20 mai 2016 - Actualité

"Fédérer les initiatives publiques et rassembler les énergies locales"

C’est à Privas, en Ardèche, que le chef du Gouvernement a présidé le 3e comité interministériel aux ruralités le 20 mai 2016, pour amplifier la dynamique mise en place depuis les Assises des ruralités de septembre 2014 et les deux comités interministériels de Laon et Vesoul en 2015. Avec ce 3e comité, le Premier ministre franchit une nouvelle étape en accentuant davantage la coordination des politiques publiques de l’Etat et des territoires ruraux.
 
Fédérer les initiatives publiques autour des projets de chaque territoire : c’est l’idée forte mise en avant par Manuel Valls  lors de ce troisième comité interministériel aux ruralités. L’objectif est de toujours mieux adapter l’action de l’Etat aux besoins et aux enjeux des territoires ruraux.

Pour ce faire, le Premier ministre a décidé de regrouper les "divers dispositifs et financements d’Etat […] dans des contrats de ruralité uniques signés avec les intercommunalités et les pôles d’équilibre des territoires." Ces contrats qui auront une validité de six ans seront mis en place "dès la rentrée", précise-t-il. L’objectif est d’éviter l’éparpillement et le "saupoudrage" et partant vise à "mieux adapter les politiques publiques à la réalité de chaque territoire".  
L’an dernier, nous avions décidé d’octroyer un milliard d’euros d’aide en investissements aux collectivités territoriales, dont 500 millions dédiés à la ruralité. Ces crédits dédiés seront reconduits, notamment pour financer ces contrats.
Manuel Valls
2016 mai 2016

Les ruralités au cœur de l’action

En donnant la priorité à l’expertise locale, le Premier ministre entend mettre un place un processus de décision émanant du terrain. "Dans l’esprit des Assises de la ruralité, j’ai souhaité que ce troisième comité renoue avec le dialogue et la concertation de ceux qui vivent et font vivre la ruralité. Nous avons donc choisi de les associer et retenu certaines de leurs propositions, notamment en matière de mobilité, d’accès aux nouvelles technologies, de santé. C’est le premier acte d’un partenariat entre l’Etat et les associations. Il sera officialisé par la signature d’une charte de coopération pour les années à venir", a-t-il affirmé.
 
"Notre méthode est simple : […] adapter notre action à vos besoins, accompagner nos concitoyens", a déclaré Manuel Valls. Ainsi, au niveau de l’Etat, chaque administration centrale devra "informer son préfet de département de ses perspectives d’implantation à deux ans", mais si les préfets estiment que ces décisions de schémas locaux "risquent d’entraver l’accès des habitants au service public", ceux-ci disposeront d’un "droit d’alerte du Gouvernement qui prendra alors ses responsabilités", a précisé le Premier ministre.
Ce Gouvernement a réformé l’organisation administrative et politique de la France pour que l’action publique soit, partout, plus lisible et plus efficace. On ne pouvait pas continuer à faire ce constat d’une défiance croissante envers l’action publique et ne rien faire. Il fallait continuer de décentraliser, de rapprocher les citoyens des décisions, de clarifier les compétences.
Manuel Valls - 20 mai 2016

Agir pour la ruralité, c’est relever le défi de l’égalité et du développement

Pour le Premier ministre, "agir pour la ruralité, c’est veiller au développement de tous les territoires."  L’égalité d’accès aux services publics est ainsi une priorité du Gouvernement.

Dans le domaine de la santé, 12 maisons de santé se sont implantées en Ardèche sur les 800 existantes. En tout, 1 400 maisons de santé seront ouvertes en France d’ici à 2018. 70 médecins en Ardèche sont correspondants du Samu pour assurer aux habitants des interventions d’urgence de moins de 30 minutes.
 
Dans le domaine de l’éducation, l’Ardèche a signé, aujourd’hui, une convention sur le numérique avec l’Education nationale. Huit collèges du département bénéficieront d’un aménagement numérique efficace pour former "les nouvelles générations [aux] nouveaux défis du monde professionnel", s’est félicité le Premier ministre. 50 millions d'euros supplémentaires seront affectés à l’équipement des écoles rurales.

Quelque 1 000 maisons de service au public sont déployées en France dont 10 en Ardèche.  Trois départements vont expérimenter les services publics itinérants pour aller vers les habitants en problème de mobilité en raison de leur âge, de l’éloignement ou des moyens de déplacement difficiles.
 

500 sites
supplémentaires, à la couverture aujourd’hui partielle, verront leur couverture renforcée.

Concernant la couverture téléphonique du territoire, le Premier ministre a déclaré que "d'ici à 2017, il n'y aura plus aucune commune recensée en zone blanche." Il a toutefois constaté que "certaines communes n'ont pas pu bénéficier de ce dispositif. Une troisième vague sera donc lancée dès cet automne", a-t-il annoncé, prenant en compte "des communes  où le niveau de réception reste trop faible. "L'effort de couverture bénéficiera à 1 300 communes - contre 800 initialement prévues", a-t-il précisé ce qui correspond à un investissement massif en faveur de la réduction des zones blanches. Enfin, les opérateurs de téléphonie mobile se sont engagés à couvrir 2000 communes supplémentaires en 3G.

Le Premier ministre s'est félicité du développement d'accès à internet haut débit : "Pas moins de 11 milliards d'euros sont ainsi mobilisés pour le plan France très haut débit qui finance le déploiement de ce réseau dans tous les territoires - dont 100 kilomètres en Ardèche."

En savoir plus avec l'action "Le Plan France Très Haut Débit"


Enfin, le Premier ministre s’est engagé résolument dans le soutien au développement économique, à l’agriculture et à l’emploi. Il a annoncé l’attribution de près de 20 millions d'euros pour le maintien des commerces en milieu rural ainsi que le lancement d’un appel à projets relatif à l’économie collaborative en 2017 qui sera doté à hauteur de 50 millions d'euros.