Matignon - regards croisés
Partager par mail

Partager
par mail

Partager sur Facebook

Partager
sur Facebook

Matignon - regards croisés

Reprendre
la lecture

Quitter le programme
revenir à l'accueil

L'hôtel de Matignon, situé dans le 7e arrondissement de Paris, est le lieu de travail du chef du gouvernement et de son équipe depuis 1935. C'est à ce titre, l'un des principaux centres de décision et d'arbitrage de la vie politique française.

Pour la première fois, les portes de Matignon s'ouvrent sur ce que vous connaissez moins : son fonctionnement, et les personnes qui y travaillent chaque jour.

Démarrer
le programme

Continuer la visite

Deux photographes de l’agence VU’ ont passé de longues heures dans la cour, les couloirs et les bureaux de Matignon, à observer un lieu chargé d’histoire, les équipes qui y travaillent, c’est-à-dire le cœur de la machine gouvernementale.

Suivez l'actualité de Matignon

Matignon est aussi accessible sur tablette

Retrouvez sur votre tablette l’intégralité du programme et des photographies qui le composent. Pas d’application à télécharger, il vous suffit de consulter le site depuis le navigateur de votre tablette.

Nous contacter

Pour nous adresser vos commentaires, questions ou remarques, écrivez-nous.

0 %

Matignon - regards croisés
Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon avec le drapeau français en premier plan.
Matignon, lieu de décision- chapitre 1 -

« Matignon fonctionne comme une véritable machine à décider, qui doit être conçue et organisée de manière telle qu’elle puisse agir spontanément ou réagir à toute sollicitation dans les délais qui conviennent, au niveau qui convient.»

— Guy Carcassonne, constitutionnaliste.
Pouvoirs n°68 - Qui gouverne la France ? - janvier 1994.

Vue en plongé sur le pupitre désormais vide. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongé sur le pupitre désormais vide. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre quitte le pupitre. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre quitte le pupitre. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre debout devant un pupitre annonce les décisons qui viennent d'être prises. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre debout devant un pupitre annonce les décisons qui viennent d'être prises. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre debout devant un pupitre annonce les décisons qui viennent d'être prises. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre debout devant un pupitre annonce les décisons qui viennent d'être prises. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre debout devant un pupitre annonce les décisons qui viennent d'être prises. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité. Vue en plongée, le Premier ministre debout devant un pupitre annonce les décisons qui viennent d'être prises. Face à lui  une foule de journalistes en rang derrière un cordon rouge de sécurité.
Une femme garde Républicaine en uniforme militaire tient une porte d'entrée dans l'hôtel de Matignon ouverte.

Pendant ce temps
en savoir plus sur la salle du Conseil de matignon

  • Entouré des ministres concernés, le Premier ministre réunit les présidents des groupes parlementaires dans la salle du Conseil, pour les informer de la situation en Syrie.

  • Vue d'un angle différent de la photo précédente, la même salle du Conseil où les responsables parlementaires, le ministre des affaires étrangères et les membres du cabinet sont assis à table. Ils attendent de connaître les décisions du Premier ministre, lui aussi assis au centre de cette même-table.
  • La fonction du Premier ministre est de décider. Décider, c'est arbitrer entre différentes propositions de ministres. Pour cela, il doit être informé et connaître les arguments de chacun.

  • La salle du Conseil de Matignon, où les responsables parlementaires, le ministre des affaires étrangères et les membres du cabinet sont assis à table. Ils attendent de connaître les décisions du Premier ministre, lui aussi assis au centre de cette même-table.
  • La salle du Conseil est un lieu clé à Matignon, c'est ici que se tiennent les principales réunions et que les projets sont discutés.

  • Dégradé de fin
Une femme Garde Républicain en uniforme militaire vient de refermer une porte d'entrée de l'hôtel de Matignon.
Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon avec des responsables parlementaires qui sortent de la salle du Conseil. La foule de journalistes toujours présente et rangée derrière un cordon de sécurité les interpelle et tend ses micros. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon avec des responsables parlementaires qui sortent de la salle du Conseil. La foule de journalistes toujours présente et rangée derrière un cordon de sécurité les interpelle et tend ses micros. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon avec des responsables parlementaires qui sortent de la salle du Conseil. La foule de journalistes toujours présente et rangée derrière un cordon de sécurité les interpelle et tend ses micros. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon avec des responsables parlementaires qui sortent de la salle du Conseil. La foule de journalistes toujours présente et rangée derrière un cordon de sécurité les interpelle et tend ses micros.
Plan large de la cour de l'hôtel de Matignon depuis un balcon situé au premier étage. La cour est envahie à la fois par les voitures garées des responsables parlementaires, d'autres qui sortent mais aussi les journalistes qui rangent leur matériel après avoir entendu la déclaration du Premier ministre.

Les décisions historiques de Matignon

« Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par leur garantir l'existence. » Léon Blum,
président du Conseil

Léon Blum, président du Conseil

Le rôle de Matignon est de fixer la ligne du gouvernement et d'arbitrer en cas de conflit. À ce titre, Matignon est très souvent en première ligne pour gérer des sujets sensibles. Voici deux cas marquants où Matignon a mis fin à un conflit.

Les accords de Matignon

- Mai 1936 -

Un mouvement de grève inédit, avec occupation d'usines, gagne la France. La plupart des entreprises sont au point mort, l’économie est paralysée.

Le nouveau gouvernement du Front populaire avec Léon Blum à sa tête doit agir vite. Le chef du gouvernement réunit les représentants du patronat ainsi que les dirigeants de la CGT, à l'hôtel de Matignon.

Conférence des syndicats à Matignon avec Léon Blum, les délégués syndicaux et les ouvriers avant l'accord du 7 juin 1936.

© Namur-Lalance/Sipa
Conférence des syndicats à Matignon avec Léon Blum, les délégués syndicaux et les ouvriers avant l'accord du 7 juin 1936.

En quelques heures, les participants s’accordent sur la signature d’un accord historique : la création des congés payés (15 jours minimum), les conventions collectives par branche et la semaine de 40 heures (au lieu de 48).

Lettre de Léon Blum à Léon Jouhaux (alors secrétaire général de la CGT) détaillant les délais dans lesquels il envisage de faire adopter les lois découlant des accords de Matignon.

Lettre de Léon Blum à Léon Jouhaux (alors secrétaire général de la CGT) détaillant les délais dans lesquels il envisage de faire adopter les lois découlant des accords de Matignon.

Ces accords seront rapidement appelés "accords de Matignon" ; c’est la première fois que l’expression entre dans le vocabulaire politique et que le siège du gouvernement est ainsi reconnu en tant que lieu de décision.

Télégramme adressé à tous les préfets de France par les services du président du Conseil, Léon Blum, annonçant la signature des accords de Matignon.

Télégramme adressé à tous les préfets de France par les services du président du Conseil, Léon Blum, annonçant la signature des accords de Matignon.

Les accords pour la Nouvelle-Calédonie

- Mai 1988 -

À la veille de l’élection présidentielle de 1988, la Nouvelle-Calédonie est au bord de la guerre civile. Depuis 1984 et le boycott des élections territoriales par les indépendantistes du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), des affrontements parfois sanglants avec les opposants à l’indépendance se multiplient.

L’attaque par des membres du FLNKS de la gendarmerie d’Ouvéa le 22 avril 1988 constitue le paroxysme de la violence. 4 gendarmes sont tués et 23 pris en otages. Ils seront finalement libérés le 5 mai, au terme d'une opération qui coûtera la vie à 2 gendarmes et 19 Kanaks.

Le Premier ministre Michel Rocard s'adresse à Jean-Marie Tjibaou, leader indépendantiste kanak et président du FLNKS, et aux députés RPCR Jacques Lafleur et Dick Ukeiwé le 26 juin 1988 à l'hôtel de Matignon à Paris.

Le Premier ministre Michel Rocard s'adresse à Jean-Marie Tjibaou, leader indépendantiste kanak et président du FLNKS, et aux députés RPCR Jacques Lafleur et Dick Ukeiwé le 26 juin 1988 à l'hôtel de Matignon à Paris.

Après sa réélection en mai 1988, François Mitterrand nomme Michel Rocard Premier ministre. À peine installé à l’hôtel de Matignon, ce dernier désigne une mission de dialogue chargée d'entamer les discussions entre indépendantistes et loyalistes.

De gauche à droite: Yeiwéné Yeiwéné et Jean-Marie Tjibaou, représentants du FLNKS, et Jacques Lafleur et Dick Ukeiwé représentants du Rassemblement pour la Calédonie dans la République  (RPCR).

De gauche à droite: Yeiwéné Yeiwéné et Jean-Marie Tjibaou, représentants du FLNKS, et Jacques Lafleur et Dick Ukeiwé représentants du Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR).

Les délégations de Nouvelle-Calédonie menées par le leader indépendantiste Jean-Marie Tjibaou et le député anti-indépendantiste Jacques Lafleur sont reçues à Matignon.

Au terme de longues heures de négociations, cette rencontre aboutit aux Accords pour la Nouvelle-Calédonie, dévoilés publiquement le 26 juin 1988.

Poignée de main entre le député RPCR Jacques Lafleur (G) et le leader du FLNKS Jean-Marie Tjibaou (D) après l'accord signé le 26 juin 1988 sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie.

Poignée de main entre le député RPCR Jacques Lafleur (G) et le leader du FLNKS Jean-Marie Tjibaou (D) après l'accord signé le 26 juin 1988 sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie.

Ces accords historiques, qui marquent le retour d'une paix durable en Nouvelle-Calédonie, sont symbolisés par la poignée de mains entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou.

Ils prévoient une période transitoire de dix ans, assortie de garanties économiques et institutionnelles pour la communauté kanak, avant que les Néo-Calédoniens n'aient à se prononcer sur leur indépendance.

Cet accord sera approuvé par référendum le 6 novembre 1988 avec près de 80% de oui.

Poignée de mains entre le Premier ministre Michel Rocard (G) et le député RPCR Jacques Lafleur (D) après l'accord signé le 26 juin 1988 sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie.

Poignée de mains entre le Premier ministre Michel Rocard (G) et le député RPCR Jacques Lafleur (D) après l'accord signé le 26 juin 1988 sur l'avenir de la Nouvelle-Calédonie.

RÉUNIONS EN COURS- chapitre 2 -

Dans le cadre des orientations fixées par le président de la République, le Premier ministre coordonne et dirige l'action du gouvernement.

Gros plan sur la porte de la salle du Conseil. Une pancarte "Réunion en cours" est suspendue à la poignée.

En savoir plus
sur le travail à Matignon

Réunion dans le salon jaune qui est au rez-de chaussé de l'hôtel de Matignon. Autour d'une longue table, le Premier ministre entouré de ministres et de membres d'associations en faveur des handicapés.
Dans la salle du Conseil où se tient un comité interministériel, le Premier ministre est assis entre la ministre de la Justice, la directrice adjonte de son cabinet et le Secrétaire général du Gouvernement.
Vue depuis l'encadrure d'une porte, une réunion interministérielle qui se tient au 56 rue de Varenne.

Pendant ce temps
En savoir plus sur le courrier du Premier ministre

  • Entre 300 et 600 courriers sont adressés chaque jour au Premier ministre. Traitées quotidiennement par les services de sécurité, les lettres sont ensuite distribuées par les huissiers.

  • A l'entrée de l'hôtel de Matignon, deux gendarmes font passer le courrier reçu dans la matinée au scanner.
  • A l'entrée de l'hôtel de Matignon, un gendarme valide le courrier contrôlé.
  • A l'entrée de l'hôtel de Matignon, deux gendarmes contrôlent le courrier reçu dans la matinée.
  • Dans la cour de Matignon, un gendarme, vu de dos, porte une enveloppe.
  • Lettres officielles, notes internes, courriers de citoyens, sollicitations diverses : aucun courrier reçu par Matignon ne reste sans réponse.

  • Au premier étage de l'hôtel de Matignon où se trouve le bureau du Premier ministre et la direction du cabinet, deux huissiers trient le courrier.
  • Au premier étage de l'hôtel de Matignon, un huissier apporte, sous son bras, le courrier à son destinataire.
Vue de dos, une femme qui passe la tête dans un bureau.
Gros plan sur une porte fermée. Une pancarte "Réunion en cours" est suspendue à la poignée.
LE CABINET- chapitre 3 -

Le cabinet regroupe les collaborateurs du Premier ministre. Leur rôle est central : suivre et coordonner les actions des ministères. Et assurer les relations avec les autres institutions de la République, les corps intermédiaires, la société civile et les médias.

Vue en perspective de la salle du Conseil remplie, où se tient la réunion du cabinet tous les mercredi matins. Vue en perspective de la salle du Conseil remplie, où se tient la réunion du cabinet tous les mercredi matins. Vue en perspective de la salle du Conseil remplie, où se tient la réunion du cabinet tous les mercredi matins. Vue en perspective de la salle du Conseil remplie, où se tient la réunion du cabinet tous les mercredi matins. Vue en perspective de la salle du Conseil remplie, où se tient la réunion du cabinet tous les mercredi matins.
Dans la salle du Conseil, gros plan sur le directeur de cabinet assis à la table de réunion, qui tend l'oreille à son voisin de droite, lui-même conseiller.

Pendant ce temps
en savoir plus sur les cuisines & le jardin de matignon

  • 300 repas par jour sont préparés dans les cuisines de l'hôtel de Matignon.

  • Un majordome en uniforme sort des cuisines avec deux plateaux d'amuse-gueule.
  • Les cuisines de Matignon, vue depuis une porte vitrée, où une rangée de majordomes attendent des plateaux à livrer.
  • Dans les cuisines, un cuisinier prépare un plateau d'amuse-gueule.
  • Dans les cuisines, des majordomes attendent les plateaux à livrer. Un gendarme se tient dans l'encadrure de la porte de sortie.
  • L'équipe de jardiniers entretient tous les jours le jardin de 2,5 hectares, le plus grand parc privé de Paris.

  • Vue de l'hôtel de Matignon prise depuis le fond du jardin. Au dessus de son toît la patrouille de l'air qui s'entraîne pour le 14 juillet.
  • Vue de l'hôtel de Matignon prise depuis ses toîts.
  • Depuis 1978, la tradition veut que chaque nouveau Premier ministre plante un arbre dans les trois premiers mois de son exercice, symbole de son action à la tête du gouvernement.

  • Vue de l'hôtel de Matignon prise depuis l'un des bosquets du jardin.
  • Dégradé de fin
Dans la cour de Matignon, le Premier ministre entouré de plusieurs de ses conseillers et collaborateurs échange avec eux avant de partir aux questions au gouvernement (QAG) organisée chaque semaine au Parlement.
LE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU GOUVERNEMENT- chapitre 4 -

L’autre appui du Premier ministre, c’est le Secrétariat général du Gouvernement (SGG) dont le rôle est d'assurer la permanence et la continuité de l’État.

Dans la bibliothèque du Secrétariat général du Gouvernement (SGG), séance de relecture de textes autour d'une table ovale. Sont présents les membres du SGG et le Sécrétaire général du Gouvernement.
Dans la bibliothèque du Secrétariat général du Gouvernement (SGG), séance de relecture de textes autour d'une table ovale. Au centre, le Sécrétaire général du Gouvernement.
Gros plan sur les mains du Secrétaire général du Governement qui tient un texte tout juste \
Dans son bureau, le Sécrétaire général du Gouvernement au téléphone.

En savoir plus
sur le rôle du SGG

VISITES OFFICIELLES- chapitre 5 -

C’est à Matignon que le Premier ministre reçoit tous ceux qui doivent rencontrer le gouvernement français : dignitaires étrangers, décideurs économiques, partenaires sociaux, responsables de culte, représentants de la société civile...

Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture. Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où un tapis rouge a été déroulé pour accueillir le Président allemand qui s'apprête à sortir de sa voiture.
Dans la cour de Matignon, vue de dos du commandant militaire qui salue les membres de la cavalerie de la Garde Républicaine encadrant l'entrée principale du bâtiment en vue de la visite d'Etat.

Pendant ce temps
en savoir plus sur La sécurité à matignon

  • La sécurité de l'hôtel de Matignon est assurée en permanence par des gardes républicains et des gendarmes.

  • Sur un des toîts de l'hôtel de Matignon, un gendarme se tient debout.
  • Sur les toîts de l'hôtel de Matignon, le Capitaine de la gendarmerie et un gendarme discutent.
  • Dans la salle de sport de l'hôtel de Matignon, des agents chargés de la sécurité de Matignon s'entraînent sur des machines.
  • Matignon dispose de son propre commandement militaire, dont une des missions est d’assurer la sécurité rapprochée du Premier ministre, de son équipe et de toute personne présente sur le site.

  • Au sein de l'hôtel de Matignon, un Garde Républicain vu de dos se tient dans l'encadrure des portes du salon rouge, qui ouvrent sur une enfilade d'autres salons.
  • Dans le vestibule, deux Garde Républicains debouts échangent derrière leur bureau.
  • Dans le hall en bas du grand escalier, trois Gardes Républicains en uniforme.
  • Dégradé de fin
Dans la cour de Matignon, vue de dos du commandant militaire qui salue les membres de la cavalerie de la Garde Républicaine encadrant l'entrée principale du bâtiment en vue de la visite d'Etat.
Vue en plongée de la cour de l'hôtel de Matignon où l'on voit en perspective un Garde Républicain saluer une voiture officielle qui rentre. A droite la fanfare de la cavalerie de la Garde Républicaine.

Quand Matignon reçoit

Matignon reçoit quotidiennement des personnalités politiques ou de la société civile françaises ou étrangères.

La politique étrangère est le domaine privilégié du président de la République. Mais le Premier ministre a aussi des compétences en matière de défense et de diplomatie.

En marge du 37e sommet franco-allemand, en février 1981, le chancelier allemand Helmut Schmidt est reçu par Raymond Barre.

En marge du 37e sommet franco-allemand, en février 1981, le chancelier allemand Helmut Schmidt est reçu par Raymond Barre.

Novembre 1987, Jacques Chirac reçoit son homologue britannique, Margaret Thatcher

Novembre 1987, Jacques Chirac reçoit son homologue britannique, Margaret Thatcher.

Matignon est également le lieu où sont reçus les partenaires sociaux, la société civile et les élus.
Ils y viennent pour alerter le gouvernement, négocier une décision, être consultés ou commémorer un évènement.

Février 1982, Pierre Mauroy reçoit l'ensemble des partenaires sociaux.Au centre des discussions, l'application de l'ordonnance sur la durée du travail hebdomadaire (39 heures) et la cinquième semaine de congés payés.

Février 1982, Pierre Mauroy reçoit l'ensemble des partenaires sociaux.
Au centre des discussions, l'application de l'ordonnance sur la durée du travail hebdomadaire (39 heures) et la cinquième semaine de congés payés.

Octobre 1998, Lionel Jospin s'entretient avec le basketteur Antoine Rigaudeau, à l'occasion d'une réception organisée en l'honneur des sportifs de haut niveau. (De G à D : l'escrimeur Eric Srecki, l'athlète Christine Arron, les judokas David Douillet et Marie-Claire Restoux, et la ministre de la Jeunesse et des Sports, Marie-George Buffet)

Octobre 1998, Lionel Jospin s'entretient avec le basketteur Antoine Rigaudeau, à l'occasion d'une réception organisée en l'honneur des sportifs de haut niveau. (De G à D : l'escrimeur Eric Srecki, l'athlète Christine Arron, les judokas David Douillet et Marie-Claire Restoux, et la ministre de la Jeunesse et des Sports, Marie-George Buffet)

Février 1997, Alain Juppé serre la main du Secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, avant de s'entretenir avec lui.

Février 1997, Alain Juppé serre la main du Secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, avant de s'entretenir avec lui.

Lionel Jospin reçoit Hillary Clinton, épouse du Président américain, dans son bureau pour un entretien, mai 1998.

Lionel Jospin reçoit Hillary Clinton, épouse du Président américain, dans son bureau pour un entretien, mai 1998.

L'abbé Pierre dans le bureau de Laurent Fabius à Matignon, janvier 1984. 30 ans après l'appel de l'hiver 1954, l'abbé continue d'alerter sur les conditions des sans-abri en France.

L'abbé Pierre dans le bureau de Laurent Fabius à Matignon, janvier 1984. 30 ans après l'appel de l'hiver 1954, l'abbé continue d'alerter sur les conditions des sans-abri en France.

Dialogue sur l'emploi entre Dominique de Villepin et 17 étudiants de Paris et d'Île-de-France, dans le bureau du Premier ministre, mars 2006.

Dialogue sur l'emploi entre Dominique de Villepin et 17 étudiants de Paris et d'Île-de-France, dans le bureau du Premier ministre, mars 2006.

LE CHEF DU GOUVERNEMENT- chapitre 6 -

Le Premier ministre est le chef du gouvernement. Il est nommé par le président de la République. Il est responsable devant le Parlement.

Vue dans le grand escalier du Premier ministre qui tient un dossier sous le bras et s'est arrêté pour discuter avec deux conseillers.
Le Premier ministre assis à son bureau seul, penché sur un dossier qu'il lit.

Le Premier ministre à son bureau

Chaque Premier ministre marque Matignon de son empreinte. Son bureau, lieu de travail au quotidien, reflète son style à travers son mobilier et ses objets personnels.

1976 : Jacques Chirac, debout, dans un bureau très sobre.

1976 : Jacques Chirac, debout, dans un bureau très sobre.

1968 : Georges Pompidou au téléphone. Aux murs, un tableau de Pierre Soulages et une tapisserie.

1968 : Georges Pompidou au téléphone. Aux murs, un tableau de Pierre Soulages et une tapisserie.

Sous les IIIe et IVe Républiques, c'est dans le salon jaune du rez-de-chaussée que les présidents du Conseil travaillaient. En 1958, le général de Gaulle, dernier président du Conseil, décide de déménager son bureau à l’étage. Tous les Premiers ministres de la Ve République s’y sont, depuis, installés.

1992 : Pierre Bérégovoy, sa femme Gilberte, et leurs petits-enfants.

1992 : Pierre Bérégovoy, sa femme Gilberte, et leurs petits-enfants.

1994 : Edouard Balladur, penché sur des dossiers. La tapisserie présente du temps de Georges Pompidou est toujours là.

1994 : Edouard Balladur, penché sur des dossiers. La tapisserie présente du temps de Georges Pompidou est toujours là.

2000 : Lionel Jospin assis à un bureau créé par Andrée Putman qui est aujourd'hui le bureau du Premier ministre.

2000 : Lionel Jospin assis à un bureau créé par Andrée Putman qui est aujourd'hui le bureau du Premier ministre.

2012 : François Fillon pose dans son bureau, dont il dira « le plus déroutant, c'est [...] que depuis quatre ans, je n'ai jamais passé un instant seul ».

2012 : François Fillon à son bureau.

Porte cochère de l'hôtel de Matignon ouverte et vue depuis la rue, avec deux gendarmes qui gardent son entrée et un troisème qui referme cette même porte.