Langue française

 
La politique linguistique de la France comporte trois volets :
 
  • une politique patrimoniale qui traite notamment de l’usage et de l’enrichissement de la langue française, de l’accessibilité du langage administratif et de la valorisation des langues de France ;
  • des politiques d’intégration et de cohésion sociale qui visent l’acquisition et la pratique de la langue française par toutes les personnes résidant sur le territoire national ;
  • une politique de valorisation et de diffusion de la langue française dans le monde.

Politique patrimoniale :

L’emploi et l’usage de la langue française

Plus de 20 ans après son adoption par le Parlement, la loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, plus connue sous le titre de « loi Toubon », du nom de son promoteur, est devenue un élément emblématique de notre politique linguistique. Cette loi est l'instrument juridique d’une politique interministérielle dont la coordination et l'animation incombent au ministère chargé de la culture, plus particulièrement à la délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) qui dresse annuellement un bilan pour le Parlement sur l’emploi de la langue française. Par ailleurs, une lettre circulaire du 1er octobre 2016 est venue aussi rappeler que l’administration est garante en son sein de l’emploi de la langue française par l’ensemble des agents publics des trois versants de la fonction publique.
Lettre circulaire du 1er octobre 2016
 

Le dispositif d’enrichissement de la langue française

Le dispositif interministériel d’enrichissement de la langue française, institué par le décret n° 96 602 du 3 juillet 1996 modifié par le décret du 25 mars 2015, vise à garantir l’emploi du français dans les diverses circonstances de la vie citoyenne et à rendre accessibles les savoirs dans une langue comprise par l’ensemble de nos concitoyens et partagée par près de 300 millions de locuteurs dans le monde.
 

La simplification du langage administratif

En application du décret du 14 février 1017, le délégué interministériel apporte son concours aux politiques visant à lever l’obstacle de la langue orale ou écrite dans l’accès aux services publics et aux droits, notamment en s’assurant de la promotion d’un registre de langue plus adapté aux usagers du service public.
A cet égard, l’administration s’efforce depuis nombre d’années de moderniser sa langue, par exemple de remplacer des termes ou formulations juridiques en latin par des termes français. Ainsi, la démarche de simplification du langage administratif a fait l’objet de différentes mesures et, encore récemment, a donné lieu à la création d’un Conseil d’orientation de l’édition publique et de l’information administrative (COEPIA). Placé auprès du Premier ministre, il est chargé de l’évaluation, de l’expertise et du conseil sur l’ensemble de l’information et de l’édition publique, quel que soit le support concerné.
Rapport du COEPIA 2016
 

Politique d’intégration et de cohésion sociale

La formation linguistique des publics primo-arrivants

L’apprentissage du français est une condition impérative pour pouvoir s’intégrer dans la société française. Les étrangers « primo-arrivants » sont invités à s’engager dans un parcours personnalisé d’intégration républicain d’une durée de 5 ans. Dans ce cadre, trois parcours de formation linguistique de 50 heures, 100 heures ou 200 heures peuvent être prescrits par l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration).Depuis l’entrée en vigueur de la loi du 7 mars 2016 relative au droit des étrangers en France, ce parcours vise une progression vers le niveau A1, supérieur au niveau A1.1 précédemment requis dans le cadre de l’ancien contrat d’accueil et d’intégration.
 

Les ateliers sociolinguistiques

Les ateliers sociolinguistiques développement une approche pédagogique visant à développer l’autonomie sociale d’adultes migrants vivant en France et comportent une dimension d’apprentissage linguistique. Soutenus par le ministère de l’Intérieur, la politique de la ville et les collectivités locales, ces actions peuvent compléter l’offre proposée par l’OFII.
Les formations linguistiques

Politique de valorisation et de diffusion de la langue française dans le monde.

 

La francophonie

Le français est la langue de la République, langue officielle ou couramment utilisée en Belgique, au Canada, au Québec, en Suisse, dans nombre de pays d’Afrique et sur les cinq continents. C’est la langue en laquelle se reconnaissent tous les pays de la francophonie.
L'emploi et la diffusion de la langue française, les actions en faveur du plurilinguisme, de la diversité linguistique, les usages du français dans le travail, l'enseignement, les services publics, les échanges supposent un espace plus large que le seul espace national. C'est d'ailleurs le sens de l'article 1 de la loi du 4 août 1994: " Langue de la République en vertu de la Constitution, la langue française est un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France. Elle est la langue de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics. Elle est le lien privilégié des États constituant la communauté de la francophonie."
Le rapport du Sénat sur la francophonie
 

L’enseignement du français dans le monde

Outre le réseau culturel et de l’enseignement du français à l’étranger, plusieurs organismes comme les Alliances françaises et Centre international d’études pédagogiques (CIEP) ont une action de diffusion et de promotion de la langue française.
Créé en 1945, le Centre international d’études pédagogiques (CIEP) est un établissement public sous tutelle du ministère de l’Education nationale depuis 1987. Il joue un rôle clé en matière de coopération éducative et de certification en français langue étrangère.
Le CIEP élabore et diffuse des diplômes et certifications en français langue étrangère (DELF/DILF/DALF-TCF), gère des programmes de mobilité (assistants de langues, stages linguistiques), labellise des centres de langues et favorise la reconnaissance de certains diplômes étrangers.
Les enjeux de la certification
Le livre blanc de la Fédération internationale des professeurs de français
Rapport annuel au parlement 2016
Lettre circulaire du 1er octobre 2016
Les formations linguistiques
Le rapport du Sénat sur la francophonie
Le livre blanc de la Fédération internationale des professeurs de français
Les enjeux de la certification