L'essentiel des ministères

Sélectionné et mis à jour en continu
 

Programme d’investissements d’avenir : 110 projets financés

Jean-Vincent Placé et Axelle Lemaire ont invité l’ensemble des acteurs du fonds "Transition numérique de l’État et modernisation de l’action publique" à une journée d’échanges.

Le Gouvernement accélère le rythme de la transformation numérique de l’État grâce à ce fonds du Programme d’investissements d’avenir (PIA).

Le fonds a déjà permis de financer plus de 110 projets innovants qui incarnent la volonté du Gouvernement de simplifier les démarches, de rationaliser et de mutualiser les infrastructures informatiques, et d’expérimenter des technologies innovantes, au service des usagers comme des agents publics.

Les porteurs de projet, lauréats, jury d’experts et le comité de pilotage de ce fonds ont été invités à se réunir pour partager leurs expériences dans un cadre interactif et enrichir les réflexions au cours de deux tables rondes :

  • "Accélération de la transition numérique des administrations : enjeux et perspectives"
  • "Fonds transition numérique de l’Etat et modernisation de l’action publique : outils et méthodes"

Le ministère des Finances s’engage en faveur de la sécurité routière

Le ministère de l’Economie et des Finances s’engage dans une démarche qui s’inscrit dans l’action du Gouvernement visant à réduire de moitié le nombre d'accidents de la route, à l’horizon 2020. Il s’engage ainsi résolument au profit de la sécurité de ses 144 000 agents qui sont tous, à un moment ou à un autre, usagers de la route.

La charte signée le 10 février comprend 7 engagements :

proscription des conversations téléphoniques au volant ; sobriété exigée sur la route ; port obligatoire de la ceinture de sécurité ; respect des limitations de vitesse ; temps de repos intégrés dans le calcul des temps de trajet ; sensibilisation et formation des agents à la sécurité routière ; promotion des équipements de sécurité pour les conducteurs de deux-roues.

A noter : près de 500 entreprises ont déjà signé l'appel  www.routeplussure.fr

Donner à chacun la maîtrise de sa vie numérique

Le Safer Internet Day est un événement mondial annuel organisé par le réseau européen Insafe au mois de février pour promouvoir un internet meilleur auprès des jeunes, leurs parents et la communauté éducative et encourager les comportements responsables en ligne. 

Cette année encore, Internet sans Crainte, programme national de sensibilisation des jeunes aux enjeux et risques de l’internet, mobilise tous les acteurs de la communauté éducative autour de la mise en place d’actions de sensibilisation sur la citoyenneté numérique et le cyberharcèlement. Le programme national de sensibilisation a choisi de concentrer ses actions sur ces 2 thématiques qui sont au coeur des usages de la jeune génération.

Les cyberviolences et, plus spécifiquement, le cyberharcèlement sont parmi les risques les plus importants auxquels peuvent être confrontés les jeunes internautes aujourd’hui et en ces temps d’explosion des usages des réseaux sociaux, l'accent doit être mis sur la compréhension des enjeux de l’Internet, du fonctionnement de ces mêmes réseaux et de l'importance des données.

Pour en savoir plus sur Internet Sans Crainte

Pour en savoir encore plus, vous inscrire, cliquez ici...

Comment déclarer les revenus tirés des plateformes en ligne ou d'activités non salariées

Les activités économiques réalisées entre particuliers se développent, notamment par l'intermédiaire des plateformes en ligne. Afin que les particuliers soient mieux informés de leurs droits et démarches lorsqu'ils réalisent des activités économiques, le ministère met en ligne des fiches pédagogiques pour :

- les revenus issus du covoiturage ;

- les revenus issus de la location d’un logement meublé ;

- les revenus issus de la vente de biens ;

- les revenus issus de la location de biens ;

- les revenus issus des activités de service rémunérées.

Lire le communiqué sur le site du ministère de l'Economie

La Grande École du Numérique accueille 70 nouvelles formations

La Grande École du Numérique élargit son réseau et accueille 70 nouvelles formations, qui viennent de recevoir le label "Grande École du Numérique". Près de 2,7 M€ ont été accordés pour soutenir cette nouvelle vague de formations innovantes et former au total plus de 5 000 apprenants sur l’ensemble du territoire. D’ici à fin 2017, l’objectif est de former 10 000 apprenants, notamment 50% de jeunes peu ou pas qualifiés, ni en emploi, ni en formation et 30% de femmes.

La Grande École du Numérique est un réseau de 268 formations aux métiers du numérique reconnues pour leur qualité et leur démarche innovante. Elle porte une double ambition : répondre aux besoins croissants du marché de l’emploi en compétences numériques et favoriser l’insertion socio-professionnelle des publics éloignés de l’emploi et de la formation. Au total, 15 M€ de subvention sont mobilisés pour favoriser l’émergence de formations aux métiers du numérique.
Afin de toucher les publics les plus isolés, les formations en ligne assurant un accompagnement socioprofessionnel à leurs apprenants seront désormais éligibles au label.

Pour en savoir plus : le site de la Grande École du Numérique

Entreprises : les chiffres clés du numérique, édition 2016

Chaque année, la direction générale des Entreprises (DGE) publie les chiffres clés du numérique. Entreprises, combien il y a t il d'effectifs salariés dans ce secteur ? Quelle est la place de la France dans l'Union européenne ? Combien il y a-t-il de sites marchands actifs ? La réponse en images.

Promouvoir la mixité dans le secteur du numérique

Le Plan mixité numérique, signé par Axelle Lemaire avec Najat Vallaud-Belkacem et Laurence Rossignol, constitue un levier de mobilisation et d’actions pour promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes au sein du secteur numérique, grâce à la détermination conjointe des pouvoirs publics et de la sphère privée.

Le numérique est un secteur en plein essor et peut être un outil d’émancipation pour les femmes, dans les start-up, la formation ou encore le secteur du jeu vidéo. La culture numérique peut notamment aider les femmes à s’affranchir des logiques hiérarchiques ou territoriales qui les freinent dans l'évolution de carrière.

En fédérant l’action d’importants représentants du numérique et des pouvoirs publics, ce plan permettra de promouvoir la mixité en agissant à chaque étape du parcours des femmes : dans l’orientation et la formation continue, dans l’accès à l’emploi et à l’entrepreneuriat.

Consulter le dossier de presse : Signature du Plan sectoriel mixité numérique

La France en pointe dans le secteur de la finance digitale

Dans son discours d’ouverture du Paris Fintech Forum, Michel Sapin a rappelé les atouts de la France en matière d’innovation. Les mesures prises à destination des entreprises innovantes (régime des impatriés, guichet unique pour les relocalisations, baisse de l’impôt sur les sociétés, compte PME innovation…) ont contribué à renforcer l'attractivité du territoire et à asseoir l'autorité des start-up françaises dans le paysage "Tech" international.

Le Paris Fintech Forum  réunit plus de 130 entreprises du secteur de la technologie financière (Fintech) venant du monde entier. Etalé sur 2 jours, cet événement prend la forme de débats, tables rondes, interviews et conférences, qui réunissent les acteurs clés de l’écosystème financier international, ainsi que les dirigeants des principales Fintech.

Près de 2 000 participants ont assisté à cette 2e édition du Paris Fintech Forum, qui s’impose d’ores et déjà comme un grand rendez-vous de la finance digitale. Ce forum constitue en effet un moment privilégié pour les start-up du secteur souhaitant valoriser leur projet innovant et contribuer au rayonnement de la France sur le marché des Fintech.

 

Lire le discours de Michel Sapin à l'ouverture de la 2e édition du Fintech Forum

Acyma : un nouveau dispositif de réponse aux cybermalveillances bientôt en place

A l'occasion de son déplacement à Lille dans le cadre du Forum International de la cybersécurité, Axelle Lemaire a annoncé la mise en place d’Acyma, le nouveau dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance.

Cette initiative, qui s’adresse aux particuliers ainsi qu’aux entreprises et aux administrations, a plusieurs objectifs :

- la mise en relation des victimes via une plate-forme numérique avec des prestataires de proximité susceptibles de les assister techniquement ;

- la mise en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique, sur le modèle de la sécurité routière ;

- la création d’un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper.

Avec ce nouveau dispositif, l’Etat souhaite apporter une réponse opérationnelle concrète à des individus et des entreprises qui sont souvent démunis face aux cyberattaques.

La lutte contre les cybermenaces, une priorité absolue

Le 9e forum international de la cybersécurité (FIC) se déroule les 24 et 25 janvier. Le ministère de l’Intérieur est partenaire de l’événement.

Dans un contexte où la société est de plus en plus connectée, la délinquance est également en perpétuel changement. Responsable de la sécurité des Français, le ministère dispose d’un certain nombre de moyens pour lutter contre la cybercriminalité. Forces publiques par excellence, la police nationale et la gendarmerie nationale se sont dotées de services dédiés à la lutte contre cette délinquance spécifique.

Elles coopèrent sur de nombreux points et notamment sur la Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements (Pharos). Accessible via le site internet-signalement.gouv.fr, elle permet de recueillir des signalements de contenus illicites de l’internet (pédopornographie, incitation à la haine raciale, terrorisme...). Ces signalements sont traités à la fois par des policiers et des gendarmes. Ces derniers alertent ensuite si besoin les services compétents

L’action de ces services est coordonnée, au niveau national, par le délégué ministériel aux industries de sécurités et à la lutte contre les cybermenaces. Il met en œuvre la politique du gouvernement dans le domaine, définie en 3 axes : mieux anticiper le phénomène cyber-criminel et accompagner les victimes de cyber-malveillance, mieux dialoguer avec les acteurs cyber et adapter le cadre juridique national et international.

Pour en savoir plus, lire le communiqué sur le site du ministère de l'Intérieur

Pages