La pauvreté en conditions de vie, ou privation matérielle, désigne une situation de difficulté économique durable. Selon Eurostat, une personne s’y trouve lorsqu’elle cumule au moins 3 privations ou difficultés matérielles parmi les 9 de la liste suivante :
  • avoir eu des arriérés de paiement d’un loyer, d’un emprunt hypothécaire ou de factures d’eau/gaz/électricité dans les 12 derniers mois ;
  • ne pas pouvoir chauffer son logement ;
  • ne pas pouvoir faire face à des dépenses imprévues ;
  • ne pas pouvoir consommer de la viande ou une autre source de protéines au moins tous les 2 jours ;
  • ne pas pouvoir s’offrir une semaine de vacances hors du logement ;
  • ne pas posséder un téléviseur couleur ;
  • ne pas posséder un lave-linge ;
  • ne pas posséder une voiture personnelle ;
  • ne pas posséder un téléphone.

Pourquoi cet indicateur ?

Définir un indicateur de pauvreté opérationnel est une condition essentielle pour cibler et réduire le phénomène. Il existe principalement deux manières de mesurer la pauvreté : le taux de pauvreté monétaire (disponible avec retard) ou le taux de pauvreté en conditions de vie.
  • Le taux de pauvreté monétaire mesure la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté, défini conventionnellement à 60% du niveau de vie médian. Cette mesure est donc relative. Elle compare les revenus au sein de la population et ne rend pas compte des conditions de vie des ménages modestes.
  • À l’inverse, le taux de pauvreté en condition de vie mesure une pauvreté « absolue ». Elle correspond à l’image de la pauvreté communément admise, à savoir l’exclusion de pratiques et de consommations de base.

Comment évolue cet indicateur ?

11%
Taux de pauvreté en conditions de vie en 2015, à son plus bas.
En 2015, le taux de pauvreté en conditions de vie a atteint un plancher historique : seuls 11% des individus vivant en France métropolitaine subissent des privations matérielles. Après une remontée durant la crise, la diminution de la privation matérielle est continue depuis 2012 où le taux s’établissait à 12,8%.
 
Comme les années précédentes, les jeunes ont le taux de privation matérielle le plus élevé (14,9% pour les 16-24 ans). Ce taux décroît avec l’âge, du fait de la progression des revenus au cours de la vie et de la qualité du système de retraite. Il atteint ainsi 6,7% chez les plus de 65 ans. Entre 2014 et 2015, toutes les classes d’âge voient leur taux de privation matérielle diminuer ou se stabiliser.

Comment la France se situe-t-elle par rapport à ses partenaires européens ?

16,3%
Taux de pauvreté en conditions de vie dans la zone euro (18,5% dans l’Union européenne).
En 2014 (dernière année disponible en comparaison européenne), la France avait un taux de pauvreté en conditions de vie (révisé 11,6% par l’Insee) significativement plus faible que la moyenne européenne (18,5%) et la zone euro (16,3%). Les pays du Nord, l’Autriche et la Suisse affichent des taux encore plus faibles que celui de la France (moins de 10%), tandis que l’Allemagne et la Belgique en sont proches (respectivement 11,3% et 11,8%). Le Royaume-Uni (15,6%), l’Espagne (17,8%) et l’Italie (23%) ont en revanche des taux beaucoup plus élevés.
 
Évolution du taux de pauvreté en condition de vie par tranche d’âge en France et en Europe
Évolution du taux de pauvreté en condition de vie par tranche d’âge en France et en Europe
 

Données ouvertes

L'ensemble des statistiques en accès libre sur Data.gouv.fr
Accéder aux sources
 
Accédez au rapport complet sur les 10 nouveaux indicateurs de richesse
Consulter le document