Défini par l’OCDE, l’effort de recherche englobe les travaux de création entrepris en vue d’accroître la somme des connaissances et le développement de nouvelles applications. Il regroupe la recherche fondamentale, la recherche appliquée et le développement expérimental.

L’effort de recherche est mesuré par la part de dépense intérieure consacrée à la recherche et au développement dans le produit intérieur brut.

Pourquoi cet indicateur ?

À court terme, la R&D permet des progrès en matière de productivité et favorise également la montée en gamme des produits français en renforçant leur compétitivité hors-prix. À plus long terme, la R&D est l’un des moyens de répondre aux grands défis sociétaux – comme ceux de l’énergie, du climat ou de la santé – qui seront au fondement d’une croissance durable.

Comment évolue cet indicateur ?


L’effort de recherche est estimé en France à 2,23% du PIB en 2015. Il est similaire à l’effort observé en 2014 (révisé à 2,24%) et globalement stable depuis 2012. L’effort de recherche se maintient donc à un niveau élevé puisqu’il était proche de 2% dix ans auparavant.

 
65%
C’est la part de l’effort de recherche auquel les entreprises contribuent.
La part des entreprises dans l’effort de recherche reste également au même niveau qu’en 2014 à 1,45% du PIB, mais elle progresse à 65,1% de la dépense totale en recherche, soit son plus haut point historique (+0,5 point par rapport à 2013).

Comment la France se situe-t-elle par rapport à ses partenaires européens ?

1,95%
Part de l’effort de recherche dans le PIB de l’Union européenne.
En 2014 (dernière année disponible pour la comparaison européenne), l’effort de recherche de la France se situe toujours nettement au-dessus de la moyenne de l’Union européenne (1,95%) et reste devant celui du Royaume-Uni (1,7 %), de l’Italie (1,29 %) et de l’Espagne (1,23 %). Il est en revanche derrière l’Allemagne qui se maintient à 2,9%, tandis que les pays du Nord (Danemark, Suède, Finlande) et l’Autriche ont déjà dépassé l’objectif de 3%.

La part des dépenses intérieures de R&D des entreprises dans l’ensemble des dépenses intérieures de R&D est supérieure en France à la moyenne des pays de l’Union européenne à 28 (63,2 % en 2014). Ce résultat est d’autant plus remarquable qu’une part importante de la recherche technologique et industrielle en France n’est pas prise en compte dans la part de recherche des entreprises car elle est conduite par la sphère publique ou par des fondations.  Il reste toutefois inférieur à ceux de l’Autriche, la Belgique ou la Hongrie (environ 71 %), de l’Irlande (près de 75 %) et de la Slovénie (plus de 77 %). Il est comparable à ceux de l’Allemagne (67,5%) et du Royaume-Uni (64,4%).
 
Évolution de la dépense en recherche et développement par les entreprises, l’administration publique et au total, en France et dans l’Union européenne (% du PIB)
Évolution de la dépense en recherche et développement par les entreprises, l’administration publique et au total, en France et dans l’Union européenne (% du PIB)
*La valeur pour l'Union Européenne est le chiffre 2014, dernière année disponible
 

Données ouvertes

L'ensemble des statistiques en accès libre sur Data.gouv.fr
Accéder aux sources

Accédez au rapport complet sur les 10 nouveaux indicateurs de richesse
Consulter le document