Dix points à retenir sur la rentrée universitaire 2017-2018

Dix points à retenir sur la rentrée universitaire 2017-2018

Voici ce qu’il faut retenir des projets du Gouvernement et des annonces faites par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, à l’occasion de la rentrée universitaire.
 
Hausse du budget de l’Enseignement supérieur
Le nombre d’étudiants augmente en 2017 (+1,5% par rapport à 2016). Il en est de même pour le budget de l’enseignement supérieur, qui s’accroît de 194 millions en 2018 pour atteindre 13,4 milliards d’euros. Le budget de la vie étudiante augmente lui aussi de 11 millions d’euros, pour atteindre 2,7 milliards d’euros.
 
Fin programmée du tirage au sort
Face aux difficultés rencontrées par la procédure APB, Frédérique Vidal a réaffirmé jeudi 28 septembre l’engagement pris par le Gouvernement de mettre un terme au tirage au sort au profit d’un nouveau système d’accès à l’enseignement supérieur, et ce dès la rentrée prochaine. Les premières propositions devraient être formulées à partir du 19 octobre 2017.
 

Pouvoir d’achat des étudiants
Pour la rentrée 2017, le Gouvernement a pris des mesures pour préserver le pouvoir d’achat des étudiants : gel des droits d’inscription, du prix du ticket restaurant ou encore des dépenses de la médecine préventive.
 

Aide à la mobilité
L’aide à la mobilité a pour objectif de faciliter la mobilité géographique des étudiants boursiers titulaires d’une licence, inscrits en première année de master dans une région académique différente de celle où ils ont obtenu leur licence. Le montant de l’aide s’élève à 1000 euros par étudiant. Plus d’infos sur etudiant.gouv.fr
 

Le logement étudiant
Le logement, qui représente une moyenne de 430 euros/mois, est le premier poste de dépense des étudiants. Pour faciliter l’accès au logement, le Gouvernement lance le Plan 80 000, qui prévoit la construction de 60 000 logements à destination des étudiants sur la durée du quinquennat, ainsi que 20 000 logements pour les jeunes actifs. Par ailleurs, dans le prolongement de Visale, la caution locative unique et accessible, le Gouvernement s’engage à créer un bail mobilité spécifique de 1 à 10 mois sans dépôt de garantie (très pratique pour les stagiaires).
 
L’ARPE
L’aide à la recherche du premier emploi (ARPE) s’adresse aux jeunes diplômés de moins de 28 ans qui ont bénéficié d’une bourse la dernière année de leurs études et vise à accompagner ces derniers dans leur insertion professionnelle. Le montant de l’ARPE est équivalent à celui de la bourse sur critères sociaux perçue au cours de la dernière année de préparation du diplôme (entre 100 et 550 euros), ou de 300 euros par mois pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur par la voie de l’apprentissage.
 
Les quatre piliers du nouveau master
La loi de décembre 2016 entre en vigueur à la rentrée 2017. Elle refonde le master sur quatre piliers : un cursus de quatre semestres, un processus de recrutement des étudiants à l’entrée en première année (sur dossier ou concours), la suppression de la sélection entre le M1 et le M2, et la garantie du droit à la poursuite d’études en master pour tout titulaire du diplôme de licence.
 

Pour de nouveaux cursus universitaires
L’appel à projets « Nouveaux cursus à l’université » vise à soutenir les établissements qui souhaitent expérimenter de nouvelles formes d’organisation, des formations pour mieux les adapter à la diversité des publics. Les objectifs : assurer une meilleure réussite des étudiants, soutenir des projets ambitieux de formation, mettre en œuvre de véritables universités numériques. Ces projets serviront par ailleurs d’appui à la réforme du premier cycle.
 
Réforme du 3e cycle des études médicales
La réforme est mise en place dès la rentrée 2017-2018. Elle prévoit notamment la création d’un seul diplôme pour l’exercice d’une spécialité (le DES, diplôme d’études spécialisées), mais aussi une approche par compétences, une formation organisée par phases de progression ou encore une collégialité dans l’accompagnement des étudiants.
 

5000 missions de service civique dans les universités dès l’année 2017-2018
Grâce à un protocole d’accord liant le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et le secrétariat d’État aux personnes handicapées, 5000 missions de service civique seront déployées au sein des universités et des établissements d’enseignement supérieur, notamment au service de l’inclusion des étudiants en situation de handicap.