12 septembre 2014 - Actualité

Le centenaire de la bataille de la Marne

Il y a 100 ans, les Français et les armées alliées gagnaient la bataille de la Marne. Le 12 septembre 1914 était commémoré l'un des événements les plus marquants de la Grande Guerre. Rappelant le geste épique "du miracle de la Marne", le Premier ministre a vanté les vertus du rassemblement lors d'une étape à Mondement.
 
"La France est capable de sursaut, capable de se dépasser". Commémoration de la bataille de la Marne


Bataille décisive érigée au rang de mythe par la France, la bataille de la Marne oppose l’armée allemande aux armées française et britannique. Elle se déroule du 6 au 12 septembre 1914 sur un front d’environ 300 km qui court du nord de Meaux à Verdun. Depuis l’échec de la bataille des frontières en Belgique et en Lorraine fin août 1914, l’armée française s’est repliée jusqu’au sud de la Marne, poursuivie par l’armée allemande. Sous les ordres du général Joffre, l’armée française lance une contre-offensive qui débute le 6 septembre.



Cet événement marque également une rupture entre la guerre de mouvement de l’été 1914 et l’installation dans une longue et éprouvante guerre de position, emblématique du premier conflit mondial.
 

Les lieux de mémoire
 

A Mondement, le Premier ministre a dévoilé une plaque commémorative au pied du monument pour rendre hommage à la bravoure des combattants qui ont perdu la vie en défendant le territoire. 1 700 élèves de classes de 3ème du département ont participé aux cérémonies axées sur la transmission de la mémoire aux jeunes générations."Le climat actuel, souvent médiocre, nous oblige à être à la hauteur" de ce que les Français ont fait durant la Grande Guerre, a expliqué le Premier ministre, lors des commémorations du centième anniversaire de la bataille de la Marne. "La France est un grand pays, reste un grand pays et un grand pays ne renonce pas", a-t-il poursuivi. Et d'ajouter : "la France est forte quand elle sait se rassembler sur l'essentiel, au-delà des différences, des divergences".

Devant les collégiens, le Premier ministre a appelé à "expliquer le chaos vers lequel mèneront les populismes et les nationalismes". "Ils sont un poison de l'Histoire", a-t-il fait valoir.

Focus sur les étapes clés du déplacement du Premier ministre (source :Mission du Centenaire 14-18) :
 
  • Le musée de la Grande Guerre de Meaux
    Avec plus de 320 000 visiteurs depuis son ouverture, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, est un lieu incontournable pour découvrir l’histoire du premier conflit mondial. Son approche généraliste en fait une véritable porte d’entrée vers les autres sites de mémoire du conflit.
     
  • Mondement, au cœur des combats des Marais de Saint-Gond
    Durant les combats des marais de Saint-Gond, la prise du village de Mondement et de son château, le 9 septembre 1914 au matin, par le 164e régiment d’infanterie de Hanovre menace les lignes françaises. Le risque est l’ouverture de la plaine de Champagne aux Allemands. La division marocaine – composée de tirailleurs algériens et tunisiens, de zouaves et de légionnaires et non de tirailleurs marocains – reçoit le soutien de la 42e division d’infanterie du général Grossetti et du 77e régiment d’infanterie de Cholet.
     
  • Vitry-le-François
    La bataille de Vitry-le-François, du 5 au 12 septembre 1914, constitue un des affrontements majeurs de la bataille de la Marne. Une partie des IIIe et IVe armées allemandes tentent d’y percer les lignes françaises tenues par la 4e armée du général Langle de Cary. Dans la nuit du 5 au 6 septembre, la ville est occupée par les soldats allemands. Les jours suivants, les troupes françaises contiennent les assauts allemands sans réussir à reprendre l’avantage. Ce n’est qu’à partir du 10 septembre et le recul de l’armée allemande à l’ouest du dispositif, que la 4e armée française peut de nouveau avancer. Le 11 septembre, Vitry-le-François est reprise.

Consulter les grandes dates de la Première Guerre mondiale en cliquant ici