L'essentiel des ministères

Sélectionné et mis à jour en continu
 

Geneviève Fioraso : "nous devons donner envie aux jeunes de s'"accrocher" à l'université"

Geneviève Fioraso s'est exprimée en ouverture de la journée régionale consacrée à la réussite en licence, organisée par le réseau des des 17 universités d’Ile-de-France. Elle a notamment rappelé que pour favoriser un continuum entre le lycée et le supérieur, et renforcer la réussite en licence, avaient été mises en place, depuis deux ans,  des mesures visant à améliorer l'orientation et la réorientation des jeunes, en particulier dans la loi sur l'enseignement supérieur et la recherche.

"Il ne faut pas que l'orientation, et notamment l'orientation à l'université, soit un choix par défaut, mais au contraire une orientation choisie vers un parcours de réussite. Cette année dans le système A.P.B., nous avons ainsi prévu une réorientation des étudiants en première année, qui permettra là-encore de faciliter l'orientation des jeunes" a-t-elle précisé.

Lire l'intervention de la ministre.

Fleur Pellerin salue l’activité d’Ubifrance en 2013 et fixe le cap pour "l’équipe de France" à l’export

Pour Ubifrance, l’année 2013 a notamment été marquée par les actions réalisées au titre du Pacte de compétitivité. L'Agence s’est ainsi vu attribuer la responsabilité de 2 mesures : assurer un accompagnement personnalisé pour 1 000 PME et ETI de croissance à horizon 2015 ; atteindre les 9 000 VIE (volontariat international en entreprise) en poste à la même échéance.

Pour répondre à la première mesure, Ubifrance a déployé dès septembre 2013 un réseau de 26 chargés d’affaires internationaux dans tous les sièges régionaux de Bpifrance, qui sera porté à 40 dans le courant de l’année 2014A fin 2013, ces chargés d’affaires avaient déjà accompagné 260 PME et ETI de croissance, chiffre porté à 446 à fin avril 2014.  Sur la seconde mesure du Pacte, Ubifrance a franchi une barre symbolique, puisque plus de 8 000 VIE étaient en poste dans le monde à fin décembre 2013, contre 7 400 en 2012.

La fusion à venir entre Ubifrance et l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) "doit faire du futur établissement public le bras armé de l’Etat au service de l’attractivité de nos territoires et de l’internationalisation des entreprises, à la hauteur du relais de croissance et d’emplois dont notre pays a besoin", a souligné Fleur Pellerin.

70e anniversaire du Débarquement : hommage national aux combattants de la Dissidence antillo-guyanaise

Les "Dissidents", ce sont ces hommes et ces femmes de Guadeloupe, Martinique, Guyane qui, entre l’appel du général de Gaulle du 18 juin 1940 et juillet 1943, ont quitté leur territoire alors sous l’administration du régime de Vichy, pour gagner clandestinement par la mer sur des embarcations de fortune les îles anglaises environnantes de la Caraïbe. Ils furent quelque 2 500  au total à s’engager dans les rangs de la France libre. La plupart d’entre eux ont ensuite rejoint les Etats-Unis afin d’y être formés, avant d’être envoyés au front en Afrique du nord, puis de participer aux débarquements des armées alliées en Europe en 1944 et prendre ainsi une part active à la Libération.

Le président de la République a souhaité qu’un hommage particulier leur soit rendu à l’occasion du 70e anniversaire du Débarquement des forces alliées en Europe durant la Seconde Guerre mondiale.

George Pau-Langevin et Kader Arif ont co-présidé une cérémonie militaire d’hommage national. À cette occasion, une plaque commémorative a été dévoilée à l’hôtel national des Invalides.

Le Haut Conseil de stabilité financière est opérationnel

Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), créé par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires du 26 juillet 2013, a été installé par Michel Sapin. Objectifs :  veiller à la stabilité financière en France ; définir la politique macroprudentielle qu’il convient de conduire pour limiter les risques. En effet, la crise a mis en évidence la nécessité de mieux analyser surveiller et maîtriser le risque systémique, c’est-à-dire le risque que se produise un dysfonctionnement du système financier dans son ensemble.

Le HCSF dispose de pouvoirs réglementaires pour mettre en œuvre son mandat. Son action s’inscrit dans un contexte institutionnel plus large qui l’amènera à travailler en coordination notamment avec le Conseil européen du risque systémique (ESRB) et avec la Banque centrale européenne (BCE).

Il poursuivra dans les prochains mois son travail d’analyse et  de surveillance du risque systémique et précisera sa stratégie d’intervention et de communication.

Une stratégie conjointe Etat/régions pour développer les filières agricoles, agroalimentaires et forestières

Les territoires ruraux, dans leur diversité, sont porteurs d’innovation, de projets et de solidarités. Ils sont créateurs de valeurs ajoutées et d’emplois.

Pour tirer parti de ces potentiels et cibler les aides européennes en tenant compte des réalités de chaque territoire, l’État et les Régions ont fait le choix de conduire une stratégie conjointe et partagée à travers les programmes de développement rural régionaux cofinancés par le Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) piloté par les régions.  Une déclaration commune signée par Stéphane Le Foll et Alain Rousset, président de l’Association des régions de France, formalise cette stratégie conjointe.

L’État et les Régions entendent notamment accompagner la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles à travers un plan de soutien aux investissements, avec un montant prévisionnel de 200 M€ par an sur la période 2014-2020 (financements Feader, ministère de l’agriculture et régions). S’y ajouteront les aides des autres financeurs qui souhaiteront s’engager à leurs côtés, comme par exemple les Agences de l’eau.

Najat Vallaud-Belkacem présente sa feuille de route pour le mouvement associatif


Dans le cadre de la Grande Cause 2014 dédiée à l’engagement associatif, la ministre a  tracé les grands axes de sa politique en soutien de la vie associative : sécuriser les financements, clarifier le rôle de chacun,  porter le choc de simplification voulu par le président de la République dans la réalité associative ► conforter l’indépendance des associations pour respecter leur rôle d’interpellation et d’expertise garantir la transparence de l’Etat dans ses subventions attribuées aux diverses associations (critères, montants) soutenir l’engagement des citoyens et notamment des plus jeunes valoriser l’engagement des bénévoles.

Au cœur de cette feuille de route, la simplification des démarches administratives liées au fonctionnement des associations est le grand chantier lancé par Najat Vallaud-Belkacem. Elle a demandé au député Yves Blein de lui présenter ses propositions d’ici à la fin du mois de juillet prochain.

Adaptation de la société au vieillissement : le projet de loi en Conseil des ministres

Aujourd’hui, il est nécessaire que notre société s’adapte pour garantir, au fur et à mesure, de l’avancée en âge la meilleure vie possible et soutenir la solidarité familiale. C'est dans cette optique qu'a été élaboré, à l’issue d’une large concertation avec l’ensemble des acteurs concernés, le projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement soumis en Conseil des ministres du 3 juin. Texte que Marisol Touraine et Laurence Rossignol sont venues présenter à l'occasion d’une visite à la Résidence-services de l’Ave Maria (Paris 4e).

Le Gouvernement a fait le choix d’une loi d’orientation et de programmation, inscrivant la totalité de la politique de l’âge dans un programme pluriannuel et transversal, embrassant toutes les dimensions de la prise en compte de l’avancée en âge et confortant le choix d’un financement solidaire de l’accompagnement de la perte d’autonomie fondé sur une ressource dédiée, la Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie  (645 millions d’euros).

Le projet de loi vise à mobiliser la société tout entière autour des enjeux liés à l’autonomie, considérés également sous l’angle du gisement d’emplois et de croissance pour notre pays. Son organisation repose sur 3 piliers : ► anticipation de la perte d'autonomie ► adaptation de la société ► accompagnement des personnes en perte d’autonomie.

Les étudiants isolés en situation précaire peuvent désormais bénéficier de la CMU-C

Un arrêté publié au Journal officiel du 3 juin étend la possibilité de bénéficier de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) aux étudiants isolés en situation précaire.

En effet, les jeunes de moins de 25 ans sont rattachés au foyer de leurs parents pour l’attribution de la CMU-C. Or, dans les situations d’isolement ou de rupture familiale, les étudiants peuvent ne pas bénéficier de la CMU-C du fait de la situation financière de leurs parents, mais sans pour autant bénéficier de leurs ressources.

Dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014, Marisol Touraine a souhaité prendre en compte ces situations : ces étudiants peuvent désormais déposer une demande individuelle de CMU-C, sans tenir compte de la situation de leurs parents.

L’arrêté publié ce mardi 3 juin précise ces conditions, et permet ainsi à ces dispositions d’entrer en vigueur.

2 600 étudiants seraient concernés par cette mesure.

L’économie sociale et solidaire : un vivier d’emplois et d’opportunités

Vous cherchez un emploi ? Rendez-vous le 5 juin pour la deuxième édition du Forum emploi Jeun’ESS.

Cet événement, s’inscrivant dans le cadre du programme JEUN’ESS dont le ministère et la Direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative sont partenaires, permet de mettre en lien les jeunes et les recruteurs dans les domaines du secteur de l’économie sociale et solidaire.

S’adressant aux jeunes de 16 à 30 ans de tous niveaux de formation et de qualification, cet événement est une grande opportunité pour eux d’échanger directement avec les employeurs potentiels et ainsi de trouver un emploi en CDD ou CDI, un stage ou encore un contrat d’alternance : à la clé, donc, une centaine d’offres d’emploi concrètes proposées par les recruteurs présents.

Hausse de 9 % des surfaces cultivées en bio

A l'occasion du lancement du Printemps bio avec Ségolène Royal, Stéphane Le Foll a confirmé les engagements forts du Gouvernement dans le cadre du plan Ambition Bio 2017 et s’est félicité de la hausse de 9 % des surfaces cultivées en bio, preuve qu’une vraie dynamique est en marche.  Le ministre a également tenu à souligner la forte implication de l’enseignement agricole et insisté sur le fait que le nombre de fermes des lycées agricoles publics était passé de 36 en 2007 à 125 en 2014.

Par ailleurs, il a annoncé son objectif partagé avec Marisol Touraine  de permettre au bio d’être  plus présent dans la restauration des établissements de santé et de prise en charge des personnes âgées.

Ségolène Royal a rappelé l'importance de cette filière d'avenir pour la transition écologique. Elle a annoncé qu'à présent, l'agriculture biologique serait représentée à part entière dans les comités de bassin. De même, les deux ministres vont prochainement signer un décret permettant l'entrée des associations de consommateurs, des représentants de l'agriculture bio et des régions dans la gouvernance du plan Ecophyto (comité consultatif de gouvernance).

Pages

Liens secondaires