Photo de la foule dimanche 11 janvier 2015 place de la République.
12 janvier 2015 - Actualité

#MarcheRépublicaine : "quelle fierté d’être Français !"

Paris a été ce dimanche 11 janvier 2015 la capitale du monde. "Le pays tout entier s’est levé vers ce qu'il a de meilleur", a salué François Hollande.
 
"Nous avons tous ressenti un moment inouï, extraordinaire", au cours duquel le peuple s’est exprimé pour rendre hommage aux 17 victimes, a déclaré Manuel Valls :  Frédéric Boisseau, Philippe Braham, Franck Brinsolaro, Jean Cabut dit Cabu, Elsa Cayat, Stéphane Charbonnier dit Charb, Yohan Cohen, Yoav Hattab, Philippe Honoré, Clarissa Jean-Philippe, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, François-Michel Saada, Bernard Verlhac dit Tignous, Georges Wolinski.

"Il faut que l'esprit de ce 11 janvier reste", a insisté dès dimanche soir Manuel Valls. "C'est un nouvel état d'esprit, me semble-t-il, pour notre pays."







Plus d’une cinquantaine de chefs d'État, de gouvernement et d'institutions internationales ont manifesté, derrière les familles des victimes, pour montrer leur mobilisation commune face aux attentats perpétrés la semaine dernière à Paris. Parmi eux :
 
  • un grand nombre de dirigeants européens, dont Angela Merkel, David Cameron, Matteo Renzi, Mariano Rajoy, Helle Thorning-Schmidt, Antonis Samaras, Charles Michel… ;
  • le président du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, "pays musulman qui a été sauvé par la France parce qu'il était victime d'une attaque terroriste terrible", a rappelé Manuel Valls. Le président malien a d’ailleurs déclaré : "Je m'attendais à un anniversaire d'un autre genre à célébrer avec vous, Français : le 11 janvier 2013, mon pays a été sauvé de la barbarie terroriste par Serval. Comprenez donc mon émotion particulière, je ne pouvais pas ne pas être" de ce rassemblement ;
  • le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas.
"Ce sont des symboles forts". Evidemment, "il faudra aller au-delà des symboles, mais aujourd'hui Paris est la capitale du monde, de la liberté, de la démocratie", a déclaré le Premier ministre.

Les responsables politiques français se sont aussi très largement associés à la manifestation, avec le Gouvernement au grand complet, les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, l’ancien président Nicolas Sarkozy, l’ensemble des anciens chefs de gouvernement, de Michel Rocard à Jean-Marc Ayrault, en passant par Alain Juppé ou Lionel Jospin.
 
Les rassemblements qui se sont tenus sont d’une ampleur sans précédent. Environ 4 millions de Français ont participé aux marches républicaines organisées partout en France. En province, plus de 2,5 millions de manifestants ont été décomptés par les autorités. A Paris, ils étaient entre 1,2 et 1,6 million, mais le comptage précis a été rendu impossible par l'afflux massif, a ajouté le ministère. Avant les marches de dimanche, 1,4 million de manifestants avaient déjà défilé en France ces derniers jours.

En un hashtag sur le tumblr : #LaFranceEstCharlie

Des rassemblements se sont également tenus ailleurs en Europe : 20 000 personnes à Bruxelles, 18 000 à Berlin, 12 000 à Vienne, 3 000 à Stockholm, 2 000 à Londres, 1 500 à Athènes et à Thessalonique, des centaines à Madrid…















Au cours de cette journée
 
  • Avant l'arrivée de l'ensemble des membres du Gouvernement à l'Elysée, le président de la République a reçu les représentants de la communauté juive.
  • Le président de la République est allé dans le cortège à la rencontre des familles des 17 personnes victimes des attentats.
  • Le président de la République a rendu visite à la famille du policier Ahmed Merabet, à Livry-Gargan.
  • Une cérémonie d’hommage aux victimes s’est tenue à la Grande Synagogue de Paris, en présence du président de la République et du Premier ministre, de Benyamin Netanyahu et des responsables de l’ensemble des cultes notamment. 
 
"Il ne faut pas baisser la garde", a enfin rappelé Manuel Valls.

Le président de la République a tenu dès ce lundi à 8h30 une nouvelle réunion consacrée à la sécurité intérieure.
 
Et ce qui est le plus impressionnant, c'est le silence. C'est le silence de tout ce peuple qui est là pour dire que nous sommes tous Charlie, que nous sommes tous des policiers, que nous sommes tous des juifs français, aux chants de la Marseillaise, on agite des drapeaux.
Manuel Valls

Invité de l'émission de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV, Manuel Valls est revenu lundi matin sur "ce moment inouï, magnifique" et la "fierté, hier, d’être Français dans cette manifestation, d’abord silencieuse". Il a également appelé à ne "pas baisser la garde, il faut être vigilant, parce que nous savons que la menace est évidemment toujours présente".
 
"Contre le terrorisme, contre la terreur et la violence, la réponse c'est le droit, c'est la démocratie"
 
Photo de la cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement se recueillant place Leon Blum à Paris, le 11 janvier 2015.
Photo de la cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement se recueillant place Leon Blum à Paris, le 11 janvier 2015. - (c) Benoît Granier / Matignon
Photo avec de gauche à droite : Benjamin Netanyaho, Ibrahim Boubacar Keïta, Manuel Valls, François Hollande, Angela Merkel, Mahmoud Abbas.
Photo avec de gauche à droite : Benjamin Netanyaho, Ibrahim Boubacar Keïta, Manuel Valls, François Hollande, Angela Merkel, Mahmoud Abbas. - (c) Benoît Granier / Matignon
Photo de Manuel Valls saluant les élus français de tous bords politiques le 11 janvier 2015.
Photo de Manuel Valls saluant les élus français de tous bords politiques le 11 janvier 2015. - (c) Benoît Granier / Matignon
Photo de la cérémonie d'hommage à la Grande Synagogue de Paris.
Photo de la cérémonie d'hommage à la Grande Synagogue de Paris. - (c) Benoît Granier / Matignon
Photo à la Préfecture de police de Paris, au soir du 11 janvier 2015, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve viennent remercier le travail des forces de l'ordre.
Photo à la Préfecture de police de Paris, au soir du 11 janvier 2015, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve viennent remercier le travail des forces de l'ordre. - (c) Benoît Granier / Matignon