1 juillet 2016

Le projet "logements passerelles » de l’Addsea, soutenu par la Dihal, lauréat de la Fondation de France

Le projet de "logements passerelles " de l’Association départementale du Doubs de sauvegarde de l'enfant à l'adulte (Addsea) a été retenu par la fondation de France pour son trophée départemental du Doubs. Le projet de l’Addsea avait également été lauréat de l'appel à projets "innovation sociale dans le champ de l'hébergement et de l'accès au logement" lancé par la Dihal, parmi 20 autres projets retenus.
 
Ce trophée a été remis aux porteurs du projet lors d'une cérémonie à l’hôtel de ville de Lyon le 9 juin dernier. C'est Claude Lallier (éducateur au service de Prévention spécialisée qui a reçu le prix pour l’Addsea).

Six de ces projets concernaient les jeunes en errance. L'expérimentation "logements passerelles" dans le Doubs fait partie de ces 6 projets. Il consiste en la mobilisation de logements passerelles, avec la possibilité d'allers-retours, pour accueillir des jeunes sans ressources, le plus souvent accompagnés d'animaux. Ce projet a aujourd'hui fait ses preuves et permet d'offrir une réponse adaptée à un public qui ne trouvait jusque là aucune réponse dans les dispositifs existants. Le défi pour l’Addsea est désormais la pérennisation de l'expérimentation et c'est là l'objet du travail en cours entre l'association, les différents partenaires et la DDCSPP du Doubs sur un projet de places réservées en CHRS diffus, avec maintien d'une double référence (un travailleur social du CHRS et un travailleur social de proximité connaissant déjà le jeune pris en charge et assurant la continuité du lien).

Lancé en 2013 par la Dihal, la DGCS (ministère des Affaires sociales et de la Santé) et la DHUP (ministère du logement et de l’Habitat durable) dans le cadre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et l'inclusion sociale, l'appel à projets "innovation sociale dans le champ de l'hébergement et de l'accès au logement" a pour objectifs de développer des modes d'organisation innovants, faire évoluer l'offre, prévenir les ruptures, développer de nouveaux modes de faire et de nouvelles pratiques d'intervention sociale, etc. pour mieux répondre aux besoins des personnes, notamment celles qui ne trouvent pas actuellement de réponses adaptées. Un second appel à projet a eu lieu en 2014 et un dernier en 2015.