Manuel Valls en déplacement au Mont-Saint-Michel, le 25 avril 2016
25 avril 2016 - Actualité

"La volonté de mon gouvernement, c’est d’accompagner tous les territoires dans leurs spécificités et leurs projets"

Manuel Valls s’est rendu au Mont-Saint-Michel, le 25 avril 2015, dans le cadre des partenariats entre l’État et les territoires. L'occasion de réaffirmer la volonté du Gouvernement d’agir pour accompagner le développement des territoires. Le Premier ministre a annoncé que l'État, en lien avec la SNCF, va transférer à la région Normandie la responsabilité des "trains d'équilibre du territoire" (TET).
 
En se rendant au sommet de cette "pyramide médiévale" qu'est le Mont-Saint-Michel, Manuel Valls est venu délivrer "un message clair : l’État, propriétaire de 80% du Mont, entend, aux côtés des collectivités, accroître encore son implication pour préparer l’avenir de ce site".
 
S’il revient aux collectivités d’assurer le suivi et l’entretien des milieux aquatiques, le Premier ministre a annoncé que l'État poursuivra son engagement financier en prenant en charge, au-delà de cette année, une partie des dépenses d’entretien des ouvrages hydrauliques, à hauteur de 500 000 euros. Une mission de préfiguration a été mise en place pour une gouvernance unifiée du Mont-Saint-Michel entre l’État et la région. Cette gouvernance, qui intègre les élus locaux, les commerçants et les acteurs du tourisme, a pour but de donner une assise pérenne aux projets d’entretien et de développement du site.

S'appuyer sur les savoir-faire de la région

Le Premier ministre a également signé une convention transférant la responsabilité des trains d’équilibre du territoire (TET), ces lignes "sans lesquelles des territoires entiers ne seraient plus reliés", à la région Normandie pour s’appuyer sur le "savoir-faire développé dans la gestion des TER" en vue d’améliorer et moderniser les cinq lignes principales qui desservent le territoire. "Ce transfert représente une nouvelle charge pour la région. L’État s’engage […] à financer le renouvellement intégral des trains devenus obsolètes sur les deux lignes principales. Cet engagement fort représente plus de 720 millions d’euros pour l’État."
 
La volonté de mon gouvernement, c’est d’accompagner le Mont-Saint-Michel mais aussi, bien sûr, tous les territoires dans leurs spécificités et leurs projets.
Manuel Valls
Le 25 avril 2016
3
millions de visiteurs chaque année au Mont-Saint-Michel.
C'est le 3e site touristique le plus visité de France.
Saluant "la construction collective" qu'est le Mont-Saint-Michel, "œuvre de tant de talents, de déterminations, [qui] résiste à l’assaut des vagues", le Premier ministre a souligné la persévérance qui a permis "d’élever un tel édifice". "Notre nation, ses territoires, ont tant de défis à relever : croissance, emploi, formation, solidarité, environnement... Nos concitoyens attendent de nous que nous soyons capables de tous ramer dans le même sens." "Les partenariats État-Région", a expliqué Manuel Valls, "en sont un parfait exemple."

"Réformer, agir pour la croissance, pour l’emploi, pour le développement des territoires, pour que l’égalité, pour que la promesse républicaine se traduise en actes, demande aussi de la persévérance", a-t-il déclaré. "Et quand je vois toutes les énergies qui se mettent ensemble autour de la table, je me dis que la solution est là. Que c’est comme cela que nous avançons vers l’avenir."