesures effectuée en 2015. Cependant, certaines communes n’avaient pas pu bénéficier de cette campagne en temps utile.

Afin de garantir qu’aucune commune éligible n’aura été omise, le comité interministériel aux ruralités qui s’est tenu le 20 mai dernier a décidé le lancement d’une nouvelle campagne de mesures. Celle-ci sera menée en novembre, en lien étroit avec les élus locaux concernés.

Les communes qui seront reconnues comme étant en "zone blanche" bénéficieront des mêmes conditions de couverture et de financement que les 268 centres-bourgs déjà identifiés, à savoir : une connexion en 3G par les 4 opérateurs mobiles nationaux ; un financement à 100% de l’investissement initial (pylône) par l’Etat ; un accompagnement par l’Etat de la maitrise d’ouvrage pour les collectivités qui le souhaitent.

Le plan de résorption des zones blanches a permis d’équiper près de 2 000 centres-bourgs en 3G et permettra la couverture de plus de 1700 centres-bourgs en 3G d’ici à mi-2017, dont la plupart sont déjà équipés en 2G.

République numérique : ouverture des données d’intérêt général

Le projet de loi pour une République numérique sera examiné en lecture définitive par le Sénat le 28 septembre 2016 et devrait être promulgué dans les jours qui suivront. Une des réformes majeures du texte consiste à consacrer dans la loi la notion de données d’intérêt général (DIG) : des données qui sont de nature privée mais dont la publication peut se justifier en raison de leur intérêt pour améliorer les politiques publiques.

Le projet de loi prévoit ainsi 3 articles pour ouvrir certaines de ces données d’intérêt général : Données issues des délégations de service public (art. 10) ; Données essentielles des conventions de subvention (art 11) ; Transmission de certaines bases de données des entreprises pour les enquêtes de l’Insee (art 12).

Ces 3 réformes s’appuient sur les propositions d’un rapport élaboré en 2015 par l’Inspection générale des finances, le Conseil général de l’économie et des membres du Conseil d’Etat, document que le secrétariat d’Etat au Numérique et à l’Innovation publie aujourd’hui dans son intégralité.

Consulter le rapport relatif aux données d'intérêt général

Open data : lancement d'une mission pour ouvrir les données des collectivités locales

Axelle Lemaire et Estelle Grelier ont confié une mission d’expertise à l’association Open Data France qui rassemble les collectivités pionnières en matière d’open data : préparer la mise en œuvre de l’open data par défaut dans les collectivités locales de plus de 3 500 habitants, comme le prévoit l’article 4 du projet de loi numérique.

Dans le cadre de cette mission, Open Data France doit formuler des propositions pour la généralisation de l’open data à la fois dans les collectivités pionnières (généralisation à toutes leurs catégories de documents) et dans les collectivités non encore engagées dans cette démarche (établissement d’une stratégie d’open data).

La mission doit remettre ses propositions d’ici au mois d’octobre pour contribuer à la mise en oeuvre de la loi dès sa promulgation.

Consulter la lettre de mission du 19 juillet 2016

Pour en savoir plus Site data.gouv.fr/fr/ : plateforme ouverte des données publiques françaises

 

Élargir l'accès sécurisé aux données publiques pour les chercheurs

Depuis 10 ans, les chercheurs peuvent accéder comme tout un chacun aux données anonymisées des administrations publiques — c'est l'open data — mais également, dans le cadre de leurs travaux, à certaines données protégées par le secret. Afin de compléter ces accès confidentiels, un article de la loi République numérique a été rédigé dans ce sens. Une mission vient d'être confiée à 2 chercheurs pour préparer la mise en œuvre du dispositif.

Cette mission s'appuiera sur un groupe de travail du Conseil national de l'information statistique (CNIS), qui permettra de consulter l'ensemble des parties prenantes.

L'article prévoit en effet que les chercheurs auront des possibilités accrues de saisir le comité du secret statistique pour accéder à certaines données publiques nécessaires à leurs travaux de recherche.

Structurer et accélérer la dynamique de l’écosystème français de start-up

A la suite d’un appel à projet lancé en janvier 2016 pour constituer des réseaux d’écosystèmes de start-up thématiques à travers la France, 118 projets ont été déposés en provenance de 37 territoires différents. Ils viennent compléter le dispositif régional des 13 métropoles French Tech labellisées il y a un an et demi.

Emmanuel Macron et Axelle Lemaire ont annoncé, depuis Laval, les thématiques retenues ainsi que les membres de chaque réseau thématique : #HealthTech : #BioTech #MedTech #e-sante (santé et médicine) ; #IoT #Manufacturing (internet des objets, robots et drones) ; #EdTech #Entertainment (divertissement, culture, media) ; #CleanTech #Mobility (développement durable et nouvelles formes de mobilité) ; #FinTech (banque et finances)

 #Security #Privacy (sécurité et protection) ;  #Retail (commerce et distribution) ; #FoodTech (agriculture et alimentation) ;#Sports

Lire le dossier de presse - Structurer et accélérer la dynamique de l'écosystème de start-up français

 

 

 

L'innovation en France, indicateurs de positionnement international

Le rapport "L'innovation en France - Indicateurs de positionnement international" publié par la C.2.I.T. (instance de gouvernance des politiques d'innovation mise en place dans le cadre du plan gouvernemental "Une nouvelle donne pour l'innovation" présenté en novembre 2013) permet de comparer, à partir d'une trentaine d'indicateurs, les résultats de la France en matière d'innovation par rapport à un référentiel de 9 pays.

L'étude, véritable outil de benchmarking international de l'innovation, ne propose pas un classement fondé sur un indicateur composite, mais permet de comprendre les points forts et les points faibles des différents pays.

Elle vise à renforcer l'information du public et à contribuer à l'élaboration des politiques publiques en faveur de l'innovation.

Rapport l'innovation en France - édition 2016

Rapport de la task force franco-britannique : bâtir une économie de la donnée

La task force franco-britannique a été chargée d’établir un rapport sur l’économie de la donnée et sur les axes de collaboration possibles entre la France et le Royaume-Uni.

Le rapport formule des recommandations opérationnelles et confirme le besoin de définir un cadre propice à la circulation et l'exploitation des données numériques : encourager l’innovation par les données ; établir une infrastructure de données robustes ; améliorer les compétences et le niveau de formation en matière de données ; renforcer la confiance et le pouvoir d’agir de chaque citoyen sur ses données.

Par ailleurs, le rapport formule des recommandations opérationnelles dont la mise en œuvre sera discutée avec le nouveau gouvernement britannique : ces actions seront présentées en septembre.

Consulter le rapport La révolution de la donnée au service de la croissance

 

 

Favoriser l’innovation ouverte entre grands groupes et start-up

Le second Forum pour l'innovation ouverte s’est tenu en présence d'Axelle Lemaire. Il a permis de réunir plus de 200 personnes pour partager, proposer et échanger sur les actions à mettre en œuvre pour favoriser l’innovation ouverte entre grands groupes et start-up.

A cette occasion, un guide pratique de l’innovation ouverte a été présenté. Il couvre plusieurs champs, de la propriété intellectuelle aux relations capitalistiques, au sourcing ou à la collaboration à l’international. Basé sur les témoignages des membres de l’Alliance, il s’adresse à la fois aux start-up et aux entreprises installées, quelle que soit leur taille, mais aussi aux acteurs institutionnels et aux pouvoirs publics, dans une logique de partage de bonnes pratiques, afin d’accompagner tous les acteurs souhaitant s’engager dans l’innovation ouverte.

Consulter le guide de l'Alliance pour l'innovation ouverte

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Secrétariat d'État du Numérique et de l’Innovation
Adresse :
139, RUE DE BERCY 75012 - PARIS
Adresse postale :
75572 PARIS - TEL 01 40 04 04 04
Cabinet
M. Bertrand PAILHÈS
Directeur du cabinet
JO du 14/05/15
M. Alexandre TISSERANT
Directeur adjoint du cabinet
JO du 08/07/15
M. Louis LEPIOUFLE
Chef de cabinet
JO du 08/07/15
M. Grégoire ODOU
Conseiller startups et usages numériques
JO du 16/12/15
M. Florent De BODMAN
Conseiller ouverture des données et transformation numérique de l'action publique
JO du 16/12/15
M. Christian GUÉNOD
Conseiller communications électroniques et inclusion numérique
JO du 05/09/14
M. Aurélien PEROL
Conseiller communication et presse
JO du 24/07/15
Mme Alexandra BOUDET
Conseillère juridique
JO du 14/09/16
Mme Claire PONTY
Conseillère pour les relations avec les élus, les affaires culturelles et le développement international
JO du 22/09/16
Mme Gabrielle SIRY
Conseillère pour les affaires internationales et l'innovation financière
JO du 22/09/16