Pour comptabiliser l’endettement total, il faut distinguer trois entités :
-    La dette publique.
-    La dette brute consolidée des sociétés non financières.
-    L’endettement des ménages.

Les indicateurs d’endettement établissent le rapport entre la dette des différents agents économiques et le PIB.

Pourquoi cet indicateur ?

En règle générale, une dette permet de financer des investissements qui visent à augmenter la richesse de celui qui la contracte. La question posée est donc celle de sa bonne maîtrise et de sa soutenabilité.

Comme celui de la dette publique, le niveau de la dette privée présente un enjeu économique majeur pour l’ensemble du pays. La crise de 2008 a montré qu’un endettement privé excessif peut également être très dangereux pour la stabilité macroéconomique, alors même que l’endettement public est maîtrisé.

Comment évolue cet indicateur ?

+25 points de PIB
C’est la progression de l’endettement public de 2007 à 2012
En 2015, le ratio d’endettement public s’est quasiment stabilisé (95,8 % du PIB contre 95,3 % en 2014), sous l’effet des efforts de réduction du déficit public (à 3,5 % en 2015 contre 4,0 % en 2014) et de la reprise de l’activité économique.

Mis à part en 2013, l’endettement consolidé des sociétés non financières françaises a augmenté chaque année de 2005 à 2014 (dernières données disponibles), en passant de 68 % à 87 % du PIB. Cette progression s’explique par le maintien à un niveau élevé des investissements des entreprises, et la réduction de leurs marges sur la même période.

L’endettement des ménages augmente légèrement entre 2014 et 2015, en passant de 55 % à 55,8 % du PIB. Après la très forte progression au début des années 2000 l’endettement des ménages croît à un rythme plus modéré depuis 2010, en raison notamment de l’ajustement du marché immobilier.
 
600 points de PIB
C’est l’estimation du patrimoine non financier de la Nation.

Il convient de relativiser cet endettement au regard de la taille du patrimoine qu’il contribue à financer. En 2015, le patrimoine non financier de la nation s’élève ainsi à près de 13 800 milliards d’euros (de l’ordre de 600% du PIB).
 

Comment la France se situe-t-elle par rapport à ses partenaires européens ?

Le niveau de dette publique (au sens de Maastricht) est très variable selon les pays européens. La dette de la France est sensiblement plus élevée que la moyenne européenne (85,2 %), mais est proche de la moyenne de la zone euro (90,7 %).

L’endettement consolidé des sociétés non financières est supérieur à la moyenne de la zone euro établie à 79 % du PIB en 2014 (dernière année disponible). Il est plus élevé qu’en Allemagne (45,3 %) ou en Italie (76,4 %), mais moins important qu’en Espagne (92,9 %), aux Pays-Bas (117,3 %) ou en Suède (110,5 %).

L’endettement des ménages reste en milieu de tableau par rapport aux pays européens : les ménages danois (130,1 % en 2015) et néerlandais (111,8 % en 2015) ont un poids de la dette près de deux fois supérieur à celui des ménages français, tandis que la Belgique (58,4 % en 2015) ou l’Espagne (66,9 %) sont plus proches de la France.
 
Evolution de l’endettement de l’administration publique, des sociétés non financières et des ménages en France (% du PIB)
Evolution de l’endettement de l’administration publique, des sociétés non financières et des ménages en France (% du PIB)
 

Données ouvertes

L'ensemble des statistiques en accès libre sur Data.gouv.fr
Accéder aux sources
 
Accédez au rapport complet sur les 10 nouveaux indicateurs de richesse
Consulter le document