L'essentiel des ministères

Sélectionné et mis à jour en continu
 

Plateforme État-Régions : de nouveaux engagements communs

Le Premier ministre a reçu les présidentes et présidents de région, en présence de Michel Sapin, Marisol Touraine, Alain Vidalies et Estelle Grelier. Cette réunion marque la nouvelle étape d’un partenariat renouvelé entre l’État et les territoires qui se sont engagés :

- à agir ensemble pour le développement des transports durables en favorisant, notamment, la reprise par les Régions qui le souhaitent des Trains d’équilibre du territoire ;

- à travailler de concert à la mise en œuvre des orientations de la Grande Conférence de la santé du 11 février 2016.

Par ailleurs, Le Gouvernement a entendu la demande des régions de disposer de nouvelles ressources pour le développement économique et l’emploi, et a proposé de régionaliser une enveloppe du Programme d’investissement d’avenir (PIA3) à hauteur de 500 M€.

Lire l'intégralité du communiqué sur gouvernement.fr

Transparence sur les opérations de maintenance ferroviaire : une nouvelle étape à compter du 1er juillet 

Le 3e comité de suivi de la sécurité ferroviaire, élargi pour la 1re fois aux organisations syndicales représentatives du personnel, s'est réuni sous la présidence d'Alain Vidalies.

Le secrétaire d'Etat a annoncé l’ouverture de la 2e phase de la démarche de transparence sur les opérations de maintenance : à compter du 1er juillet, SNCF Réseau mettra à disposition du grand public, les programmes de travaux et d’opérations de maintenance sur chaque ligne du réseau pour chaque semaine à venir, afin d’assurer une transparence totale sur la réalité des opérations réalisées au quotidien par SNCF Réseau.

Un nouveau comité de suivi de la sécurité ferroviaire se tiendra au second semestre 2016.
Pour plus d’informations sur la transparence sur la maintenance, retrouvez le dossier de presse en ligne

Un plan de sécurité pour les Outre-Mer

Bernard Cazeneuve et George Pau-Langevin ont présenté le Plan Sécurité Outre-Mer, qui vise à renforcer la lutte contre la délinquance dans ces territoires.

Il s’articule autour de 3 axes et 22 mesures :

- renforcer les effectifs et les moyens des forces de l’ordre. En 2016, 433 policiers et gendarmes rejoindront les territoires d’Outre-Mer. Entre 2017 et 2019, la gendarmerie d’Outre-Mer bénéficiera de 300 effectifs supplémentaires, dont 179 dès 2017. Les hôtels de police et les réseaux de communication des forces de l’ordre seront rénovés et modernisés, les coopérations régionales avec les forces étrangères seront développées ;

- assurer une co-production de sécurité avec les acteurs locaux. Une conférence nationale semestrielle pour la Sécurité Outre-Mer se réunira avec tous les acteurs concernés. Elle dressera le bilan des actions conduites et les priorités en matière de prévention et de lutte contre la délinquance ;

- mener des actions ciblées spécifiques. Une action spécifique contre les trafics et la circulation des armes à feu sera déployée. Une antenne de l’OCRTIS sera créée en Guyane, particulièrement touchée par le trafic des stupéfiants. Un groupe tactique projetable aux compétences multiples (ordre public, police judiciaire...) sera prêt à renforcer les forces locales en cas de besoin, depuis la métropole.

Consulter le dossier de presse

Les demandeurs d'emploi en mai 2016

Au mois de mai, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité, a augmenté de 9 200 par rapport au mois d’avril, soit +0,3 %. La tendance reste toutefois orientée à la baisse avec -70 700 (-2,0 %) sur les 3 derniers mois.

De même, si le nombre de jeunes demandeurs d’emploi sans activité a progressé en mai (+4 400 inscrits, soit +0,9 %), la tendance demeure favorable : -9 500 sur les 3 derniers mois et -41 700 depuis un an.

Le nombre de demandeurs d’emploi seniors a une nouvelle fois reculé (-900 inscrits, soit -0,1 %) et ce pour le 3e mois consécutif, ce qui ne s’était pas produit depuis plus de 8 ans.

L’Etat et les régions s’engagent pour l'enseignement agricole public

L'accord signé par les régions et l'Etat permet de conforter l'enseignement agricole public qui bénéficie, au travers de ses 200 lycées, d'une grande diversité de formations et offre aux jeunes de très bons taux de réussite aux examens ainsi qu’une excellente insertion professionnelle et sociale. Les établissements d'enseignement agricole du ministère de l'agriculture sont également très impliqués dans le développement des territoires, ont des liens étroits avec les acteurs socio-professionnels et jouent un rôle fondamental dans le développement de l’agro-écologie.

Ce protocole traduit ainsi le rôle renforcé des régions dans le système éducatif agricole, aux côtés de l’État tel que l’ont prévu la loi du 8 juillet 2013 sur la refondation de l'école de la République et la loi du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’agriculture, l'alimentation et la forêt.

Référendum britannique sur l'Union européenne

Les électeurs britanniques devaient répondre, le 23 juin, à une question alternative : "Should the UK remain a member of the EU or leave the European union ?" (Le Royaume-Uni doit-il rester un membre de l’Union européenne ou la quitter ?).

Ils ont choisi de quitter l'Union (Brexit).

Suivez au jour le jour les positions françaises et celles de nos partenaires européens.

Lire Le référendum britannique sur l’Union européenne : 5 clés pour comprendre

Programme d’investissements d’avenir 3 : préparer la France aux défis de demain

Le Programme d’investissements d’avenir (PIA), créé en 2009, est une démarche originale qui prépare la France aux défis de demain. Elle obéit à 3 règles qui en font la marque : l’excellence, l’innovation et la coopération.

Le  troisième volet du PIA est doté de 10 milliards d'euros. Cette enveloppe amplifie l’ambition initiale et répond à 3 priorités : soutenir les progrès de l’enseignement et la recherche, valoriser la recherche et accélérer la modernisation des entreprises.

Présentation du 3e Programme d’investissements d’avenir - livret complet

Les cuisines populaires à l'honneur pour la 6e Fête de la gastronomie

A l’occasion du 1er comité de pilotage, Martine Pinville a lancé la 6e édition de la Fête de la Gastronomie. Cette édition 2016 se déroulera les 23, 24 et 25 septembre prochains. Elle a pour thème "les cuisines populaires" : cuisine de tous les jours, des repas de famille, des moments entre amis, des cantines ou des restaurants... Les cuisines populaires sont des cuisines du goût, elles valorisent les produits régionaux et subliment les savoir-faire de tous, professionnels ou non.

Autour de ce thème, la secrétaire d’Etat a la volonté de démontrer que la gastronomie française, reconnue et enviée dans le monde, repose sur les arts de table, un esprit de partage, d’échange et de rassemblement.

Lire le Dossier de presse - Fête de la Gastronomie 2016 -

En savoir plus sur les cuisines populaires 

 

Enseignement supérieur : l'informatisation des épreuves classantes nationales est effective

La mise en œuvre de l’informatisation des épreuves classantes nationales, examen d’entrée dans le 3e cycle des études médicales, déterminant pour le choix des étudiants vers leurs spécialités médicales, s’est déroulée du 20 au 22 juin. Il s’agit d’une 1re mondiale où plus de 8 000 étudiants, situés dans 34 centres d’épreuves, ont composé simultanément à l’aide de tablettes numériques.

Cette prouesse technique est le fruit de la contribution et du soutien de tous les acteurs concernés (étudiants, conseil scientifique, doyens, jury national et jurys locaux, DGESIP, CNG).

Sports : lancement du dispositif de concertation de l’Etat pour la candidature Paris 2024

Le ministère des Sports, le Comité national olympique et sportif français et le Groupement d’Intérêt Public Paris 2024 ont ainsi choisi Marseille pour lancer une grande concertation en région destinée à associer monde économique, mouvement sportif, société civile, collectivités afin que chacun contribue à la construction de la candidature de Paris à l’accueil des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Ce dispositif, lancé le 17 février 2016 vise à associer de manière "durable, responsable et ouvert à tous" l’ensemble des acteurs et des citoyens autour du dossier de candidature "Paris 2024" et se poursuivra jusqu’au 30 septembre dans toutes les régions de France.

"Cette candidature ne concerne pas que Paris et sa région mais bien toute la France" insiste Thierry Braillard. Du point de vue des infrastructures sportives, les stades de football sont effectivement répartis dans toute la France et le site de voile retenu sera à Marseille, mais ce n’est pas le seul point concerné.

Pages