6 mai 2015 - Actualité

La France se relève - 60 engagements, 3 ans plus tard

En ce 6 mai, 3 ans après l’élection du président de la République et notre arrivée aux responsabilités, un constat doit être dressé : la France se relève. Un document, '60 engagements 3 ans plus tard', vient en rendre compte.
 
La France se relève. Depuis 3 ans, elle a travaillé, elle s’est réformée, elle s’est transformée. Pendant de trop longues années, elle avait tour à tour été abaissée, abîmée, oubliée. Aujourd’hui, commençant à récolter le fruit de ses efforts, la France elle est pleinement là, dans son Histoire, sur son chemin, vers le progrès.
 
La France se relève, et c’est d’abord le retour de son influence diplomatique sur la scène internationale. Pour restaurer et préserver la paix 
: elle s’est mobilisée pour empêcher la constitution d’un repaire terroriste au Mali, elle est présente au Nigeria et dans le Sahel, en Centrafrique, en Irak contre Daech, … Pour sauver le climat : elle a choisi de s’investir dans l’organisation de la Conférence Climat, pour donner à la planète une chance d’aboutir à un accord universel, ambitieux et contraignant. Pour construire des relations économiques fortes et durables : en 3 mois, ce sont près de 100 Rafale qui ont été vendus à des pays étrangers, alors qu’aucun ne l’avait jusqu’ici été.
 
La France se relève, et c’est aussi le retour de son influence en Europe. La France a pesé pour mettre fin à la crise de l’euro et pour mettre sur pied l’Union bancaire : ce sont désormais les banques qui paieront pour les banques en cas de difficultés. Elle a pesé et elle pèse, pour que l’Europe se tourne enfin vers la croissance : 120 milliards d'euros ont été obtenus dès 2012 pour investir dans l’innovation ; le budget européen, menacé, a été préservé, et réorienté plus fortement vers l’investissement et l’emploi des jeunes ; le temps de l’euro cher est révolu, et une parité euro-dollar a été retrouvée ; le plan Juncker est en train de mobiliser 315 milliards d'euros en 3 ans pour l’investissement, un fait unique dans l’Histoire de l’Europe.

  La France se relève, car la confiance économique est de retour. Après 5 années de croissance 0, la croissance a été de 0,3% en 2013, 0,4% en 2014. La reprise, encore timide, se confirme aujourd’hui, avec une prévision d’au moins 1% en 2015. Le pouvoir d’achat est en hausse (de 1,1% en 2014), le taux de marge des entreprises est en hausse (+0,4% au dernier trimestre 2014), le moral des ménages est en hausse (+1 pt en mars, au plus haut depuis 5 ans), le moral des chefs d’entreprises est en hausse (+2 pts en mars, proche de la moyenne de long-terme), la consommation est en hausse (+,1,6% au premier trimestre 2015 pour les biens, inédit depuis 2009, grâce à la reprise du marché automobile notamment), l’attractivité de la France est en hausse (8ème place, au plus haut depuis 1998). C’est le fruit de nos efforts collectifs pour restaurer nos grands équilibres : baisse du déficit public à 4% en 2014, du déficit de la Sécurité sociale à moins de 10 milliards d'euros, du déficit du commerce extérieur de plus de 30%. De nos efforts pour regagner notre compétitivité : le coût du travail dans l’industrie est désormais moins élevé en France qu’en Allemagne, et il baissera encore. De nos efforts pour stimuler chaque jour davantage l’investissement : au-delà du succès de bpifrance, du développement du financement participatif ou de l’élargissement du Crédit impôt recherche aux PME, c’est ce sur quoi il faut mettre, ce sur quoi nous mettons l’accent aujourd’hui pour consolider, accélérer la reprise économique.

  La France se relève, car la justice est de retour. Certes, la baisse durable du chômage n’a pas encore commencé et n’a pas devancé le retour de la confiance – comment d’ailleurs l’aurait-elle pu ? Cette bataille pour l’emploi est une bataille de chaque instant, qui a besoin de constance et de temps. Mais cette bataille de fond ne doit pas cacher nos premières réussites. Sur le chômage lui-même, avec son recul chez les jeunes, de 2 points depuis fin 2012. Avec les droits rechargeables, qui bénéficient à plus d’un million de salariés au chômage, et l’amélioration des droits au chômage des salariés à domicile, assistantes maternelles, femmes de ménage, … ayant plusieurs employeurs. Le retour de la justice, c’est de manière nette la baisse des inégalités, qui ont autant baissé en 2013 qu’elles augmentaient chaque année depuis 10 ans. C’est plus de justice face à la retraite : en 2 ans, 300 000 personnes ayant commencé à travailler tôt sont parties à la retraite à 60 ans, 500 000 ont bénéficié de la revalorisation du minimum vieillesse à plus de 800 euros pour une personne seule, le compte pénibilité permettra de partir à la retraite jusqu’à 2 ans plus tôt. C’est plus de justice dans le travail : une baisse d’impôt sur le revenu interviendra pour plus de 9 millions de ménages des catégories moyennes et populaires. C’est plus de justice pour les familles : avec la création de 18 000 places d’accueil pour les tout-petits dès 2013, soit autant que la précédente majorité en 5 ans ; +20% pour les prestations aux familles nombreuses modestes ; +10% pour l’allocation pour les familles monoparentales vivant sous le seuil de pauvreté ; 75 euros en plus par enfant au titre de l’allocation de rentrée scolaire. C’est plus de gains de pouvoir d’achat : le prix du gaz a baissé de 7,3% depuis début 2014 ; les frais bancaires ont été plafonnés ; les taux d’emprunt sont à un plancher historique, bénéficiant à tous ceux qui empruntent pour acheter une maison, une voiture, ou contractent un prêt étudiant. C’est plus de justice environnementale : une prime de 10 000 euros permet désormais de remplacer sa vieille voiture diesel par un nouveau véhicule électrique, un crédit d’impôt permet de déduire 30% sur la facture de travaux d’isolation pour réduire sa facture d’énergie. C’est plus de justice face à la santé : l’IVG est par exemple désormais remboursée à 100%, 2 millions de Français de plus auront accès aux urgences en moins de 30 min d’ici la fin de l’année. C’est une nouvelle égalité des droits, avec plus de 17 000 mariages de couples de même sexe célébrés en 2 ans, le passage de la France de la 45ème à la 16ème place mondiale en matière d’égalité femmes-hommes, l’instauration, quoi qu’on en dise, de changements dans les pratiques pour lutter contre le contrôle au faciès (code de déontologie, numéro individuel, …).

  La France se relève, car l’espoir est de retour. C’est aussi une nouvelle égalité des chances qui se met en place, pour redonner de la liberté à la jeunesse dans la maîtrise de son destin. C’est le réinvestissement de l’école dès les premières années : le budget de l’Education nationale est redevenu le premier de l’État ; plus de 35 000 postes ont déjà été recréés. C’est l’espoir redonné à chacun de suivre son chemin : 20 000 jeunes ont bénéficié de la lutte contre le décrochage scolaire dès 2013, le nombre de bacheliers technologiques et professionnels dans l’enseignement supérieur a augmenté, notamment en IUT, le droit est désormais institué pour  chaque 10% des meilleurs lycéens de chaque lycée d’accéder aux classes prépas et filière d’excellence du supérieur. C’est l’accompagnement des étudiants dans la poursuite de leurs études : 1 étudiant sur 3 est désormais boursier, 20 000 logements étudiants supplémentaires auront été construits dès fin 2015, l’indemnité de stage minimale aura augmenté de 27% d’ici la rentrée 2015, le programme Erasmus a vu son budget augmenter de 40%. C’est la facilitation de la vie des jeunes au quotidien : la conduite accompagnée est désormais possible dès 15 ans, le coût du permis baisse progressivement, la pilule du lendemain est désormais gratuite à l’université, … C’est l’accompagnement des jeunes vers l’emploi : avec déjà 210 000 emplois d’avenir, 40 000 contrats de génération, 50 000 garanties jeunes d’ici la fin de l’année, mais aussi la création plébiscitée du statut d’étudiant-entrepreneur, pour permettre aux étudiants de commencer à entreprendre avant même la fin de leurs études.

  La France se relève, car la République est de retour. Elle a réaffirmé ses valeurs et a repris les 3 mots de sa devise : "Liberté, Égalité, Fraternité", plus vivants que jamais. L’abrogation de la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers, l’abrogation du délit de solidarité ou la fin de la rétention pour les mineurs sont autant d’éléments qui ont permis à la République de renouer avec ce qu’elle est.  Les événements de janvier ont été l’occasion de réaffirmer à la fois le besoin d’unité, la capacité de dépassement du peuple français, et la nécessité de ne laisser personne à l’écart, d’où qu’il vienne, qui qu’il soit et où qu’il vive. Elle a poussé de nouvelles avancées démocratiques. En matière de démocratie politique : avec la fin du cumul des mandats, le passage de 13% à 50% de femmes dans les conseils départementaux, la fin des instructions individuelles dans les affaires particulières, … En matière de démocratie sociale : avec le dialogue social érigé en méthode de réforme, avec la représentation des salariés dans les Conseils d’administration, avec l’institution du droit de vote double comme une règle pour les actionnaires de long-terme, … Elle a imposé le principe d’exemplarité : avec la baisse de 30% du salaire du président et des membres du gouvernement, avec le plafonnement des revenus des dirigeants d’entreprises publiques à 450 000 euros bruts annuels, avec la réduction jusqu’à 50% de l’indemnité des élus absents, … Elle a engagé une lutte sans merci contre la fraude : 2 milliards d'euros de recettes en plus sont déjà venus alimenter le budget de l’État grâce à cette mobilisation sans précédent. Elle a repris sa place pour protéger les Français contre toutes les formes de menaces. Contre les menaces du quotidien : les violences urbaines ont par exemple baissé de 7% en 2013, les cambriolages et les vols à mains armée pour la première fois en 2014 depuis 6 ans, la baisse de la délinquance à Marseille, endémique, est massive. Contre le terrorisme : le budget des forces armées augmentera de 3,8 milliards d'euros sur 4 ans, les emplois consacrés à la lutte contre le terrorisme de 2680 sur 3 ans.
 
Aussi, avec la France qui se relève, c’est une fierté partagée qui est de retour. Au fur et à mesure qu’elle avance, chaque Français peut être un peu plus fier de la France et de lui-même. Au fur et à mesure qu’elle avance, et qu’ensemble, avec les Français, nous mettons en œuvre le projet que le président de la République s’est engagé à conduire il y a 3 ans, la France progresse. Ce point d’étape, réalisé chaque année sur les « 60 engagements » pris devant les Français, est l’occasion de le constater, en transparence – c’est d’ailleurs une démarche démocratique inédite. Tous ont été engagés, aucun n’a été renié, de nouveaux se sont ajoutés, certains pour s’adapter à la conjoncture, mais toujours dans la même cohérence. Le redressement, la confiance, la justice, la jeunesse, s’ils sont des engagements d’hier, gardent aujourd’hui leur sens et doivent rester des engagements pour demain. Ce sont ces principes qui soutiendront les réformes à venir : baisses d’impôts et baisses de charges, nouvelles économies et nouveaux investissements, prime d’activité et compte personnel d’activité, généralisation du tiers payant et de la complémentaire santé, réforme du collège et augmentation de l’APA, mobilisation pour les quartiers populaires et pour les zones rurales, … La France avance, en cohérence. La France se relève, sans aucun doute.
 
 
 
Stéphane LE FOLL
Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt
Porte-parole du gouvernement