Ministre suivantMinistre précédent
Agnès Buzyn

Agnès Buzyn

Ministre des Solidarités et de la Santé
Biographie

Née le 1er novembre 1962 à Paris

Formation universitaire

  • Ancienne interne des Hôpitaux de Paris

Cursus professionnel

  • Clinicienne hématologue, responsable d’unité de soins intensifs
  • Direction d’une équipe de l’Inserm travaillant sur l’immunologie des tumeurs à l’Institut Cochin-Paris V
  • Enseignante en hématologie et immunologie des tumeurs

Fonctions professionnelles

  • Présidente du conseil scientifique de la société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire (SFGM-TC)
  • Membre du collège des personnalités qualifiées du Conseil supérieur des programmes, instance consultative du ministère de l’Education nationale (2013 – 2016)
  • Présidente du conseil d’administration de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) (2008 – 2013)
  • Membre du conseil d’administration de l’Institut national du cancer (INCa) (2009 – 2011), puis Présidente du conseil d’administration de l’Institut national du cancer (2011-2016)
     
  • Présidente du Collège de la Haute Autorité de la Santé (HAS) depuis mars 2016
Actualités du ministre

Une application pour prévenir les maladies transmissibles par les tiques

Dans le cadre d’un projet appelé CITIQUE, les chercheurs de l’Anses, l’Inra et l’Ecole nationale vétérinaire d’Alfort ont développé avec les partenaires scientifiques, notamment le centre national d’expertise des vecteurs et le centre national de référence de Borrélia, ainsi que le ministère des Solidarités et de la Santé, un site web et une application smartphone appelés Signalement-Tique ! Cette application est disponible dès maintenant par téléchargement gratuit pour les smartphones iOS et Android.

 

Retrouver ici le communiqué de presse

A partir de 2018, les enfants de moins de 2 ans devront être vaccinés contre 11 maladies

Agnès Buzyn va proposer au Parlement de rendre obligatoires 8 vaccins supplémentaires jusqu’alors recommandés pour la petite enfance, en complément des 3 vaccins actuellement obligatoires.

Cette décision répond à une nécessité de santé publique. La France a des taux de couverture vaccinale meilleurs que les autres pays pour les vaccins obligatoires, mais ils sont en revanche très insuffisants pour la plupart des vaccins recommandés.

Cette couverture vaccinale insuffisante, à l’origine d’épidémies, a conduit à la réémergence de certaines maladies et engendré des hospitalisations et des décès évitables. Ces maladies transmissibles sont, en outre, particulièrement dangereuses pour les enfants et les personnes plus les fragiles : la vaccination n’est pas seulement un acte individuel, elle est également destinée à protéger son entourage. Se faire vacciner permet de se protéger et de protéger les autres.

En pratique, l’extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections pour les enfants, étalées sur 2 ans. Au moins 70 % des enfants connaissent déjà ces 10 injections sur 2 ans et 80 % plus de 8 injections.

Tous les vaccins obligatoires seront pris en charge à 100 % : 65 % de leur prix est remboursé par l’Assurance maladie, 35 % par les assurances complémentaires qui offrent un « contrat responsable ». Les patients n’auront pas de coût à leur charge. Par ailleurs, il existe différents circuits adaptés, notamment les centres de vaccination, qui proposent des prises en charge totalement gratuites.

Perturbateurs endocriniens : accélération des mesures nationales

Les Etats membres ont adopté en comité ce jour la définition des perturbateurs endocriniens utilisés dans les pesticides. Dans le même temps, la Commission européenne a pris des engagements pour accélérer sa politique de lutte contre ces substances chimiques interférant avec les systèmes hormonaux. Pour protéger au mieux la santé des Français, Nicolas Hulot, Agnès Buzyn et Stéphane Travert prendront des mesures nationales complémentaires. Ils saisiront l’Anses pour mener une évaluation des risques des produits les plus utilisés contenant ces substances. Les remises de rapports seront suivies dans le mois de travaux conjoints avec les industriels, les agriculteurs et la société civile pour apprécier la décision à prendre à la lumière de cette évaluation et conduire, le cas échéant, l’Etat à interdire certains produits au niveau national.

En outre, pour réduire l’exposition et les risques que représentent les perturbateurs endocriniens pour la population et l’environnement, le Gouvernement prend également des mesures pour améliorer la transparence sur les produits phytopharmaceutiques et biocides mis sur le marché français, et qui contiennent des perturbateurs endocriniens. Le Gouvernement va aussi renforcer l’information des consommateurs et augmenter les moyens de la recherche sur les perturbateurs endocriniens et leur substitution.

Voir la déclaration de Nicolas Hulot

Les bons gestes à adopter pour un été sans souci

Savez-vous quoi faire en cas de piqûre de méduse ou de morsure de vipère ?  Quels sont les signes d’un coup de chaleur chez les enfants ?  Comment conserver ses médicaments en cas de fortes chaleurs ?  Comment pêcher et consommer les coquillages sans risquer une intoxication alimentaire ?  Comment conserver au mieux les aliments à l’occasion d’un pique-nique ?

Autant de questions qui trouveront des réponses tout au long de l’été, avec un dispositif de communication qui comprend la diffusion, notamment sur les réseaux sociaux, de 5 infographies et de recommandations spécifiques sur 5 thématiques principales : au bord de l'eau ; en balade ou dans son jardin ; en soirées ; bien manger en vacances.

Consulter le dossier de presse

Plan national de lutte contre la maladie de Lyme

Depuis le mois de janvier, le ministère de la Santé  et ses partenaires sont mobilisés pour mettre en oeuvre le plan Lyme. L’un des objectifs prioritaires est la mise en place d’une véritable dynamique de prévention :

- dans ce cadre,  4 documents de sensibilisation aux recommandations de prévention contre les morsures de tiques en concertation ont été élaborés avec les associations. Un dépliant à destination du grand public a déjà été diffusé à plus de 200 000 exemplaires sur l’ensemble du territoire. Dans le même temps, un dépliant et une affiche spécifiquement dédiés aux enfants, "les Conseils de Prudence", ont été distribués à plus de 100 000 exemplaires. Une plaquette spécifiquement destinée aux professionnels de santé a également été élaborée en collaboration avec les experts ;

- la lutte contre la maladie se joue aussi et surtout sur l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge des patients. Sur ces 2 points, un état des lieux des travaux en cours de réalisation a pu être présenté lors du second comité de pilotage du plan national de lutte contre la maladie.

Lutte contre l'ambroisie, une plante très allergisante

Le pollen d’ambroisie provoque d’importantes réactions allergiques chez les personnes sensibles, qui se manifestent par des rhinites sévères associées dans certains cas à des conjonctivites et à des troubles cutanés de type urticaire et eczéma.

Compte tenu des enjeux de santé publique, un plan national de lutte a été mis en place en avril 2017 afin de coordonner des actions de destruction des plants le plus précocement possibles, non seulement dans les territoires où la plante est déjà très présente mais également dans les régions où l’ambroisie est encore peu fréquente et où il convient de tout mettre en œuvre pour prévenir son extension.

A partir de juin, les plantes sont facilement reconnaissables. Il est donc demandé à tous les volontaires de participer aux actions de destruction manuelle des plants (de juin à la mi-juillet) en respectant les précautions nécessaires telles que le port de gants et éventuellement de lunettes, et en lien avec les structures impliquées dans la lutte.

Le Bisphénol A reconnu comme "substance extrêmement préoccupante"

Sur proposition de la France, l’agence européenne des produits chimiques (Echa) a identifié officiellement le Bisphénol A comme perturbateur endocrinien pour la santé humaine afin d'inscrire cette substance à la liste des substances "extrêmement préoccupantes" dans le cadre du règlement européen REACH, qui régit les substances chimiques en Europe.

Le ministère de la Transition écologique et solidaire se félicite de cette décision qui permettra de protéger plus efficacement l’environnement, les travailleurs et la population.

Le Bisphénol A est une substance chimique de synthèse utilisée très largement dans la fabrication de nombreux produits de consommation courante, en particulier en plastique (jouets, emballages, cosmétiques…). Les publications scientifiques se sont multipliées ces dernières années pour mettre en évidence les effets du bisphénol A sur la santé et l’environnement, même à faible dose. C’est pourquoi la France a choisi d’interdire l’utilisation du bisphénol A pour tous les emballages alimentaires dès 2015 mais aussi les biberons dès 2010.

Vague de chaleur dans plusieurs régions

La plate-forme téléphonique, accessible au 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, de 9h à 19h), permet d’obtenir des conseils pour se protéger et protéger son entourage, en particulier les plus fragiles.

Rappel de conseils simples permettant de protéger sa santé, en particulier pour les personnes les plus à risques (personnes âgées de plus de 65 ans, personnes handicapées ou malades à domicile, personnes dépendantes, femmes enceintes, parents de jeunes enfants…) :

• buvez régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif ;
• rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avant-bras) plusieurs fois par jour ;
• mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ;
• évitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée…) ;
• maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ;
• pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide ;
• si nécessaire, demandez conseil à votre médecin traitant, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple).

Charte LGBT : le ministère des Solidarités et de la Santé s'engage

Signée avec l'association l'Autre Cercle, cette charte s'inscrit dans les plans d'actions en faveur de la diversité des ministères sociaux et vise à établir une égalité de droits et de traitement entre toutes et tous, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre.

Elle s’articule autour de 4 objectifs :

- créer un environnement inclusif pour toutes et tous ;
- veiller à une égalité de droits et de traitement ;
-  soutenir les victimes ;
-  mesurer les avancées et partager les bonnes pratiques.

Consulter la charte

Quel que soit votre groupe sanguin, donnez votre sang

La Journée mondiale des donneurs de sang a lieu chaque année le 14 juin. Elle a pour objectif de remercier les donneurs et les bénévoles qui se mobilisent tout au long de l’année et d’inciter de nouvelles personnes à venir donner pour la première fois.

Le ministère de la Santé se mobilise en relayant l’opération #MissingType lancée en France par l’Établissement Français du Sang (EFS).
Cette opération offre aux entreprises, aux institutions et à tous les citoyens une belle opportunité de participer à la mobilisation pour le don de sang, en ôtant les lettre A , B et O des groupes sanguins de leur profil de réseaux sociaux.

Pour savoir où donner

Cabinet du ministre
Les nominations de fonctions au sein des cabinets sont effectuées à partir de leur parution au Journal officiel.
Ministère des Solidarités et de la Santé
Adresse :
14, avenue Duquesne - 75007 Paris
Adresse postale :
14, avenue Duquesne - 75700 Paris - Tél. : 01 40 56 60 00
Cabinet
M. Gilles de MARGERIE
Directeur du cabinet
JO du 27/06/17
M. Lionel COLLET
Conseiller spécial
JO du 27/06/17
Mme Aude MUSCATELLI
Directrice adjointe de cabinet, solidarités
JO du 27/06/17
M. Yann BUBIEN
Directeur adjoint de cabinet, santé
JO du 27/06/17
Mme Sophie FERRACCI
Cheffe de cabinet
JO du 27/06/17
M. Laurent HABERT
Conseiller budgétaire et finances sociales
JO du 27/06/17
M. Jacques-Olivier DAUBERTON
Conseiller chargé de la sécurité sanitaire
JO du 27/06/17
M. Nicolas LABRUNE
Conseiller
JO du 27/06/17
Mme Isabelle JOURDAN
Conseillère chargée de la communication et des médias
JO du 27/06/17
Mme Anne BEINIER
Conseillère parlementaire
JO du 27/06/17