31 mai 2016 - Actualité

Mieux rémunérer et mieux accompagner les enseignants d'ici à 2020

Le 31 mai 2016, Najat Vallaud-Belkacem a présenté de nouvelles mesures de revalorisation et de déroulement de carrière qui concerneront, progressivement d’ici à 2020, l’ensemble des enseignants et des personnels d’éducation. Leurs salaires seront revalorisés, pour un montant d'un milliard d’euros d’ici à 2020, dont la moitié dès 2017. En outre, l'augmentation de l'indemnité pour les enseignants du 1er degré (ISAE) de 400 à 1200 euros sera bien effective au 1er septembre 2016.
 
En ouvrant les négociations avec les organisations syndicales, Najat Vallaud-Belkacem a présenté la déclinaison pour les personnels de l’Éducation nationale (professeurs, conseillers principaux d'éducation et conseillers d'orientation-psychologues) du protocole "Parcours professionnels, carrières et rémunérations" (PPCR) dans la fonction publique, adopté en septembre 2015.

La ministre poursuit ainsi la modernisation et la revalorisation des métiers de l’Éducation nationale, commencées en 2013 dans le cadre de la Refondation de l’École de la République. L'objectif est d'augmenter la rémunération de tous les enseignants, en valorisant leur engagement.

La montée en charge du dispositif sera progressive, avec 500 millions d'euros dès 2017, pour atteindre un milliard d'euros en 2020. Au total, plus de 820 000 personnels enseignants, d’éducation et d’orientation-psychologues, fonctionnaires et assimilés, de l’enseignement public et privé sous contrat, engagés au service de l’École de la République sont concernés.

Une carrière simplifiée, accompagnée et revalorisée

Depuis le début du quinquennat, plusieurs mesures de revalorisation ont été prises. L’engagement d’une profonde modernisation des métiers de l’éducation nationale a conduit à une redéfinition des missions des enseignants et à des premières revalorisations : régime indemnitaire des directeurs d’école, des formateurs, des conseillers pédagogiques, des conseillers principaux d’éducation, des chefs de travaux et, bien sûr, revalorisation de l’indemnité des enseignants exerçant dans l’éducation prioritaire.
 
Dans le cadre de la revalorisation des enseignants du premier degré, une indemnité de 400 euros par an pour les professeurs des écoles avait été créée. Elle sera alignée à la rentrée 2016 sur la prime correspondante des professeurs du secondaire fixée à 1 200 euros, comme l'a annoncé Manuel Valls début mai. Les décrets actant cette revalorisation au 1er septembre 2016 ont été publiés au Journal officiel du 29 juin.
Dans le cadre de la réforme de l'éducation prioritaire, les primes des enseignants y ont été augmentées de 50% à 100%.

A ces chantiers s'ajoute la volonté de moderniser et de revaloriser les carrières. L'objectif est d’accroître l’attractivité du métier et de mieux accompagner les personnels enseignants tout au long de leur carrière. Pour cela, tous les échelons sont revalorisés progressivement jusqu’en 2020, ce qui entraîne une augmentation de la rémunération de base. Ainsi, un enseignant certifié gagnera 23 000 euros de plus sur l’ensemble de sa carrière. L’effort est soutenu pour les stagiaires qui percevront 1 400 euros brut de plus par an. Les effets de cette revalorisation permettront à la France de passer au-dessus de la moyenne de l’OCDE et d'atteindre, en fin de carrière, le niveau des pays les plus favorables, l'Allemagne notamment.

4 rendez-vous pour dynamiser UNE carrière

Au-delà des mesures de revalorisation prévues, le Gouvernement fait le choix d’inscrire ses efforts en faveur de la carrière enseignante dans la durée. À partir de septembre 2017, les personnels enseignants pourront accéder à un 3e grade, dénommé classe exceptionnelle, qui valorise
le parcours et l’engagement professionnel des personnels.
 
Quatre rendez-vous permettront au bout de 7 ans, 13 ans, 20 ans et en fin de carrière de bénéficier de possibilités d’accélération dès la classe normale et d’accéder dans le déroulement normal de carrière à la hors-classe.
 

Par ailleurs, les finalités de l’évaluation professionnelle seront réorientées vers l’accompagnement, la formation continue, le suivi et le conseil individuel et collectif. Les modalités d’évaluation feront l’objet d’un groupe de travail avec les organisations syndicales représentatives.

  (mis à jour le 30 juin 2016)