Feuilleton #LoiMacron, épisode 1 : Johann parviendra-t-il à partir en vacances ?

Que changera la loi Macron dans notre quotidien après son entrée en vigueur ? Nous avons imaginé son impact, pendant une semaine, sur la vie de plusieurs habitants d’une petite ville, dans un avenir proche. Dans ce premier épisode, Johann part en vacances. Sera-t-il à l'heure pour prendre son autocar ?
 
"Dépêche-toi, tu vas encore être en retard !"

Cette mise en garde qui lui parvient du rez-de-chaussée, Johann l’entend tous les matins. Pour une fois, il n’est pas en retard pour aller en cours. Si sa mère, Marie, le rappelle à l’ordre, c’est qu’il a un autocar à prendre à 12h30 tapant. Et il sait bien que la compagnie Toutenkar n’est pas du genre à partir en retard !

Alors qu’il finit de remplir son sac de voyage, son téléphone portable vibre et signale un SMS de Simon. "Tro hate de partir à la mère ! on va s’éclaté, sa va être tro bien !" "Toujours aussi bon en orthographe Simon ! LOOOL !", lui répond Johann. Simon, c’est son cousin. Ils ont six mois d’écart et forment un sacré duo. Ce lundi, ils partent ensemble passer leur  première semaine de vacances scolaires chez leur grand-mère Odette. Destination : le bord de mer, dans une petite commune à plus de 5 heures de route. 

 
A savoir
En moyenne, en France, les prix des trajets en autocar sont deux fois inférieurs à ceux du train (sur les 10 liaisons aujourd’hui les plus fréquentées par les usagers du transport en autocar).

L’Allemagne a ouvert le secteur des autocars en 2013. En un an, le nombre de passagers est passé de 3 à 8 millions. Et les licences d’autocars ont triplé !
Dans la ville de Johann, il y a bien une gare ferroviaire, mais aucun train ne va chez sa mamie. Son cousin est encore moins bien loti : dans sa commune, plus petite, il n’y a même pas de gare. Depuis l’ouverture des lignes d’autocars, tout est plus facile : Johann et Simon empruntent la ligne directe qui, en quelques heures, les amène chez leur grand-mère. Odette aussi profite de la loi Macron : avant, elle n’avait pas les moyens de se déplacer. Désormais, elle prend l’autocar. Moins cher que le train, il lui permet d’aller plus souvent voir sa famille ou ses amis qui habitent dans la région.
 
Johann regarde sa montre. 12h15. La gare routière, où le dépose sa mère, est bondée. Beaucoup d’habitants ont une voiture, cela ne les empêche pas de prendre l’autocar ! Outre les prix attractifs, c’est beaucoup moins polluant que la voiture, surtout quand on voyage seul. Et c’est également beaucoup moins fatigant. Même si c’est vrai que ça prend plus de temps.


Pour autant, la gare ferroviaire n’est pas désertée ! Une ligne TGV assure plusieurs fois par jour la liaison avec la capitale et elle est très fréquentée par les habitants qui l’utilisent pour leurs déplacements professionnels, comme Ahmed, le voisin de Johann.

 
A savoir
En 2013, les entreprises de transport routier interurbain de voyageurs en France employaient 94 000 salariés. On peut estimer que seuls les deux tiers travaillaient pour des lignes régulières, soit environ 63 000 salariés. Une hausse de l’offre de 50 % (comme cela a été observé au Royaume-Uni après l’ouverture), accompagnée de gains de productivité de l’ordre de 10 %, aboutirait d’après une étude indépendante, à la création nette de 22 000 emplois.
Avant de monter dans l’autocar, Johann passe saluer Samuel, son grand frère, conducteur chez Toutenkar. "Rhalala ! Toujours en vacances ces jeunes ! Ça va p’tit frère ? Pour une fois tu es à l’heure !", ironise Samuel devant ses collègues en le voyant arriver. Samuel travaille pour Toutenkar depuis quelques mois, après plus d’un an de chômage. L’ouverture des lignes a permis de créer de nombreux emplois dans cette ancienne ville industrielle.


"Allez file ! Simon est déjà dans l’autocar et il t’attend. Embrasse mamie pour moi. On se voit lundi prochain à ton retour !", lance-t-il à Johann avant de s’occuper du client suivant. Johann va s’installer au fond de l’autocar où l’attend en effet Simon, les bras chargés de paquets de bonbons. Le voyage passera plus vite ainsi, se dit-il. Par la fenêtre arrière, il regarde la gare routière s’éloigner lentement. Les vacances peuvent commencer.