Jean-Louis : "Vivre des aventures humaines"

 
Photo de Jean-Louis Crèche
Par son ascendance, Jean-Louis Crèche est enraciné dans l'agriculture : "Je suis petit-fils de paysans des deux côtés de ma lignée familiale." Né en Sologne, dans le Loir-et-Cher, il grandit dans la ferme parentale, où on lui transmet l'amour de la terre. A 16 ans, il possède déjà un solide bagage de techniques agricoles et décide de quitter le domicile familial.
 
Il se forme à l'école de bergers de Montmorillon et rejoint son frère qui a monté une équipe de tonte de moutons dans le Limousin, à Bellac. Quelques années plus tard, il reprendra l'activité de celui-ci. "On avait une grosse clientèle avec 50 000 brebis à tondre dans le Limousin et 80 000 dans les Bouches-du-Rhône." Après 15 années dans la tonte de moutons, Jean-Louis décide de parcourir le monde pour améliorer sa technique mais surtout pour "vivre d'autres aventures humaines". Sa première expérience le conduit naturellement en Nouvelle-Zélande, le pays où l'on trouve les meilleurs tondeurs du monde. Durant sept saisons, Jean-Louis Crèche rejoindra les bergers néo-zélandais. Sa quête d'expérience le mènera en Australie, en Italie du Nord, en Sardaigne, en Grande-Bretagne.

Saisonnière, la tonte est une activité intensive, Jean-Louis se rappelle avoir "tondu pendant plus de 60 jours d'affilée." C'est pour cela qu'il a toujours considéré son activité "comme un sport." "Des études ont démontré qu'une journée de tonte intensive équivalait en dépense d'énergie à un marathon, avec une perte de poids de quatre kilos", nous explique celui qui s'est illustré  lors de compétitions nationales de tonte avec deux titres de vice-champions de France. Il a également représenté la France lors des compétitions internationales. Désormais reconverti, Jean-Louis Crèche a toujours un pied dans le métier et va offrir son expérience pour la mise en place du prochain championnat du monde, en 2019 au Dorat, près de Bellac.

Aujourd'hui, Jean-Louis Crèche tient une entreprise de pose de clôture. Seul maître à bord, il est libre de gérer son emploi du temps dont il réserve une partie à des projets citoyens. Le plus important concerne la construction d'un parc éolien d'une puissance de 20 Mgw à Blond, petite commune de la Haute-Vienne. "Cette aventure humaine extraordinaire" regroupe 70 actionnaires pour la majorité venant du territoire et a exigé un investissement de 40 millions d'euros.

Ce qui a toujours fait sens pour Jean-Louis Crèche, c'est faire des choses non pas pour soi, mais dans un esprit collectif et en perspective d'un héritage. "Le maître-mot qui me définit est la liberté", nous dit-il. Une liberté au service de la découverte des autres et au profit des autres.
 
Portrait réalisé par Patrick Do Dinh